Trujillo (Pérou)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trujillo.
Trujillo
Blason de Trujillo
Héraldique
Drapeau de Trujillo
Drapeau
À partir du haut : monument à la Liberté, avenue Húsares de Junín, caballitos de totora, mur de Chan Chan, hôtel El Libertador, avenue d'Espagne, Huaca del Sol, Huanchaco, Huaca de la Luna et danseurs de marinera.
À partir du haut : monument à la Liberté, avenue Húsares de Junín, caballitos de totora, mur de Chan Chan, hôtel El Libertador, avenue d'Espagne, Huaca del Sol, Huanchaco, Huaca de la Luna et danseurs de marinera.
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Région La Libertad
Province Trujillo
Maire Cesar Acuña Peralta
Démographie
Gentilé Trujillan(e) en français
Trujillano(a) en espagnol
Population 804 296 hab. (2007)
Densité 731 hab./km2
Population de l'agglomération 811 979 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 8° 07′ 05″ S 79° 01′ 43″ O / -8.118, -79.0287 ()8° 07′ 05″ Sud 79° 01′ 43″ Ouest / -8.118, -79.0287 ()  
Altitude 34 m
Superficie 110 000 ha = 1 100 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pérou

Voir sur la carte Pérou administrative
City locator 14.svg
Trujillo
Liens
Site web http://www.munitrujillo.gob.pe

Trujillo est une ville péruvienne, chef-lieu de la région de La Libertad et la troisième ville du Pérou par le nombre d’habitants. Située dans la vallée du fleuve Moche au nord-ouest du Pérou, elle se trouve à quelques kilomètres de l’Océan Pacifique. La ville est le centre de la seconde zone métropolitaine la plus peuplée au Pérou.

En 2007, Trujillo comptait 811 979 habitants dans une aire urbaine d'environ 110 000 ha, ce qui en fait la troisième aire métropolitaine la plus peuplée du Pérou. Elle comprend 9 districts, dont juste cinq appartiennent complètement à son unité urbaine[1].

Trujillo fut fondé le 6 décembre 1534 par Diego de Almagro[2] sous le nom de Trujillo de Nouvelle-Castille et s’étendait sur un territoire autrefois peuplé de civilisations ancestrales. Sa fondation fut rendue officielle le 5 mars 1535 par Francisco Pizarro avec la mise en place du premier cabildo de la ville[3],[4].

Pour son rôle dans le processus d’indépendance, la ville obtient la mention de Ville Méritoire et Fidélissime à la Patrie[5]. Elle devient le berceau de la justice péruvienne et prend la rèleve de Lima à deux reprises, en tant que capitale du Pérou. La ville fut aussi le scénario principal de la révolution de Trujillo de 1932, qui opposa le gouvernement de Luis Sánchez Cerro aux partisans du mouvement de l'APRA[6].

Au Pérou, Trujillo est souvent surnommé la « 'Ville du printemps éternel », en raison des températures moyennes dont elle bénéficie tout au long de l'année[7]. Trujillo est aussi le théâtre principal des festivités régionales, dont le Festival international du printemps[8] et le Concours national de la Marinera[9].

Sur le plan culturel, la ville accueille les sites archéologiques de Chan Chan, la plus grande cité en adobe au monde[10] , la Huaca del Sol et la Huaca de la Luna[11]. En plus, le centre de la ville conserve de nombreux édifices datant de l'époque coloniale tels que la cathédrale de Trujillo, de maisons coloniales, de nombreuses églises et des hôtels particuliers.

Trujillo est également la ville natale des personnalités nationales, comme le politicien Víctor Raúl Haya de la Torre, fondateur du mouvement politique Alliance populaire révolutionnaire américaine.

Éléments de l'identité[modifier | modifier le code]

Trujillo est considérée comme la "capitale de la culture du Pérou"

Capitale de la Culture[modifier | modifier le code]

Trujillo est considérée comme la "capitale de la culture du Pérou" parce que dans cette ville se sont formés les grands penseurs et écrivains[12] comme César Vallejo et Víctor Raúl Haya de la Torre, et aussi parce que la ville a des traditions importantes que marinera danse, chevaux paso péruvien, caballitos de totora, gastronomie Trujillo, etc dans cette ville était forment le groupe culturel appelé Groupe Nord qui dispose actuellement Eduardo González Viaña et Gerardo Chavez en tant que successeurs. La ville est également considérée comme la capitale culturelle car elle présente d'importants festivals dans le pays Marinera Festival, Fête du Printemps, Paso Cheval et Caballito de compétitions totora, entre autres.

Symboles[modifier | modifier le code]

  • Bouclier
  • Drapeau
  • Hymne

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque précolombienne[modifier | modifier le code]

Les premières traces de peuplement humain retrouvées dans la région de Trujillo datent de 10 000 avant notre ère. Ces populations étaient partiellement nomades et fabriquaient des instruments en silex dont ils se servaient pour la chasse, la pêche et la cueillette. Les sites de La Cumbre y Quirihuac sont les plus représentatifs de cette époque.

Durant la période archaïque, les premières tribus familiales rassemblées dans un même territoire apparaissent. Ces petites cultures commencent à pratiquer l’élevage des animaux et l’agriculture, ce qui va entraîner la sédentarisation et l’apparition des premiers centres architecturaux. Les activités religieuses et textiles sont aussi présentes à cette époque, comme constatent les fouilles archéologiques de Huaca Prieta, Alto Salaverry et Cerro Negro ou Prieto.

Pendant la première période intermédiaire (~100 av. J.-C. - 750 ap. J.-C.), l’agriculture joue un rôle primordial dans la vie sociale. Ces cultures se caractérisent aussi par l’apparition des premiers complexes funéraires destinés à des personnages importants. La civilisation Moche est exemplaire de cette période.

Huaca del Sol, Culture moche,au sud de Trujillo


Culture moche[modifier | modifier le code]

Mochica Headress(400 a.d)
Un vase-portrait Mochica représentant une scène de sexe oral, une femme est pratiquant de la fellation
Un vase-portrait Mochica, un homme pratiquant et une femme le sexe anal
Un vase-portrait moche
Article détaillé : Moche (culture).

La culture Moche s’est développée entre l’an 100 et 700 après J.C. Elle s’est étendue sur un territoire d’environ 700 km, allant de la région actuelle de Piura, au nord, jusqu’à la province de Huarmey, au sud. Des hypothèses suggèrent que le déclin des Moches est dû aux problèmes qui avaient dégradé le royaume, celui-ci ne pouvant pas résister aux crues catastrophiques des fleuves, aux dégâts du phénomène El Niño et aux tremblements de terres du VIIe siècle.

Les principaux centres moches se trouvaient dans les vallées des fleuves Chicama, Moche et Virú. Les Moches ont utilisé des briques d’adobe pour construire des temples religieux, tels que la Huaca de la Luna, la Huaca del Sol, la Huaca de Sipán et la Huaca de Batan Grande.

Les Moches se sont également investis dans des activités comme la métallurgie et la céramique et ils ont parvenu à un haut degré de maîtrise.

Culture chimú[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chimú.

La culture chimú avait pour capitale la citadelle de Chan Chan, située à 5 km de la ville de Trujillo. Son territoire principal s’étendait sur les vallées de Moche, Chicama et Virú, dans la province actuelle de Trujillo. Les Chimús étaient apparus vers l’an 900 de notre ère pour former un État puissant qui dura jusqu’à l’an 1470, date à laquelle les Incas conquirent et annexèrent le royaume Chimor à l’empire du Tahuantinsuyo.

Les monuments chimús servaient souvent à des fins cérémoniales et rituels, où le culte à la Lune, appelée Si, occupait une place importante. Contrairement aux Incas, les Chimús considéraient la Lune comme une divinité plus puissante que le Soleil, car elle était visible pendant le jour et la nuit.

Époque inca[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire inca.

Sous le royaume de Tupac Yupanqui, les Incas sont partis à la conquête de l’empire chimú en plein essor. Ils mirent le siège devant la citadelle de Chan Chan et ils parvinrent à la soumettre en interrompant son ravitaillement en eau pendant des mois. Par la suite, les Chimús furent assujettis à l’empire Inca et ils durent payer un tribut de population, de territoires et de biens matériels.

Pourtant, les peuples tributaires chimús, sous domination inca, avaient la permission d’avoir leur propre gouvernement, religion et coutumes. Les plus grands orfèvres et artisans chimús furent transportés à Cuzco pour embellir les palais de la noblesse inca.

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Elle a été fondée par Diego de Almagro le 6 Décembre, 1534[13].

Le nom de la ville est un hommage au village espagnol (aujourd'hui c'est une petite commune) de Trujillo où naquit Francisco Pizarro, conquistador du Pérou.

Trujillo au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Trujillo au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Trujillo à l’indépendance[modifier | modifier le code]

Trujillo était la première ville au Pérou qui a fait le processus d'indépendance de l'Espagne, les actes nécessaires à cet effet a eu lieu entre le 24 Décembre 1820 et janvier 6, 1821. La proclamation de l'indépendance de Trujillo a eu lieu le 29 décembre, 1820 par le Marquis de Torre Tagle.

Monument à la liberté sur la place principale de Trujillo, la sculpture Edmund Moeller, en l'honneur de la ville

Époque républicaine[modifier | modifier le code]

Trujillo, ville de La Libertad[modifier | modifier le code]

Trujillo moderne[modifier | modifier le code]

Trujillo
PanoramicaTruxillo3.jpg

Trujillo au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Trujillo au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Trujillo au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Danseurs Marinera à Trujillo, est tenue en janvier de chaque année

Trujillo jouit en outre de la proximité d'importants sites archéologiques des cultures Moche, et Chimú, notamment Chan Chan[14] et les Huacas du Soleil et de la Lune.

Trujillo aspire à être considérée comme ville Patrimoine de l'Humanité[réf. nécessaire], spécialement pour la conservation de son cœur historique.

La ville est à 18 km de la mer. Huanchaco est la station balnéaire touristique qui lui est associée. C'est un haut lieu du surf. On peut également y admirer les "Caballitos de Totora", frêles embarcations faites de jonc utilisées par les pécheurs locaux.

La gastronomie trujillana comprend le cebiche (poisson et fruits de mer marines dans du jus de citron vert), le cabrito (plat à base de chevreau), ainsi que le fameux gâteau "King Kong" appelé ainsi par sa taille, ainsi que beaucoup d'autres plats.

A lieu à Trujillo, chaque année, au mois de janvier le Concours national de la Marinera, danse typique de la région et du pays.

Au mois d'octobre a lieu le Festival international du Printemps, au cours duquel a lieu le traditionnel « Corso » du printemps, avec un défilé de reines du printemps au cours duquel on peut admirer la légendaire beauté de la femme trujillana[non neutre] (Miss Monde 2004, María Julia Mantilla est trujillana), ainsi que des chars allégoriques représentant différentes institutions de la ville.

Trujillo possède un bureau d'iperú, information et assistance au touriste.

  • Galerie
Vue panoramique de courant Trujillo

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 550 km de Lima, au nord du Pérou, Trujillo s'étend sur la rive droite du fleuve Moche, près de la côte pacifique. Son aire urbainecouvre un immense territoire d'environ 10 000 hectares et occupe les grandes vallées au nord comme celle de Chimo (aujourd'hui Vallée de Moche), les vallées intérieures et celle de Chicama ainsi que la vallée de Virú au sud.


Climat[modifier | modifier le code]

Trujillo

Trujillo bénéficie d'un climat tempéré et relativement sec, caractérisé par des températures moyennes avoisinant les 32 °C en été et les 13 °C en hiver. Durant les mois d'éte, Trujillo affiche en permanence des températures moyennes agréables allant de 22 °C à 32 °C, qui s'accompagnent de quelques précipitations mineures pendant la nuit.

De mai à décembre, les minimales oscillent de 20 °C à 13 °C et des précipitations sous forme de pluie ou bruine tombent sur les vallées locales. En général, Trujillo connaît un climat assez doux et agréable tout au long de l'année, ce qui lui a valu le surnom de Ville du printemps éternel.

Relevé météorologique de Trujillo
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 19 21 20 19 18 17 16 16 16 16 17 18 17
Température moyenne (°C) 22 23 22 21 20 19 18 17 17 18 19 20 20
Température maximale moyenne (°C) 23 25 25 23 22 21 20 19 19 20 21 22 21
Record de froid (°C) 10 12 12 15 8 12 12 11 7 12 7 11 7
Record de chaleur (°C) 31 32 32 32 32 28 28 28 28 28 27 31 32
Précipitations (mm) 20 20 60 120
Source : Weatherbase 2007[15]


Démographie[modifier | modifier le code]

Districts métropolitains de Trujillo.

District Extension
km²
Population
(hab) *
Population
Estimée 2012[16],[17]
Densité
(hab/km²)*
Altitude
msnm*
Distance
Trujillo (km)[18]
Trujillo 39,36 294.899 315.410 7.035,5 35 0
El Porvenir 36,7 140.507 170.108 3.609,29 90 3
Florencia de Mora 1,99 40.014 41.965 18.802,5 85 6
Huanchaco 333,9 44.806 59.001 114,2 23 12
La Esperanza 18,64 173.163 151.845 7,8 77 1
Laredo 335,44 32.825 34.976 96,17 89 4
Moche 25,25 29.727 33.187 1.146,7 4 7
Salaverry 390,55 13.892 16.658 33,67 3 15
Victor Larco Herrera 18,02 55.781 61.845 2.846,17 3 5
Total 1.199.85 804.296 906.313 631,13
*Données recueillies par l'INEI en 2007[19]

Administration[modifier | modifier le code]

Ville de trujillo : distribution, selon le recensement 2005
Municipalités Habitants
TRUJILLO 276.921
EL PORVENIR 132.461
FLORENCIA DE MORA 37.417
LA ESPERANZA 146.678
VÍCTOR LARCO HERRERA 51.288

Économie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Trujillo est le siège des principaux établissements d’enseignement supérieur dans le nord du Pérou et la deuxième ville ayant le plus grand nombre d’universités dans le pays. En plus de cinq universités privées et une publique, il existe également sept filiales des universités nationales et privées qui font un total de treize universités installées à Trujillo.

Parmi les plus grandes et importantes universités de la ville, on peut citer: L’Université nationale de Trujillo (UNT), l’Université privée Antenor Orrego (UPAO ), l’Université privée du Nord (UPN) et l’Université César Vallejo (UCV).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités nés à Trujillo[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es)[PDF] Plan Estratégico de Desarrollo Integral y Sostenible de Trujillo. Plan de Desarrollo Territorial de Trujillo. Consulté le 22 décembre 2010.
  2. (es) Destinos turísticos en Perú www.enjoyperu.com. Consulté le 21 décembre 2010.
  3. (es) Gran Enciclopedia del Perú. Barcelone:Lexus Editores, p. 555-556
  4. (es) Trujillo fête son anniversaire de fondation
  5. (es) Un día como hoy: “Trujillo, Benemérita y Fidelísima a la Patria”, La Industria. Consulté le 23 janvier 2011.
  6. Rebaza, Alfredo. La revolución de Trujillo. Lima, 1993.
  7. (fr)http://www.rico-perou.com/Tourisme/trujillo.php
  8. (fr) Festival international du printemps, Le Routard. Consulté le 22 décembre 2010.
  9. (fr) Concours national de la marinera à Trujillo, Le Routard. Consulté le 22 décembre 2010.
  10. (es)http://www.naya.org.ar/peru/chanchan.htm
  11. (fr)[PDF]Information touristique du Pérou. Découvrez le Pérou, un pays...plusieurs destinations
  12. (en) « (spanish) Programa de city marketing y creación de marca para Trujillo) » (consulté le July 5, 2012)
  13. (es) Edgardo = Rivera Martinez, Antología de Trujillo, Lima,‎ 1998, « Introducción: Imagen y trayectoria de Trujillo »
  14. (fr) [1]
  15. « Weatherbase: Historical Weather for Podgorica », Weatherbase (consulté le 17 décembre 2010)
  16. INEI, Banco de Información Distrital. Consultado el 15 de abril de 2012
  17. (es)Estimée 2012
  18. Micro Datos INEI, Instituto Nacional de Estadística e Informática. Consulté le 18 décembre 2010.
  19. (es) Banco de Información Distrital, Institut national des statistiques et informatique. Consulté le 20 décembre 2010.