Deb Haaland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Deb Haaland
Illustration.
Portrait officiel de Deb Haaland.
Fonctions
54e secrétaire à l'Intérieur des États-Unis
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 20 jours)
Président Joe Biden
Gouvernement Administration Biden
Prédécesseur Scott de la Vega (intérim)
David Bernhardt
Représentante des États-Unis

(2 ans, 2 mois et 13 jours)
Élection 6 novembre 2018
Réélection 3 novembre 2020
Circonscription 1er district du Nouveau-Mexique
Législature 116e et 117e
Prédécesseur Michelle Lujan Grisham
Successeur Melanie Stansbury
Présidente du Parti démocrate du Nouveau-Mexique

(2 ans et 4 jours)
Prédécesseur Sam Bregman
Successeur Richard Ellenberg
Biographie
Nom de naissance Debra Anne Haaland
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Winslow (Arizona, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômée de Université du Nouveau-Mexique
Religion Catholicisme[1]

Deb Haaland
Sceau du département de l'Intérieur des États-Unis.

Debra Anne Haaland, dite Deb Haaland, née le à Winslow (Arizona), est une femme politique américaine d'origine amérindienne, membre du Parti démocrate et secrétaire à l'Intérieur des États-Unis depuis le 16 mars 2021.

Le 6 novembre 2018, elle est élue représentante des États-Unis pour le Nouveau-Mexique et devient la première personne autochtone à siéger à la Chambre des représentants des États-Unis et au Congrès. En , le président élu Joe Biden la choisit en tant que secrétaire à l'Intérieur des États-Unis dans sa nouvelle administration. Elle est confirmée par le Sénat le 15 mars 2021, ce qui fait d'elle la première personne amérindienne à occuper cette responsabilité ; un seul autre Amérindien a fait partie du cabinet américain : Charles Curtis, vice-président des États-Unis républicain de 1929 à 1933, durant la présidence de Herbert Hoover[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Debra Haaland photographiée à l'occasion de la collection Northern Plains Native Americans : A Modern Wet Plate Perspective, en 2019.

Fille d’un Norvégo-Américain servant dans le Corps des Marines et d’une Amérindienne du Pueblo de Laguna (Nouveau-Mexique) (en), servant dans la Navy, elle grandit dans plusieurs endroits, au fil des mutations de ses parents militaires[3],[4]. Son père est mort en 2005 et repose au cimetière national d'Arlington[3]. Elle fait ses études de droit à Albuquerque (Nouveau-Mexique) mais, faute d'argent, elle doit abandonner ses études, qu'elle ne reprendra qu'à l'âge de 35 ans[3]. Pour subvenir à ses besoins, elle ouvre une usine de conserves, sans succès[3]. Finalement, elle contracte un emprunt pour financer ses études, qu'elle indique continuer à rembourser en 2018[3].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Deb Haaland s'engage en politique en 2004 comme bénévole dans la campagne présidentielle du candidat démocrate John Kerry[2].

Représentante des États-Unis pour le Nouveau-Mexique[modifier | modifier le code]

Deb Haaland prête serment comme représentante des États-Unis en 2019.

Après que Michelle Lujan Grisham annonce ne pas se représenter en tant que représentante des États-Unis afin de concourir pour le poste de gouverneure du Nouveau-Mexique, Debra Haaland gagne la primaire démocrate de son district avec 40,5 % des voix. Son plus proche adversaire est Damon Martinez, procureur des États-Unis pour le district du Nouveau-Mexique de 2014 à 2017, qui arrive deuxième avec 25,8 % des voix[5]. Lors des élections de 2018, elle affronte la républicaine Janice Arnold-Jones, élue à la Chambre des représentants du Nouveau-Mexique de 2003 à 2011. Elle gagne largement l'élection par 59,1 % des voix contre 36,3 % à Jones[6].

Premier portrait officiel de Deb Haaland comme membre du Congrès.

Membre de la tribu Laguna Pueblo, elle est, avec Sharice Davids (Kansas), la première Amérindienne élue au Congrès[7]. Lors de son investiture, elle porte une tenue traditionnelle pueblo[8]. En , elle reçoit le William C. Velasquez Trailblazer Award de la U.S. Hispanic Leadership Institute's National Conference, pour avoir été l'une des premières natives américaines à être élue au Congrès et pour sa place de vice-présidente du Comité sur les Ressources naturelles, sous la présidence de Raúl Grijalva (Arizona)[9].

Secrétaire à l'Intérieur des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , le président élu Joe Biden annonce qu'il la choisit en tant que secrétaire à l'Intérieur pour sa future administration[10], ce qui ferait d'elle, si sa nomination est validée par le Sénat, la première personne amérindienne à occuper cette responsabilité dans l'histoire des États-Unis.

Son audition de confirmation par le Sénat se tient les 23 et 24 février, dans des circonstances jugées irrespectueuses, à cause de l'attitude de sénateurs républicains - John Barrasso du Wyoming, Steve Daines du Montana, et Mike Rounds du Dakota du Sud[11] - liés avec des sociétés pétrolières et minières[12],[13].

Après avoir exprimé leur inquiétude concernant l'avenir de ces sociétés pétrolières et de leurs employés, les mêmes sénateurs n'ont pas répondu à la déclaration de Deb Haaland portant sur les récentes arrestations d'employés du secteur pétrolier[12],[14] pour trafic de femmes indigènes[15],[16]. Ces arrestations font suite aux initiatives américaines et canadiennes visant à enquêter sur les meurtres et les disparitions de femmes indigènes (Missing and Murdered Indigenous Women, MMIW), sujet que Deb Haarland souhaite défendre auprès des législateurs[17].

Malgré cela, Deb Haaland dispose de suffisamment de soutiens de sénateurs démocrates pour être confirmée au poste de secrétaire à l'Intérieur[18]. Par ailleurs, les sénatrices républicaines Lisa Murkowski et Susan Collins s'engagent le 4 mars à voter en faveur de sa confirmation[19].

Deb Haaland prête serment comme secrétaire à l'Intérieur des États-Unis.

Le 15 mars 2021, sa nomination est confirmée par le Sénat par 51 voix pour, dont celles des républicains Lindsey Graham, Susan Collins, Dan Sullivan et Lisa Murkowski, et 40 contre[20]. Elle entre en fonction deux jours plus tard[21].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mère d'une fille[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Religious affiliation of members of 116th Congress », sur pewforum.org, (consulté le ).
  2. a b et c « Deb Haaland, première femme amérindienne en route vers le gouvernement américain », nouvelobs.com, 18 décembre 2020.
  3. a b c d et e « Femme, amérindienne, précaire : Deb Haaland, la nouvelle voix forte des démocrates aux Etats-Unis », sur Télérama.fr (consulté le )
  4. Paris Match, « Deb Haaland, première Amérindienne secrétaire à l’Intérieur », sur parismatch.com (consulté le ).
  5. (en) Coleman Michael, « Past Democratic Party chair Haaland wins nomination », sur Albuquerque Journal (consulté le ).
  6. (en) Andy Lyman, « 2018 Top Stories #2: Haaland makes history », sur The NM Political Report, (consulté le ).
  7. (en) « Native Americans Deb Haaland and Sharice Davids to enter House », sur www.aljazeera.com, (consulté le ).
  8. (en) « New congresswoman proudly wears Native American dress at her swearing-in », sur TODAY.com (consulté le ).
  9. (en-US) Journal Staff Report, « U.S. Rep. Deb Haaland honored with 'Trailblazer' award », sur www.abqjournal.com (consulté le ).
  10. « Joe Biden choisit l'Amérindienne Deb Haaland à la tête du département de la Sécurité intérieure », sur France 24, (consulté le ).
  11. Rachel Frazen, Indigenous groups pressure Senators through Deb Haaland billboards, 26 fevr 2021 sur The Hill, [1]
  12. a et b Arianna Amehae, "Like watching your Auntie being verbally abused". Indigenous community members reflect on Deb Haaland's hearing, 26 fevr 2021 sur Native News Online, [2]
  13. Deb Haaland n'est pas aussi "radicale" que certains sénateurs republicans le pensent, 27 fevr 2021 sur Journal d'Afrique, [3]
  14. Arianna Amehae, Haaland retains her composure in the face of immense disrespect in confirmation hearing, 23 fevr 2021 sur Native News Online, [4]
  15. Brook Johnson, Pipeline workers among those arrested in sex trafficking sting, 24 fevr 2021 sur The Star Tribune, [5]
  16. Kevin Jacobson, Two arrested in Itasca Co. human trafficking bust were Line 3 workers, 24 fevr 2021 sur KBJR 6, Duluth, Minnesota, États-Unis, [6]
  17. Jean Lotus,"Missing and murdered:" Indigenous women at risk in U.S., Canada, 03 juillet 2019 sur United Press International, [7]
  18. Felicia Fonseca et Matthew Brown, Interior Secretary nominee Deb Haaland's grilling raises questions on bias, 26 fevr 2021 sur Public Broadcasting Service avec Associated Press,[8]
  19. Ben LeFebvre et Anthony Adragna, Haaland’s nomination for Interior secretary advances to full Senate, 04 mars 2021 sur Politico, [9].
  20. « Deb Haaland, première Amérindienne à devenir ministre », sur Tribune de Genève, (consulté le ).
  21. (en) « Haaland confirmed by Senate as first Native American to lead Interior », sur The Washington Post.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]