Iquitos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Iquito.
Iquitos
Blason de Iquitos
Héraldique
Drapeau de Iquitos
Drapeau
Image illustrative de l'article Iquitos
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Région Loreto
Province Maynas
Maire Adela Esmeralda Jimenes Mera
Code postal 65
Démographie
Gentilé Iquiteño (a)
Population 370 962 hab. (2007)
Densité 1 006 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 45′ S 73° 15′ O / -3.75, -73.25 ()3° 45′ Sud 73° 15′ Ouest / -3.75, -73.25 ()  
Altitude 106 m
Superficie 36 890 ha = 368,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pérou

Voir sur la carte Pérou administrative
City locator 14.svg
Iquitos
Liens
Site web http://www.munimaynas.gob.pe

Iquitos est la capitale du Loreto, département d'Amazonie péruvienne.

Histoire de la ville[modifier | modifier le code]

Vue de la ville d'Iquitos de l'Itaya Rio.

Marquée par de nombreux déplacements, déjà au XVIe siècle, la région est traversée de part et d'autre par des conquistadores à la recherche de l'El Dorado. En 1640, le père Bahamonte établit les premières réductions du Loreto, là où se trouve actuellement Iquitos. En effet, entre 1640 et 1768 les Jésuites établissent 152 réductions le long de l'Ucayali et du rio Huallaga, pour y réunir 56 000 Indiens et 66 000 autres sur le Haut Napo. Les Jésuites et les Franciscains effectueront au XVIIe siècle et XVIIIe siècle une évangélisation rapide et effective du Loreto.

En 1860, Iquitos apparaît officiellement et accueille déjà les migrants. La création un an plus tard du Département maritime et militaire du Loreto va lui apporter prospérité et croissance rapide. Grâce à l'ouverture des voies fluviales et à la navigation à vapeur, le développement des échanges et du commerce devient possible. Puis les services publics attirent de nouveaux habitants dès 1863, ce qui permettra de recenser un an après 648 individus.

Église Mère de Iquitos.

Pourtant, c'est avec le caoutchouc que la ville va connaître sa plus grande expansion. L'ère du caoutchouc (rubber boom) commence en 1880 et va durer une trentaine d'années; inscrite dans une stratégie industrielle de premier plan, son marché est mondial. Cependant, l'exploitation de l'hévéa nécessite une main d'œuvre abondante, devant accepter une mobilité régulière, des conditions de travail difficiles et dangereuses, extrait d'une histoire douloureuse pour les indigènes du Loreto, qui ont largement été décimés par le travail forcé pour certains, mais également par les épidémies apportées par les migrants et les autres travailleurs.

En 1897, Iquitos compte 10 000 habitants. Reliée à Manaus (Brésil) et Pucallpa par voie fluviale, ses échanges sont de plus en plus importants. Pourtant, en dépit de cette population, en 1903 l'Église ne semble pas encore véritablement implantée. Le père Paulino Diaz, préfet apostolique de San Leon de l'Amazone déplore que la ville n'ait qu'une église, qui plus est provisoire, alors que les tâches du clergé sont nombreuses et urgentes à accomplir. Le faible nombre de personnes sachant lire et écrire, ayant reçu une instruction religieuse explique, dit-il, la grande diversité des pratiques religieuses, où se mêlent les traditions indiennes et certains aspects des cultes catholiques.

En 1911, avec l'apogée du caoutchouc, la ville comprend 15 000 habitants parmi lesquels de nombreux Chinois, Brésiliens, Espagnols, des Italiens, des Portugais mais aussi quelques Nord-Américains, Allemands, Français, 40 juifs marocains. Cette migration importante, dans une région difficile d'accès est le résultat d'une urbanisation favorisée par le décollage économique régional. La diversité des provenances des migrants sera un facteur important dans l'ouverture culturelle de la ville, que l'on peut aujourd'hui encore caractériser par sa population cosmopolite.

Iquitos dans les années 1920

Le caoutchouc s'effondre alors au milieu des années 1910, devant l'épuisement des ressources en matières premières. Autour de la ville, les hévéas ont disparu : la méthode d'exploitation ne pouvait effectivement que conduire à un court terme. À la recherche d'autres richesses, les années 1920 seront celles du bois précieux et des résines, et à plus faible échelle celles des animaux que l'on vendra en Europe. Les années 1930 seront marquées par l'or et l'huile qui feront prospérer la ville avant le pétrole.

Aujourd'hui, Iquitos continue d'attirer les migrants et, avec eux, de nouvelles pratiques et croyances traditionnelles, c'est une ville qui avoisine les 380 000 habitants, où se mêlent les cultures et les cultes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Iquitos est une ville établie entre les rios Amazone, Nanay et Itaya. Elle est accessible par voie fluviale et aérienne. Depuis 2000, une route permet de se rendre jusqu'à la ville de Nauta.

Important port fluvial sur l'Amazone, accessible aux vapeurs, son débit moyen à Iquitos est déjà de quelque 40 000 mètres cubes par seconde, soit équivalent à celui du fleuve Congo.

Iquitos bénéficie d'un climat équatorial caractérisé par un temps constamment chaud et moite. Les précipitations sont très abondantes toute l'année.

Relevé météorologique d'Iquitos-altitude : 126 m
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 22,1 22 22,1 22,1 21,9 21,3 20,8 21,1 21,4 21,8 22,1 23,2 21,8
Température maximale moyenne (°C) 31,6 31,7 31,9 31 30,6 30,4 30,9 31,6 32,1 31,9 31,9 31,7 31,4
Précipitations (mm) 279 226,7 279 309,8 273,7 190,1 181,9 164,6 189 241,9 260,2 282,4 2 878,3
Source : Le climat à Iquitos (en ° C et mm, moyennes mensuelles) climate-charts.com


Sources[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La ville attire un grand nombre de touristes venus du monde entier. On observe en particulier un fort développement du tourisme chamanique, autour de la prise d'ayahuasca (Banisteriopsis caapi), une plante hallucinogène utilisée par les Amérindiens.

Vue d'Iquitos au crépuscule.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le juane[modifier | modifier le code]

Le Juane, un plat typique de l'Amazonie péruvienne.

Le juane est l'un des plats principaux de la cuisine de la jungle péruvienne et est largement consommé au cours de la fête San Juan, célébrée le 24 juin de chaque année.

Le juane est composé notamment de riz, de poulet et d'olives, le tout enroulé dans des feuilles dites hoja de bijao ( feuille d' Heliconia hirsuta), très ressemblante a la feuille de bananier mais à ne pas confondre.

Le plat a été nommé à la mémoire de San Juan Bautista (Jean le Baptiste). Le plat peut avoir une origine précolombienne, mais on sait que l'arrivée des Espagnols (et parmi eux des missionnaires) a popularisé l'histoire de San Juan, Salomé et Hérodiade, et conféré à ce plat le nom de juane en référence à sa forme qui ressemble à une tête coupée, la tête de San Juan.

Cecina avec Tacacho[modifier | modifier le code]

Cecina avec Tacacho.

Le chorizo saccadé est un plat typique également d'Iquitos en Amazonie péruvienne et répandu dans le reste du pays. Le terme "tacacho" découle de la chu taka Quechua qui signifie "battre. "

La consommation de Tacacho varie selon la région où il est le mieux fait ; à Madre de Dios et San Martín, il faut s'habituer à en consommer au petit déjeuner tandis que dans d'autres régions, c'est un plat servi au déjeuner et / ou au dîner. Dans la région de San Martín, le tacacho fait partie du repas de Noël. Dans la région amazonienne de l'Équateur, le plat est connu sous le nom de Bolon ; aussi, ce plat a sa contrepartie dans les Caraïbes, où il est appelé Mofongo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :