Cosson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 29′ 43″ N 1° 15′ 03″ E / 47.4953, 1.25083 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cosson (homonymie).
Cosson
Le Cosson à Candé-sur-Beuvron.
Le Cosson à Candé-sur-Beuvron.
Caractéristiques
Longueur 96,4 km [1]
Bassin 779 km2
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 3,97 m3/s (Vineuil) [2]
Régime pluvial
Cours
Source Étang de la Ramellière
· Localisation Isdes
· Altitude 136 m
· Coordonnées 47° 41′ 09″ N 2° 14′ 52″ E / 47.6858, 2.2478 (Source - Cosson)  
Confluence le Beuvron
· Localisation Candé-sur-Beuvron
· Altitude 62 m
· Coordonnées 47° 29′ 42″ N 1° 15′ 02″ E / 47.495, 1.2505 (Confluence - Cosson)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Loir-et-Cher, Loiret
Régions traversées Centre
Principales villes Blois

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Cosson est une rivière de France, en région Centre, dans les deux départements du Loir-et-Cher et du Loiret, et affluent du Beuvron qu'il rejoint 1 km avant que ce dernier ne se jette dans la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Longue de 96,4 km[1], la rivière prend sa source à Isdes Vannes-sur-Cosson, à 136 mètres d'altitude, dans l'Étang de la Ramellière en Sologne,

Il arrose La Ferté-Saint-Aubin, La Ferté-Saint-Cyr, puis passe près du Château de Chambord où son cours a été détourné pour former un canal et alimenter les douves, et du château du Lude en Sologne. Elle poursuit son cours pour passer à Vineuil où elle devient parallèle à la Loire à cause de la vallée en face de Blois

Enfin, le Cosson conflue avec le Beuvron à Candé-sur-Beuvron, à 62 mètres d'altitude.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements du Loir-et-Cher (41) et du Loiret (45), le Cosson traverse dix-huit communes[1] :

Toponymes[modifier | modifier le code]

Le Cosson a donné son hydronyme aux trois communes suivantes de Crouy-sur-Cosson, Huisseau-sur-Cosson, Vannes-sur-Cosson.

Affluent - défluent[modifier | modifier le code]

Les douves du château de Chambord sont alimentées par un canal détournant l'eau du Cosson
Les douves du château de Chambord sont alimentées par un canal détournant l'eau du Cosson

Le Cosson possède un affluent important, la Canne, dont il reçoit les eaux en amont de Ligny-le-Ribault.

Il possède aussi un défluent, le Vieux-Cosson. Il s'agit d'un bras qui se forme, et ne rejoint plus le cours principal. Il se jette directement dans la Loire.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Cosson est une rivière moyennement abondante, un peu plus que la plupart des cours d'eau de plaine du bassin versant de la Loire.

Le Cosson à Vineuil[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur une période de 16 ans (1968-1985) à Vineuil, localité du département de Loir-et-Cher située à peu de distance de son confluent avec le Beuvron [2]. Le bassin versant de la rivière y est de 710 km2, soit un peu plus de 90 % de ce dernier qui fait 779 km2 dans sa totalité[réf. nécessaire].

Le module de la rivière à Vineuil est de 3,97 m3/s[2].

Le Cosson présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées, avec des hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 5,46 et 8,98 m3/s, de janvier à mai inclus (avec un maximum très net en février), et des basses eaux d'été-automne, de juillet à octobre inclus, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,744 m3⋅/s au mois d'août, ce qui reste encore appréciable.

Étiage[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,13 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 130 litres par seconde, ce qui devient assez sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être assez importantes, caractéristique partagée par la plupart des affluents de plaine du bassin de la Loire.

Ainsi les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 29 et 41 m3/s. Le QIX 10 est de 49 m3/s, le QIX 20 de 56 m3⋅/s, tandis que le QIX 50 n'a pas été calculé faute de durée d'observation suffisante.

Le débit journalier maximal enregistré à Vineuil durant la période d'observation, a été de 52,5 m3/s le 15 mai 1985. En comparant cette valeur à l'échelle des QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était un peu plus que d'ordre vicennal, et donc destinée à se reproduire assez fréquemment.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Cosson n'est pas une rivière extrêmement abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 179 millimètres annuellement, ce qui est nettement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, ainsi qu'à l'ensemble du bassin de la Loire (244 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière atteint 5,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]