Démographie de la Biélorussie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Démographie de la Biélorussie
Pyramide des âges de la Biélorussie en 2005
Pyramide des âges de la Biélorussie en 2005
Dynamique
Population 9 468 000 (2 013) hab.
Accroissement naturel -0,06 %
Indice de fécondité 1,43 enfant par
Taux de natalité 12,5 ‰
Taux de mortalité 13,3 ‰
Taux de mortalité infantile 3,4 ‰
Espérance de vie à la naissance 69 08 ans
Âge médian
Homme 34,5 ans
Femme 39,9 ans
Structure par âge
0-14 ans 15,7 %
15-64 ans 69,7 %
65 ans et plus 14,6 %
Rapport de masculinité
À la naissance 105 /100
Moins de 15 ans 104 /100
15-64 ans 95 /100
65 ans et plus 50 /100
Migration
Solde migratoire 2,30 ‰
Composition linguistique
Biélorusse  
Russes  
Autres  
Composition ethnique
Biélorusses 81,2 %
Russes 11,4 %
Polonais 3,9 %
Ukrainiens 2,4 %
Autres 1,1 %
Composition religieuse
Église orthodoxe 80 %
Autres 20 %

Cet article contient des statistiques sur la démographie de la Biélorussie.

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
Évolution démographique

Natalité[modifier | modifier le code]

Année Fécondité Année Fécondité Année Fécondité Année Fécondité Année Fécondité Année Fécondité
1960 2,80 1970 2,30 1980 2,04 1990 1,90 2000 1,31 2010 1,49
1961 2,61 1971 2,34 1981 2,08 1991 1,79 2001 1,27 2011 1,52
1962 2,57 1972 2,36 1982 2,02 1992 1,75 2002 1,20 2012 1,62
1963 2,46 1973 2,29 1983 2,09 1993 1,60 2003 1,22 2013 1,71
1964 2,36 1974 2,24 1984 2,14 1994 1,51 2004 1,22
1965 2,27 1975 2,20 1985 2,09 1995 1,38 2005 1,21
1966 2,28 1976 2,16 1986 2,11 1996 1,31 2006 1,29
1967 2,26 1977 2,11 1987 2,04 1997 1,23 2007 1.37
1968 2,23 1978 2,08 1988 2,04 1998 1,26 2008 1,42
1969 2,18 1979 2,05 1989 2,02 1999 1,29 2009 1,51


Situation démographique en 2012[modifier | modifier le code]

En 2013 avec un taux de natalité de 12,5 % (contre 12,2 % en 2012), la Biélorussie a enregistrée 118,463 naissances, ce qui représente le plus grand nombre de naissances enregistré depuis 1993 (117,384 naissances). Au cours de l'année 2012, 49,4 % des naissances étaient de l'ordre du 2ème enfant, 38,3 % des naissances étaient de l'ordre du 1er enfant et 12,3 % des naissances étaient supérieurs à 3 enfants. De même, le nombre de mère donnant naissance hors mariage a connu une forte diminution, passant de 24,2 % en 2005 à 18,2 % en 2012.

Le taux de mortalité a été en forte diminution, en passant de 14,3 % (135,099 décès) en 2011 à 13,4 % (126,531 décès) en 2012 (soit la plus importante diminution de la mortalité enregistrée dans n'importe quelle autre pays européen au cours de la même période) pour passer ensuite à 13,3 % en 2013 (125,872 décès).

L'organisation humanitaire internationale « Save the Children », dans le classement des 176 pays désignant les conditions les plus favorables pour la maternité en 2013, a classé la Biélorussie à la 26ème place (la France siégeait en 16ème place) ; en comparaison, les États-Unis figuraient à la 30ème place, la Russie à la 59ème, l'Ukraine à la 74ème et la Lituanie à la 76ème place. La tête du classement comptait respectivement la Finlande, la Suède et la Norvège. Inversement, selon les experts internationaux, le Congo avait la place du pays comptant les conditions les plus défavorables pour la maternité.


La Politique familiale[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, l'administration du président Loukachenko a voté une multitude de mesures destinées à stimuler la natalité et le nombre d'enfants par femme, faisant de la Biélorussie un des pays disposant d'une politique nataliste parmi les plus généreuses au monde.

En ce qui concerne l'année 2013, les prestations forfaitaires natalistes comprenaient :

  • Un congé maternité dont la durée peut durer du jour de la naissance de l'enfant jusqu'à ses 3 ans.
  • Une prime forfaitaire de naissance variant de 10 621 095 à 14 873 199 BYR (soit de 1159 à 1623 $).
  • Les allocations familiales, quant à elles, varient d'une somme dépendant de 35 à 40 % du salaire moyen national, allant de 1 814 475 à 2 071 067 BYR (soit de 198 à 226 $).
  • L'État biélorusse finance gratuitement aux couples infertiles le traitement de la FIV, cette mesure s'explique par le fait qu'en conséquence de la Catastrophe de Tchernobyl, environ 15 à 17 % des couples en âge de procréer souffrent de nombreux problèmes de fertilité. De même, l'État encourage et rémunère les femmes pratiquant la gestation pour autrui afin d'encadrer pleinement la pratique et d'éviter les dérives qu'elles engendraient dans le cadre du domaine privé.
  • Afin de mieux encourager la stimulation de la natalité, Alexandre Loukachenko, dans son discours du 8 octobre 2013, affirme son intention d'améliorer la prime de naissance pour la faire monter à 91 652 074 BYR (soit 10 000 USD).

Sources[modifier | modifier le code]