Boulogne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 05′ N 1° 40′ O / 47.083, -1.67

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulogne.
la Boulogne
Illustration
Caractéristiques
Longueur 81,6 km
Bassin 470 km2
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen ?
Régime pluvial océanique
Cours
Se jette dans le lac de Grand-Lieu
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

La Boulogne est une rivière de l'ouest de la France, située dans les départements de la Loire-Atlantique et de la Vendée. Elle alimente le lac de Grand-Lieu et fait donc partie du bassin de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours est de 81,6 km[1]. Elle prend sa source en Vendée, sur la commune de Saint-Martin-des-Noyers, trace son cours à la limite des communes des Essarts et de La Merlatière, puis remonte vers le nord. Elle arrose notamment les communes de Boulogne, Les Lucs-sur-Boulogne et Rocheservière en Vendée, puis entre en Loire-Atlantique, où elle arrose Corcoué-sur-Logne, Saint-Colomban et Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, avant de se jeter dans le lac de Grand-Lieu[2].

Avant le bourg de Saint-Philbert, elle reçoit un affluent de rive gauche, la Logne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les mentions latines de la Boulogne vont du VIIe au XIIe siècle : Vedonia, Bidonia, Bolonia. Michel Kervarec estime que l'on a affaire à une composition du mot gaulois onna (rivière) devenu onia et de ved (gué). Dans le cas de la Logne, le mot onia donne Ogne, qui subit le phénomène de l'agglutination de l'article : l'Ogne > la Logne. L'Ognon est un dérivé de Ogne ; ici, l'agglutination que l'on peut rencontrer dans des textes anciens n'a pas été retenue[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SANDRE, « Fiche rivière la boulogne (M8--026-) » (consulté le 18 octobre 2008)
  2. Cf. carte IGN au 1/25 000° Série bleue 1224 ouest Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.
  3. Kervarec 1999

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Kervarec, Chemins d'historiens, mélanges pour Robert Durand, Rennes, Apogée,‎ 1999, 64 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]