Opelika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opelika
Image illustrative de l'article Opelika
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Alabama Alabama
Comté Lee
Maire Gary Fuller
Démographie
Population 27 825 hab. (2012)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 38′ 50″ N 85° 23′ 22″ O / 32.647222, -85.38944432° 38′ 50″ Nord 85° 23′ 22″ Ouest / 32.647222, -85.389444  
Superficie 13 840 ha = 138,4 km2
· dont terre 136,7 km2 (98,77 %)
· dont eau 1,7 km2 (1,23 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Localisation
Carte du comté de Lee
Carte du comté de Lee

Géolocalisation sur la carte : Alabama

Voir sur la carte administrative de l'Alabama
City locator 14.svg
Opelika

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Opelika

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Opelika
Liens
Site web http://www.opelika.org

La ville américaine d’Opelika est le siège du comté de Lee, dans l’État de l’Alabama. Lors du recensement de 2010, sa population était de 26 477 habitants.

Opelika a été le siège d'implantation de la première usine de fabrication de bandes magnétiques aux États-Unis[1],[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville d'Opelika a d'abord été Opelikan, d'après un terme de la langue des Creeks signifiant « zone marécageuse ». Le nom est rectifié quelques années plus tard selon la prononciation exacte du terme d'origine. Á l'arrivée des premiers colons, en 1836, son territoire avait d'abord été baptisé « Lebanon » , mais en 1840, l'année de l'implantation de son bureau de poste elle s'appelle Opelikan [3].
La ville eut ses infrastructures et sa voie de chemin de fer saccagés à l'issue de la Guerre de Sécession. Elle connut ensuite une forte croissance entre 1870 et 1900 ( la ville est le siège de trois périodiques en 1869[4] ) conjointement à une histoire très mouvementée sur le plan politique comme sur le plan social : chef-lieu revendiqué d'un comté insoumis à l'autorité fédérale, lieu de rassemblement de buveurs et de mauvais garçons dans sa périphérie, elle fut un lieu de non-droit et de batailles qui la firent mettre sous administration militaire entre 1882 et 1899, date à l'issue de laquelle sa charte civile fut réinstaurée[5].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Millard B. Grimes, président du Georgia Press Association's history comitee

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Billboard 3 juin 1957
  2. Richard J. Elkus (Jr.), Winner Take All: How Competitiveness Shapes the Fate of Nations (ISBN 9780465003150), p. 32
  3. (en) Paul T. Hellmann, Historical Gazetteer Of The United States, Routledge,‎ 2004 (ISBN 9780415939485), p. 18
  4. Rowell's American newspaper directory
  5. Brian St.Claire-King, Carl Warner, Hoodoo Blues the Role Playing Game, Vajra Enterprises (ISBN 0971309566), p. 219

Liens externes[modifier | modifier le code]