Arequipa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arequipa
Blason de Arequipa
Héraldique
Drapeau de Arequipa
Drapeau
Arequipa dominée par le Misti.
Arequipa dominée par le Misti.
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Région Arequipa
Province Arequipa
Maire Florentino Alfredo Zegarra Tejada
Code postal 04
Démographie
Population 876 543 hab. (2005)
Densité 300 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 25′ 51″ S 71° 30′ 56″ O / -16.430816, -71.51550316° 25′ 51″ Sud 71° 30′ 56″ Ouest / -16.430816, -71.515503  
Altitude 2 335 m
Superficie 292 353 ha = 2 923,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pérou

Voir sur la carte Pérou administrative
City locator 14.svg
Arequipa
Liens
Site web http://www.muniarequipa.gob.pe

Arequipa est la capitale de la région péruvienne du même nom, et la deuxième ville la plus peuplée du pays. La ville est située à plus de 2335 mètres (7550 pieds) d'altitude, au pied du volcan Misti, dans les Andes péruviennes. Elle est surnommée La cité blanche.

Deux étymologies existent pour expliquer son nom : l'actuelle assure que le mot arequipa vient de l'Aymara ari (montagne) + kipa (locatif) et signifie à peu près près de la montagne ; une autre interprétation serait que le mot vient de la phrase quechua Ari, quepay qui signifie « Ici, restez vous ».

Dans la province aride d'Arequipa, les autorités péruviennes ont entrepris de rendre fertiles des milliers d'hectares désolés en domptant l'eau qui dévale de la Cordillère des Andes.

La ville possède en son centre le plus grand couvent du monde, le couvent Santa Catalina.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période pré-coloniale[modifier | modifier le code]

Les trouvailles archéologiques indiquent que la vallée fertile où se trouve Arequipa a été occupée entre 5000 et 6000 avant J.-C.

Au XVe siècle, la région, alors occupée par les Amérindiens aymara, fut conquise par les Incas et servit de base importante de ravitaillement de produits agraires pour l'empire.

Période coloniale[modifier | modifier le code]

La ville moderne fut fondée le 15 août 1540 par Garcí Manuel de Carbajal, un émissaire du conquistador espagnol Francisco Pizarro. Un an plus tard, Charles V d'Espagne l'élève au rang de ville et lui confère les armes qu'elle conserve toujours aujourd'hui. L'arrivée de l'influence espagnole laissa de nombreuses reliques et l'architecture coloniale, ce qui rappelle au visiteur le passé colonial de cette ville, lorsqu'elle était la plus peuplée de l'ensemble du territoire du Pérou.

Période républicaine[modifier | modifier le code]

Place d'Armes d'Arequipa de nuit.

Après l'indépendance péruvienne de l'Espagne, entre 1833 et 1834, l'écrivaine française Flora Tristan visita Arequipa dans le but de rencontrer sa famille paternelle (Flora Tristan était la fille du diplomate péruvien Mariano Tristán y Moscoso). En 1838, elle publia à Paris les souvenirs de son voyage sous le titre Pérégrinations d'une paria. Elle décrit dans ce livre la réalité aréquipénienne de cette époque.

XXe siècle-XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le début du XXe siècle commence par une série de coups d'État. Tout d'abord le 22 août 1930 avec le lieutenant-colonel Luis Miguel Sánchez Cerro proclamé Chef Suprême et força la démission du Président José Luis Bustamante y Rivero, et le 27 octobre 1948, lorsque le Général Manuel A. Odría forma un co-gouverne et évinça le Président José Luis Bustamante y Rivero.

Culture[modifier | modifier le code]

Le musée Santuarios Andinos présente l'histoire précolombienne de la région d'Arequipa. Il abrite notamment la momie Juanita, qui fut retrouvée en 1995 sur le Mont Ampato, à 85 km d'Arequipa, congelée dans un excellent état de préservation.

En 2006 et en 2007, la ville a organisé également un festival international de musique, fondé par Serge Schoonbroodt.

Traditions[modifier | modifier le code]

L'une des traditions encore largement pratiquée à Arequipa est le combat de taureaux (peleas de toro de Arequipa), qui se déroule régulièrement dans les arènes en périphérie de la ville. À la manière d'une corrida, mais sans mise à mort, de nombreux Arequipeños s'y retrouvent dans une ambiance festive.

Combat de taureaux


Personnalités associées à Arequipa[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]