Glen A. Larson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Larson.

Glen A. Larson

Nom de naissance Glen Albert Larson
Naissance 3 janvier 1937
Long Beach
Nationalité américaine
Décès 14 novembre 2014 (à 77 ans)
Santa Monica
Profession scénariste
producteur de télévision
chanteur
Séries notables Quincy
Magnum
L'Homme qui tombe à pic
K 2000

Glen A. Larson est un scénariste et producteur de séries télévisées américain, né le 3 janvier 1937 à Long Beach et mort le 14 novembre 2014 à Santa Monica.

Larson chante au sein du groupe vocal The Four Preps (en) durant les années 1950. Il travaille ensuite comme scénariste. Au cours des années 1970 et 1980, il créé et produit des séries télévisées, dont Quincy (Quincy, M.E.), Galactica (Battlestar Galactica), L'Homme qui tombe à pic (The Fall Guy) et K 2000 (Knight Rider).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

La famille de Glen A. Larson s'installe à Los Angeles durant sa jeunesse. Il est scolarisé à la Hollywood High School, où il côtoie Robert Wagner, Yvette Mimieux et Sally Kellerman[1],[2]. Larson effectue un stage dans les studios de NBC[3],[4].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1950, Larson fait partie du groupe vocal The Four Preps (en). Ils sont signés par Capitol Records en 1956[3]. Le groupe enregistre plusieurs titres certifiés « disque d'or »[5],[6], dont 26 Miles (en), coécrit par Larson, qui se classe dans le Top 10 des ventes de singles aux États-Unis[2]. Devenu père de famille, il délaisse le monde de la musique[3].

Carrière télévisuelle[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1966, Larson débute sa carrière télévisuelle en vendant une idée de scénario pour la série télévisée Le Fugitif (The Fugitive)[1]. Il devient scénariste, puis producteur d'Opération vol (It Takes a Thief), une série d'Universal Television[3]. En 1970, Universal lui confie la production de la série Un shérif à New York (McCloud)[7].

Années 1970[modifier | modifier le code]

Larson créé et produit la série western Opération danger (Alias Smith and Jones). Entre 1971 et 1973, 50 épisodes sont diffusés en première partie de soirée par le réseau ABC[7]. En 1973, il produit deux téléfilms inspirés du roman Cyborg de Martin Caidin, qui précèdent le lancement de la série L'Homme qui valait trois milliards (The Six Million Dollar Man)[8]. Larson créé et produit les séries Switch, dont 70 épisodes sont diffusés par CBS entre 1975 et 1978, puis Quincy (Quincy, M.E.), créée avec Lou Shaw. Le succès de cette dernière, diffusée par NBC durant huit saisons entre 1976 et 1983, lui permet de mener à bien de nombreux projets[9]. The Hardy Boys/Nancy Drew Mysteries (en), inspirée de la série de romans policiers pour la jeunesse Les Frères Hardy (The Hardy Boys), est diffusée entre 1977 et 1979[9]. La série de science-fiction Galactica (Battlestar Galactica) reste à l'antenne durant une seule saison, en 1978-1979. Sa diffusion est interrompue par ABC après 24 épisodes en raison des coûts de production élevés[3],[5]. Buck Rogers au XXVe siècle (Buck Rogers in the 25th Century), créée avec Leslie Stevens, met en scène le personnage créé par l'auteur de science-fiction Philip Francis Nowlan. Elle est diffusée sur NBC entre 1979 et 1981, tout comme la série humoristique B. J. and the Bear (en), créée avec Christopher Crowe[9]. Larson créé également une série dérivée de B. J., intitulée The Misadventures of Sheriff Lobo[10].

Années 1980[modifier | modifier le code]

L'acteur Tom Selleck sur le tournage de la série Magnum en 1984.

Durant les années 1980, Glen A. Larson créé et produit des séries populaires, dont Magnum (Magnum, P.I.), créée avec Donald Bellisario et diffusée sur CBS durant huit saisons, entre 1980 et 1988. Larson abandonne le show à son co-créateur afin de mettre sur pied de nouveaux projets[10]. Le producteur travaille avec la firme 20th Century Fox Television à partir de 1980[3]. Il créé la série d'aventures L'Homme qui tombe à pic (The Fall Guy), qui reste à l'antenne entre 1981 et 1986[10], puis retourne à la science-fiction avec K 2000 (Knight Rider), diffusée par NBC de 1982 à 1986[11]. Larson essuie des échecs avec deux nouvelles séries de science-fiction, Manimal et Automan, diffusées durant une seule saison, respectivement par NBC et ABC[11],[12]. Trauma Center (en), diffusée en 1983, Masquerade (en) en 1983-1984, Espion modèle (Cover Up) en 1984-1985, et Police 2000 (The Highwayman) créée en 1988 avec Douglas Heyes, ne rencontrent pas plus de succès[12].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Les séries de Glen A. Larson ont rarement reçu les faveurs des critiques de télévision[4],[6]. Certaines d'entre elles sont décriées en raison de leur similitude avec des œuvres antérieures[5]. En 1978, le studio 20th Century Fox attaque Universal Television pour atteinte au droit d'auteur, citant 34 similarités entre le premier film de la saga Star Wars, sorti sur les écrans en 1977, et la série télévisée Galactica, diffusée l'année suivante. Néanmoins, Fox est débouté par la justice en 1980[3],[13]. L'écrivain Harlan Ellison, qui a surnommé le producteur « Glen Larceny », estime que les idées sur lesquelles reposent ses séries télévisées sont empruntées à des longs métrages. Dans The Garner Files, son autobiographie parue en 2011, l'acteur et producteur James Garner accuse Larson d'avoir plagié des intrigues de la série 200 dollars plus les frais (The Rockford Files)[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Glen A. Larson est nommé à trois reprises aux Emmy Awards, pour avoir produit les séries Un shérif à New York (McCloud) et Quincy (Quincy, M.E.)[1],[4]. Il est également nommé aux Grammy Awards en 1979 pour avoir composé la musique originale de la série Galactica[1]. En 1985, une étoile lui est dédiée sur le Walk of Fame d'Hollywood[1],[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]