Harrison Schmitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schmitt.
Harrison Schmitt
Image illustrative de l'article Harrison Schmitt

Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Sélection Groupe 4 de la NASA, 1965
Naissance (81 ans)
Santa Rita (Nouveau-Mexique)
Durée cumulée des missions 12 j 13 h 51 min 59 s
Mission(s) Apollo 17
Insigne Apollo 17-insignia.png

Harrison Hagan "Jack" Schmitt, né le à Santa Rita au Nouveau-Mexique, est un géologue, astronaute et ancien sénateur américain. Il fut le douzième et dernier homme et le seul civil à mettre le pied sur la Lune, lors de la mission Apollo 17.

Carrière à la NASA[modifier | modifier le code]

Célèbre photographie de la Terre La Bille bleue vue d'Apollo 17, probablement prise par Schmitt.

Schmitt a grandi près de Silver City. Diplômé du California Institute of Technology en 1957, il étudia un an la géologie à l'université d'Oslo en Norvège. Il obtient un doctorat de géologie à l'université Harvard en 1964. Avant de rejoindre la NASA, il travaille au U.S. Geological Survey's Astrogeology Center à Flagstaff (Arizona), développant des techniques de géologie qui allèrent être utilisées sur les missions Apollo.

Pour le recrutement des astronautes, la NASA n'avait sélectionné depuis le début de l'ère spatiale que d'anciens pilotes militaires. Sous la pression de la communauté scientifique, la NASA commence à former, à compter de 1965, des scientifiques pour les missions lunaires du programme Apollo. Le premier d'entre eux est Harrison Schmitt. Celui-ci, après sa sélection, se forme au pilotage des avions à réaction durant un an. Il joue par ailleurs un rôle-clé dans la formation de ses camarades astronautes au domaine de la géologie et participe à la mise au point des méthodes d'investigation et de navigation sur le sol lunaire. Schmitt s'associe également aux activités d'analyse des roches ramenées de la Lune par les missions Apollo[1],[2].

Harrison Schmitt lors de la mission Apollo 17

Lors de la mission Apollo 15, il a été l'un des membres de l'équipage de réserve. L'équipage de la mission Apollo 17 devait comprendre initialement Eugene Cernan, Ronald Evans, et Joe Engle. Il s'agissait de l'équipage de rechange de la mission Apollo 14 qui devait, selon la tradition, devenir l'équipage principal trois missions plus tard. Mais l'annulation des missions postérieures à Apollo 17 pour des raisons budgétaires a bouleversé cette règle. Pour la communauté scientifique, il n'était pas admissible qu'autant d'argent ait été dépensé pour explorer la Lune sans qu'un seul spécialiste du domaine ne participe à une mission ; un pilote formé à la géologie ne pouvait en aucun cas se substituer à un géologue professionnel. La NASA décida donc de remplacer Joe Engle par Harrison Schmitt qui avait par ailleurs démontré au cours des entraînements qu'il pouvait parfaitement exercer les fonctions de copilote du module lunaire[2].

Mission Apollo 17[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir Apollo 17.

En 1970, il est le premier scientifique à être affecté à une mission spatiale américaine et sera le seul à voler dans le cadre du programme Apollo. Pour la mission Apollo 17, il est copilote du module lunaire[Note 1],[1]. L'objectif de la mission est d'explorer la vallée Taurus-Littrow (en bordure de la Mer de la Sérénité). Ce site fait partie d'une région de hauts plateaux qui constituent un objectif scientifique majeur car cette formation géologique, fréquente sur la Lune, n'a pu être étudiée par les missions précédentes. La vallée semble par ailleurs avoir conservé des traces d'activité volcanique récente. L'étude sur place de ces formations, ainsi que les échantillons de roches et de sol ramenés sur Terre, doivent fournir des informations structurantes sur la géologie de la Lune[3].

La fusée Saturn V emportant le vaisseau Apollo 17 décolle du Centre spatial Kennedy le 7 décembre 1972. Le module lunaire se pose le 11 décembre sur la Lune. Cernan et Schmitt enchaînent au cours de leur séjour trois sorties extravéhiculaires sur le sol lunaire d'une durée totale de 22 heures 4 minutes, au cours desquelles ils collectent 110 kilogrammes de roches lunaires et parcourent à bord de leur véhicule 36 kilomètres, établissant un nouveau record dans tous ces domaines[4]. Le module lunaire redécolle de la surface de la Lune le 14 décembre et le vaisseau Apollo, après un voyage de retour sans incident, amerrit dans l'océan Pacifique le 19 décembre[5]. Apollo 17 est un succès sur le plan scientifique et démontre la fiabilité remarquable des équipements. Mais le programme Apollo, victime d'arbitrages budgétaires et d'un certain désintérêt des politiques pour les enjeux scientifiques, se conclut avec cette mission qui reste à ce jour la dernière à avoir emmené des hommes sur la Lune. Schmitt a démontré qu'il n'était pas nécessaire d'être un pilote d'avion professionnel pour devenir un bon astronaute[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il démissionna de la NASA en août 1975 pour se présenter aux élections sénatoriales du Nouveau-Mexique (États-Unis) sous l'étiquette républicaine, battant en 1976 le sortant Joseph Montoya avec 57 % des voix. Avec la récession des années quatre-vingt, il fut battu six ans plus tard, en 1982, par Jeff Bingaman, qui fit campagne avec le slogan : « Qu'a-t-il fait pour vous sur Terre ? »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans la terminologie de la NASA, il est le pilote du module lunaire, mais cet intitulé ne désigne pas l'astronaute qui pilote mais celui qui surveille les instruments.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographical Date : Harrison H. Schmitt », NASA : Lyndon B. Johnson Space Center (consulté le 10 mai 2012)
  2. a et b (en)« A Running Start - Apollo 17 up to Powered Descent Initiation », Apollo Lunar Surface Journal (consulté le 10 mai 2012)
  3. (en) Eric M. Jones, « The Valley of Taurus-Littrow » (consulté le 3 mars 2012)
  4. (en) Eric M. Jones et Ken Glover, « Apollo 17 surface journal - Apollo 17 Mission Overview » (consulté le 18 janvier 2017)
  5. (en) Eric M. Jones et Ken Glover, « Apollo 17 surface journal - Return to Earth » (consulté le 18 janvier 2017)
  6. Apollo 17 Mission Report, p. 16-1 op. cit.
  7. (en)Time Magazine, « 40th Anniversary of Apollo 11: Moonstruck » (consulté le 21 août 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en)Eric M. Jones et Ken Glover, « Apollo 17 surface journal »Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Portail regroupant l'ensemble des documents officiels disponibles sur la mission dont la transcription des échanges radios et une liste commentée des photos prises.
  • (en) NASA - Centre spatial Johnson, Apollo 17 mission report, (lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Rapport officiel de la mission Apollo 17 (document n° JSC07904).
  • (en) David M Harland, Exploring the moon The Apollo Expeditions, Chichester, Springer Praxis, , 2e éd., 403 p. (ISBN 978-0-387-74638-8, LCCN 2007939116)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Déroulement détaillé des séjours lunaires des missions Apollo avec nombreuses illustrations, contexte géologique détaillé et quelques développements sur les missions robotiques de cette période.
  • (en) David M Harland et Richard W. Orloff, Apollo the definitive sourcebook, Springer Praxis, , 633 p. (ISBN 978-0-387-30043-6, LCCN 2005936334)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Ouvrage de référence des principaux faits et dates des missions Apollo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :