Pierre Delanoë

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delanoë.

Pierre Delanoë

Description de l'image  Pierre Delanoë le 25 décembre 1982.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Pierre Charles Marcel Napoléon Leroyer
Naissance 16 décembre 1918
Paris 10e, Drapeau de la France France
Décès 27 décembre 2006 (à 88 ans)
Poissy, France
Activité principale Parolier, écrivain
Genre musical Chanson française
Site officiel www.Pierre-Delanoe.fr

Pierre Delanoë (de son nom civil Pierre Charles Marcel Napoléon Leroyer), né le 16 décembre 1918 à Paris 10e et mort le 27 décembre 2006 (à 88 ans) à Poissy, est un parolier français. Pierre Delanoë a écrit 5 000 chansons et poèmes. Il a écrit pour des interprètes aussi différents que Gilbert Bécaud Nathalie, Et maintenant ; Gérard Lenorman La ballade des gens heureux ; Michel Sardou Les lacs du Connemara, Être une femme, Vladimir Illitch ; Joe Dassin L'été indien, Les Champs-Élysées ; Michel Fugain Je n'aurai pas le temps, Fais comme l'oiseau ; Nana Mouskouri L'amour en héritage. Il a été le Directeur des Programmes de la station radio Europe 1 à sa création en 1955, et le Président de la SACEM à trois reprises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts dans la vie[modifier | modifier le code]

Il suit une scolarité à l'école des Oratoriens et étudie d'abord le droit.

Il entre dans l'Administration fiscale et devient agent surnuméraire dans le Domaine de l'Enregistrement et du Timbre.

Après guerre, il retrouve son beau-frère Gérald Biesel - dit Frank Gérald -, qui compose des musiques. Il s'amuse alors à mettre des paroles sur ces mélodies et il leur vient l'idée de monter un numéro de duettistes, Pierre au chant et Frank Gérald au piano. En 1948, « Y'a un pli au tapis du salon » est le titre de leur première chanson, à laquelle s'ajouteront d'autres titres comme « Rondo pour un électron ».

En 1950, Jean Nohain le présente à la chanteuse fantaisiste Marie Bizet (disparue en 1998), qui enregistre la chanson « Je cherche un mari », suivie en 1952 de « Quand vous reviendrez chez moi ». Chez Marie Bizet, Pierre Delanoë fait la connaissance d'un certain François Silly, qui va devenir Gilbert Bécaud. Ensemble, ils créent « Mes mains » en 1953 que Lucienne Boyer met aussitôt à son répertoire lors d'un spectacle à l’Alhambra. Pierre Delanoë entame alors une carrière de parolier en prenant le nom de sa grand-mère.

Directeur des programmes à Europe 1[modifier | modifier le code]

En 1955, Pierre Delanoë donne sa démission pour devenir Directeur des Programmes de la station radio périphérique Europe 1 (anciennement Europe no 1), poste qu'il occupera jusqu'en 1960. La chanson Salut les copains enregistrée en 1957 par Gilbert Bécaud deviendra le titre de l'émission radio puis du magazine éponyme symboles de la période "Yé-Yé".

Les années de création musicale[modifier | modifier le code]

En 1958, la France remporte pour la première fois l'Eurovision grâce à la chanson "Dors mon amour" interprétée par André Claveau et écrite par Pierre Delanoë.

En 1962, après 5 ans de labeur en collaboration avec Gilbert Bécaud, Louis Amade et Jacques Emmanuel (qui signe le livret), « L'Opéra d'Aran » obtint un beau succès malgré le scepticisme des observateurs.
Delanoë traduit et adapte les chansons de Bob Dylan pour Hugues Aufray, (l’album « Aufray chante Dylan » sort en 1965).

En 1967, Michel Fugain, qui a débuté quelques années auparavant, enregistre "Tu peux compter sur moi", mais surtout « Je n’aurai pas le temps » qui sera un énorme succès.

Avec « Le Bal des Laze » écrite pour Michel Polnareff, Pierre Delanoë montre en 1969 sa capacité à se fondre dans l'univers musical d'un artiste et à servir son registre vocal.

Cette même année, il signe trois chansons de Joe Dassin avec « Le petit pain au chocolat », "Les Champs-Élysées", « Le chemin de papa ».

L'auteur adapte en français des comédies musicales comme Godspell en 1971, une œuvre originale de Stephen Schwartz comprenant Daniel Auteuil et Dave dans la distribution française, et Jesus-Christ Superstar, créée par Andrew Lloyd Webber, et présentée au Théâtre national de Chaillot en 1972. Auteur mais aussi adaptateur, Pierre Delanoë réécrit Africa de Toto Cutugno pour créer L'été indien en 1975. Initialement parue en 1975 en face B du 45-tours Le funambule, La ballade des gens heureux est devenue la chanson la plus célèbre de Gérard Lenorman, suivie de Le gentil dauphin triste (1976), Voici les clés (1976), L’enfant des cathédrales (1977) et Si j’étais président (1980).

Il est l'auteur de la chanson du générique de fin du film Le Tueur.

Pierre Delanoë assume les fonctions de Président de la SACEM de 1984 à 1986, de 1988 à 1990, puis une troisième fois de 1992 à 1994. Désormais Président d'Honneur de la SACEM, il se voit décerner le Grand prix des poètes en 1997 par l'institution.

Il a signé les textes de plus de 5 000 chansons, tenant compte de la voix et de la tessiture de ses interprètes.

Outre Bécaud pour lequel il crée notamment Mes mains, Le jour où la pluie viendra, Nathalie, Je t'appartiens, Et maintenant, L'Orange ou La Solitude, il écrit également pour Édith Piaf (Les Grognards…), Juliette Gréco (De Pantin à Pékin, C'était Paris en 1970), Tino Rossi (Deux amants), Hugues Aufray (Le Rossignol anglais, L'Épervier, Les Crayons de couleur, Stewball), Michel Fugain (Je n'aurai pas le temps, Une belle histoire…), France Gall (Ne sois pas si bête, Dady da da…), Nicoletta (Il est mort le soleil), Nana Mouskouri (Que c'est bon la vie, Adieu Angelina), Michel Polnareff (Le Bal des Laze), Gérard Lenorman (Quelque chose et moi, La Ballade des gens heureux, Si j'étais président…), Joe Dassin (L'Été indien, Les Champs-Élysées, Et si tu n'existais pas, Le Chemin de papa…), Nicole Rieu (Et bonjour à toi l'artiste, En courant), Nicole Croisille (Un deuxième amour), Johnny Hallyday (Le petit clown de ton cœur, Derrière l'amour, Un homme comme les autres, Cet homme que voilà…) Michel Sardou (Les Vieux Mariés, Le France, Les Lacs du Connemara…), Charles Aznavour, Mireille Mathieu (Qu'elle est belle, La Demoiselle d'Orléans, De Gaulle…), Serge Reggiani, Dalida (Jésus bambino) et également pour Claude François (Chante, pleure, Les petites souris, C'est de l'eau, c'est du vent, Le musée de ma vie, Les ballons et les billes, Des pleurs sur l'oreiller, Moi je suis Français, Fred, La pipe en bois, Nicolas François Dupont, Danse ma vie et Eve.

En 1998, il écrit aussi pour Annie Cordy Les enfants de la terre sur une musique de Didier Van Damme.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Pierre Delanoë décède le 27 décembre 2006 à l'âge de 88 ans.

Il repose au cimetière de Fourqueux (Yvelines).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Pierre Delanoë, La vie en chantant, Paris, Julliard,‎ 1980 (ISBN 2260001890, lien LCCN?)
  • Pierre Delanoë, Le surnuméraire : roman, Paris, Julliard,‎ 1981 (ISBN 2260002773, lien LCCN?)
  • Pierre Delanoë, Le 19e trou : roman, Paris, R. Laffont,‎ 1984 (ISBN 2221044401)
  • Philippe Tellier, Pierre Delanoë et A. J. Lafaurie, Golfantasmes, Paris, Albin Michel,‎ 1986 (ISBN 2226026800, lien LCCN?)
  • Pierre Delanoë, La retraite aux flambeaux : roman, Paris, R. Laffont,‎ 1986 (ISBN 2221049144, lien LCCN?)
  • Pierre Laforêt et Pierre Delanoë, Pierre Delanoë, Paris, Seghers, coll. « Poésie et chansons »,‎ 1986 (ISBN 2232100197 et 978-2232100192, lien LCCN?)
  • Pierre Delanoë, Et à part ça qu'est-ce que vous faites ?, éditions Michel Lafon, 1987 (ISBN 9782868044396)
  • Pierre Delanoë, Comment écrire une chanson, éditions Paul Beuscher, 1987 (notice BnF no FRBNF34958345)
  • Pierre Delanoë et Jean-Marc Natel (avant-propos), Paroles à lire ou poèmes à chanter, Paris, Le Cherche midi,‎ 1990 (ISBN 2862741841 et 978-2862741840)
  • Pierre Delanoë, La chanson en colère : entretiens avec Alain-Gilles Minella, Paris, Mame,‎ 1993 (ISBN 2728905894)
  • Pierre Delanoë (ill. Barberousse), La comptine à Titine, Chevron, Hemma,‎ 1999 (ISBN 2800665580)
  • Pierre Delanoë (ill. Barberousse), Les comptines d'Églantine, Chevron (Belgique) Pantin, Éd. Hemma,‎ 1995 (ISBN 2800644370)
  • Pierre Delanoë, préface de Jean-Marc Natel, voix de Charles Aznavour à Jean-Claude Brialy en passant par Renaud, Anthologie de la poésie française de Charles d'Orléans à Charles Trenet, éditions du Layeur, 1997 (ISBN 2-911468-10-4)
  • Pierre Delanoë et Alain Poulanges (préf. Gilbert Bécaud), La vie en rose, Paris, Editions Plume,‎ 1997 (ISBN 2841100650, lien LCCN?, résumé)
  • Pierre Delanoë, illustrations de Barberousse, musique Gérard Calvi, interprètes Jacques Haurogné, Juliette, Fabienne Guyon, Pierre Delanoë, Xavier Lacouture et Catherine Estourelle, La comptine à Titine, éditions Hemma Éditions, 1998 (ISBN 2800665580)
  • Pierre Delanoë (préf. Michel Tournier de l'Académie Goncourt), Des paroles qui chantent, Saint-Cyr-sur-Loire, France, C. Pirot,‎ 1999 (ISBN 2868081312)
  • Pierre Delanoë (préf. Gilbert Bécaud), Le témoin était aveugle : roman policier, suivi de trois nouvelles policières, Aix-en-Provence, Les Vents contraires,‎ 2000 (ISBN 2910953157, lien LCCN?)
  • Pierre Delanoë, Brigitte Lahaie (narration) et Guy Boyer (musique) (préf. Jean-Marc Natel), La poésie dans le boudoir : Poésies érotiques. Textes lus par Brigitte Lahaie, Paris, Layeur,‎ 2000 (ISBN 2911468392)
  • Pierre Delanoë, D'humeur et d'humour : Poésie. Textes inédits et deux hommages à Gilbert Bécaud, Nice, Mélis,‎ 2002 (ISBN 2914333277)
  • Pierre Delanoë, Tous des putes : roman, Colomars, Mélis éd,‎ 2002 (ISBN 2914333366)
  • Jean Beaulne et Pierre Delanoë, Pierre Delanoë : --et maintenant, Grainville, City,‎ 2004 (ISBN 2915320128)

Citations[modifier | modifier le code]

  • « L'homme a sûrement chanté avant de parler. » in Entretiens avec Pierre Delanoë, La chanson en colère, par Alain-Gilles Minella (Éditions Mame).
  • « La chanson est une expression naturelle, parfaite » in Entretiens avec Pierre Delanoë, La chanson en colère, par Alain-Gilles Minella (Éditions Mame).
  • « Une chanson, c’est une vision du monde et le monde n’est pas statique. Ma poésie consiste à transformer cette réalité » in La vie en chantant, par Pierre Delanoë (Éditions René Julliard).
  • Pierre Delanoë, président d'honneur de la SACEM, n'aimait pas le rap et ceux qui le produisent. Il a ainsi déclaré : « Pour moi c'est pas de la musique, c'est des vociférations, des éructations (…) J'admets que le rap soit une forme d'expression pour des gens primitifs qui ne sont pas capables de faire de la musique, qui ne savent pas ce qu'est la musique (…)[1] »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France Inter, juillet 2006, face à Abd al Malik, rappeur ([1]).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :