Démographie du Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Démographie du Royaume-Uni
Évolution démographique du Royaume-Uni
Évolution démographique du Royaume-Uni
Dynamique
Population (2013) 64 105 700 hab.
Accroissement naturel 0 563 %
Indice de fécondité 1,92 enfant par
Taux de natalité 12,34 ‰
Taux de mortalité 9,33 ‰
Taux de mortalité infantile 4,69 ‰
Espérance de vie à la naissance 79,92 ans
Âge médian
Homme 38,6 ans
Femme 40,9 ans
Structure par âge
0-14 ans 16,7 %
15-64 ans 67,1 %
65 ans et plus 16,2 %
Rapport de masculinité
À la naissance 105 /100
Moins de 15 ans 105 /100
15-64 ans 103 /100
65 ans et plus 76 /100
Migration
Solde migratoire 2,61 ‰
Composition linguistique
Anglais  
Écossais (langue reconnue au niveau régional)  
Gallois (langue reconnue au niveau régional)  
Irlandais (langue reconnue au niveau régional)  
Composition ethnique
Blanc 92,1 %
Noirs 2 %
Indiens 1,8 %
Pakistanais 1,3 %
Métis 1,2 %
Autres 1,6 %
Composition religieuse
Christianisme 71,6 %
Islam 2,7 %
Hindouisme 1 %
Autres 1 %
Non-spécifié ou aucune 23,1 %

Le Royaume-Uni compte 63 181 775 habitants en 2011. Avec une densité moyenne d'environ 260 habitants par km², l'île possède une des plus fortes densités d'Europe. L'Angleterre, avec 83 % de la population totale, est la nation du Royaume-Uni la plus peuplée (380 habitants par km²). Ainsi, près d'un tiers de la population du Royaume-Uni vit dans le sud de l'Angleterre autour de Londres et de ses 8,2 millions d'habitants. L'Écosse, accueillant un peu moins de 9 % de la population, est la nation la moins densément peuplée (65 habitants au km²). Le pays de Galles et l’Irlande du Nord accueillent respectivement 5 % et 3 % de la population britannique (141 et 119 habitants par km²).

Le Royaume-Uni a un taux d'alphabétisation élevé, proche de 99 %, attribuable à la politique imposant un enseignement à l'école primaire dès 1870, et au niveau secondaire dès 1900. Les enfants sont actuellement tenus d'être instruits de 5 ans à 16 ans.

La principale langue maternelle du pays est l'anglais, les autres langues régionales présentes au Royaume Uni, sont l'anglais écossais, le gaélique écossais, l'irlandais et le gallois.

Évolution historique[modifier | modifier le code]

Les chiffres suivants ne concernent que l'étendue actuelle du Royaume-Uni, à l'exclusion du territoire de la République d'Irlande devenue indépendante au XXe siècle. Étant donné que la population de cette dernière était évaluée à 2 millions d'habitants en 1750, la population du Royaume-Uni de l'époque, dans ses frontières d'alors, était de 9,5 millions d'habitants.

La population de l'Angleterre et du Pays de Galles serait resté stable à 6 millions d'habitants entre 1700 et 1740, mais aurait augmenté de façon spectaculaire après 1740. Le premier recensement organisé au Royaume-Uni a été organisée en 1801. Ce premier recensement en 1801 a révélé que la population de l'Angleterre, l'Écosse et au Pays de Galles était de 10,5 millions d'habitants, alors que la population de l'Irlande se situait entre 4,5 et 5,5 millions d'habitants.

Au cours de la révolution industrielle, l'espérance de vie des enfants a augmenté de façon spectaculaire. Le pourcentage des enfants nés à Londres qui sont morts avant l'âge de cinq ans a diminué de 74,5 % entre 1730 et 1749, à 31,8 % entre 1810 et 1829.

L'Angleterre et le Pays de Galles ont commencé l'enregistrement systématique de leurs naissances, mariages et décès en 1837. La première compilation de données statistiques sur les migrations a été faite durant le recensement de 1841. Ce recensement dénombrait en Angleterre et au Pays de Galles une population de 15,9 millions d'habitants, en Irlande de 8,2 millions d'habitants et en Écosse 2,6 millions d'habitants.

La Grande famine en Irlande, entre 1845 et 1849, a causé la mort d'un million de personnes, et a obligé, à cette époque, un autre million d'émigrer, conduisant à une diminution de la population jusqu'à la fin de XIXe siècle, la population de l'Irlande, passant de 8,2 millions en 1841 à moins de 4,5 millions en 1901. À l'inverse, la population de l'Angleterre a presque doublé, passant de 16,8 millions de personne en 1851, à 30 500 000 en 1901.

Année Population
Royaume-Uni
1750 7 500 000
1801 11 900 000
1811 13 400 000
1821 15 500 000
1841 20 200 000
1861 24 500 000
1871 27 400 000
1891 37 700 000
1901 41 500 000
1911 42 100 000
1921 44 000 000
1931 46 000 000
1951 50 200 000
1961 52 700 000
1971 55 500 000
1981 55 800 000
1991 56 300 000
2001 59 950 000
2006 60 609 000


Évolution récente de la population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population totale du Royaume-Uni depuis 2011 :

Année Population Évolution Source
2011 63 285 100
2012 63 705 000 + 0,66 % [1]
2013 64 105 700 + 0,63 % [2]

Mouvement naturel de la population[modifier | modifier le code]

Durant le milieu du XXe siècle, l'indice synthétique de fécondité (ISF) du Royaume-Uni était élevé avec un pic de 2,95 par femme en 1964. Il a cependant rapidement baissé dans les années 70, pour connaître son plus bas historique en 2001 avec un indice à 1,63. Depuis, l'indice est remonté, et a atteint le niveau de 1,96 enfants par femme en 2008. L'ISF varie cependant considérablement à travers le pays, il était ainsi en 2008 de 2,10 en Irlande du Nord, de 1,80 en Écosse, de 1,94 en Angleterre et de 1,96 au Pays de Galles.

Selon l'Office for National Statistics, durant les trois années entre juillet 2001 et juillet 2004, la population du Royaume-Uni a augmenté de 721 500 habitants, dont 242 800 (soit 34 %) étaient dus à l'accroissement naturel, et 478 500 (66 %) à l'immigration[1].

Année Naissances Taux natalité
en ‰
Taux fécondité Nbre de décès Taux mortalité
en ‰
1950 [2] 818 421 16,2 n.d. 590 136 11,6
1955 [2] 789 315 15,4 n.d. 595 916 11,6
1960 [2] 918 286 17,5 2,71 604 592 11,5
1964 [2] 1 014 672 18,7 2,95 610 508 11,3
1965 [2] 997 275 18,3 2,86 627 567 11,5
1970 [2] 903 907 16,2 2,43 652 817 11,7
1975 [2] 697 518 12,4 1,81 661 803 11,7
1980 [2] 753 708 13,3 1,89 659 862 11,7
1985 [2] 750 728 13,2 1,79 670 656 11,8
1990 [2] 798 612 13,9 1,83 641 799 11,2
1991 [2] 792 506 13,7 1,82 646 181 11,2
1992 [2] 780 799 13,5 1,79 634 238 11,0
1993 [2] 761 526 13,1 1,76 657 852 11,4
1994 [2] 750 480 12,9 1,74 627 637 10,8
1995 [2] 731 882 12,6 1,71 645 493 11,1
1996 [2] 733 163 12,6 1,73 636 024 10,9
1997 [2] 726 622 12,4 1,73 629 746 10,8
1998 [2] 716 889 12,2 1,71 629 172 10,7
1999 [2] 699 979 11,9 1,68 632 062 10,8
2000[2] 679 029 11,5 1,64 608 366 10,3
2001 [2] 669 123 11,3 1,63 602 268 10,2
2002 [2] 668 777 11,2 1,64 606 216 10,2
2003 [1] 681 700 1,71 604 800
2004 [1] 707 100 1,77 603 100
2005 [1] 717 500 1,79 590 600
2006 [1] 1,85
2007 [1] 1,90
2008 [1] 1,96
2009 [1] 1,94
2010 [1] 1,98
Année Naissances Taux natalité
en ‰
Taux fécondité Nbre de décès Taux mortalité
en ‰

Fécondité des immigrées[modifier | modifier le code]

Le taux de fécondité (nombre d'enfants par femme) varie selon le pays de naissance des immigrées. D'après le recensement de 2011, les dix pays d'origine ayant le taux de fécondité le plus élevé en Angleterre et au pays de Galles sont[3] :

Pays de naissance
de la mère
Taux de fécondité
en Angleterre
Libye 5,58
Guinée 4,84
Algérie 4,32
Afghanistan 4,25
Somalie 4,19
RDC 4,16
Yémen 3,92
Irak 3,91
Albanie 3,86
Pakistan 3,82

Migration[modifier | modifier le code]

Il ressort des différences importantes d'évolution démographique selon l'origine des populations. Entre 2001 et 2003, la population d'origine anglaise a diminué, du fait d'un solde naturel nul et d'un déficit migratoire, alors que les populations d'origine asiatiques et africaines ont progressé grâce à un solde naturel et migratoire positif.t[4].

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion au Royaume-Uni.

La principale religion du Royaume-Uni est le christianisme, partagé entre l'anglicanisme et le catholicisme en Angleterre et au Pays de Galles, et le presbytérianisme en Écosse et en Irlande du Nord. Une enquête sur 450 000 Britanniques de l'« Office for National Statistics » en 2010 a montré que 71 % de la population se considèrent chrétiens, 4 % musulmans et 21 % sans appartenance religieuse.

Au recensement de 2001, en Angleterre et au Pays de Galles, 151 000 personnes se disent appartenir à une minorité religieuse, ainsi 32 000 seraient spiritualistes, 31 000 païens, 15 000 jains, 7 000 wiccans, 5 000 rasta, 5 000 baha'is et 4 000 zoroastriens.

Langues[modifier | modifier le code]

La principale langue maternelle du pays est l'anglais parlé par 95 % de la population. L'anglais écossais est parlé par environ 500 000 personnes en Écosse et 30 000 en Irlande du Nord, l'irlandais par 106 844 locuteurs en Irlande du Nord, le gallois par environ 600 000 personnes. Le gaélique écossais par 60 000 personnes en Écosse et le cornique par 2 500 personnes. Le polonais serait quant à lui l'une des premières langues maternelles étrangères avec 600 000 locuteurs l'ayant pour langue maternelle.

Ventilation des immigrés d'après le pays de naissance[modifier | modifier le code]

Pays ou région
de naissance
Effectif
2001 [5]
--- Pays ou région
de naissance
Effectif
2001 [5]
Total 6 936 000
Afrique 834 107 Europe 2 234 000
Afrique centre et ouest 200 419 Europe de l'est 987 000
-- Nigeria 157 000 -- Pologne 520 000
Afrique du nord 72 318 -- Autres Europe de l'est 467 000
Afrique sud et est 561 370 Europe ouest et sud 1 277 000
--Kenya 128 000 -- Irlande 398 000
-- Afrique du Sud 225 000 -- Allemagne 292 000
-- Zimbabwe 123 000 -- France 124 000
Amériques 571 660 -- Italie 111 000
Caraïbes 254 987 -- Portugal 85 000
-- Jamaique 144 000 -- Espagne 71 000
Amérique du Nord 239 897 Asie 2 299 000
-- Canada 79 000 Extrême-Orient 515 000
-- États-Unis 201 000 -- Chine 114 000
Amérique du Sud et Centrale 76 776 -- Philippines 112 000
Océanie 171 917 -- Hong Kong 81 000
-- Australie 112 000 -- Malaysia 63 000
-- Nouvelle-Zélande 62 000 -- Singapour 39 000
-- Autre Océanie 5 760 Moyen-Orient 331 000
Pays inconnu et apatrides 42 222 Asie du sud 1 453 000
-- Bangladesh 196 000
-- Inde 678 000
-- Pakistan 421 000
-- Sri Lanka 108 000

Sexualité[modifier | modifier le code]

Une enquête de septembre 2010 de l'Office of National Statistics a révélé que 94,8 % des Britanniques se disent hétérosexuels, 1 % homosexuels et 0,5 % bisexuels[6]. 2,8 % ont par ailleurs dit ne pas savoir ou souhaiter répondre et 0,5 % n'ont pas répondu[6].

Comparaison à d'autres pays européens[modifier | modifier le code]

En 2010 selon Eurostat, l'Union européenne (UE) compte 47,3 millions d’immigrés, soit 9,4 % de sa population. 16 millions (3,2 %) sont nés dans un autre État membre de l'UE et 31,4 millions (6,3 %) sont nés dans un pays hors de l'UE. Les pays comptant le plus grand nombre de personnes nées hors de l'UE sont l'Allemagne (6,4 millions), la France (5,1 millions), le Royaume-Uni (4,8 millions), l'Espagne (4,1 millions), l'Italie (3,2 millions) et les Pays-Bas (1,4 million)[7].

Immigration dans l’Union européenne en 2010[8]
Pays Population
(en milliers)
Nés à l'étranger
(en milliers)
% Nés dans un autre état
de l'UE (en milliers)
% Nés en dehors de
l'UE (en milliers)
%
UE 27 501 098 47 348 9,4 15 980 3,2 31 368 6,3
Allemagne 81 802 9 812 12,0 3 397 4,2 6 416 7,8
Autriche 8 368 1 276 15,2 512 6,1 764 9,1
Belgique (2007) 10 666 1 380 12,9 695 6,5 685 6,4
Danemark 5 535 501 9,0 152 2,8 349 6,3
Espagne 45 989 6 423 14,0 2 329 5,1 4 094 8,9
Estonie 1 340 218 16,3 17 1,2 201 15,0
France 64 716 7 197 11,1 2 118 3,3 5 078 7,8
Grèce 11 305 1 256 11,1 316 2,8 940 8,3
Italie 60 340 4 799 8,0 1 593 2,6 3 206 5,3
Irlande 4 468 566 12,7 437 9,8 128 2,9
Luxembourg 502 163 32,5 135 26,9 28,1 5,6
Pays-Bas 16 575 1 833 11,1 428 2,6 1 404 8,5
Portugal 10 638 793 7,5 191 1,8 602 5,7
Suède 9 341 1 337 14,3 478 5,1 860 9,2
Royaume-Uni 62 008 7 012 11,3 2 245 3,6 4 767 7,7

Nota : ce tableau recense les personnes nées à l'étranger et inclut donc les ressortissants nationaux nés à l'étranger. Pour la France, il inclut 1,9 million de personnes nées française à l'étranger.

Parmi les pays les plus peuplés de l'Union européenne en 2008, le Royaume-Uni est avec 24,4% un des pays qui compte le plus de personnes issues de l'immigration parmi la population âgée de 25 à 54 ans. L'Espagne est le pays qui compte le plus d'immigrés de la première génération (19,1 %)[9].

Personnes âgées de 25 à 54 ans issues de l’immigration dans l’Union européenne en 2008[10]
Pays d’accueil 1re génération (%) 2e génération (%) Total (%) Principaux pays d’origine
France 13,1 13,5 26,6 Algérie, Maroc, Portugal, Espagne
Suède 16,2 9,6 25,8 Finlande, Irak, Pologne
Autriche 18,4 6,9 25,3 Balkans, Allemagne, Turquie
Royaume-Uni 15,6 8,8 24,4 Inde, Pologne, Irlande
Pays-Bas 15 8,5 23,5 Turquie, Suriname, Maroc
Allemagne 17,6 4,3 21,9 Turquie, Pologne, Italie
Espagne 19,1 1,1 20,2 Roumanie, Maroc, Équateur
UE 27 12,2 5 17,2 Turquie, Maroc, Roumanie
Portugal 10,5 1,2 11,8 Angola, Brésil, France
Italie 10,6 1 11,6 Roumanie, Albanie, Maroc
République tchèque 3 4,2 7,2 Ukraine, Slovaquie, Viêt Nam
Pologne 0,3 2,9 3,2 Ukraine, Belarus, Russie
Roumanie 0,2 0 0,2 Moldavie, Bulgarie, Ukraine

Projections[modifier | modifier le code]

Si la croissance démographique actuelle du Royaume-Uni (+ 0,6 % par an) se maintient jusqu'en 2050, la population du pays pourrait atteindre 80 millions d'habitants, soit plus que la France ou l'Allemagne à cette date. Le Royaume-Uni deviendrait ainsi le pays le plus peuplé de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i - données de statistics.gov.uk du 1er juillet au 30 juin
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v http://www.ined.fr/fr/pop_chiffres/pays_developpes/conjoncture/differents_indicateurs/ Institut national d'études démographique (INED)] - données du 1er janvier au 31 décembre
  3. (en)Childbearing of UK and non-UK born women living in the UK, 2011 Census data
  4. Laurent Chalard, Gérard-François Dumont (2007). « Des statistiques « ethniques » en Angleterre à la situation en France ». Population et Avenir. N°681. Janvier-Février 2007.
  5. a et b (en) Migration Information Source
  6. a et b (en) p. 8
  7. Concernant la France, le nombre d’immigrés est plus élevé que celui publié par l’Insee, qui contrairement aux Nations unies ne compte pas comme immigrés les Français nés à l’étranger (voir la section Définitions). En ne comptant que les personnes nées étrangères à l’étranger, il n’y a que 3,5 millions d’immigrés d’origine extra-européenne en France en 2008 (voir tableau récapitulatif à la section Origine géographique).
  8. Les chiffres de 2007 pour la Belgique nécessitent une source complémentaire.
  9. Albertinelli et al. 2011, p. 28, 75 et 122.
  10. Les principaux pays d’origine pour la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie nécessitent une source complémentaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony Albertinelli (dir.), Bettina Knauth (dir.), Katarzyna Kraszewska (dir.) et David Thorogood (dir.), Migrants in Europe : A statistical portrait of the first and second generation, Luxembourg, Eurostat, coll. « Statistical books »,‎ décembre 2011, 155 p. (ISBN 978-92-79-16231-2, lien DOI?, résumé, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]