Ayacucho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ayacucho (homonymie).
Ayacucho
Blason de Ayacucho
Héraldique
Drapeau de Ayacucho
Drapeau
Image illustrative de l'article Ayacucho
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Région Ayacucho
Province Huamanga
Maire Amilcar Huancahuari Tueros
Démographie
Gentilé Ayacuchano (a), Huamanguino (a)
Population 151 019 hab.
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 13° 09′ 37″ S 74° 13′ 33″ O / -13.160278, -74.22583313° 09′ 37″ Sud 74° 13′ 33″ Ouest / -13.160278, -74.225833  
Altitude 2 746 m
Superficie 298 137 ha = 2 981,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pérou

Voir sur la carte Pérou administrative
City locator 14.svg
Ayacucho
Liens
Site web http://www.munihuamanga.gob.pe

Ayacucho, qui signifie en quechua « ville du sang », est une ville et un district du Pérou, capitale de la province de Huamanga et de la région d'Ayacucho.

La population du district était estimée en 2002 à 86 262 habitants par l'INEI sur une superficie de 85,29 km2. La ville occupe une position haut perchée à 2 752 mètres d'altitude dans la cordillère des Andes occidentales, bordée par les rivières Mantaro, Pampas et Apurímac.

Histoire[modifier | modifier le code]

La moderne Ayacucho a été fondée le 29 janvier 1539 par le conquistador Francisco Pizarro sous le nom de Huamanga, mais sa préhistoire est bien plus ancienne. Son origine remonterait à plus de 15 000 ans attestés par la découverte de restes humains dans la grotte de Pikimachay.

La culture Wari[modifier | modifier le code]

De ces terres a surgi, entre les VIe et XIIe siècles, la culture Huari. Ayacucho fut la capitale du dernier empire préincasique.

Les Waris avaient un style de construction qui leur était propre. Leurs cités étaient d'abord établies sur plan, puis maquettées avant d'être réalisées. Les maisons avaient plusieurs étages, et dans nombre d'entre elles, les murs de pierre couverts de stuc étaient peints.

Les Waris furent de grands céramistes, on retrouve encore partout de nombreux objets historiques.

L'irrigation des champs était assurée par de nombreux canaux.

La cité de Vilcashuaman fut un centre important et une capitale régionale, même à l'époque Inca.

Ushnu est une pyramide en escalier tout à fait remarquable, construite en blocs volumineux parfaitement ajustés. C'était un lieu de culte important.

La bataille d'Ayacucho[modifier | modifier le code]

Le 9 décembre 1824, la bataille d'Ayacucho eut lieu à la pampa de la Quinua. Elle opposa 9 000 hommes du dernier vice-roi José Laserna, aux 5 750 hommes de Simón Bolívar et de José de San Martín, conduites par le général Antonio José de Sucre.

La bataille ne dura que deux heures. Les troupes du vice-roi subirent 1 800 morts et blessés, alors que celles de Sucre 310 morts et 609 blessés. Ces dernières firent plus de 2 000 prisonniers, y compris le vice-roi et son état major avec un butin important.

L'indépendance, déclarée trois ans plus tôt par José de San Martín, assure définitivement l'indépendance des colonies espagnoles d'Amérique du Sud. Il faudra ensuite régler le problème du partage.

Un obélisque blanc de 44 m s'y dresse et chaque année au jour anniversaire une reconstitution de la bataille a lieu.

Le Sentier lumineux[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, la ville a été le berceau du groupe maoïste du Sentier lumineux aujourd'hui durement éprouvé par la répression de l'armée péruvienne.

Son chef Abimaël Guzmán, professeur de philosophie à l'université d'Ayacucho, a été arrêté le 12 septembre 1992 et condamné à la prison à perpétuité. Cependant des partisans de ce mouvement guerillero agissent toujours clandestinement dans les provinces et districts voisins.

Le département d'Ayacucho a été, de loin, le plus frappé de tout le Pérou par le terrorisme du sentier lumineux et les exactions des escadrons spéciaux de l'armée : plus de 10 000 paysans assassinés, 3000 disparus, 50 000 orphelins et 170 000 personnes déplacées. 35 % de la population de la ville a été directement et personnellement touchée et meurtrie.

En septembre 1982, Edith Lagos était capturée et assassinée par l'armée péruvienne.[réf. nécessaire] Cette jeune femme âgée d'à peine 19 ans avait commandé un détachement de la guerilla qui s'était porté à l'attaque de la prison d'État d'Ayucucho où bon nombre de prisonniers politiques était retenus. Selon le journaliste Jonathan Cavanagh du Wall Street Journal, et bien que ses funérailles aient été déclarées illégales par le gouvernement, plus de 30 000 personnes (la moitié de la population de la ville)assistèrent à la procession funèbre dans les rues d'Ayacucho. Par la suite, le Sentier lumineux a perdu peu à peu ses appuis suite à ses exactions, et a fini défait par les rondas campesinas, organisations d'autodéfense paysannes.

Culture[modifier | modifier le code]

La population est très métissée et toutes les classes sociales parlent la langue quechua en sus de l'espagnol, alors que dans le reste du pays elle est essentiellement utilisée par les classes défavorisées.

Sa musique affiche aussi son héritage métis à travers un folklore musical riche, mêlant les sonorités andines de la danse huayno à une forte influence romantique aux résonances espagnoles. La chanson Adios pueblo de Ayacucho est un grand classique au Pérou.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La ville est entourée de figuiers de barbarie ((es) Tuna). Elle a un climat très agréable.

Elle est aisément parcourable à pied mais en raison des effets de l´altitude la personne peut souffrir du mal aigu des montagnes. Il y a de très nombreuses et belles maisons coloniales à voir au hasard des promenades. On y trouve aussi des vestiges de cultures très anciennes. La ville est célèbre pour ses fêtes religieuses et elle est connue comme la ville des 37 églises. Elle comporte aussi de nombreux couvents.

À Quinua, site de la bataille d'Ayacucho, il existe un centre d'artisanat de la céramique, et un lac à 4 200 mètres avec des lamas et des vigognes en liberté.

Ayacucho possède un aéroport (Aéroport Coronel FAP Alfredo Mendivil Duarte, code AITA : AYP).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Edwin Donayre, commandant en chef de l'armée de Terre au Pérou de 2006 à 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]