Scott Brown (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scott Brown
Portrait officiel de Scott Brown.
Portrait officiel de Scott Brown.
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour le Massachusetts

(2 ans 10 mois et 30 jours)
Prédécesseur Paul Kirk
Successeur Elizabeth Warren
Sénateur du Massachusetts

(5 ans 10 mois et 10 jours)
Prédécesseur Cheryl Jacques
Successeur Richard Ross
Biographie
Nom de naissance Scott Philip Brown
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Kittery, Maine
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Conjoint Gail Huff[1]
Enfant(s) Ayla Brown
Arianna Brown
Diplômé de Université Tufts[1]
Boston College[1]
Profession avocat, militaire
Religion Église chrétienne réformée
Résidence Wrentham

Scott Philip Brown (né le à Kittery, Maine), est un homme politique américain et sénateur républicain au Congrès des États-Unis pour le Massachusetts entre le 4 février 2010 et le 3 janvier 2013. Candidat à sa réélection en 2012, il est battu par la démocrate Elizabeth Warren.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat, issu d'un milieu défavorisé, il pose nu dans Cosmopolitan en 1982 afin de payer ses études[2] et se voit alors sacré "l'Américain le plus sexy de l'année" par le magazine[3]. Il a le grade de Lieutenant-colonel de la Garde nationale[4].

Élu de Norfolk / Chambre des Représentants du Massachusetts[modifier | modifier le code]

Scott Brown est élu membre de la Chambre des représentants du Massachusetts de 1998 à 2004 (3 mandats), où il représentait le 9ème arrondissement de Norfolk.

Sénateur d'État de 2004 à 2010[modifier | modifier le code]

En 2004, il est élu sénateur d'État au Sénat du Massachusetts, à la suite de la démission de Cheryl Jacques, lors d'une élection partielle. Il est réélu en 2006, et en 2008. Il démissionne le 4 février 2010, lorsqu'il est élu Sénateur des États-Unis.

La campagne électorale pour le Sénat des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , Brown remporte très largement l'investiture républicaine, avec près de 89 % des voix, pour postuler à l'ancien siège de sénateur d'Edward Kennedy, décédé d'une tumeur au cerveau l'été précédent[5].

Au début marginalisé dans les sondages, Scott Brown a vu l'écart qui le séparait de la démocrate Martha Coakley diminuer, jusqu'à passer en tête des intentions de vote à quelques jours du scrutin. Cette performance d'un républicain même modéré[6], est jugée inhabituelle par la plupart des experts politiques, dans un État qui a pourtant largement voté pour Edward Kennedy et Barack Obama, respectivement en 2006 et 2008[7].

Scott Brown mène sa campagne en véhiculant une image d'homme disponible à l'écoute des gens. Certains de ses spots publicitaires, financés en partie par le parti républicain, l'ont ainsi montré marchant dans la boue dans le seul but de serrer des mains. Il s'est intéressé aux craintes des gens comme la hausse du chômage ou l'endettement galopant. Il s'est aussi positionné contre la réforme de l'assurance maladie de Barack Obama, dans un État qui possède déjà une assurance maladie universelle. Avec cette prise de position rassurant l'électorat indécis du Massachusetts, et en se posant comme républicain indépendant, il réussit à rassembler plus d'électeurs que sa rivale démocrate.

Le , il remporte l'élection sénatoriale avec 51,9 % des voix, en battant la démocrate Martha Coakley. Sa victoire dans un état acquis aux démocrates est qualifiée d'historique par la presse américaine[8].

Sénateur des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , Scott Brown prête serment comme sénateur américain du Massachusetts devant le Vice-président des États-Unis Joe Biden[9].

En juillet 2010, il vote pour la réforme de la régulation financière proposée par Barack Obama[10].

Le , Brown vote contre la nomination d'Elena Kagan à la cour suprême des États-Unis.

Le , Brown vote l'abrogation de la loi Don't ask, don't tell, qui interdisait aux membres des forces armées américaines d'afficher leur homosexualité. Seuls huit sénateurs républicains ont voté l'abrogation[11][12].

En avril 2014, Brown annonce qu'il sera candidat au poste de sénateur de l'État du New Hampshire face à la sénatrice sortante Jeanne Shaheen[13]. Brown possède une maison dans le New Hampshire, et y a vécu dans sa jeunesse, jusqu'à ce que sa mère déménage à Wakefield, dans le Massachusetts. Il perd cette élection, la sénatrice Démocrate est réélue.

Enfant maltraité et abusé[modifier | modifier le code]

En 2011, il publie son autobiographie, intitulée « Against All Odds » («Contre toutes attentes»). Il révèle qu'il a été battu par ses beaux-pères successifs, et qu'il défendait sa mère, victime des mêmes violences. Il confesse également avoir subi des attouchements sexuels de la part d'un éducateur d'un camp sportif. De telles confessions sont inédites, dans la sphère politique américaine (notamment pour un homme, comme le souligne des experts). Avant cette date, il n'avait confié ses épreuves à personne, ni même à son épouse. La sincérité de son témoignage a un impact national et international très fort[14].

Activités musicales[modifier | modifier le code]

Scott Brown joue de la guitare. Il se produit exclusivement à titre gracieux, lors de concerts caritatifs.

Le 13 juillet 2015, Scott Brown offre une chanson à son épouse (pour l'anniversaire de leur 29 ans de mariage), qu'il a écrit pour elle. Intitulée ''Fan the Flame'', la chanson est mise en musique par sa fille Ayla Brown (par ailleurs chanteuse professionnelle). Le titre est interprété par un chanteur de country. L'ex sénateur rend disponible la chanson sur SoundCloud, en la partageant notamment sur sa page facebook. Ce cadeau romantique est relayé avec succès par les médias aux Etats-Unis[15][16][17].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]