Lettres de créance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
David Jacobson, ambassadeur des États-Unis au Canada, remet ses lettres de créance au gouverneur général du Canada, Michaëlle Jean, le 29 octobre 2009, dans sa résidence officielle de Rideau Hall à Ottawa.

Les lettres de créance[1] sont un document officiel qu'un chef d'État ou de gouvernement signe et confie à un ambassadeur qu'il vient de nommer, afin que celui-ci le remette au chef d'État ou de gouvernement (et en de rares occasions au ministre des Affaires étrangères) du pays hôte. C'est la réception de ce document par le pays hôte qui officialise la nomination et l'accréditation de l'ambassadeur.

L'acceptation des lettres de créance est, de nos jours, presque systématique, grâce aux discussions préalables entre les deux États. Il arrive parfois que ces lettres de créances soient refusées ; dans ce cas l'ambassadeur du pays invité ne peut pas exercer ses fonctions (cf. la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961).

Contenu[modifier | modifier le code]

Lettres de créance datées du 11 mars 1992, signées par Václav Havel, président de la République fédérative tchèque et slovaque, à l'intention de Vytautas Landsbergis, président du Conseil suprême de la République de Lituanie, accréditant Juraj Nemeš comme ambassadeur. La lettre est rédigée en français, langue de la diplomatie.


Elles sont généralement rédigées en français, lingua franca de la diplomatie, sauf si les deux pays partagent une langue officielle commune.

Les souverains s'écrivent entre eux au singulier tandis qu'ils emploient avec les autres chefs d'Etat le pluriel de majesté.

Cérémonie de remise des lettres de créance[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le salon des ambassadeurs, à l'Élysée.

En France, la cérémonie de remise des lettres de créance est organisée généralement deux à trois fois par an et permet au président de la République de recevoir de nombreux ambassadeurs.

Depuis la présidence de Mac Mahon, la cérémonie se déroule dans le Salon des Ambassadeurs, au rez-de-chaussée du palais de l'Élysée[2].

La date d'arrivée sur le territoire français détermine l'ordre de remise des lettres de créance par chaque ambassadeur lors de la cérémonie. Avant la cérémonie, les ambassadeurs nommés par leur gouvernement, mais qui ne sont pas encore officiellement accrédités par le pays hôte, ne peuvent pas demander d'audience au chef de l'État ou du gouvernement, ni aux présidents des assemblées, ni même donner d'interviews liées à leur fonction. Ils peuvent en revanche prendre leurs fonctions au sein de leur ambassade[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettres est toujours au pluriel et créance au singulier, voir Larousse.
  2. « Le Salon des Ambassadeurs », sur le site de l'Élysée.
  3. « L'arrivée d'un nouvel ambassadeur », sur le site du ministère des Affaires étrangères.

Sur les autres projets Wikimedia :