Maillebois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maillebois
Maillebois
Église Saint-François d'Assise de Maillebois
Logo monument historique Inscrit MH (1971)[1].
Blason de Maillebois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Arnaud de Boisanger
2020-2026
Code postal 28170
Code commune 28226
Démographie
Population
municipale
906 hab. (2019 en diminution de 5,33 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 48″ nord, 1° 08′ 57″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 191 m
Superficie 41 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Lubin-des-Joncherets
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Maillebois
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Maillebois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maillebois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maillebois
Liens
Site web http://www.maillebois.fr

Maillebois est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. Ce village a une superficie de 41 km2.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maillebois se trouve dans le nord du département d'Eure-et-Loir (arrondissement de Dreux), à environ 30 km au nord-ouest de Chartres et 15 km au sud-ouest de Dreux.

La commune se trouve dans le pays du Thymerais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maillebois
Crucey-Villages Crucey-Villages Saint-Ange-et-Torçay
Louvilliers-lès-Perche Maillebois Saint-Ange-et-Torçay
Le Mesnil-Thomas Jaudrais Saint-Maixme-Hauterive

Habitat[modifier | modifier le code]

La commune de Maillebois a la particularité d'avoir trois bourgs (villages dotés d'une église), correspondant à trois communes originelles, issues des paroisses d'ancien régime :

  • Maillebois
  • Blévy
  • Dampierre-sur-Blévy.

Elle compte aussi plusieurs hameaux secondaires :

  • à l'ouest : Feuilleuse, La Verdière, Les Châtelets ;
  • au sud : Le Grand Boulay, La Pommeraie, Fouville ;
  • au nord : Chennevières.

Communications[modifier | modifier le code]

Maillebois (bourg) est traversé par la route départementale 939, qui relie Chartres à Verneuil d'Avre et d'Iton (Eure), d'où partent des routes vers Caen et Rouen.

La route départementale 928 reliant Nogent-le-Rotrou à Dreux passe par Châteauneuf-en-Thymerais, à 5 km au sud-est.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Blaise, affluent en rive gauche de l'Eure, elle-même affluent de la Seine.

Un barrage sur la Blaise est à l'origine de l'étang de Dampierre. En aval, à Blévy, la Blaise reçoit le ruisseau de Saint-Martin en rive droite.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 639 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Thimert », sur la commune de Thimert-Gâtelles, mise en service en 1979[8] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 622,3 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Chartres », sur la commune de Champhol, mise en service en 1923 et à 32 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[12] à 11 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maillebois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,1 %), forêts (13,5 %), zones agricoles hétérogènes (7,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,3 %), zones urbanisées (1,7 %), prairies (0,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,7 %), eaux continentales[Note 7] (0,6 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1276: Maillebois (Cartulaire Saint-Père-en-Vallée de Chartres)
  • 1299: Maaillebois (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois)
  • 1426: Mailleboys (Archives nationales.-JJ 173, no 560, fol. 276 v°)
  • 1460 Mailleboix (Archives nationales.-JJ 190, n° 20, fol. 12)
  • 1470 Mailleboix (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois)
  • 1485: Mailleboues (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois)
  • 1494: Maillebouees (Archives départementales d'Eure-et-Loir-G, chapitre Notre-Dame de Maillebois)
  • 1498: « Jehan Bachelier, laboureur à Maillebouis, paroisse de Bléry » (Archives nationales-JJ 231, n° 98, fol. 55).

L'étymologie est la suivante : « maille » pourrait venir du latin malus (mauvais), par palatalisation du « l » ; dans ce cas, « Maillebois » signifierait « mauvais bois » ; mais il est possible qu'il s'agisse de « mail » signifiant « marne » (FEW, VI(1) 330b[Quoi ?]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, il existe deux seigneuries : Maillebois et Dampierre.

L'histoire de Maillebois commence avec les barons de Châteauneuf-en-Thymerais. La seigneurie passe sans doute ensuite aux Vendôme-Montoire, précisément à la branche cadette, seigneurs de La Châtre-sur-le-Loir et Lassay-les-Châteaux, vidames de Chartres, puis par mariages[22] aux Vieuxpont, Le Baveux et d'O. Au XVIIe siècle, elle est vendue aux Harlay de Sancy, Le Camus de Jambville, puis aux Desmarets, (notamment au maréchal de Maillebois).

La seigneurie de Dampierre dépend au départ du marquisat de Crécy. En 1480, François de Courseulles est cité comme seigneur d'un fief à Dampierre ; en 1487, il acquiert la moitié d'un fourneau à fer sous la Chaussée de l'étang de Dampierre[23]. En 1552, François de Vendôme, vidame de Chartres mort en 1562, vend la terre et seigneurie de Dampierre à Pierre de Courseulles[24]. En 1591, Jean de Courseulles seigneur du Rouvray (à Dampierre), remet aux enfants de Mathurin de Ballu, la terre du Bois-Ballu (paroisse de Dampierre), confisquée par sentence de mort rendue contre Mathurin de Ballu pour crime de forfaiture. En 1677, François de Courseulles baron de Dampierre marquis du Rouvray, la vend (60000 livres) à Henri Jules de Bourbon duc d'Enghien fils du Grand Condé[25], aussi propriétaire de la forêt, des forges et des seigneuries de Sénonches et Brézolles[26].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Lors de la réforme administrative de la France en 1790, apparaissent les communes de Maillebois, Blévy et Dampierre-sur-Blévy.

Une loi du supprime les communes voisines de Saint-Germain-de-Lézeau et Saint-Maurice-de-Lézeau ; Maillebois reçoit une partie de la section A de Saint-Martin-de-Lézeau (dont le bourg), et les sections A et B de Saint-Germain-de-Lézeau.

Un arrêté préfectoral du réunit Maillebois, Blévy, Dampierre-sur-Blévy et Saint-Maixme-Hauterive en une commune qui prend le nom de Maillebois. Mais, par arrêté préfectoral du , le territoire de Saint-Maixme-Hauterive redevient une commune distincte.

En 2003, Maillebois entre dans la communauté de communes du Thymerais et, en 2014, dans la communauté d'agglomération du Pays de Dreux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1989 Pierre Pasdeloup    
1989 2008 Alain Favril    
2008 2014 Vincent Gajas    
2014 2020 Christian Maisons SE Agriculteur
2020 En cours Arnaud de Boisanger    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2019, la commune de Maillebois comptait 906 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
563806553560477484466570561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
530500485457417385407418400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
384422362275318281275278293
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3592961 086828821917979988956
2017 2019 - - - - - - -
922906-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

A Maillebois, il y a deux écoles : une maternelle et une primaire. La première se trouve à Maillebois. Elle accueille les maternelles, les petites sections, les grandes sections et les CP. La deuxième école se trouve à Blévy et accueille les CE1, les CE2, les CM1 et les CM2.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Tournage de l'émission "Le Meilleur Pâtissier" à Maillebois en 2016
  • Passage du Tour d'Eure-et-Loir à Dampierre-sur-Blévy en 2016 ;
  • Passage du Tour d'Eure-et-Loir à Maillebois en 2019.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Six édifices sont classés ou inscrits au titre de monument historique.

Château de Maillebois[modifier | modifier le code]

Gravure du château de Maillebois par Claude Chastillon (1560-1616).
Le château de Maillebois.
Le château de Maillebois, au bord de la Blaise.
Logo monument historique Inscrit MH (1941, 1974, 2000)[29].
  • Propriétaires successifs : François d'O, XVIe siècle (1535-1594). Sous Henri III, il est surintendant des finances. La châtellenie devient marquisat en 1621. Puis acquisition par Desmarets, contrôleur des finances, puis son fils Jean Baptiste Desmarets qui lui succède, appelé le maréchal de Maillebois. Le fils de ce dernier, Yves Marie de Maillebois devient sans doute le propriétaire suivant. Le marquis de Maillebois, Nicolas Desmarets (1648-1721) occupe la maison. Elle est cédée a la famille Latham qui acquièrent la propriété en 1870, un an avant l'invasion de la Prusse. Edmee Latham épouse le Dr. Paul Armand-Delille, et habite la maison jusqu'à sa mort. Son fils Lionel Armand-Delille (1913-2006) l'habite ensuite.
  • Le château : au corps principal s'ajoutent deux tours carrées formant un U, auxquelles viennent se flanquer deux grosses tours rondes. Des mâchicoulis soulignent la façade et les tours créant un ensemble harmonieux. Le château de Maillebois tel qu'il existe aujourd'hui est un mélange de plusieurs styles. Bâti en bois, puis en pierre de silex durant la seconde moitié du Moyen Âge, les murs d'origine atteignent par endroits plus de 2 mètres de large. Maillebois est à l'époque une vraie forteresse du Moyen Âge, avec un pont-levis, un donjon, quatre tours de garde et des murs à créneaux. Le château n'est doté d'un toit que pendant la Renaissance. Brûlé pendant la Révolution française, la moitie nord, détruite par les flammes, n'est jamais reconstruite, mais les fondations en pierre (aujourd'hui des murets à l’entrée du château) témoignent de sa taille d'origine. La façade sud est typique de la Renaissance, avec de grandes fenêtres, un perron en brique rouge, et des murs plus fins, un mélange de matières et de couleurs (briques rouge, silex).
  • Le château de Maillebois a servi de décor et lieu de tournage pour la cinquième saison d'une émission de la chaîne de télévision M6 : Le Meilleur Pâtissier.

Dampierre-sur-Blévy[modifier | modifier le code]

Forges de Dampierre-sur-Blévy[modifier | modifier le code]

Les anciens hauts-fourneaux de Dampierre.
Les anciens hauts-fourneaux de Dampierre.
Logo monument historique Inscrit MH (1993, 1994) Logo monument historique Classé MH (1994)[30].

Église Saint-Pierre de Dampierre-sur-Blévy[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ferme des Moulins[modifier | modifier le code]

Cette ferme est située à Dampierre-sur-Blévy. Son activité fut très liée aux forges de Dampierre, jusqu’au milieu du XVIe siècle. Certaines parties des bâtiments datent de cette époque. L’actuel Moulin des Moulins et la Grange des Moulins ont été reconstruits aux environs de 1860. Ces bâtiments s’intègrent sur un site regroupant la Ferme des Moulins, le Moulin des Moulins et la Grange des Moulins. Cet ensemble constitue un témoignage intéressant des activités agro-industrielles qui existaient autrefois.

La Grange des Moulins est un bâtiment exceptionnel par un travail de charpente rare pour un bâtiment agricole. Entièrement réalisée en peuplier, cette charpente ne nécessite aucun appui intérieur pour soutenir sa couverture de petites tuiles datant de la construction, dégageant ainsi un espace intérieur remarquable. Orientée est-ouest, sa longueur est de 25 mètres et sa largeur de 18,40 mètres. Les murs sont construits en briques et silex, ouverts par deux vastes portes à chaque extrémité, la porte ouest a été murée. Il est possible qu’elle ait servi de bergerie car elle rappelle par certains aspects les grandes bergeries d’hivernage que l’on trouve dans d’autres contrées.

En 1856, le Dictionnaire Géographique des Communes et des Hameaux indique que la Ferme des Moulins comptait « une maison, un ménage, treize habitants ». Le moulin cesse de fonctionner quelques années après. Sa taille ayant été jugée disproportionnée par rapport au débit de la Blaise, il fut même question de le démolir. Les différentes machines qui y étaient installées et certains matériaux sont démontés et réinstallés au Moulin de Barbasse à Montreuil-sur-Eure. La turbine n’avait pas été démontée. Elle est toujours en place, bien que hors d’usage.

Ferme du Rouvray[modifier | modifier le code]

Ferme du Rouvray.

Ferme du Rouvray, Logo monument historique Inscrit MH (1963)[31].
Le nom Rouvray provient de rouvre (robur), chêne rouvre en gaulois, autrefois très commun et aujourd’hui très rare. C’est sur cette espèce de chêne que l’on recueillait le gui sacré des druides.
D’après la conformation des fossés trapézoïdaux, il semblerait que ce soit une ancienne villa gallo romaine.
Le Rouvray, vers l’an 960, était une véritable forteresse, dont l’enceinte encore existante, consiste en de larges fossés jadis revêtus de murailles et remplis d’eau. Cet ancien château fort est une place forte pendant la guerre de Cent Ans.
Les bâtiments actuels datent du XVIIe siècle. Une seule de ses anciennes tours subsiste et l’on voit les fondements des autres. Des mâchicoulis et des tourelles défendaient les portes d’entrée. Le chevet de la chapelle, dont le pignon et la croisée sont tout ce qui en est resté, présente de vastes dimensions, les croisillons sur les murs de la ferme devraient être postérieurs au XVIIe siècle.

Église Saint-François-d'Assise de Maillebois[modifier | modifier le code]

Église Saint-François-d'Assise de Maillebois, Logo monument historique Inscrit MH (1971)[1].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Église Saint-Pierre de Blévy[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre de Blévy, Logo monument historique Classé MH (1907)[32].

L'édifice date des XIIe et XVe siècles.

L'église présente huit verrières figurées du premier quart du XVIe siècle, restaurées à trois reprises en 1910, 1942-1943 et 1975 par Michel Petit, peintre-verrier de Thivars, et complétées par une vitrerie losangée du XXe siècle. L'ensemble est classé en 1906 monument historique à titre objet[33].

Cinq verrières sont constituées d'une lancette en plein cintre (baies 6, 8, 9, 11 et 12) et trois de deux lancettes (baies 4, 7 et 10).

Le soufflet de la baie 4 représente un écu comportant à gauche des hermines, armes de la famille d'Ô, à droite un serpent ailé, armes de Louise Le Gentil, fille d'honneur d'Anne de Bretagne et épouse de Charles d'Ô, seigneur de Blévy et propriétaire du château de Maillebois.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maison à pans de bois de Blévy[modifier | modifier le code]

7 rue du Cheval-Blanc, Logo monument historique Inscrit MH (2013)[34].

Ancienne base aérienne de Dreux-Louvilliers[modifier | modifier le code]

L'ancienne base avant l'implantation du parc photovoltaïque.
L'ancienne base avant l'implantation du parc photovoltaïque.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maillebois dans les arts[modifier | modifier le code]

Maillebois est citée dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Desmarets, neveu de Colbert par sa mère, fut contrôleur général des finances à la fin du règne de Louis XIV (lequel ne l'appréciait guère ; mais l'habile financier sauva le roi de la faillite). Acquéreur de Maillebois en 1679, il fit déplacer une partie du village pour agrandir son parc, et fut confirmé marquis en 1706.
  • Jean-Baptiste Desmarets (1682-1762), fils du précédent, marquis de Maillebois, dit le maréchal de Maillebois, maréchal de France en 1741
  • Paul-Félix Armand-Delille (1874-1963) : né à Fourchambault (Nièvre) en 1874, il fut diplômé de médecine et devint l'un des principaux pédiatres de Paris. Il effectua une recherche distinguée sur la tuberculose et les maladies infectieuses des enfants. Il a été nommé professeur à l'École de médecine de Paris et a été vice-président de la Société de biologie. Pendant la Première Guerre mondiale, il a servi comme chef de la bactériologie de l'Armée française d'Orient et conduisit des travaux sur la malaria pour lesquels il a été fait commandeur dans l’ordre de la Légion d'honneur. Il s'est retiré sur le domaine du château de Maillebois, aux environs de Paris. En 1952, à l'âge de 78 ans, il y introduisit la myxomatose qui se propagea en France et de là à toute l'Europe, en inoculant deux lapins sur son domaine avec un virus issu d'une collection de culture conservée à Lausanne. Un acte pour lequel il était réprouvé par les éleveurs, les fourreurs et les chasseurs de lapins mais félicité par les fermiers et les forestiers.
  • Jean ou Jehan Hutin Le Baveux[37], confident de Charles V, lieutenant et chambellan[38] du duc de Bourgogne en 1369.
  • Hubert Latham (1883-1912), aviateur, dont le buste est situé sur la place principale de Maillebois (sa famille était propriétaire du château).

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Maillebois.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Parti : au 1) d’hermine au chef denché de gueules, au 2) d’or à un lion couronné de sinople.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Saint-François-d'Assise de Maillebois », notice no PA00097142, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Centre-Val de Loire », sur centre-valdeloire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Thimert - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Maillebois et Thimert-Gâtelles », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Thimert - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Maillebois et Champhol », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Chartres - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Chartres - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Chartres - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. « Maizelan, alliance Vendôme », sur Racines et Histoire.
  23. http://feuilleuse.free.fr/wikini/wakka.php?wiki=AutourDampierreFermeDesMoulins&show_comments=1
  24. http://www.denisjeanson.fr/site_toponymie/lettre_c/lieux_chateau18d/chateau18dd.html
  25. http://www.lesforgesdedampierresurblevy.com/portail.html
  26. « Senonches : inventaire des notaires ».
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. « Château de Maillebois », notice no PA00097141, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Forge de Dampierre-sur-Blévy », notice no PA00132880, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Ferme du Rouvray », notice no PA00097144, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Eglise de Blévy », notice no PA00097143, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « 8 verrières figurées : Vierge à l'Enfant et donateur, saint Pierre, Annonciation et donatrice (l'), Adoration des bergers (l'), Dieu le Père, saint évêque, litanies de la Vierge (les), calvaire, Trinité, Dieu le Père et la colombe du Saint-Esprit (baies 4, 6 à 12) », notice no PM28000381, base Palissy, ministère français de la Culture.
  34. « Maison à pans de bois à Blévy », notice no PA28000033, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Maillebois possède également un château d'eau décoré d'une fresque murale.
  36. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  37. Généalogie Le Baveux
  38. Histoire du diocèse de Paris, contenant la suite des Paroisses du Doyenné de Montmorency, Vol. 4, p. 236, éd. Prault, 1755