Paul Sérusier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Sérusier

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Sérusier (vers 1890)

Naissance 9 novembre 1864
Paris
Décès 7 octobre 1927 (à 62 ans)
Morlaix
Nationalité Française
Activités Artiste peintre
Formation Lycée Condorcet
Académie Julian
Mouvement artistique Nabi
Influencé par Gauguin

Paul Sérusier, né le 9 novembre 1864 à Paris[1], mort le 7 octobre 1927 à Morlaix, est un peintre français postimpressionniste, associé au mouvement des nabis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Talisman (1888), huile sur bois, 27 x 21,5 cm, musée d'Orsay, Paris.
Louise ou la servante bretonne (1890), huile sur toile, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré », Saint-Germain-en-Laye.

Paul Sérusier naît dans une famille de classe moyenne aisée. Son père, un homme d'affaires qui travaille dans l'industrie du parfum, lui assure une éducation classique. En 1875, Sérusier est admis au lycée Condorcet où il étudie la philosophie, le grec, le latin et les sciences. Il reçoit ses deux diplômes de philosophie et de sciences en 1883.

En 1885, après avoir travaillé dans la société d'un ami de son père pendant une courte période, il entre à l'Académie Julian. D'un caractère agréable, il sympathise vite avec les étudiants et les professeurs. Son amitié avec Maurice Denis date de cette époque.

Il passe l'été 1888 à la pension Gloanec de Pont-Aven, en Bretagne, ville qui attire alors beaucoup d'artistes français et étrangers. Là, son attention se porte sur un petit groupe d'artistes qui gravitent autour d'Émile Bernard et de Paul Gauguin. Il se rapproche d'eux et reçoit même une leçon gratuite de Gauguin lorsque ce dernier lui présente son Christ jaune. Gauguin encourage Sérusier à se débarrasser de la contrainte imitative de la peinture, à user de couleurs pures, vives, à ne pas hésiter à exagérer ses visions, et à donner à ses peintures sa propre logique décorative et symbolique.

Sérusier revient à Paris avec un petit tableau peint sous les directives de Gauguin, et le montre avec enthousiasme à ses compagnons, partageant ainsi ses nouvelles idées apprises de Gauguin. Le tableau est alors appelé Le Talisman. Des débats se développent entre lui et les autres étudiants. L'été 1889, Sérusier revient dans la région de Pont-Aven et s'installe au village du Pouldu dans la petite auberge de Marie Henry qui devient rapidement le foyer de l'école de Pont-Aven.

Avec ses proches Pierre Bonnard, Maurice Denis, Henri-Gabriel Ibels et Paul-Elie Ranson, qui partagent ses idées, Sérusier forme un groupe, les Nabis (« prophète » en hébreu). Ils se rencontrent régulièrement pour parler de théories de l'art, de symbolisme, d'occultisme et d'ésotérisme. Plus tard, Armand Seguin, Édouard Vuillard et Ker-Xavier Roussel rejoignent le groupe. Cependant, après le départ de Gauguin pour Tahiti en 1891, les liens du groupe se relâchent et chacun prend une direction individuelle. L'été 1891, Sérusier délaisse Pont-Aven et le Pouldu en s'installant à Huelgoat, où il revient pendant l'été 1892 et où il rencontre l'actrice polonaise Gabriella Zapolska. Il peint des figures monumentales et solides de paysans bretons. Sa palette change, il n'utilise plus de couleurs pures mais les rompt avec du gris. À partir de 1893, il s'installe en compagnie de Gabriella Zapolska à Châteauneuf-du-Faou dans le Finistère, lieu qui restera son domicile principal jusqu'à la fin de sa vie.

Il passe ses hivers à Paris, travaillant avec son ami Lugné-Poe, fondateur du théâtre de l'Œuvre. Beaucoup d'artistes nabis, Sérusier inclus, travaillent aux décors et costumes du théâtre symboliste². Dans ces travaux, les artistes expriment leur idéal de simplification et de synthèse de plusieurs moyens d'expression.

Ève Bretonne ou Mélancolie (vers 1891), huile sur toile, 73 x 60 cm, musée d'Orsay, Paris.

En 1895, Sérusier accepte une invitation de son ami Jan Verkade à visiter le monastère bénédictin de Beuron, en Allemagne. Les moines-artistes du monastère ont des principes selon lesquels les lois de la beauté seraient divines, mystérieusement cachées dans la nature, et ne pourraient être révélées qu'aux artistes possédant un sens des proportions et de l'harmonie des formes (« Dieu fit le Saint-Esprit selon la mesure, le nombre et le poids »[réf. nécessaire]).

Cette doctrine l'enthousiasme et, de retour à Paris, il tente de convaincre ses amis de sa nouveauté et de son importance, mais elle ne rencontre pas le succès escompté et Sérusier prend de la distance envers ses anciens amis. Après plusieurs voyages à Beuron, il applique la doctrine des moines en développant un art reposant sur le calcul et les mesures.

Ses études tardives sur l'art égyptien, les primitifs italiens et les tapisseries du Moyen Âge le mènent à produire des œuvres décoratives.

Sérusier enseigne régulièrement à l'Académie Ranson à partir de 1908.

En 1921 il publie ABC de la peinture[2], un court traité dans lequel il développe une théorie des courbes et des formes simples, une théorie des couleurs et une méthode de recherche des couleurs sourdes. Il s'agit du mémoire de toutes ses recherches esthétiques.

Sérusier s'éteint en 1927 à Morlaix. La revue L'art et les artistes publie à cette date un long article sur son œuvre[3].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Musée et sites dédiés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Chassé, Les Nabis et leur temps, Lausanne, La Bibliothèque des Arts, 1960
  • (en)Patricia Eckert Boyer, Jane Voorhees Zimmerli Art Museum, Elizabeth Prelinger, The Nabis and the Parisian Avant-Garde, Rutgers University Press, 1988
  • (en)Arthur Ellridge, Gauguin and the Nabis : Prophets of Modernism, Terrail, 1995
  • Claire Freches-Thory et Antoine Terrasse, Les Nabis, Flammarion, 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 10/4406/1864 (consulté le 24 novembre 2012)
  2. Douce France, 1921, éditions Floury
  3. Revue L'Art et les artistes, n° 3, année 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58602090/f88.pagination.r=Ch%C3%A2teauneuf-du-Faou.langFR, parsemé de nombreuses reproductions de tableaux
  4. http://www.chateauneuf-du-faou.com/page.php?rubrique=4&section=91
  5. http://maisonmuseedupouldu.blogspot.fr/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :