Creuse (affluent de la Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Creuse.
Creuse
La Creuse à Fontgombault.
La Creuse à Fontgombault.
Caractéristiques
Longueur 263,6 km [1]
Bassin 9 570 km2
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen 85 m3/s (Leugny)
Régime Pluvial
Cours
Source Plateau de Millevaches
· Localisation Le Mas-d'Artige
· Altitude 811 m
· Coordonnées 45° 43′ 45″ N 2° 10′ 49″ E / 45.7293, 2.1803 (Source - Creuse)  
Confluence Vienne
· Localisation Port-de-Piles
Ports
Nouâtre
· Altitude 44 m
· Coordonnées 47° 00′ 23″ N 0° 34′ 03″ E / 47.0064, 0.5676 (Confluence - Creuse)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Gartempe
· Rive droite Petite Creuse, Bouzanne et Claise
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions Limousin
Centre
Poitou-Charentes
Départements Creuse
Indre
Indre-et-Loire
Vienne
Principales villes Aubusson, Le Blanc et La Roche-Posay

Sources : SANDRE, Géoportail et Banque Hydro

La Creuse est une rivière française, qui coule dans les départements de la Creuse, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne, en régions Limousin, Centre et Poitou-Charentes.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

La Creuse (Cruesa, Cròsa, Creusa ou encore Cruesaen en occitan[2]) est attestée sous les formes Crosa au VIIIe siècle, Chrosa en 730, Crosa en 936, Croza en 1310[3].

La Creuse en direction de Néons-sur-Creuse, à Yzeures-sur-Creuse.
La Creuse en direction de Néons-sur-Creuse, à Yzeures-sur-Creuse.

Ernest Nègre[4] y voit un préceltique crosa « vallée profonde ». Le mot creux en français, cròs en occitan est d'origine gallo-romane *CROSU. Son aire de répartition, tant en France qu'en Italie septentrionale, rend plausible une étymologie celtique[5].

On peut noter l'analogie entre la première forme du mot « creux » attestée en ancien français : cruose et la forme occitane du nom de la rivière Cruesa. En outre, le genre féminin est le plus fréquent parmi les hydronymes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle prend sa source[1] à 816 m d'altitude sur le plateau de Millevaches, dans le département auquel elle a donné son nom (la Creuse). La source se trouve au bord de la D8 au lieu-dit Chirat (commune du Mas-d'Artige).

Son confluent[1] avec la Vienne, est situé au lieu-dit Bec-des-Deux-Eaux sur le territoire des communes de Port-de-Piles (Vienne), Ports et Nouâtre (Indre-et-Loire).

La Creuse à Moutier-d'Ahun.
La Creuse à Moutier-d'Ahun.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Creuse en direction de Preuilly-la-Ville, à Lurais.
La Creuse en direction de Preuilly-la-Ville, à Lurais.
La Creuse à Saint-Gaultier.
La Creuse à Saint-Gaultier.
La Creuse à Tournon-Saint-Martin.
La Creuse à Tournon-Saint-Martin.
La Creuse au Blanc.
La Creuse au Blanc.

Le débit de la Creuse a été observé sur une période de 45 ans (1964-2008), à Leugny, localité du département de la Vienne, située peu en amont de la commune de Descartes, donc un peu avant le confluent avec la Vienne. À cet endroit le bassin versant de la rivière est de 8 020 km², sur un total de 9 570, soit 84 % de sa totalité. La portion du bassin non couverte par les observations est constituée avant tout des sous-bassins de la Claise et de l'Esves.

Le module de la rivière à Leugny est de 76,7 m3/s. Compte tenu de ce qui précède, le débit de la Creuse à son débouché dans la Vienne est d'au moins 85 m3/s.

La Creuse présente des fluctuations saisonnières de débit moyennes, avec des hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau de 105 à 150 m3/s, de décembre à avril inclus (maximum en février), et des basses eaux d'été de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 21,1 m3 au mois d'août, niveau encore appréciable, il est vrai. Mais ces moyennes mensuelles cachent des oscillations périodiques plus importantes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Leugny - données calculées sur 45 ans
(1964-2008)

Source : Banque Hydro : Station L6020710

Le VCN3 peut chuter jusque 6,3 m3, en cas de période quinquennale sèche.

Les crues peuvent être très importantes et dévastatrices. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 670 et 960 m3. Le QIX 10 est de 1 100 m3/s, le QIX 20 de 1 300 m3 et le QIX 50 de 1 600 m3.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 1 210 m3/s le 6 mars 2006, tandis que la valeur journalière maximale avait été de 1 110 m3/s le 16 février 1990. En comparant ces données avec l'échelle des QIX calculés de la rivière, il apparaît que la crue de mars 2006 n'avait rien d'exceptionnel et a une probabilité de se reproduire à peu près tous les quinze ou seize ans.

À titre de comparaison, le QIX 10 de la Marne à l'entrée de Paris vaut 510 m3/s, tandis que son QIX 50 est de 650 m3. Le QIX 10 comme le QIX 50 de la Creuse, rivière de moindre débit moyen, sont de plus du double de ceux de la Marne, alors que le bassin versant de cette dernière est nettement plus étendu. La même comparaison avec la Seine à Alfortville nous donne pour cette dernière un QIX 10 de 1 200 m3/s et un QIX 50 de 1 600 m3, soit des valeurs quasi égales, mais pour un bassin versant de la Seine d'une étendue presque quadruple (30 800 km2) de celle de la Creuse (voir l'article concernant le débit de la Seine à Paris).

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Creuse est de 303 millimètres annuellement, ce qui est un peu moindre que la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, ainsi d'ailleurs que celle du bassin versant de la Vienne (319 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 9,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'École de Crozant est située sur les rives des deux Creuses à proximité des communes de Crozant et de Fresselines dans le département de la Creuse. C'est une école « sans maître », qui n'est rien d'autre qu'une commode appellation, imaginée ultérieurement, pour désigner tous ceux qui ont trouvé l'inspiration sur les rives de la Creuse. Claude Monet en 1889 au cours d'un séjour à Fresselines peignait une de ses séries sur le site du confluent des deux Creuses. Il réalisera 23 toiles dans la vallée.

Barrage d'Éguzon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Barrage d'Éguzon.

Le barrage d'Éguzon est un barrage hydroélectrique français qui est situé sur les communes d'Éguzon-Chantôme pour la rive gauche et de Cuzion pour la rive droite. Les communes d'Éguzon-Chantôme et de Cuzion sont situées dans le département de l'Indre et la région Centre.

Culture[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Activités nautiques[modifier | modifier le code]

  • Stade d'eau vive de Tournon-Saint-Martin[7].

Pêche et poissons[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau est de deuxième catégorie, les poissons susceptible d’être péchés sont : Ablette, Barbeau commun, Black-bass à grande bouche, Brème, Brochet, Carassin, Gardon, Goujon, Perche, Poisson-chat, Rotengle, Sandre, Silure et Tanche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Creuse (L---0070) » (consulté le 22 décembre 2011).
  2. Site de Panoccitan.org : Le dictionnaire Occitan - Français, consulté le 22 décembre 2011.
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Librairie Droz,‎ 1990, p. 49.
  4. Ibidem.
  5. Site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales : Étymologie, consulté le 22 décembre 2011.
  6. Site du Géoportail, consulté le 22 décembre 2011.
  7. Site d'Hydrostadium : Stade d'eau vive de Tournon-Saint-Martin, consulté le 22 décembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]