Taxidermie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taxidermie (homonymie).
Éléphant naturalisé.
Once naturalisée.

La taxidermie est l'art de donner l'apparence du vivant à des animaux morts. Le métier correspondant est celui de taxidermiste ou empailleur.

Le terme provient du grec ancien τάξις / táxis (ordre, arrangement) et de δέρμα / dérma (la peau). Il apparaît pour la première fois dans le Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle (1803-1804) de Louis Dufresne (1752-1832).

Technique[modifier | modifier le code]

Le principe de la taxidermie consiste à construire une structure ou squelette (en métal ou en bois) sur laquelle on reconstitue les formes de l'animal. Cette reconstitution se faisait initialement en paille, d'où le terme d'empaillage pour désigner l'opération. On parle aussi de naturalisation. La peau de l'animal est ensuite posée par-dessus et ajustée, après avoir été tannée et protégée par des agents chimiques divers.

Pour restaurer au mieux les caractéristiques de l'animal et rendre la plus réaliste possible la reconstitution, on utilise des yeux de verre et d'autres artifices pour certains organes qui ne peuvent pas être conservés chimiquement, comme la langue.

Le dépouillage[modifier | modifier le code]

Il consiste à retirer la peau de l'animal. Cette étape a lieu le plus tôt possible après la mort de l'animal, avant qu'il ne soit abîmé[1]. Pour cela des incisions sont faites, sous le ventre et à l'intérieur des pattes. La peau doit être décollée avec soin de la chair, puis la moindre parcelle de chair, de graisse ou d'os restante doit être grattée. Ceci garantit que des organismes nécrophages ne s'installent et détruisent le travail une fois celui-ci terminé, voire ne contaminent d'autres réalisations à l'intérieur de la collection.

Toutes les parties de la peau doivent être gardées, y compris celle des dernières phalanges des doigts, de l'intérieur des babines, des paupières et des organes génitaux.

Des parties du squelette peuvent être conservées. Historiquement, dans les anciens montages, c'était le cas du crâne. Pour les oiseaux, surtout ceux de petite taille, les os des ailes et des pattes sont le plus souvent laissés en place.

Le tannage[modifier | modifier le code]

Animaux naturalisés au Museum de Bourges

L'objectif du tannage est à la fois d'assouplir la peau en vue du montage, et de la protéger chimiquement, en la rendant imputrescible, contre les agressions d'agents biologiques (bactéries, champignons, insectes) qui pourraient s'en nourrir.

On trempe la peau dans différents bains chimiques, dont la composition est étudiée pour préserver ses caractéristiques physiques et son aspect. Un graissage termine l'opération en redonnant la touche de souplesse finale à la peau traitée. Il est nécessaire après traitement d'entretenir les poils par brossages réguliers.

Les tannages à l'alun, plus simples d'utilisation, sont les plus courants. Ces tannages ont l'inconvénient d'être fortement sensibles aux variations de température et d'humidité, ce qui pose des problèmes de conservation, notamment dans les muséums. Les tannages synthétiques modernes, même s'ils restent encore peu utilisés, répondent en grande partie à ces inconvénients.

Les peaux des oiseaux ne sont pas à proprement parler tannées. Elles subissent une dessiccation naturelle et sont rendues imputrescibles par l'application de produits antibactériens. Le plus connu d'entre eux est le savon arsenical de Bécoeur qui a été utilisé depuis le XVIIIe siècle (les œufs d'oiseaux, eux, sont conservés par la technique dite du "vidage").

Le mannequin[modifier | modifier le code]

Ils permettent de reconstituer la forme générale de l'animal dans une posture donnée. Initialement de bois et de paille, leur composition a évolué vers une structure interne métallique habillée de bois et de plâtre. Enfin, les matières synthétiques (mousses ou résines), plus légères et faciles à retravailler en fonction du gabarit de l'animal traité, sont apparues sur le marché, produites en série et couvrant une large gamme d'animaux et de postures.

Le montage ou le moulage[modifier | modifier le code]

La peau est enfilée sur le mannequin, éventuellement enduit d'une graisse pour faciliter le montage. En général, de petites retouches sont nécessaires soit sur la peau elle-même, soit sur les formes du mannequin, avant la couture finale. Il est aussi possible d'effectuer de derniers travaux pour parfaire l'aspect de la peau ou du pelage (ou du plumage) : séchage, brossage, peinture… et montage des yeux.

Dans certains cas, notamment pour les poissons, il est plus simple d'effectuer directement un moulage (avec des matières plastiques souples) de la peau de l'animal : ceci simplifie le travail du taxidermiste bien que la méthode soit plus onéreuse. Le moulage est également utilisé pour préparer certaines pièces comme un groin, un bec, des dents ou des pattes.

La naturalisation des vertébrés aquatiques et des invertébrés[modifier | modifier le code]

  • Le principe et les opérations pré-citées pour les mammifères, oiseaux et reptiles, est similaire dans les grandes lignes pour la naturalisation des poissons (ou ichtyotaxidermie). S'y rajoutent cependant deux points spécifiques, qui sont la re-colorisation (les poissons perdent leurs couleurs à la mort) et du vernissage (pour rendre l'aspect brillant du mucus) ; facultativement, l'armature la fixation à plat sur plaque de bois. Pour le cas particulier des grandes espèces de poissons, la technique de la lyophilisation est préférée à la technique de la dessiccation[2].
  • Pour les amphibiens (grenouilles, tritons, etc.), le problème vient de la finesse et de la fragilité extrême de leur peau, en plus du problème de taille. Le moulage est ainsi la technique souvent privilégié, pour sa simplicité[3]. Comme pour les poissons, et a fortiori pour un moulage, une phase de colorisation est nécessaire.
  • Les invertébrés à corps dur : les arthropodes de grande taille sont, comme les vertébrés, vidés avant d'être séchés. Ceux de petite taille et les spécimens à l'état larvaire (chenilles, etc.) sont eux directement dessiqués par la technique dite du "soufflage"[4]. Pendant la durée du soufflage, pour éviter un rétrécissement de l'exosquelette, un coton-tige du même volume que l'animal vivant est introduit dans le corps (pour les petits spécimens, fixation pour éviter des courbures). Le cas particulier des papillons nécessite comme matériel, en plus des épingles entomologiques, un étaloir[5] pour la phase de dessiccation.
  • Pour les invertébrés à corps mou comme les spongiaires (éponges), cnidaires (anémones et méduses), annelidés (vers), le choix des techniques se fait entre la plastination ou le bain liquide. La première technique est la plus récente, et la plus complexe à mise en œuvre (longue et coûteuse, elle vise à remplacer les tissus organiques par du silicone) ; elle a été par exemple appliquée pour le calamar géant exposé depuis mars 2008 au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris[6]. La seconde technique est la plus ancienne, en laissant l'animal dans un récipient transparent (tube, bocal) baigner dans une solution liquide de conservation (formol, alcool) ; elle est aussi utilisée pour la simple conservation muséologique d'organes. Dans le cas particulier des animaux mous à coquille (mollusques gastéropodes et bivalves) et des échinodermes (oursins) on se contente généralement de conserver les coquilles nettoyées, à part dans des collections de malacologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la Préhistoire, l'homme a commencé à maîtriser les techniques de base du tannage. D'autres techniques de conservation des corps morts ont ensuite été mises au point, notamment l'embaumement par les Égyptiens. À partir du XVIe siècle, des techniques (celles décrites par Pierre Belon, par exemple) ont permis de préserver pour un temps les corps d'animaux ramenés des contrées nouvellement découvertes pour en enrichir les cabinets de curiosités ou une collection comme celle de l'Ashmolean Museum à Oxford (qui a possédé jusqu'en 1755 le corps empaillé du dernier dodo).

Réaumur publia en janvier 1748, dans la revue Philosophical Transactions of the Royal Society, un essai sur la préservation des oiseaux[7]. Le vaste cabinet de spécimens qu'il constitua servit à son conservateur, Mathurin Jacques Brisson, pour rédiger son Ornithologie en 6 volumes (1760).

C'est vers la même époque, avec les travaux de Jean-Baptiste Bécœur en particulier, que l'on a sérieusement tenté de faire de la taxidermie. En 1793, Louis Dufresne (18 janvier 1752, Champien, près de Péronne – 11 octobre 1832) devint taxidermiste au Muséum national d'histoire naturelle. Il retrouva la technique de Bécœur et la fit connaître par un article dans le Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle (1803-1804). Sa vaste collection personnelle (oiseaux, etc) est aujourd'hui conservée au Musée royal d'Écosse.

Pendant près de 50 ans, les essais se sont limités à des explorations des possibilités de la technique du moment. Les principales techniques ont poursuivi leur évolution, par exemple pour ce qui est des composés chimiques utilisés pour conserver les parties organiques.

Il y a eu au XIXe siècle une véritable mode de la taxidermie, avec même la publication de manuels comme celui de Montagu Browne, Practical Taxidermy ou de Joseph H. Batty, Practical Taxidermy and Home Decoration Together with General Information for the Sportsman (New York: Orange Judd Company, 1885), la constitution de grandes collections par des hommes comme Pierre Antoine Delalande ou son neveu Jules Verreaux, à Paris, et l'apparition des premiers grands ateliers de taxidermie comme celui de Jean-Baptiste Deyrolle à Paris, fondé en 1831, ou de Rowland Ward (1848–1912), à Londres. Parmi les grands taxidermistes anglais, il faut également citer Charles Waterton et Walter Potter, qui a créé des dioramas à partir de 1854.

Aux États-Unis, la célèbre sirène des îles Fidji (Feejee Mermaid) de Barnum a été exposée dans son American museum ouvert en 1842. Il s'agissait d'une chimère. Par ailleurs, William Hornaday servit comme chef taxidermiste du National Museum of Natural History de la Smithsonian Institution en 1882-1890.

Pour le début du XXe siècle on retiendra Boudarel (du Muséum d'histoire naturelle) et son ouvrage L' art de la taxidermie au XXe siècle recueil de technique pratique de taxidermie pour naturalistes, professionnels, amateurs et voyageurs, 1974, Lechevalier (Paris) (avec Robert Didier).

Aux États-Unis, le Muséum américain d'histoire naturelle (et son Akeley Hall of African Mammals) à New York est connu pour ses dioramas (remontant au début du XXe siècle) récemment photographiés par Hiroshi Sugimoto.

Les évolutions actuelles concernent principalement l'allègement et le renforcement des structures internes.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les taxidermies réalisées le sont principalement pour le compte de collections de muséums, comme celle du Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Ces pièces sont souvent destinées à préserver un patrimoine en voie de disparition, dans le but d'expositions et d'études. D'autres réalisations vont chez des particuliers, soit pour conserver la mémoire d'un animal de compagnie disparu, soit en tant que trophées (souvenirs de chasse ou décoration de restaurants).

Conditions de travail dans l'exercice de cette profession[modifier | modifier le code]

Cette profession s'exerce principalement en atelier mais les expositions-ventes nécessitent des déplacements. Le rythme de travail est fortement lié à la saison de la chasse. Les traitements relatifs aux procédés de naturalisation exigent l'utilisation de produits chimiques toxiques. Afin de prévenir tout risque de contamination ou d'allergies, l'exercice de cette profession nécessite une hygiène stricte (vaccins, port de gants, masques de protection contre les émanations des produits toxiques, les poils, les plumes, les poussières). L'activité doit s'exercer dans le respect de la législation en vigueur concernant les espèces animales protégées.

En termes de formation professionnelle, il existe en France:

  • un CAP de taxidermie, préparé au CFA de Meaux (77) ; formation classifiée dans les métiers de l'artisanat d'arts (réf. №93 de la nomenclature de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Seine-et-Marne, "Taxidermiste", rattaché au secteur Cuir), initialement pour travailler dans le secteur privé.
  • dans le secteur public un concours administratif I.T.R.F. de catégorie B (BAP A "Science du vivant"/FP "Emplois singuliers"/Codification n°A5E27) préparateur de naturalia ; pour travailler en muséums d'histoire naturelle, musées de médecine, zoothèques d'universités, laboratoires de recherche scientifique (sur spécimens humains ou animaliers).

Législation[modifier | modifier le code]

Sur le plan international, la Convention de Washington règlemente le commerce des espèces menacées d’extinction, y compris sous forme naturalisée, de peaux, crânes, dents, griffes, ou tout autre sous-produit. À côté d'un considérable trafic d'animaux vivants, il existe un trafic non négligeable d'animaux naturalisés ou de peaux exportées frauduleusement à des fins de taxidermie. À titre d'exemple, dans la région parisienne, la douane et l’ONCFS ont le 12 mars 2008 saisi 215 trophées de chasse d’animaux appartenant à des espèces protégées (valeur estimée 133 000 €) chez un taxidermiste, dont 2 tigres et 2 lions naturalisés, un léopard entier, des peaux de zèbre de Hartmann, etc. Le 21 mars, 137 autres trophées de chasse d’animaux protégés étaient saisis chez un autre taxidermiste (valeur estimée à environ 33 000 €), dont des oiseaux rares congelés en attente de naturalisation. En 2007, en France, ce sont 642 constats portant sur des espèces protégées qui ont été fait par la douane, permettant la saisie de 25 000 spécimens[8].

La Communauté européenne règlemente au niveau intra-communautaire la circulation des espèces protégées par la Convention de Washington : elle définit quatre annexes (A, B, C et D), contre trois pour la Convention de Washington (I, II et III). En plus des formalités douanières, les espèces figurant à l'annexe A, y compris quand elles sont naturalisées, doivent recevoir un Certificat Intra-Communautaire (CIC), délivré par l'organe de gestion du pays (les DIREN en France) à la demande du détenteur de l'animal. Ce certificat doit accompagner tout spécimen naturalisé, notamment lorsqu'il est déplacé.

Enfin, en France, la naturalisation d'un spécimen appartenant à une espèce protégée de la faune sauvage, ainsi que son exposition au public et son déplacement, doivent faire l'objet d'une autorisation préfectorale.

Remarque : Un trophée de chasse s'il provient d'un animal légalement tué en forêt est considéré par la FAO comme un produit forestier autre que le bois, qui devrait donc être comptabilisé par les états pour l'évaluation de la production des forêts et par les processus d'écocertification forestière (FSC, PEFC, etc.).

Curiosités[modifier | modifier le code]

Les chimères des muséums[modifier | modifier le code]

Les « chimères » sont des animaux qui, à l'exemple de la Chimère antique, n'existent pas dans la nature ; et surtout ont un corps composé de plusieurs éléments d'autres animaux (la Chimère de l'Antiquité grecque avait un corps de lion, une tête de chèvre et une queue de serpent), mais ces "animaux" existent bien dans les collections de plusieurs muséums d'histoire naturelle dans le monde. En effet, il s'agit de créations artificielles de taxidermistes qui se sont divertis en dehors de leurs heures de travail en créant des canulars avec des animaux, recombinant des éléments de plusieurs autres animaux. C'est, par exemple, le cas avec les créations « spécimens » montrés à l'occasion du reportage télévisé sur les coulisses du Muséum d'histoire naturelle de Paris ou au travers de la reconstitution de rhinogrades. L'utilisation de cadavres partiels assemblés donnant un animal entier, lorsque certaines parties sont inutilisables, par mutilation par exemple.

Jenny Hanivers[modifier | modifier le code]

Obtenue à partir d’une Rhinobatidae, ces pièces de taxidermie ont été présentées comme de jeunes dragons. Ceci dès le XVIe siècle [9]. Elles continuent encore aujourd’hui à être fabriquées, sous des formes pseudo-androïdes qui évoquent des êtres extraterrestres.

Art contemporain et taxidermie[modifier | modifier le code]

Parmi toutes les tendances qui foisonnent dans l'art contemporain, il en est une qui utilise les animaux naturalisés dans les créations : la taxidermie d'art se décline principalement dans la taxidermie chimérique (développée dans les cabinets de curiosité dès la Renaissance) et la taxidermie de mise en scène initiée au XIXe siècle par Walter Potter (en) réputé pour ses dioramas anthropomorphes[10]. L'exemple le plus célèbre[réf. nécessaire] est celui d'Annette Messager, l'une des artistes contemporaine française les plus connues à l'étranger, qui a fait à plusieurs reprises la comparaison entre taxidermie et photographie ; depuis les années 1980, elle a la particularité de créer de grandes œuvres complexes intégrant poupées, animaux naturalisés, peluches, et accessoires textiles de « ready made. » Déclinée différemment, cette tendance se retrouve aussi dans la nouvelle génération d'artistes avec la jeune française Delphine Gigoux-Martin (expositions au centre d’art contemporain - Les Abattoirs de Toulouse en 2006, et au Creux de l’enfer - centre d’art contemporain de Thiers en 2007) ; artiste qui mélange dessins, animaux empaillés et matériaux naturels, des installations sculpturales pour mixer la géométrie contemporaine avec la stylistique rupestre préhistorique ; collectif d'artistes Les 2 Garçons qui insèrent leurs animaux dans de la porcelaine[11]. Tendance aussi importante en Belgique, où en 2006 l'exposition inaugurale « Zoo » du nouveau centre d'art contemporain de Bruxelles (la centrale Électrique) était justement sur ce thème, avec des œuvres d'artistes belges réalisées avec des animaux naturalisés : Johan Muyle (œuvre politique Que le monde aille à sa perte, 1994-1995, avec crocodile naturalisé), Berlinde De Bruyckere (œuvre sur la guerre In Flanders Fields, 2000 avec peaux de chevaux désassemblées) ou Pascal Bernier (œuvre sur l'ambigüité des rapports homme/animal Bipolar Perversion en 2001, avec un ours en peluche géant accouplé à une ourse polaire naturalisée). Sans oublier John Lippens, artiste visuel de Lausanne, connu pour son ouvrage "La mort derrière la paille" et ses photos-peintures "animaux désempaillés". Plus polémique et plus médiatisé, on ne peut pas passer sous silence aussi le courant de "l'art médical" (œuvres intégrant organes ou carcasses animales) incarné par l'anglais Damien Hirst, avec ses découpages d'animaux sous vitrine et formol (œuvre à scandale Mother and Child Divided en 1993). On peut ajouter à cette liste les noms de Kate Clark (en) (sculptures chimèriques de corps d'animaux avec des têtes d'hommes)[12], Maurizio Cattelan[13], Polly Morgan (en)[14] David Shrigley, Angela Silver et Emily Mayer. Il existe un concours de taxidermie américain, la « Carnivorous Nights » (« nuit des carnivores »), au cours duquel les artistes présentent leurs œuvres[15]

  • Préparations historiques : en 1632, le roi de Suède Gustave-Adolphe eut son cheval tué sous lui lors de l'attaque d'Ingolstadt, en Bavière. Ce cheval, le « pommelé de Suède » (Schweden-Schimmel) est aujourd'hui exposé au musée de la ville et compte parmi les plus vieilles préparations taxidermiques d’Europe.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Taxidermie : on ne bouge plus !, sur le site Le Journal des enfants, consulté en septembre 2013
  2. Voir à ce sujet la page "requin blanc" de l'entreprise autrichienne de naturalisation Hofinger-Tierpräparationen : [1]
  3. Voir à ce sujet une page consacré au Cas du moulage d’un Pleurodèle de watl, sur le site Internet du Muséum d'Histoire naturelle de Nancy : [2].
  4. Un exemple pratique d'application du soufflage est visible sur le site amateur du Monde des Phasmes : [3].
  5. Une démonstration de la technique standard de naturalisation des papillons est exposée étape par étape sur le site Internet de l'Association des entomologistes amateurs du Québec, page [4].
  6. cf. Newsletter du cabinet de curiosité Deyrolle, avril 2008 : "Le premier calmar géant plastiné au monde" [5].
  7. Divers Means for Preserving from Corruption Dead Birds, Intended to Be Sent to Remote Countries, So That They May Arrive There in a Good Condition. Some of the Same Means May be Employed for Preserving Quadrupeds, Reptiles, Fishes, and Insects, by M. de Reaumur, F. R. S. and Memb. Royal. Acad. Sc. Paris. http://rstl.royalsocietypublishing.org/content/45/485-490.toc
  8. Source : Douanes Française
  9. Konrad Gesner's Historia Animalium vol. IV in 1558
  10. Maïlys Masimbert, « L'homme qui mariait des chatons et envoyait des lapins à l'école », sur Slate,‎ 4 octobre 2013
  11. Les 2 Garçons
  12. (en) Kate Clark - Perfect strangers
  13. (en) crappy taxidermy
  14. (en) Polly Morgan : Modern Taxidermist
  15. (en) Carnivorous Nights

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (livre) : Collectif, Manuel complet du taxidermiste, De Vecchi, 1998 (collection "Animaux").
  • (livre) : Jean Labrie , "La taxidermie moderne" , Ed de l'homme , ("collection chasse et pèche") , 215 p. (ISBN 2-7619-0619-5)
  • (revue) : OCIM (Office de Coopération et d'Information des Musées), La Lettre de l’OCIM : "Taxidermie", hors-série no 3 de La Lettre de l’OCIM, 2002.
  • (vidéo) : Eric Voilquin, La taxidermie moderne, Videotel International, 2005 (durée 64 minutes, format VOD WMV).
  • (livre) : Alexis Turner, Taxidermie ((en) Taxidermy ), traduit de l'anglais par Annie Perez, Gallimard, collection Albums Beaux Livres, 2013, 256 pages, 306 illustrations (ISBN 9782070140862)

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://art-taxidermy.ru/ (Russia)

Galerie[modifier | modifier le code]