Famille d'Apchier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La famille d'Apchier est une très ancienne famille de la noblesse française qui s'est éteinte en 1836.

Elle était une branche, au même titre que la Maison de Joyeuse, de la famille de Châteauneuf-Randon[1]. Elle était originaire du Gévaudan. Son patronyme venait de la terre d'Apchier ou Apcher près de Saint-Chely d'Apcher (Lozère). Elle possédait également depuis le XIIIe siècle la terre de Rochecolombe, sous le nom de laquelle elle était parfois désignée jadis.

Des personnalités et de grandes familles y sont apparentées dont la Maison de Crussol, la Maison princière de La Tour d'Auvergne, les Maisons de Rochefort d'Ally, de Veyrac, de La Tour de Saint-Vidal, de Vogüé.

La famille d'Apchier a compté parmi ses représentants des officiers généraux, des gouverneurs, un député aux États généraux de 1789.

Histoire[modifier | modifier le code]

La baronnie d’Apcher (anciennement Apchier) est située entre le Bès et la Truyère, et a donné son nom à certains de ses villages comme Saint-Chély-d'Apcher, devenu la plus grande ville de la baronnie. Le château était établi à l’ouest du domaine à Apcher (commune de Prunières, dont la tour en est le vestige, mais où des fouilles ont permis de mettre au jour des restes du château. Selon la légende[2] le nom viendrait du baron d’Hacher, le fils de la princesse de Hongrie tenant une hache le jour où le roi le trouva.

La baronnie d'Apcher entre dans la descendance des Randon, le nom de Guérin (ou Garin) d'Apchier, souvent employé, remonte jusqu'à un frère d'un Odilon de Randon. Le premier d'entre eux Garin de Châteauneuf qui avait épousé Alix d'Apchier, pourrait être assimilé au troubadour Garin d'Apchier[3]. Il est en tout cas le premier à se parer du titre de baron, même si la famille d'Apchier (dont l'héritière est cette Alix) semble très ancienne. Il semble ainsi qu'en 1096 le chevalier croisé Henry d'Apchier soit baron ou seigneur d'Apchier. Cependant, lorsque Garin de Châteauneuf épouse Alix d'Apchier, dernière héritière, au XIIe siècle (1180).

Les possessions étaient gardées par quatre châteaux principaux, outre celui d'Apcher : Montaleyrac (Fournels), Arzenc-d'Apcher, La Garde (Albaret-Sainte-Marie) et Le Bacon.

On retrouve le nom d'un Guérin d'Apchier durant la guerre de Cent Ans, où sous les cris de ralliement « d'Apchier, Notre Dame, Barres en avant », lui et ses hommes ont vaillamment repoussé les Anglais qui les attaquaient vers Sancti Hilari de Capoleg. Autre nom resté dans l'histoire, celui du marquis d'Apchier qui se consacra corps et âme pour libérer son pays de la bête du Gévaudan au XVIIIe siècle.

En 1715, Charles de Crussol, devenu possesseur d'Apchier met en vente le titre, racheté par son agent d'affaire, Pierre Bouniol. Celui-ci la revendra en 1717 à Emmanuel de Bessuéjouls, marquis de Roquelaure. Le nom d'Apchier restera cependant, son possesseur ayant bien souvent le titre de marquis d'Apchier.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 10, pages 125 à 129 Châteauneuf-Randon (de).
  2. Baronnies du Gévaudan
  3. Baronnies du Gévaudan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]