Gartempe (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gartempe.
Gartempe
La Gartempe à Saint-Germain.
La Gartempe à Saint-Germain.
Caractéristiques
Longueur 204,6 km [1]
Bassin 3 922 km2
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen 38 m3/s (La Roche-Posay)
Régime Pluvial
Cours
Source Pétillat
· Localisation Peyrabout
· Altitude 629 m
· Coordonnées 46° 05′ 18″ N 1° 54′ 54″ E / 46.0882, 1.9151 (Source - Gartempe)  
Confluence Creuse
· Localisation La Roche-Posay
Yzeures-sur-Creuse
· Altitude 59 m
· Coordonnées 46° 47′ 05″ N 0° 49′ 47″ E / 46.7848, 0.8296 (Confluence - Gartempe)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Vincou, Couze et Ardour
· Rive droite Anglin, Brame et Semme
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions Limousin
Centre
Poitou-Charentes
Départements Creuse
Haute-Vienne
Vienne
Indre
Indre-et-Loire
Principales villes Bessines-sur-Gartempe, Montmorillon et La Roche-Posay

Sources : SANDRE, Géoportail et Banque Hydro

La Gartempe est une rivière française, qui coule dans les départements de la Creuse, de la Haute-Vienne, de la Vienne, de l'Indre (1 km en rive droite), et de l'Indre-et-Loire (7 km en rive droite), en régions Limousin, Poitou-Charentes et Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette rivière prend sa source[1] dans l'ancienne province de la Marche à 629 mètres d'altitude, près de Pétillat sur la commune de Peyrabout dans le département de la Creuse. Son confluent[1] avec la Creuse, se trouve près des communes de La Roche-Posay, pour sa rive gauche (département de la Vienne) et Yzeures-sur-Creuse, pour sa rive droite (département d'Indre-et-Loire), après un trajet de 204,6 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la rivière est attesté sous la forme Vartimpa (sans date[2]), Vuartimpe en 825, Guartimpa en 886[3], Wartimpae fluvii (sans date[4]), super fluvium Wartimpae (sans date[5]), super fluvium Guartempa (sans date[6]).

Le « G- » initial de la forme moderne est du à une influence germanique, sur le « V- », initial de Vartimpa passé à W- : Wartimpa, puis Guartempa et Gartempe. En marchois, elle s'écrit et se prononce donc Gartempa. C'est un hydronyme obscur.

Historique[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le confluent avec la Creuse.
Le confluent avec la Creuse.
La Gartempe au nord de la Haute-Vienne.La Gartempe au nord de la Haute-Vienne.
Les portes d'enfer.
Les portes d'enfer.

La Gartempe est une rivière abondante, à l'instar de ses voisines de la région du sud-ouest du bassin de la Loire, issues des massifs du Limousin ou de ses contreforts. Son débit a été observé sur une période de 54 ans (1955-2008), à Montmorillon, localité du département de la Vienne située un peu en amont de son confluent avec l'Anglin, son affluent de loin le plus important. Le bassin versant de la rivière y est de 1 868 km2 (soit moins de la moitié de l'entièreté de celui-ci qui s'étend au total sur 3 922 km2).

Le module de la rivière à Montmorillon est de 21,9 m3/s.

La Gartempe présente des fluctuations saisonnières de débit fort marquées, comme très souvent parmi les rivières issues du versant nord-ouest du massif central français, avec des hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 29,6 et 41,9 m3/s, de décembre à fin avril inclus (avec un maximum en février), et des basses eaux d'été, de juillet à début octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à 5,9 m3 au mois d'août. Mais ces moyennes mensuelles ne sont que des moyennes et occultent des fluctuations bien plus prononcées sur des périodes plus courtes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Montmorillon - données calculées sur 54 ans
(1955-2008)

Source : Banque Hydro : Station L5411810

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 1,6 m3, mais ce fait est tout à fait habituel parmi les rivières de la région.

Les crues peuvent être très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 210 et 290 m3. Le QIX 10 est de 350 m3/s, le QIX 20 de 410 m3 et le QIX 50 de 480 m3.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 449 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale avait été de 348 m3/s le 7 décembre de la même année. En comparant ces données avec l'échelle des QIX calculés de la rivière, il apparaît que la crue du a une probabilité de se reproduire à peu près tous les quarante ans.

À titre de comparaison avec une importante rivière du bassin parisien, le QIX 10 de la Marne en fin de parcours, dans la région parisienne, vaut 510 m3 contre 350 pour la Gartempe, et que son QIX 50 se monte à 650 m3 (contre 480 pour la Gartempe). Ainsi les débits calculés de crues de la Marne dépassent de seulement quelque 40 % ceux de la Gartempe, alors que son bassin est plus de six fois plus étendu.

La Gartempe est alimentée par des précipitations abondantes dans la région sud de son bassin. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 376 millimètres annuellement, ce qui est supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et est assez nettement supérieur à la moyenne du bassin de la Vienne (319 millimètres à Nouâtre). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 11,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

La Gartempe à Saint-Pierre-de-Maillé.
La Gartempe à Saint-Pierre-de-Maillé.

Affluents[modifier | modifier le code]

Territoires communaux traversés[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Activités nautiques[modifier | modifier le code]

Le pont de Saint-Savin.

Canoë-kayak avec un parcours de 50 km jusqu'à Châteauponsac. Outre les 47 km calmes en aval [8], la portion haute (Bessines-sur-Gartempe) est de faible difficulté (classe[9] II-III). Vers Lathus-Saint-Rémy une petite portion encaissée très sauvage et animée dite « le Roc d'Enfer » est plus mouvementée (classe III+), site ou se tient diverses compétitions. La partie basse, 47 km de classe I-II se prête plus au loisir et tourisme.

Pêche et poissons[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau est de deuxième catégorie, les poissons susceptible d’être péchés sont : Ablette, Barbeau commun, Black-bass à grande bouche, Brème, Brochet, Carassin, Gardon, Goujon, Perche, Poisson-chat, Rotengle, Sandre, Silure et Tanche.

De tous temps appréciée par les pêcheurs sportifs, notamment à la mouche, la Gartempe a vu son cours et son écologie entièrement modifiés en 1920 : le barrage de Maisons Rouges avait été construit sur la Vienne, empêchant les poissons migrateurs (aloses, lamproies, saumons...) de remonter jusqu'à la Gartempe. Suite au plan Barnier concernant la Loire, ce barrage a été détruit en 1998. Des lamproies et des aloses sont réapparues dans la Gartempe. Des saumoneaux ont été déversés en grand nombre dans la Gartempe en  ; depuis cette date, plus d'une soixantaine de saumons adultes ont été recensés dans la Gartempe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Gartempe (L5--0180) » (consulté le 22 décembre 2011) .
  2. Gilles Ménage, Dictionnaire étymologique de la langue françoise, t. I, Briaçon / Paris, MDCCL (lire en ligne).
  3. « Le boeuf, le chat et le ruisseau », Le Monde,‎ 31 mars 201 (lire en ligne).
  4. VanderBeken, Acta sanctorum octobris, t. III, Anvers (lire en ligne).
  5. Philippe Labbé, Nouae bibliothecae manuscript. librorum tomus primus: historias : Passion de saint Savin et de saint Cyprien, martyres en Poitou, vol. 2 (lire en ligne).
  6. Société des antiquaires de l'Ouest : Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest,‎ 1839 (lire en ligne), p. 374 et 477.
  7. Site du Géoportail, consulté le 22 décembre 2011.
  8. Site de Canoe-Limousin.com : Où Pratiquer ?, consulté le 22 décembre 2011.
  9. Site de Rivières.info : Les difficultés de la rivière, consulté le 22 décembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]