Gouvernante des Enfants de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En France, entre les XVIe et XIXe siècles, les souverains confièrent la direction de l'éducation de leurs enfants légitimes à des gouvernantes des Enfants de France.

Gouvernantes des enfants royaux[modifier | modifier le code]

Gravure de Victoire de Rohan avec Madame Royale.

En France, la gouvernante des enfants royaux, recrutée dans la haute noblesse, était chargée de l'éducation des enfants du couple royal, dont le Dauphin. Elle était aidée par des sous-gouvernantes, des maîtres et une équipe de femmes de chambre et de nourrices. Si les filles restent attachées à leur gouvernante jusqu'à leur mariage, l'usage voulait que les princes élevés par des gouvernantes « passent aux hommes » à l'âge de sept ans (l'âge de raison à l'époque) pour être alors confiés aux soins d’un gouverneur assisté d’un ou plusieurs sous-gouverneur[1]. Le temps d'éducation entre les mains de la gouvernante est donc équivalent à celui entre les mains des gouverneurs de prince comme l'a montré Pascale Mormiche.

Enfants de Louis XII[modifier | modifier le code]

Enfants de François Ier[modifier | modifier le code]

Enfants de Henri II[modifier | modifier le code]

Enfants de Charles IX[modifier | modifier le code]

Enfants de Henri IV[modifier | modifier le code]

Enfants de Louis XIII[modifier | modifier le code]

Enfants de Louis XIV[modifier | modifier le code]

Mme la maréchale de Lamothe (Louise de Prie).
  • Ursule de Gontery, gouvernante des filles de la Reine.
  • 1661-1664 : Julie d'Angennes, gouvernante du Grand Dauphin, puis gouvernante des filles d'honneur de la Reine.
  • 1661-1672 : Louise de Prie, gouvernante du Grand Dauphin.

Parmi les sous gouvernantes, citons :

  • Mademoiselle de Mézières ;
  • Mademoiselle de La Chassagne ;
  • Marie-Jeanne d'Aumale.

Enfants de Louis de France (1661-1711)[modifier | modifier le code]

Enfants de Louis de France (1682-1712)[modifier | modifier le code]

La duchesse de La Ferté-Senneterre avec le duc d'Anjou et le duc de Bretagne, par François de Troy.

Elles seront secondées par une (en 1704) puis deux (en 1710) sous-gouvernantes :

Enfants de Louis XV[modifier | modifier le code]

En plus de Mesdames de La Lande et de Villefort, déjà citées, une troisième sous-gouvernante est nommée en 1729 :

  • 1727-1746 : Madame de La Lande ;
  • 1727-1744 : Marie-Suzanne de Valicourt[5] ;
  • 1729-? : Marguerite d'Armand de Mizon.

Enfants de Louis de France (1729-1765)[modifier | modifier le code]

Les sous-gouvernantes sont :

Enfants de Louis XVI[modifier | modifier le code]

La duchesse de Polignac, par Vigée Le Brun.

Les sous-gouvernantes sont :

Enfants de Charles X[modifier | modifier le code]

  • 1775-? : Adélaïde de Galard de Brassac de Béarn.

Enfants de Charles-Ferdinand d'Artois[modifier | modifier le code]

Mme la duchesse de Gontaut-Biron, gouvernante des Enfants de France, sous la Restauration.

Enfants de Louis-Philippe Ier[modifier | modifier le code]

Gouvernantes du prince impérial[modifier | modifier le code]

La Maison des Enfants de France fut créée par le décret du , puis restaurée sous le Second Empire.

Fils de Napoléon Ier[modifier | modifier le code]

Fils de Napoléon III[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascale Mormiche, « Les nourrices des Enfants de France, un corps social particulier à la cour », dans Femmes à la cour de France. Charges et fonction, IAE, Cour de France.fr, Septentrion, Lille, 2018.
  • Pascale Mormiche, « Le deuil des maillots : la mortalité des Enfants de France à la naissance et des princesses, XVIIe – XVIIIe siècles», dans La naissance au risque de la mort, Société d’histoire de la naissance (SHN), Paris, Marie-France Morel (dir.), Erès éditions, 2020.
  • Femmes éducatrices au siècle des lumières, Presses universitaires de Rennes, 2007
  • Docteur Cabanès, Mœurs intimes du Passé - Huitième série, Éducation de Princes, Albin Michel, Editeur, Paris, 3e mille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascale Mormiche, « Devenir prince : l’école du pouvoir en France XVIIe – XVIIIe siècles », Paris, CNRS éditions, (ISBN 9782271091062)
  2. Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en ...
  3. Fille de Philippe de la Mothe-Houdancourt, duc de Cardona et sœur aînée de Madame de Ventadour
  4. Anne Julie était la femme de Jules de Rohan, prince de Soubise, et par conséquent, « petite-belle-fille » de Mme de Ventadour
  5. a et b (Génalogie de la famille de Valicourt) Souvenirs de la Flandre-Wallonne : recherches historiques et choix de documents relatifs à Douai et à la province - Volume 9 - Société d'agriculture, des sciences et arts de Douai - 1869