Yves d'Alègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yves d'Alègre
Image illustrative de l'article Yves d'Alègre

Naissance 1653
Décès (à 80 ans)
Origine Drapeau de la France France
Grade maréchal de France
Commandement Gouverneur et commandant de Metz
Distinctions Ordre du Saint-Esprit

Yves d'Alègre, (né en 1653, mort le 3 mars 1733), cinquième du nom, marquis de Tourzel et seigneur de Montaigu, de Saint-Flour-le-Châtel, d'Aurouze et d'Aubusson, comte de Flageac, maréchal de France en 1724.

Biographie[modifier | modifier le code]

Garde du corps en 1675, il participe aux sièges de Limbourg, qui se rend le 21 juin, de Condé, prise le 26 avril 1676, de Valenciennes, emportée le 17 mars 1677, de Cambrai, qui capitule le 5 avril, sauf le château qui tient jusqu’au 17.

Capitaine au régiment de cavalerie de Biran par commission du 15 février 1678, il sert dans l’armée d’Allemagne sous le maréchal de Créquy. Il contribue à la défaite du comte de Staremberg retranché à la tête du pont de Rhinfeld le 6 juillet, à la défaite du duc de Lorraine au passage de la Kintz le 23, à l'assaut du fort de Kell où il entre avec les grenadiers le 27.

Il est colonel du régiment Royal-Dragons le 23 mai 1679.

Il est au siège de Luxembourg qui se rend le 4 juin 1684. Il participe à la bataille de Walcourt en 1689, est fait brigadier le 10 mars 1690, et participe à la bataille de Fleurus le 1er juillet.

En 1692, il commande un corps séparé de 25 escadrons de cavalerie sous le maréchal de Luxembourg. Le 13 août 1792, à la bataille de Steinkerque, il a le bras cassé d’un coup de feu.

Le 30 mars 1693, il est nommé maréchal de camp et quitte son régiment.

Lieutenant-général le 29 janvier 1702, il sert à partir du 21 avril à l’armée de Flandre sous le duc de Bourgogne .

À la mort du comte du Coigny, il commande l’armée de la Moselle par pouvoir du 12 octobre 1704.

Alors qu’il sert dans l’armée de Flandre, il est pris par les ennemis le 18 juillet 1705. Conduit en Hollande, il obtient de Louis XIV les pleins pouvoirs pour traiter la paix avec cette République. Après l'échec des négociations, il est réincarcéré.

Il obtient le gouvernement de Saint-Omer le 25 septembre 1706, et la lieutenance générale du haut Languedoc le 1er janvier 1707.

Il est échangé en 1712 après l’affaire de Denain. La même année, il participe aux sièges de Douai, qui se rend le 8 septembre, du Quesnoy, qui se rend le 4 octobre, et du Bouchain dont la garnison se rend le 19 octobre.

En janvier 1713, il se démet de la lieutenance générale du Languedoc et sert à l’armée du Rhin sous le maréchal de Villars, puis commande l’armée d’observation dans le Palatinat pendant le siège de Landau qui se rend le 20 août. Il passe le Rhin à fort Louis pour couvrir le siège de Fribourg, qui se rend le 1er novembre, sauf le fort et les châteaux le 19.

Il est gouverneur de Metz et de Verdun le 10 août 1723. Il est fait maréchal de France le 2 février 1724 et Chevalier du Saint-Esprit le 1er janvier 1728.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

D'Alègre épouse le 29 août 1679 Jeanne (1658-1723), fille de Jean de Garaud, seigneur de Doneville. Ils auront 5 enfants :

Il épouse en seconde noce, le 21 août 1724 : Madeleine Ancezune

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Allègre.svg
Armes modernes

De gueules, à une tour carrée d'argent, maçonnée de sable, accostée de six fleurs-de-lis d'or, rangées en deux pals.[1]

On trouve aussi 

D'azur, à une tour d'argent, accostée de six fleurs-de-lis d'or, rangées en deux pals.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  2. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • De l'ancienne France de Saint-Allais (Nicolas Viton) - 1834 - Page 499
  • Chronologie historique-militaire, par M. Pinard, tome troisième « Contenant la suite des Maréchaux de France depuis 1675. jusqu'à présent, les Grands Maîtres de l'artillerie, les Colonels généraux de l'infanterie Françoise tant delà que deçà les monts & ceux des troupes étrangères. », Paris 1761, page 221

Liens externes[modifier | modifier le code]