Natrix natrix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couleuvre à collier.

Couleuvre à collier

Natrix natrix

Description de cette image, également commentée ci-après

Couleuvre à collier

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Natricidae
Genre Natrix

Nom binominal

Natrix natrix
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Coluber natrix Linnaeus, 1758
  • Natrix vulgaris Laurenti, 1768
  • Coluber scutatus Pallas, 1771
  • Coluber helveticus Lacépède, 1789
  • Coluber torquatus Lacépède, 1789
  • Coluber persa Pallas, 1814
  • Coluber siculus Cuvier, 1829
  • Tropidonotus ater Eichwald, 1831
  • Natrix cetti Gené, 1838
  • Natrix megalocephala Orlov & Tuniyev, 1987

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La couleuvre à collier, Natrix natrix, est une espèce de serpents de la famille des Natricidae. Elle peut arborer des couleurs allant du gris au noir, en passant par le brun et le verdâtre, mais elle est généralement reconnaissable au motif clair qu'elle porte sur la nuque et qui lui a valu son nom vernaculaire. Sa taille varie de 65 cm à plus de 1,40 m, voire jusqu'à 2 m, les femelles étant plus grandes que les mâles.

Ce serpent est largement répandu en Europe ainsi qu'en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Il vit généralement non loin des cours et plans d'eau, où il trouve les amphibiens dont il se nourrit principalement. Il peut également chasser des poissons ou des micromammifères. Il peut se déplacer rapidement et avec aisance, aussi bien sur la terre ferme que dans l'eau. Il est non venimeux et inoffensif pour l'Homme. L'espèce est ovipare et a une espérance de vie d'environ 25 à 28 ans.

L'espèce compte de cinq à quinze sous-espèces selon les auteurs. Sa taxinomie est en effet toujours sujette à débat bien que de récentes études génétiques permettent de préciser les liens de parenté entre les différentes populations. Au cours de l'évolution, l'espèce a divergé de son plus proche parent, la Couleuvre tessellée, il y a entre 13 et 22 millions d'années.

Par le passé, de la préhistoire à une époque très récente, la couleuvre à collier a été consommée par l'homme. Aujourd'hui, elle n'est pas considérée comme menacée par l'Union internationale pour la conservation de la nature même si, localement, certaines sous-espèces ou populations sont en danger d'extinction. Elle fait l'objet de mesures de protection dans certains pays où elle vit, notamment en Europe, où elle est protégée par la convention de Berne.

Description[modifier | modifier le code]

Un serpent grisâtre est lové sur des rochers
Individu adulte.

Généralités[modifier | modifier le code]

La couleuvre à collier est un serpent assez long, mince quand elle est jeune et au corps plutôt robuste à l'âge adulte, surtout chez les femelles[1]. À cet âge, ces dernières mesurent généralement entre 85 cm et 1,40 m[2], mais elles peuvent exceptionnellement atteindre la taille de 2 mètres[3], tandis que les mâles ont une taille comprise entre 65 et 85 cm. La tête est large et bien distincte du corps. Les pupilles sont rondes[4].

La livrée est de couleur très variable : généralement grise, elle peut tendre vers le marron ou le vert[1],[2]. La tête est généralement plus foncée que le corps. Cette couleuvre porte un « double collier » typique sur la nuque : jaune ou blanc, voire orange sur la partie antérieure et noir sur la partie postérieure[5]. Ce collier peut parfois être absent, notamment chez les vieux spécimens et certaines sous-espèces. Le dos et les côtés sont parsemés de motifs noirs en forme de taches arrondies ou de barres qui peuvent également s'estomper avec l'âge. La face ventrale est blanchâtre ou grise, avec un damier de taches noires. Ce damier est généralement unique et constitue donc un critère de reconnaissance des individus[6]. Certains d'entre eux peuvent être totalement mélaniques, c'est-à-dire entièrement noirs, mais en fréquences variables : ces cas sont, par exemple, très rares en Grande-Bretagne[4].

Les écailles dorsales ne sont pas très fortement carénées et les carènes peuvent même être absentes sur la queue[4]. Cette couleuvre présente une écaille temporale, une écaille préoculaire et trois écailles post-oculaires[7]. Les écailles internasales sont larges et rectangulaires et elle présente sept écailles labiales supérieures dont les troisième et quatrième touchent l'œil[4]. À mi-corps, les écailles dorsales sont disposées en dix-neuf rangées. L'écaille anale est divisée en deux.

Un serpent est sur le dos, laissant apparaître un motif ventral noir et blanc. Un spécimen entièrement noir se déplace sur des rochers Superposition des écailles de trois serpents différents : en haut et au milieu, les écailles présentent une carène (excroissance en forme de ligne) bien visible, en bas, les écailles sont lisses Détail de la tête de Natrix natrix avec, en couleur, l'écaille temporale (en rouge), les écailles post-oculaires (en vert) et l'écaille préoculaire (en bleu).
Damier ventral d'un jeune individu. Individu adulte atteint de mélanisme. Comparaison des écailles de Natrix natrix (en haut, écailles carénées), Vipera berus (au milieu, écailles carénées) et Coronella austriaca (en bas, écailles lisses non carénées). Détail de la tête de Natrix natrix avec, en couleur, l'écaille temporale (en rouge), les écailles post-oculaires (en vert) et l'écaille préoculaire (en bleu).

Espèces ressemblantes et confusions possibles[modifier | modifier le code]

Natrix natrix peut éventuellement être confondue avec les autres espèces du genre Natrix qui vivent dans les mêmes biotopes et dont les aires de répartition se recoupent. Néanmoins, il est possible de les différencier en observant les nombres d'écailles préoculaires et post-oculaires :

Espèce Nombre d'écailles labiales supérieures Nombre d'écailles préoculaires Nombre d'écailles post-oculaires Répartition Image
Couleuvre à collier
(Natrix natrix)
7 (la 3e et la 4e touchent l'œil)[4] 1[4] 2-4, exceptionnellement 1[4] Aire de répartition de la Couleuvre à collier Couleuvre à collier
Couleuvre tessellée
(Natrix tessellata)
8 (la 4e et la 5e touchent l'œil)[4] 2[8] 3-4, voire 5 ou 6[4] Aire de répartition de la Couleuvre tessellée Couleuvre tessellée
Couleuvre vipérine
(Natrix maura)
7 (la 3e et la 4e touchent l'œil)[4] 2, exceptionnellement 1[9] 2, exceptionnellement 3[4] Aire de répartition de la Couleuvre vipérine Couleuvre vipérine

Les chances de confondre les couleuvres à collier adultes avec d'autres serpents sont toutefois assez minces, même si de grosses femelles ont pu donner naissance au mythe des « vipères géantes »[3]. Les jeunes peuvent parfois être confondus avec de jeunes couleuvres d'Esculape, du fait des taches jaunes qui ornent chaque côté de leur cou[10], ou de jeunes couleuvres vertes et jaunes[2]. Néanmoins, ces deux espèces diffèrent de Natrix natrix, car leurs écailles dorsales et latérales ne sont pas carénées.

Jeune couleuvre à collier. Jeune couleuvre d'Esculape. Jeune couleuvre verte et jaune.
Jeune couleuvre à collier. Jeune couleuvre d'Esculape. Jeune couleuvre verte et jaune.

Éthologie et biologie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Un spécimen de couleuvre à collier dont l'œil a une coloration bleutée.
Quand un individu est sur le point de muer, son œil devient bleuté.

La couleuvre à collier est, dans la plus grande partie de son aire de distribution, inféodée aux milieux humides et se rencontre près de l'eau. En Europe du Nord, elle se rencontre davantage en plaine et peut même être vue en forêt ou dans des prairies sèches[4]. Elle a principalement des mœurs diurnes même s'il lui arrive de sortir la nuit, notamment pour chasser (la population sarde est connue pour être nocturne[4]). C'est un serpent actif qui peut se déplacer rapidement, aussi bien sur la terre ferme qu'à la surface de l'eau. Elle peut rester en apnée jusqu'à trente minutes sous l'eau[11],[4]. Son aire vitale varie de 0,5 hectare à plusieurs dizaines d'hectares[2]. Son espérance de vie est d'environ 25 à 28 ans[1].

Comme d'autres couleuvres aux mœurs aquatiques, il peut lui arriver de muer dans l'eau[12]. À l'âge adulte, les mâles muent environ deux fois par an, contre une fois par an chez les femelles[4].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Natrix natrix en train de manger un Lissotriton vulgaris.

La couleuvre à collier se nourrit presque exclusivement d'amphibiens, notamment de grenouilles, crapauds, rainettes et tritons, plus rarement de salamandres[2]. En ce qui concerne les crapauds, elle semble les chasser là où ils représentent la proie la plus abondante, mais les évite si ce n'est pas le cas, sans doute à cause des toxines que produisent les crapauds du genre Bufo pour se défendre[13]. Dans une moindre mesure, la Couleuvre à collier peut également se nourrir de micromammifères (campagnols, mulots, musaraignes) et de poissons (principalement des poissons d'eau douce, même si elle peut exceptionnellement se nourrir de poissons d'eau salée ou saumâtre)[14]. De rares cas d'ophiophagie ont également été recensés en conditions de captivité (une couleuvre à collier ayant ingéré une vipère aspic qui était conservée dans le même terrarium)[7]. Les jeunes se nourrissent de têtards, petits poissons et invertébrés[1]. D'une manière générale, il existe une corrélation positive entre la taille des couleuvres à collier et celle de leurs proies, la masse moyenne de nourriture absorbée par jour correspondant à 1,6 à 2,3 % de la masse du serpent. La période de capture de grosses proies est d'environ 20 jours chez les individus adultes entre mai et septembre (hors de la période de gestation pour les femelles)[15].

La couleuvre à collier est une chasseuse qui recherche activement ses proies dans la végétation le long des berges ou dans l'eau, étant une bonne nageuse[12],[Note 1]. Lorsqu'une proie est débusquée, elle lui donne la chasse et la rattrape généralement quelques dizaines de centimètres plus loin[16]. Elle peut chasser en journée ou la nuit, notamment pendant la période de reproduction des amphibiens. Lorsqu'elle chasse sur la terre ferme, elle se sert principalement de sa vue, tandis que lors de ses chasses aquatiques, ses sens chimiques (olfaction, gustation et vomérolfaction) sont prédominants[7]. La nuit, il semble que les couleuvres à collier soient capables de suivre les ondes émises à la surface de l'eau par les mâles amphibiens lorsqu'ils chantent[2].

Natrix natrix est aglyphe et n'est pas venimeuse. Elle avale ses proies vivantes, sans les étouffer[7]. Elle est capable d'avaler des proies plus grandes que sa tête, ses mâchoires pouvant fortement s'écarter lors de la déglutition. Pour ce faire, notamment lorsqu'elle mange une grenouille, il peut lui arriver de la retourner afin de l'avaler par la tête[17]. Par ailleurs, la couleuvre à collier n'a pas de comportement charognard[18].

Cycle de vie et reproduction[modifier | modifier le code]

Les couleuvres à collier hibernent et s'accouplent peu après leur réveil en avril ou en mai, voire en juin. La spermatogenèse a lieu de fin mars à mai tandis que l'ovulation a lieu en mai ou juin[2]. Des rassemblements prénuptiaux regroupant de nombreux individus (parfois plus d'une dizaine) ont lieu[3]. Les mâles, non agressifs entre eux, y sont plus nombreux que les femelles et développent une parade nuptiale visant à attirer les femelles afin de s'accoupler avec elles. Généralement, ce sont les plus gros qui parviennent à s'accoupler. L'accouplement dure plusieurs heures. Un second accouplement arrive parfois à l'automne au sud de l'aire de répartition[19].

Durant la gestation, la femelle s'alimente moins régulièrement (capture d'une grosse proie tous les 45 jours environ, contre 20 jours le reste du temps[15]). Deux à plus de cent œufs (selon la taille de la femelle), qui vont enfler de 20 à 40 mm[4], sont pondus en juin-juillet et éclosent 4 à 8 semaines après la ponte, selon les conditions d'humidité et de température[2],[4]. Les œufs sont collés entre eux[4]. La végétation en putréfaction (par exemple, les tas de compost) fait partie des lieux de ponte préférés puisqu'elle apporte chaleur et humidité. À défaut, la femelle peut pondre dans des terriers de mammifères, sous des pierres ou du bois mort[4]. Lorsque les sites de ponte potentiels sont rares, plusieurs femelles peuvent pondre sur le même site et le réutiliser d'une année sur l'autre[20] ; ainsi, plusieurs milliers d'œufs peuvent se retrouver au même endroit, ce qui entraîne, au moment des éclosions, une prolifération locale de couleuvreaux le temps qu'ils se dispersent. La ponte peut même avoir lieu au même endroit que les pontes d'autres espèces comme la Couleuvre vipérine, la Couleuvre tessellée ou la Couleuvre d'Esculape. À l'éclosion, les jeunes ressemblent aux adultes et ont une longueur de 15 à 20 cm environ ; ils sont tout de suite indépendants.

La maturité sexuelle arrive vers trois ans pour les mâles (ce qui correspond à une taille d'environ 40 à 50 cm) et vers cinq ans pour les femelles (soit environ 60 cm)[1].

Quatre serpents sont entremêlés : trois petits (les mâles) qui tentent de s'accoupler avec la femelle (de plus grande taille). Spécimen plus robuste : une femelle gestante. Une grosse dizaine d'œufs blancs est posée sur du compost. Individu juvénile.
Rassemblement prénuptial : trois mâles tentent de s'accoupler avec une femelle. Le dimorphisme sexuel est ici flagrant, la femelle étant bien plus grosse que les mâles. Femelle mélanique gestante. Œufs de Natrix natrix sur du compost. Individu juvénile.

Interactions avec d'autres espèces[modifier | modifier le code]

Concurrence et cohabitation[modifier | modifier le code]

Dans certains milieux, notamment en Grande-Bretagne, on observe que Natrix natrix et Vipera berus cohabitent assez facilement, la première se nourrissant principalement d'amphibiens et de poissons et la seconde de lézards et de mammifères[21]. En cas de cohabitation avec la couleuvre tessellée, qui a également une alimentation essentiellement composée de poissons et d'amphibiens, Natrix natrix a tendance à chasser en priorité des amphibiens éloignés des points d'eau, tandis que Natrix tessellata tend à se nourrir principalement de poissons[22].

Parmi les autres espèces sympatriques de la couleuvre à collier, on peut noter la coronelle lisse[23] et la couleuvre vipérine[24], cette dernière semblant parfois se répandre au détriment de Natrix natrix[25].

Parasites[modifier | modifier le code]

Plusieurs parasites ont déjà été observés chez Natrix natrix, notamment des :

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Un spécimen naturalisé de blaireau européen.
Le blaireau européen peut se nourrir de couleuvres à collier.

Parmi les prédateurs naturels de la couleuvre à collier se trouvent divers oiseaux (hérons, Grèbe huppé, Circaète Jean-le-Blanc, buses, Milan noir…), des mammifères carnivores (blaireau, loutre, fouine, chat domestique…), d'autres serpents (couleuvre de Montpellier et coronelles) et même, en ce qui concerne les plus jeunes individus, des amphibiens comme Pelophylax sp.[2] ou des poissons comme les truites[27].

Défense[modifier | modifier le code]

Photographie d'une couleuvre à collier en train d'aplatir se tête contre le sol, ce qui lui donne une forme triangulaire.
Natrix natrix natrix élargissant sa tête, ce qui la fait ressembler à une vipère.
Photographie d'une couleuvre à collier positionnée sur le dos, langue et mâchoire pendantes, comme si elle était morte.
Couleuvre à collier simulant la mort.

Lorsque la couleuvre à collier est dérangée, elle peut montrer un ou plusieurs comportements de défense. Tout d'abord, elle peut tenter d'intimider l'intrus en s'aplatissant sur le sol pour paraître plus imposante et en élargissant sa tête, qui adopte ainsi une forme triangulaire comme celle des vipères qui, elles, sont venimeuses[7]. Si cela ne suffit pas, elle a tendance à fuir en nageant à grande vitesse à la surface de l'eau. Sinon, elle peut siffler fortement et frapper avec le museau sans ouvrir la gueule. Il est extrêmement rare qu'elle se défende en mordant. Si elle est saisie, elle s'enroule autour de son agresseur et sécrète une forte odeur en déversant le contenu malodorant de ses glandes cloacales. Elle peut également simuler la mort en se retournant sur le dos et en restant immobile, la bouche ouverte et la langue pendante[4],[28]. Après quelques minutes, si le calme est revenu, elle reprend son activité. Ce comportement est utile pour éloigner les prédateurs non charognards[2].

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Carte de répartition de la Couleuvre à collier. La répartition va de l'Europe de l'ouest (Royaume-Uni, France…) et va jusqu'à la Mongolie.
Aire de répartition de la Couleuvre à collier.

Cette espèce se rencontre de l'Europe jusqu'en Mongolie ainsi qu'en Afrique du Nord et dans quelques pays du Moyen-Orient[29]. Ainsi, on peut trouver Natrix natrix en Albanie, Algérie, Allemagne, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chine (Xinjing), Croatie, Espagne, Estonie, Finlande, France (dont la Corse), Géorgie, Grèce, Hongrie, Iran, Italie (dont la Sardaigne), Lettonie, Lituanie, Macédoine, Moldavie, Mongolie, Norvège, Pologne, Roumanie, Russie, Serbie, Slovénie, Suède, Suisse, Syrie, République tchèque, Tunisie, Turquie et Ukraine, à Chypre, au Danemark, Kazakhstan, Luxembourg, Maroc, Monténégro, Pays-Bas, Portugal, Turkménistan et Royaume-Uni[30].

Les sous-espèces ne sont pas toutes présentes sur toute l'aire de répartition.

Habitat[modifier | modifier le code]

Une couleuvre à collier est située dans l'eau, la tête reposant sur une feuille de nénuphar.
Couleuvre à collier évoluant dans une mare.

On rencontre la couleuvre à collier à des altitudes comprises entre 0 et 3 000 m approximativement[29],[31]. Ce serpent est considéré comme semi-aquatique[19] et vit généralement près des cours d'eau, même s'il a plus d'affinité pour les milieux stagnants que les eaux courantes[32]. Néanmoins, il est moins inféodé au milieu aquatique que d'autres espèces du genre Natrix, comme la couleuvre vipérine ou la couleuvre tessellée, avec qui il partage une partie de son aire de répartition. Ainsi, même s'il fréquente principalement les sous-bois, les bords de cours d'eau et les mares, on peut en rencontrer éloignés d'un point d'eau d'une distance allant jusqu'à trois kilomètres[1], dans des coteaux pierreux et broussailleux, notamment lors de l'hibernation[7]. Exceptionnellement, cette couleuvre peut quitter l'eau douce et s'aventurer en mer sur plusieurs dizaines de kilomètres[33]. La couleuvre à collier peut également fréquenter des milieux très anthropisés comme des gravières abandonnées (qui sont souvent ensemencées en poissons par les pêcheurs[34]) ou des milieux agricoles (y compris des paysages de monocultures)[35]. Il apparaît toutefois que l'espèce se plaît plus dans les milieux présentant une grande variété d'habitats, notamment d'écotones[35].

Taxinomie et sous-espèces[modifier | modifier le code]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Planche naturaliste dessinée représentant une couleuvre à collier.
Planche issue de l'ouvrage de Josepho Gené de 1838 et représentant l'espèce Natrix natrix, alors nommée Natrix cetti

L'espèce est décrite pour la première fois par Carl von Linné en 1758 sous le nom Coluber natrix dans son œuvre majeure Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis[36]. Elle est ensuite décrite par plusieurs autres naturalistes célèbres comme Lacépède (1789), puis pendant les XIXe (notamment le Français Cuvier en 1829) et XXe siècles (par exemple, l'Italien Lanza en 1930). Aujourd'hui, le nom binomial de l'espèce fait référence à son caractère aquatique. En effet, en latin, natrix signifie « hydre » ou « serpent d'eau »[37].

Natrix natrix est l'espèce type du genre Natrix[29].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (10 août 2013)[38], le taxon Natrix natrix a plusieurs synonymes :

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Natrix natrix porte de nombreux noms vernaculaires qui varient selon les régions. Néanmoins, ces noms font presque tous référence soit au caractère aquatique de l'espèce, soit à son « collier » caractéristique. Ainsi, on l'appelle en français « couleuvre à collier », « serpent nageur », « anguille de haie » ou « serpent d'eau », en anglais grass snake (« serpent des herbes »), ringed snake (« serpent annelé »), collared snake (« serpent à collier ») ou water snake (« serpent d'eau »), en italien biscia dal collare ou natrice dal collare (« serpent à collier »), en espagnol culebra de collar (« couleuvre à collier »), en allemand Ringelnatter (« serpent annelé ») et en néerlandais ringslang (« serpent annelé »)[39].

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Au sein du genre Natrix, d'après des études génétiques portant sur l'ADN mitochondrial des trois espèces du genre généralement reconnues, il apparaît que Natrix natrix est phylogéniquement plus proche de Natrix tessellata que de Natrix maura[24]. Dans le cladogramme ci-dessous, l'extra-groupe choisi est le Natricidae Nerodia fasciata.

Il semble par ailleurs que les lignées des deux espèces N. natrix et N. tessellata ont divergé il y a entre 13 et 22 millions d'années[24]. N. natrix serait la descendante directe de l'espèce Natrix longivertebrata[40] qui a vécu au Miocène et au Pliocène en Pologne, Hongrie et Moldavie et qui est aujourd'hui éteinte[41]. Les plus vieux fossiles de couleuvres à colliers retrouvés proviennent de Pologne et sont datés d'environ 3,2 à 4,9 millions d'années (Pliocène)[42].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (12 janv. 2012)[29], l'espèce Natrix natrix comporte 15 sous-espèces :

Sous-espèce Particularités Distribution Image
Natrix natrix algirus Sochurek, 1979 Maroc, Algérie et Tunisie[29]
Natrix natrix astreptophora (Séoane, 1884) À l'âge adulte, les individus n'ont pas de « collier ». L'œil est rouge vif tandis que la tête est grise, voire bleutée. Les adultes sont assez massifs et ont les yeux souvent rouge sang[4]. Maroc, Espagne, Portugal et Sud de la France (Pyrénées-Orientales et Aude)[2] Natrix n. astreptophora en train de manger une grenouille
Natrix natrix calabra Vanni & Lanza, 1983 Calabre[43]
Natrix natrix cetti Gené, 1838 Cette sous-espèce semble avoir des mœurs plus nocturnes que diurnes et est plus petite que les sous-espèces continentales[44]. De larges barres foncées sont présentes sur les flancs jusqu'au milieu du dos[4]. Sardaigne
Natrix natrix corsa (Hecht, 1930) Les jointures des écailles de la tête sont noires, le « collier » est peu marqué et les barres transversales forment des anneaux bien visibles. L'œil est gris clair. Corse
Natrix natrix cypriaca (Hecht, 1930) Le « collier » blanc est absent[45]. Chypre
Natrix natrix fusca Cattaneo, 1990 Généralement, trois à quatre rangées de taches foncées sont présentes sur le dos[4]. Île de Kéa (Grèce)
Natrix natrix gotlandica Nilson & Andrén, 1981 Presque la moitié de la population est mélanique. L'autre moitié présente un « collier » jaune ou orange bien marqué[46],[47]. La sous-espèce est assez petite[4]. Île de Gotland (Suède)
Natrix natrix helvetica (Lacépède, 1789) Le « collier » est très marqué, aussi bien chez les jeunes que chez les adultes. Les barres transversales dorsales sont elles aussi bien visibles. France (sauf Aude et Pyrénées-Orientales), ouest de la Suisse, Belgique, Luxembourg, Allemagne (ouest du Rhin[1]), Angleterre, Pays de Galles, Pays-Bas, nord de l'Italie et Istrie Natrix n. helvetica
Natrix natrix lanzai Kramer, 1970 Le « collier » est pâle, voire absent chez les vieilles femelles[4]. Italie Natrix n. lanzai
Natrix natrix natrix (Linnaeus, 1758) Cette sous-espèce a une allure svelte ; les barres dorsales sont très réduites (elles se limitent à quelques points noirs qui sont accompagnés de quelques points jaunes). Allemagne (est du Rhin), est de la Suisse, Europe centrale, Europe de l'Est, Scandinavie, Finlande et Crimée Natrix n. natrix
Natrix natrix persa (Pallas, 1814) La queue est longue et la tête étroite. Il y a généralement deux bandes claires qui courent le long du dos[4]. Balkans, notamment Bulgarie, Grèce (îles de Lesbos et Rhodes), Turquie, Nord de l'Iran et Syrie Natrix n. persa
Natrix natrix schweizeri Müller, 1932 La sous-espèce a une allure massive et le « collier » clair est souvent absent. La coloration du dos est gris argenté[4]. Îles de Milos, Kimolos et Polyaigos (Grèce) Natrix n. schweizeri juvénile
Natrix natrix scutata (Pallas, 1771) Caucase et Russie, à l'ouest du Dniepr
Natrix natrix sicula (Cuvier, 1829) D'allure massive et sans « collier », cette sous-espèce a le museau orangé[4]. Sicile

La plupart des sous-espèces semblent être apparues à la faveur de frontières physiques : mers (pour toutes les sous-espèces insulaires comme N. n. gotlandica, N. n. schweizeri, N. n. corsa...), montagnes[43]... Néanmoins, le nombre de sous-espèces est sujet à débat dans la communauté scientifique. En effet, des études génétiques remettent parfois en cause le statut de certaines sous-espèces[48]. Ainsi, bien que la plupart des sources reconnaissent treize sous-espèces (les quinze présentées ci-dessus auxquelles on soustrait Natrix natrix algirus, qui serait confondue avec Natrix n. astreptophora[49], et Natrix natrix calabra)[2],[50], certains auteurs n'en reconnaissent que cinq (N. n. astreptophora, N. n. cetti, N. n. corsa, N. n. helvetica et N. n. natrix)[2], les dernières études menées semblant indiquer que cinq grandes lignées évolutives existent au sein de l'espèce[51]. D'autres études s'avéreraient néanmoins nécessaires pour trancher la question du nombre de sous-espèces de Natrix natrix[51].

L'espèce Natrix megalocephala[52], présente au sud de la Russie, en Géorgie, en Azerbaïdjan et en Turquie[53], est parfois considérée comme une sous-espèce de Natrix natrix. En effet, des études génétiques montrent qu'il n'existe pas de divergence génétique notable entre les deux espèces[54]. Natrix megalocephala pourrait être la même sous-espèce que Natrix natrix scutata[55]. En 2013, Kindler et al.[56] la place en synonymie avec Natrix natrix natrix.

Natrix natrix et l'Homme[modifier | modifier le code]

Menaces[modifier | modifier le code]

Photographie représentant un cadavre de couleuvre à collier sur une route goudronnée.
Jeune couleuvre à collier ayant probablement été écrasée par un véhicule.

Bien que l'espèce ait une aire de répartition très étendue au sein de laquelle elle est relativement répandue, certaines populations voient leurs effectifs diminuer. La cause est sans doute une combinaison de plusieurs facteurs liés à l'anthropisation des milieux : artificialisation des berges des cours d'eau, assèchement des zones humides et fragmentation de l'habitat. L'espèce semble très sensible à la dégradation de son habitat, un tel phénomène entraînant un déclin rapide des populations[57]. Par ailleurs, l'espèce est également victime de la circulation routière.

D'autres facteurs liés à l'homme sont responsables du déclin de certaines populations. C'est par exemple le cas de la pollution de l'eau, notamment par les insecticides[58], ou de l'introduction de prédateurs exogènes, notamment des poissons introduits pour favoriser la pêche de loisir[27],[58].

Là où les populations diminuent, on constate que la diminution semble corrélée avec le déclin des populations d'amphibiens, qui vivent dans les mêmes biotopes et constituent leur principal régime alimentaire[2].

À l'échelle mondiale, Natrix natrix est classée comme faisant l'objet d'une « préoccupation mineure » par l'Union internationale pour la conservation de la nature[30], à l'exception des deux sous-espèces Natrix natrix cetti et Natrix natrix schweizeri, qui sont considérées comme étant « en danger critique d'extinction »[59],[60]. Il existe également des spécificités locales puisque, à l'échelle de la France où elle est endémique (plus précisément en Corse), la sous-espèce Natrix natrix corsa est classée comme « quasi menacée »[61].

Le statut de menace de l'espèce dans plusieurs pays est résumé dans le tableau ci-dessous :

Liste rouge Sous-espèce Statut Référence
Monde Natrix n. cetti (CR) En danger critique d'extinction
Natrix n. schweizeri (CR) En danger critique d'extinction
Toutes les autres (LC) Préoccupation mineure
Europe Toutes (LC) Préoccupation mineure [62]
Espagne Natrix n. helvetica (LC) Préoccupation mineure [31]
France Natrix n. astreptophora (LC) Préoccupation mineure
Natrix n. corsa (NT) Quasi menacé
Natrix n. helvetica (LC) Préoccupation mineure
Luxembourg Natrix n. helvetica (LC) Préoccupation mineure [2]
Suède Natrix n. natrix (LC) Préoccupation mineure [63]
Natrix n. gotlandica (NT) Quasi menacé [64]
Suisse Natrix n. helvetica (VU) Vulnérable
Natrix n. natrix (EN) En danger
Wallonie Toutes (VU) Vulnérable

Par ailleurs, l'espèce Natrix megalocephala, qui est actuellement considérée comme synonyme de Natrix natrix, était considérée comme vulnérable au niveau mondial[65].

Localement, l'espèce peut être menacée sans que l'UICN ne le mentionne dans sa liste rouge. Ainsi, la sous-espèce Natrix natrix cypriaca, endémique de Chypre, a par exemple été considérée comme éteinte pendant plusieurs décennies[45] avant d'être à nouveau observée, mais dans un état très préoccupant et proche de l'extinction[27],[58], sans que cela ne soit mentionné par l'organisation non gouvernementale.

Protection[modifier | modifier le code]

Natrix natrix figure à l'annexe III de la convention de Berne de 1982, ce qui signifie qu'elle fait partie des espèces de faune protégées en Europe[66],[67]. Les sous-espèces Natrix natrix cetti et Natrix natrix corsa figurent également à l'annexe IV de la Directive habitats, ce qui signifie que les États membres doivent prendre toutes les mesures nécessaires à leur stricte protection[68]. Par ailleurs, certains pays où l'espèce est présente ont choisi de lui appliquer des mesures de protection. Par exemple, la Couleuvre à collier est protégée en France[69], en Belgique[70],[71],[72], au Luxembourg[73], au Royaume-Uni[74] et en Suisse[75]. De plus, en 2007, Natrix natrix a été ajoutée au plan d'action pour la biodiversité[Note 2] du Royaume-Uni en tant qu'espèce ayant besoin d'un plus haut niveau de protection[76].

Plusieurs actions de conservation de la couleuvre à collier sont menées dans son aire de répartition. Ainsi, dans certains pays comme le Royaume-Uni (dans le cadre du plan d'action pour la biodiversité) ou à Chypre (pour protéger la sous-espèce Natrix natrix cypriaca), des programmes d'élevage-réintroduction sont menés[77],[78]. En France, Belgique et Suisse, des sites de ponte artificiels sont aménagés dans certaines régions qui manquent de sites propices du fait de l'anthropisation des milieux, ce qui a des effets positifs sur les populations[2].

Superstitions[modifier | modifier le code]

Le zoologiste français Bernard Germain de Lacépède rapporte, en 1789, que la couleuvre à collier fait alors l'objet de plusieurs superstitions. Ainsi, selon lui, en Sardaigne, ce serpent était considéré comme étant de bon augure, et il était imprudent de le chasser de sa maison. Il mentionne également plusieurs légendes ayant alors cours en France, notamment le fait que cette couleuvre serait particulièrement attirée par le lait, allant même jusqu'à aller le chercher à même les pis des vaches[79].

Natrix natrix dans la culture[modifier | modifier le code]

Timbre moldave représentant une couleuvre à collier.

La couleuvre à collier figure sur un timbre moldave datant de 1993, un timbre polonais des environs de 1963[80], un timbre roumain de 1996[81], un timbre du Laos de 1994[82], un timbre du Bénin de 1999[83] et un timbre hongrois de 1989[84].

Dans son ouvrage de 1829, Georges Cuvier mentionne que la Couleuvre à collier est alors consommée par ses contemporains dans plusieurs régions, sans préciser lesquelles[85]. De plus récentes recherches archéologiques suggèrent que des couleuvres à collier ont pu être utilisées par Homo sapiens, pour leur peau ou à des fins alimentaires, à des époques plus reculées (entre l'âge du fer et l'époque romaine) aux Pays-Bas[86]. Dans le roman Le Parfum, de Patrick Süskind, dont l'action prend place au XVIIIe siècle, le protagoniste Jean-Baptiste Grenouille se nourrit de petites couleuvres à collier, ingurgitant même la peau et les os[87].

Publications originales[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (it) Cattaneo, 1990 : I serpenti delle isole greche di Kythnos e Kea (Cicladi occidentali). Atti della Società italiana di scienze naturali e del museo civico di storia naturale di Milano, vol. 131, no 11, p. 209-219 
  • (fr) Georges Cuvier, Le Règne animal distribué, d'après son organisation, pour servir de base à l'Histoire naturelle des animaux et d'introduction à l'anatomie comparée : Les Reptiles, vol. 2, Paris, Déterville,‎ 1829, 2e éd., 406 p. (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (it) Josefo Gené, 1838 : Synopsis reptilium Sardiniae indigenoruni. Memorie della Reale Accademia delle Scienze di Torino, vol. 1, p. 257-285 texte intégral ] 
  • (de) Max K. Hecht, 1930 : Systematik, Ausbreitungsgeschichte und Ökologie der europäischen Arten der Gattung Tropidonotus (Kuhl) H. Boie. Mitteilungen aus dem Zoologischen Museum in Berlin, vol. 16, p. 244-393 
  • Bernard Germain de Lacépède, Histoire naturelle des Quadrupèdes ovipares et des Serpens, vol. 2, Hôtel de Thou, Paris, Imprimerie du Roi,‎ 1789, 671 p. (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (la) Carl von Linné, Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis,‎ 1758, 10e éd. (texte intégral lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Nilson et Andrén, 1981 : Morphology and taxonomic status of the grass snake, Natrix natrix (L.) (Reptilia, Squamata, Colubridae) on the island of Gotland, Sweden. Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 72, p. 355-368 
  • (de) Peter Simon Pallas, Reise durch verschiedene Provinzen des Russischen Reichs, St. Pétersbourg, Gedruckt bey der Kayserlichen Academie der Wissenschaften,‎ 1771 (lire en ligne)
  • (la) Peter Simon Pallas, Zoographia rosso-asiatica: sistens omnium animalium in extenso imperio rossico, et adjacentibus maribus observatorum recensionem, domicilia, mores et descriptiones, anatomen atque icones plurimorum, vol. 3,‎ 1814, 428 p. (lire en ligne)
  • (it) Stefano Vanni et Benedetto Lanza, Anfibi, rettili (Amphibia, Reptilia) : Guide Riconoscimento Specie Anim Acque Interne Ital, vol. 27,‎ 1983, 179 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (fr) Nicholas Arnold et Denys Ovenden, Le guide herpéto : 228 amphibiens et reptiles d'Europe, Delachaux & Niestlé,‎ février 2010, 287 p. (ISBN 9782603016732) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Vincenzo Ferri, Serpents de France et d'Europe, Paris, France, De Vecchi,‎ 2011, 96 p. (ISBN 978-2-7328-9607-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (fr) Chris Mattison, Tous les serpents du monde, Paris, France, Delachaux et Niestlé,‎ 2008, 272 p. (ISBN 978-2-603-01536-0) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (fr) Guy Naulleau, Les Serpents de France, Nancy, France, Revue française d'aquariologie herpétologie, université de Nancy I,‎ 1987, 58 p. (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (fr) Jean-Pierre Vacher et Michel Geniez (dir.), Les Reptiles de France, Belgique, Luxembourg et Suisse, Paris, Biotope, Mèze & Muséum national d'Histoire naturelle,‎ 2010, 544 p. (ISBN 978-2-914817-49-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À ce propos, voir cette vidéo de 4 minutes d'une jeune Natrix natrix en train de chasser.
  2. Biodiversity Action Plan (BAP) en anglais.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Daniel Phillips, « Couleuvre à collier, Natrix natrix (Linnaeus, 1758) », sur Reptiles et Amphibiens de France (consulté le 24 avril 2012)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Éric Graitson et Jean-Pierre Vacher, « La couleuvre à collier », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 464-470
  3. a, b et c Ferri (2011), p. 58
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa et ab Arnold et Ovenden (2010)
  5. « The Grass Snake (Natrix natrix) », sur The Herpetological Conservation Trust (consulté le 24 avril 2012)
  6. Jean-Pierre Vacher, « Méthodes d'échantillonnage et de suivi », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 153
  7. a, b, c, d, e et f Naulleau (1987), p 14.
  8. Sylvain Ursenbacher, « La couleuvre tessellée », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 471-475
  9. Xavier Santos et Jean-Pierre Vacher, « La couleuvre vipérine », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 456-463
  10. Guy Naulleau, « La couleuvre d'Esculape », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 446-453
  11. Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 455.
  12. a et b Jean-Pierre Vacher, « Biologie », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 50
  13. Mattison (2008), p101.
  14. (en) Luca Luiselli, Francesco M. Angelici, Massimiliano Di Vittorio, Antonio Spinnato et Edoardo Politano, « Analysis of a herpetofaunal community from an altered marshy area in Sicily; with special remarks on habitat use (niche breadth and overlap), relative abundance of lizards and snakes, and the correlation between predator abundance and tail loss in lizards », Contributions to Zoology, vol. 74,‎ 2005 (lire en ligne)
  15. a et b (en) C. J Reading et J.L. Davies, « Predation by grass snakes (Natrix natrix) at a site in southern England », Journal of Zoology, no 239,‎ 1996, p. 73-82
  16. Mattison (2008), p. 112.
  17. Mattison (2008), p. 115.
  18. (en) Peter Brown, Movement and vagility of the grass snake Natrix natrix helvetica, Thèse de doctorat,‎ 1992
  19. a et b « Couleuvre à collier (Natrix natrix) », sur Serpents de France (consulté le 24 avril 2012)
  20. Mattison (2008), p. 151.
  21. Mattison (2008), p. 109.
  22. (en) Ernesto Filippi, Massimo Capula, Luca Luiselli et Umberto Agrimi, « The prey spectrum of Natrix natrix (LINNAEUS, 1758) and Natrix tessellata (LAURENTI, 1768) in sympatric populations », Herpetozoa, Vienne, Autriche, no 8,‎ 1996, p. 155-164 (lire en ligne)
  23. (en) L. Luiselli, M. Capula et R. Shine, « Food habits, growth rates, and reproductive biology of grass snakes, Natrix natrix (Colubridae) in the Italian Alps », Journal of Zoologie, no 241,‎ 1997, p. 371-380
  24. a, b et c (en) D. Guicking, R. Lawson, U. Joger et M. Wink, « Evolution and phylogeny of the genus Natrix (Serpentes: Colubridae) », Biological Journal of the Linnean society, vol. 87,‎ janvier 2006, p. 127-143
  25. Ferri (2011), p. 57
  26. (en) Hikmet S. Yildirimhan, Charles R. Bursey et Stephen R. Goldberg, « Helminth parasites of the Grass Snake, Natrix natrix, and the Dice Snake, Natrix tessellata (Serpentes: Colubridae), from Turkey », Comparative Parasitology, no 74,‎ 2007, p. 343-354 (lien DOI?)
  27. a, b et c (en) David S. Reese et Eleftherios Hadjisterkotis, « The Conservation of the endemic grass snake Natrix natrix cypriaca in Cyprus », British Herpetological Society Bulletin, no 50,‎ 1994 (lire en ligne)
  28. Philippe Gérard et al., Atlas de la terrariophilie. Volume 1 : Les serpents, UE, Animalia Editions,‎ 2003, 2e éd., 192 p. (ISBN 2-9517895-3-X), p. 21
  29. a, b, c, d et e Reptarium Reptile Database, consulté le 12 janv. 2012
  30. a et b Natrix natrix sur le site Internet de l'UICN, consulté le 10 février 2012.
  31. a et b (es) Xavier Santos, Gustavo A. Llorente, Albert Montori et Miguel A. Carretero, « Natrix natrix », dans Juan M. Pleguezuelos, Rafael Márquez et Miguel Lizana (dir.), Atlas y libro rojo de los anfibios y reptiles de España, Madrid, Dirección General de Conservación de la Naturaleza-Asociación Herpetológica Española,‎ 2002 (ISBN 84-8014-450-5, lire en ligne), p. 293
  32. Jean-Pierre Vacher, « Les cortèges d'espèces », dans Vacher et Geniez (dir.) (2010), p. 101
  33. (it) S. Bruno et S. Maugeri, Rettili d'Italia : Serpenti, vol. II, Florence, Martello,‎ 1977, 208 p.
  34. Mattison (2008), p. 81.
  35. a et b (en) Christine Wisler, Ulrich Hofer et Raphaël Arlettaz, « Snakes and Monocultures: Habitat Selection and Movements of Female Grass Snakes (Natrix natrix L.) in an Agricultural Landscape », Journal of Herpetology, vol. 42, no 2,‎ 2008, p. 337 - 346 (lire en ligne)
  36. Linnaeus (1758)
  37. (fr) (la) F. Gaffiot, Dictionnaire latin français, 79, boulevard Saint-Germain, Paris, Hachette,‎ 1934, 1702 p. (lire en ligne), p. 1014
  38. Reptarium Reptile Database, consulté le 10 août 2013
  39. 'Natrix natrix sur le site Internet des Données d'observations pour la reconnaissance et l'identification de la faune et de la flore subaquatiques (DORIS), consulté le 10 février 2012.
  40. (en) Zbigniew Szydlar, « Ancestry of the Grass Snake (Natrix natrix): Paleontological Evidence », Journal of Herpetology, vol. 25,‎ 1991, p. 412-418
  41. (en) Jean-Claude Rage et Salvador Baillon, « Amphibians and squamate reptiles from the late early Miocene (MN 4) of Béon 1 (Montréal-du-Gers, southwestern France) », Geodiversitas, vol. 27,‎ 2005, p. 413-441 (lire en ligne)
  42. Référence Fossilworks Paleobiology Database : Natrix natrix Linnaeus 1758 (en)
  43. a et b (it) S. Bruno, Serpenti, Florence, Italie, Giunti Martello,‎ 1998, 192 p. (lire en ligne), p. 52
  44. (en) Massimo Capula, Lorenzo Rugiero et Luca Luiselli, « Ecological observations on the Sardinian grass snake, Natrix natrix cetti », Amphibia-Reptilia, vol. 15,‎ 1994, p. 221-227 (lire en ligne)
  45. a et b (en) Bayram Göçmen, Mehmet K. Atatür, Abidin Budak, Hasan Bahar, Mehmet Zülfü Yildiz et Nurşen Alpagut-Keskin, « Taxonomic notes on the snakes of Northern Cyprus, with observations on their morphologies and ecologies », Animal Biology, no 59,‎ 2009, p. 22 (lire en ligne)
  46. (en) Claes Andrén, Forsmark site investigation Amphibians and reptiles, Nature Artbevarande och Foto AB,‎ 2004, 32 p. (lire en ligne), p. 14
  47. (en) Göran Nilson et Claes Andrén, « Morphology and taxonomic status of the grass snake, Natrix natrix (L.) (Reptilia, Squamata, Colubridae) on the island of Gotland, Sweden », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 72, no 4,‎ août 1981, p. 355-368
  48. (en) Uwe Fritz, Claudia Corti et Martin Päckert, « Mitochondrial DNA sequences suggest unexpected phylogenetic position of Corso-Sardinian grass snakes (Natrix cetti) and do not support their species status, with notes on phylogeography and subspecies delineation of grass snakes », Organisms Diversity & Evolution,‎ 2012 (lire en ligne)
  49. (de) von Erich Sochurek, « Die Schlangen Nordafrikas », Mitt. Zool. G. Braunau, Vienne, Autriche,‎ 1979, p. 216-226 (lire en ligne)
  50. Natrix natrix sur le Catalogue of Life, consulté le 20 février 2012.
  51. a et b (de) D. Guicking, U. Joger et M. Wink, « Molekulare Phylogenie und Evolutionsgeschichte der Gattung Natrix, mit Bemerkungen zur innerartlichen Gliederung von N. natrix », dans Blanke I., Borgula A. et Brandt T. (dir.), Verbreitung, Ökologie und Schutz der Ringelnatter (Natrix natrix Linnaeus, 1758), Mertensiella 17,‎ 2008, p. 16-30
  52. Orlov & Tuniyev, 1987 : New species of the grass snake from the Caucasus, Natrix megalocephala sp. nov.. Trudy Zoologicheskogo Instituta Akademii Nauk SSSR, vol. 158, p. 116-130.
  53. Natrix megalocephala, sur The Reptile Database, consulté le 21 février 2012.
  54. (en) A. Hille, 1997 : Biochemical variation between populations of the western and eastern grass snake (Natrix Natrix) from the transition zone in Nordrhein-Westfalen, Germany. Herpetologia Bonnensis, Bonn, p. 177-184 
  55. (en) Alberto Venchi et Roberto Sindaco, Annotated checklist of the reptiles of the Mediterranean countries, with keys to species identification., Gênes, Annali del Museo Civico di Storia Naturale "G. Doria",‎ 2006, p. 259-364
  56. Kindler, Böhme, Corti, Gvozdik, Jablonski, Jandzik, Metallinou & Siroky�, 2013 : Mitochondrial phylogeography, contact zones and taxonomy of grass snakes (Natrix natrix, N. megalocephala). Zoologica Scripta, vol. 42, no 5, p. 458–472.
  57. (en) Jierry van Roon, Iris Dicke, Rosalie Brinks, Annie Zuiderwijk et Ingo Janssen, « Capture and recapture of Grass snakes near Amsterdam », Herpetologia Bonnensis, Bonn, vol. 22,‎ 2006, p. 191-192 (lire en ligne)
  58. a, b et c (en) Felix Baier et Hans-Jörg Wiedl, « The re-evaluated conservation status of the mountain populations of the highly endangered Cyprus grass snake, Natrix natrix cypriaca (Hecht, 1930), with miscellaneous natural history notes », Salamandra, no 46(1),‎ 2010, p. 16-23 (lire en ligne)
  59. Natrix natrix cetti sur le site Internet de l'UICN, consulté le 11 février 2012.
  60. Natrix natrix schweizeri sur le site Internet de l'UICN, consulté le 11 février 2012.
  61. UICN France, MNHN & SHF (2009). La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Reptiles et Amphibiens de France métropolitaine. Paris, France.
  62. (en) Cox, N.A. and Temple, H.J. 2009. European Red List of Reptiles. Luxembourg: Office for Official Publications of the European Communities.
  63. (sv) « Natrix natrix - vanlig snok », sur Swedish species information center (consulté le 25 avril 2012)
  64. (sv) « Natrix natrix gotlandica - gotlandssnok », sur Swedish species information center (consulté le 25 avril 2012)
  65. Natrix megalocephala, sur la Liste rouge de l'UICN, consultée le 21 février 2012.
  66. (en) Annexe II de la Convention de Berne, consultée le 20 février 2012.
  67. (en) Annexe III de la convention de Berne, consultée le 20 février 2012.
  68. Directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, consultée le 21 février 2012.
  69. Arrêté du 19 novembre 2007 sur Legifrance, consulté le 20 février 2012.
  70. décret du 6 décembre 2001 relatif à la conservation des sites Natura 2000 ainsi que de la faune et de la flore sauvages (M.B. 22.01.2002 – err. 14.02.2002), consulté le 20 février 2012.
  71. Arrêté du gouvernement flamand relatif à la protection et à la gestion des espèces, consulté le 20 février 2012.
  72. Ordonnance du 29 août 1991 relative à la conservation de la faune sauvage et à la chasse, consultée le 20 février 2012.
  73. Règlement grand-ducal du 9 janvier 2009 concernant la protection intégrale et partielle de certaines espèces animales de la faune sauvage, consulté le 20 février 2012.
  74. (en) Wildlife and Countryside Act 1981, consulté le 20 février 2012.
  75. Ordonnance sur la protection de la nature et du paysage (OPN) du 16 janvier 1991, consultée le 20 février 2012.
  76. (en)Hedgehogs join 'protection' list sur le site Internet de la BBC, le 27 août 2007.
  77. (en)Biodiversity Action Plan de la Couleuvre à collier au Royaume-Uni, consulté le 5 mai 2012.
  78. (en) Birgit Blosat, « Population Status, Threats and Protection of the Grass Snake, Natrix natrix cypriaca (Hecht, 1930) on Cyprus », Mertensiella, vol. 17,‎ 2008, p. 246–271 (lire en ligne)
  79. Lacépède (1789)
  80. (en) « POLAND- CIRCA 1963: A stamp printed in Poland shows Grass snake (Water snake) with the inscription "Natrix natrix" from the series "Amphibians and reptiles protected", circa 1963 », sur shutterstock.com (consulté le 16 juillet 2013)
  81. (en) « Welcome to Stamps Collector Catalogue, BW Grass snake », sur stamps.livingat.org (consulté le 16 juillet 2013)
  82. (en) « Welcome to Stamps Collector Catalogue, Grass snake », sur stamps.livingat.org (consulté le 16 juillet 2013)
  83. (en) « Welcome to Stamps Collector Catalogue, Grass snake », sur stamps.livingat.org (consulté le 16 juillet 2013)
  84. (en) « Welcome to Stamps Collector Catalogue, Grass snake », sur stamps.livingat.org (consulté le 16 juillet 2013)
  85. Cuvier (1829)
  86. (en) Louise van Wijngaarden-Bakker et Kees Troostheide, « Bones and Eggs. The Archaeological Presence of the Grass Snake Natrix natrix (L.) in The Netherlands », Environmental Archaeology, vol. 8, no 2,‎ octobre 2003, p. 111-118
  87. Patrick Süskind (trad. Bernard Lortholary), Le Parfum : Histoire d'un meurtrier [« Das Parfum, die Geschichte eines Mörders »], Fayard, coll. « Le Livre de poche »,‎ 1985 (ISBN 978-2-253-04490-1), chap. 25, p. 136
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 23 mai 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.