Clain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 46′ 52″ N 0° 32′ 26″ E / 46.78111, 0.54056

le Clain
Le Clain à Poitiers.
Le Clain à Poitiers.
Caractéristiques
Longueur 144,3 km [1]
Bassin 3 217 km2 [1]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 21,5 m3/s (Dissay) [2]
Organisme gestionnaire le syndicat mixte du Clain Sud et le Syndicat mixte pour l'Aménagement du Clain
Régime pluvial
Cours
Source près du lieu-dit la Chapelle Beau Clain
· Localisation Hiesse
· Altitude 210 m
· Coordonnées 46° 01′ 37″ N 0° 35′ 27″ E / 46.027, 0.5909 (Source - le Clain)  
Confluence la Vienne
· Localisation Cenon-sur-Vienne
· Altitude 57 m
· Coordonnées 46° 46′ 55″ N 0° 32′ 28″ E / 46.7819, 0.5411 (Confluence - le Clain)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Charente, Vienne
Régions traversées Poitou-Charentes
Principales villes Poitiers

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Clain est une rivière français d'importance moyenne, en région Poitou-Charentes, dans les deux départements de la Charente et de la Vienne, et un affluent gauche de la Vienne, donc un sous-affluent du fleuve la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Clain au pont Saint-Cyprien à Poitiers.
Le Clain au pont Saint-Cyprien à Poitiers.

D'une longueur de 144,3 km[1], le Clain naît dans le département de la Charente, mais l'essentiel de son cours est situé dans la Vienne. Le Clain prend sa source au sud de Hiesse en Charente et traverse le département de la Vienne avant de se jeter dans la rivière du même nom, près de Châtellerault, à Cenon-sur-Vienne[3].

Il traverse entre autres les villes de Vivonne, Saint-Benoit et Poitiers avant de confluer avec la Vienne près de Châtellerault.

Rivière de pays calcaire, son cours entaille fortement les plateaux, formant une vallée encaissée en U (ou en auge) de cinquante mètres de profondeur. Son cours méandreux forme des rives escarpées du côté concave du cours en vis-à-vis d'une rive en pente moyenne sur le côté convexe par exemple à Saint-Benoit.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de la Charente (16) et de la Vienne (86), le Clain traverse trente-trois communes[1] :

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Clain traverse dix-huit zones hydrographiques pour une superficie totale de 3 217 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 80,74 % de « territoires agricoles », à 14,2 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 4,96 % de « territoires artificialisés », à 0,08 % de « surfaces en eau », à 0,02 % de « zones humides »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Les organismes gestionnaires sont le syndicat mixte du Clain Sud et le Syndicat mixte pour l'Aménagement du Clain[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Crue en mars 2007.
Crue en mars 2007.
Un arbre déraciné par la crue et emporté jusqu'au pont-Joubert, mars 2007.
Un arbre déraciné par la crue et emporté jusqu'au pont-Joubert, mars 2007.
La fontaine XVe du Pont-Joubert, qui se déverse dans le Clain à Poitiers.
La fontaine XVe du Pont-Joubert, qui se déverse dans le Clain à Poitiers.

Le Clain n'est pas une rivière sujette à des inondations catastrophiques. Mais les pluies locales peuvent provoquer d'importants débordements dans sa vallée encaissée. Le plus important remonte à décembre 1982, lorsqu'une crue soudaine avait coupé la circulation sur les boulevards de Poitiers et submergé tous les ponts (excepté le pont de l'autoroute urbaine dite Pénétrante).

Le Clain à Dissay[modifier | modifier le code]

Le débit du Clain a été observé sur une période de 50 ans (1965-2014), à Dissay, à 59 m d'altitude, localité du département de la Vienne, située au sud de Châtellerault, à peu de distance du confluent avec la Vienne[2]. À cet endroit le bassin versant de la rivière est de 2 881 km2 sur un total de 3 217 km2[1], soit 89 % de la totalité.

Le module de la rivière à Dissay est de 21,5 m3/s.

Le Clain présente des fluctuations saisonnières de débit moyennes, avec des hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen entre 27 et 43 m3/s, de décembre à avril inclus (maximum en janvier et surtout février), et des basses eaux d'été de juillet à octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 6,09 m3/s au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : L2501610 - Le Clain à Dissay pour un bassin versant de 2 881 km2 et à 59 m d'altitude[2]
(le 08-11-2014 - données calculées sur 50 ans de 1965 à 2014)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 2,1 m3/s[2] ce qui reste acceptable et à 10 % du module.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent prendre une certaine importance sans atteindre des niveaux catastrophiques. Le débit instantané maximal enregistré a été de 400 m3/s le 1er décembre 1982, tandis que la valeur journalière maximale a été de 342 m3/s le 22 décembre 1982. La hauteur maximale instantanée a été de 2 370 mm ou 2,37 m le 24 janvier 1995.

Le QIX 10 est de 250 m-3/s, tandis que le QIX 20 vaut 300 m3/s. Quant au QIX 50, il est de 360 m3/s[2], soit 12 % de celui de la Vienne à Nouâtre.

À titre de comparaison, le QIX 10 de la Marne à l'entrée de Paris vaut 510 m3/s, tandis que son QIX 50 est de 650 m3/s[2]. On peut ainsi remarquer que le QIX 10 comme le QIX 50 du Clain, rivière moyenne, sont d'un peu plus de la moitié de ceux de la Marne, alors que le bassin versant de cette dernière est quatre fois plus étendu.

La crue centennale est mesurée à 5,60 m[réf. nécessaire].

La crue de février 2007 a atteint environ 3,65 m le 3 mars 2007[réf. nécessaire].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin du Clain est de 237 millimètres par an, ce qui peut paraître un peu faible, comparé à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres par an), ou à celle de l'ensemble du bassin versant de la Vienne (319 millimètres par an). C'est cependant supérieur à bien des cours d'eau du bassin de la Loire, tels que la Sarthe (203 millimètres par an) ou encore le Loir (seulement 130 millimètres par an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 7,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Littérature[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Clain (L2--0160) » (consulté le 18 novembre 2014)
  2. a, b, c, d, e, f et g Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Clain à Dissay (L2501610) » (consulté le 18 novembre 2014)
  3. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 18 novembre 2014)
  4. « Syndicat mixte du Clain Sud », sur clain.sud.pagesperso-orange.fr (consulté le 18 novembre 2014)
  5. a, b et c Ernest Chebroux jadis très connu est un poète aujourd'hui oublié du grand public.