Château de la Bâtie d'Urfé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de la Bâtie d'Urfé
Image illustrative de l’article Château de la Bâtie d'Urfé
Période ou style Renaissance italienne
Début construction XIIIe siècle
Fin construction 1558
Propriétaire initial famille d’Urfé
Destination initiale maison forte
Propriétaire actuel La Diana
Protection Logo monument historique Classé MH (1912)[1]
Logo maisons des illustres Maisons des Illustres (2011)[2]
Coordonnées 45° 43′ 39″ nord, 4° 04′ 43″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Forez
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Commune Saint-Étienne-le-Molard
Géolocalisation sur la carte : Loire
(Voir situation sur carte : Loire)
Château de la Bâtie d'Urfé
Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Château de la Bâtie d'Urfé
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de la Bâtie d'Urfé

La Bâtie d'Urfé (ou Bastie d’Urfé) est un château du Forez, situé à Saint-Étienne-le-Molard, dans la Loire, en Auvergne-Rhône-Alpes.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le site est ouvert aux visiteurs toute l'année, et participe aux actions nationales Nuit européenne des musées, Les Rendez-vous aux Jardins Journées européennes du Patrimoine. Il a été aménagé par Claude d'Urfé de 1547 à 1558 et occupé entre autres par un des ses petits-fils, Honoré d'Urfé[3], auteur de L'Astrée. La Bâtie ne doit pas être confondu avec le château d'Urfé, désormais surnommé « les Cornes d'Urfé » et situé à Champoly.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une grange monastique installée sur les bords du Lignon par les moines du prieuré de Champdieu est à l’origine du domaine de la Bâtie au XIe siècle. Elle devient ensuite une maison forte avec pont-levis et fossés. La famille des seigneurs d’Urfé, descendue de sa forteresse montagnarde (désormais surnommée les « Cornes d’Urfé ») à Champoly, près de Saint-Just-en-Chevalet, s’installe à la Bâtie à partir du XIIIe siècle[4].

Façade ouest.

Érigé au XVe siècle, le manoir familial de la Bastie, un édifice à l’origine de style médiéval a par la suite été transformé par Claude d'Urfé (1501-1558), ambassadeur de François Ier puis de Henri II au concile de Trente, puis auprès du pape, et pour finir gouverneur du Dauphin. Il s'inspira de ses séjours en Italie et des réalisations royales pour aménager à partir de 1547[5] sa demeure en un joyau de la Renaissance italienne et française (art nouveau au XVIe siècle) et devenir le fleuron du Forez.

Claude d'Urfé a voulu exprimer à travers l’architecture et les décors de la Bâtie, différentes idées : son amour pour sa femme Jeanne de Balsac d'Entraigues, petite-fille de Robert et de Louis Malet de Graville, sa passion pour les arts ainsi que pour la connaissance et la pensée philosophique. Il a passé commande à des artistes (la plupart anonymes) pour l’embellir[6].

Honoré d'Urfé, petit-fils de Claude, séjourna dans sa jeunesse à la Bâtie d'Urfé où il y fait se dérouler, ainsi que dans les environs, aux bords du Lignon du Forez, L'Astrée, premier roman fleuve de la littérature française.

On retrouve d'ailleurs des lieux réels des environs du château dans cet ouvrage puisque Honoré d'Urfé plaça la Bâtie et ses environs au centre de son roman. On peut retrouver depuis les fenêtres de cette demeure un cadre évoqué par l’écrivain : le bocage, les bords du Lignon, les Monts du Soir (monts du Forez). Dans le parc, la Fontaine de la Vérité d’Amour y a été restaurée, semblable à celle qu’Adamas avait fait dresser par Céladon[6].

Caroline Élisabeth Lagrange (1806-1870), épouse du 2e duc de Cadore, Franz Xaver Winterhalter, 1821.

En 1836, la Bastie d’Urfé est achetée par Caroline de Lagrange (1806-1870), fille du comte Joseph Lagrange (1763-1836), duchesse de Cadore, épouse de Louis Alix de Nompère de Champagny. La nouvelle propriétaire s'adresse, en vain, à Prosper Mérimée pour introduire le château au classement au titre des monuments historiques[7].

Du XXe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Sauvé de la ruine en 1909 par la Société historique et archéologique du Forez, la Diana, il est classé monument historique depuis le 25 octobre 1912[8].

D’importants travaux réalisés par le Conseil général de la Loire depuis 1990 ont permis d’améliorer considérablement l’image de la Bâtie ainsi que l’accueil des visiteurs. En sept ans (de 2001 à 2007), le Conseil général a engagé pour 1 140 000 euros de travaux pour redonner vie à ce site majeur de la Loire[6].

Présentation architecturale[modifier | modifier le code]

Sphinx « gardant » l'accès à la rampe cavalière.
Les jardins et la gloriette de la Bâtie d'Urfé.

La maison forte est le plus ancien aspect de la Bâtie d'Urfé (XIVe siècle). Au cours des années 1460-70, la maison forte est agrandie au sud et au nord par l'édification d'un donjon. Les douves sont alimentées par le bief de dérivation des eaux du Lignon.

Le château offre un ensemble remarquable : la loggia aux douze colonnes, la rampe cavalière « gardée » par un sphinx, le corps de garde.

Mais ce qui fait surtout la singularité de l'édifice, c'est la grotte des fraîcheurs, seule grotte artificielle de la Renaissance encore conservée en France, dont les ornements mythologiques sont réalisés avec des petits galets, des coquillages, et des sables de couleur. La chapelle unit peintures et gypseries (boiseries et marqueteries, plafond à caissons, et pavement en faïence de Masséot Abaquesne) créés par des artistes italiens et des artisans venus du Forez[9].

Grotte des fraîcheurs, avec une statue en marbre de Vertumne, dieu des esprits des jardins et des vergers.

Jardins[modifier | modifier le code]

Le jardin du château de la Bâtie d'Urfé est inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables[10].

Les recherches archéologiques menées par Anne Allimant-Verdillon à la Bastie de 1993 à 1998 ont permis de mieux connaître les travaux menés lors de la création du jardin de Claude d'Urfé dans les années 1550 ainsi que la configuration générale du site. Le sous-sol du jardin abrite encore l'ingénieux système de guidage des eaux de la nappe phréatique mis en place au milieu du XVIe siècle : guidées en profondeur sur un lit d'argile, les eaux issues du petit canal du jardin (ou bief) arrosent les plantes par capillarité et alimentent également bassins et douves.[réf. nécessaire]

Les jardins du XVIe siècle étaient à l'origine situés à l'ouest et au sud du château, bordés partiellement par un canal en amont du Lignon du Forez. 16 parterres de buis divisés en compartiments géométriques et symétriques ont été en partie restaurés à partir des années 1950, sur la base d'un plan géométral du domaine dessiné en 1804. La gloriette a retrouvé sa fontaine de marbre clair (la « Fontaine de vérité d’amour » de L'Astrée) en 1998. Quant au fragment de pergola située le long du mur de clôture ouest, il a été reconstitué sur la base des découvertes archéologiques faites en 1994 (éléments architecturaux mis au jour dans le bief). La parcelle située au sud-ouest abritait sans doute à l'origine un labyrinthe de coudriers.

Musée[modifier | modifier le code]

Spectacles, événements[modifier | modifier le code]

Festival l'Estival de la Bâtie[modifier | modifier le code]

La Bâtie d'Urfé a été le siège de L'Estival de la Bâtie qui avait remplacé le festival des Nuits de la Bâtie et proposait des spectacles au château (les Castellades) et des spectacles dans différents lieux touristiques du département (les Escapades). Il se déroulait au mois de juillet, jusqu'en 2018.

La Nuit des musées[modifier | modifier le code]

La Bâtie d'Urfé ouvre également ses portes à la Nuit européenne des musées. De la musique (intermèdes) a parfois accompagné les visites dans les jardins et le château[11].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Chiffres de fréquentation du château 2006-2014[12].
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
11 344 14 378 13 690 16 289 15 159 14 479 16 473 14 570 14 898

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00117605, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Liste des Maisons des Illustres par le Ministère de la Culture », classification dans le réseau Maison des Illustres.
  3. Mathevot 1999, p. 31.
  4. Mathevot 1999, p. 1.
  5. Mathevot 1999, p. 2.
  6. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Dossier de presse
  7. « Caroline Lagrange », sur roglo.eu (consulté le 2 mai 2011)
  8. « Château de la Bastie-d' Urfé », notice no PA00117605, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. (fr) Dossier de presse : présentation de l’édition 2008 sur le site officiel des Nuits de la Bâtie d’Urfé,
  10. « jardin du château de la Bastie-d' Urfé », notice no IA42000836, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. (fr) « Château de la Bastie d'Urfé » sur nuitdesmusees.culture.fr
  12. Les tableaux de fréquentation musées, sites, activités et manifestation, 2005 à 2014, SPOT Loire Tourisme. Consulté le 20 mai 2017

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elena Bugini (dir.), Sacellum mirabile / Nouvelles études sur la chapelle de Claude d’Urfé, PUR Éditions, Rennes 2019 [lire en ligne].
  • Georges de Soultrait, Félix Thiollier, Le Château de La Bastie d'Urfé et ses seigneurs, Planches gravées sous la direction de Félix Thiollier d’après ses dessins ou photographies, La Diana, Saint-Étienne, 1886, VIII-58, p. 74.
  • Paul Vitry, Château de la Bâtie d'Urfé, p. 218-229, dans Congrès archéologique de France. 98e session. Lyon et Mâcon. 1935, Société française d'archéologie, Paris, 1936 [lire en ligne].
  • Christophe Mathevot, Château de la Bastie d'Urfé, Montbrison, La Diana - Société historique et archéologique du Frorez, , 35 p. (ISBN 2-911623-01-0).
  • « Le château de la Bastie d'Urfé, Saint-Étienne-le-Molard » dans Caroline Holmes, Folies et fantaisies architecturales d'Europe (photographies de Nic Barlow, introduction de Tim Knox, traduit de l'anglais par Odile Menegaux), Citadelles & Mazenod, Paris, 2008, p. 18-21 (ISBN 978-2-85088-261-6).
  • Christine Boyer Thiollier, MO. Moulager, Itinéraire pittoresque en Forez avec Félix Thiollier, Conseil général de la Loire, catalogue 118 p., 2011.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]