Gordon Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gordon Smith (homonymie).
Gordon Smith
Image illustrative de l'article Gordon Smith
Fonctions
Sénateur des États-Unis
pour l'Oregon
Prédécesseur Mark Hatfield
Successeur Jeff Merkley
Biographie
Nom de naissance Gordon Harold Smith
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Pendleton, Oregon (États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Conjoint Sharon Smith
Religion Mormonisme

Gordon Harold Smith, né le à Pendleton (Oregon), est un homme politique américain, membre du Parti républicain et sénateur de l'Oregon au Congrès des États-Unis de 1997 à 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gordon Smith est né le à Pendleton dans l'Oregon et a grandi à Bethesda dans le Maryland.

Après le lycée, il part pendant deux ans en Nouvelle-Zélande comme missionnaire de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours.

De retour au pays, il poursuit ses études de droit à l'Université de la Californie méridionale.

Il commence sa carrière d'avocat au Nouveau-Mexique puis en Arizona avant de revenir dans les années 1980 en Oregon comme directeur d'une entreprise alimentaire.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1992, Smith commence une carrière politique en étant élu au Sénat de l'État de l'Oregon dont il prend la présidence en 1995[1].

En janvier 1996, il tente de se faire élire au Sénat des États-Unis lors d'une élection partielle, mais il est battu par le démocrate Ron Wyden. Il se présente pour l'autre siège de sénateur au moins de novembre 1996. Il est alors le premier candidat à concourir pour deux sièges de sénateur fédéral la même année[1]. Il est élu sénateur avec près de 50 % des voix et succède au titulaire républicain, Mark Hatfield.

Il est réélu en 2002 avec 56 % des suffrages[2]. Il remporte alors l'ensemble des comtés de l'Oregon, à l'exception du comté de Multnomah qui inclut la ville de Portland[3].

En 2004, un an après le suicide de son fils, le Garrett Lee Smith Memorial Act est ratifié par le président George W. Bush, promulguant un programme de 82 millions de dollars sur la prévention du suicide des jeunes[4].

Le , Smith est l'un des 17 sénateurs qui refusent de soutenir une résolution du Sénat s'excusant auprès de la communauté noire pour avoir refusé de légiférer sur le lynchage dans les années 1920 et 1940.

Il est candidat à un troisième mandat en 2008. Smith est jusqu'au mois de septembre au coude-à-coude avec le démocrate Jeff Merkley dans les enquêtes d'opinions. Dans un État de plus en plus démocrate, il est entraîné par l'impopularité du président Bush et est distancé dans les sondages quelques semaines avant l'élection[2],[3]. Durant la campagne, il n'hésite pas à mettre en avant sa proximité avec Barack Obama sur certains sujets[3]. Certains républicains craignent que cette stratégie lui fasse perdre des voix au profit de David Brownlow, candidat conservateur du Parti de la Constitution. Le , Smith est battu avec 45,6 % des voix contre 48,9 % pour Merkley[2] ; Brownlow obtient 5 % des suffrages[5].

Après la politique[modifier | modifier le code]

Après sa défaite, il rejoint le secteur privé et préside la National Association of Broadcasters. Parallèlement, il occupe des responsabilités au sein de l'Église mormone et reste actif sur les questions liées à la santé mentale et au suicide des jeunes[6].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

En 2005, l'analyse de ses votes indique que Gordon Smith est le modèle type du sénateur centriste[7]. Il est souvent considéré comme l'un des sénateurs républicains les plus modérés[3].

Bien qu'ayant voté pour l'invasion de l'Irak, il se montre par la suite critique vis-à-vis de la guerre. Il est favorable aux énergies renouvelables[3]. Il dépose à plusieurs reprises avec Ted Kennedy un projet de loi pour étendre la qualification de crime de haine aux crimes fondés sur l'orientation sexuelle[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gordon Smith est marié à Sharon. Ils adoptent ensemble trois enfants. En 2003, la veille de son 22e anniversaire, leur fils Garrett se suicide après des années de dépression[4].

Gordon Smith est membre de par sa mère de la famille Udall (en), parfois considérée comme la famille Kennedy de l'Ouest. Il est ainsi le cousin des sénateurs démocrates Mark Udall et Tom Udall[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « SMITH, Gordon Harold, (1952 -) », sur Biographical Directory of the U.S. Congress (consulté le 5 août 2016).
  2. a, b et c (en) « Election 2008 - Oregon Senate », sur RealClearPolitics.com (consulté le 5 août 2016).
  3. a, b, c, d et e (en) William Yardley, « An Oregon Republican Reaches for Coattails — Obama’s », sur The New York Times,‎ (consulté le 5 août 2016).
  4. a et b (en) Brian Dakss, « Senator Shares Story Of Son's Suicide », sur CBS News,‎ (consulté le 5 août 2016).
  5. (en) « Oregon Democrat Merkley takes Senate seat », sur CNN,‎ (consulté le 5 août 2016).
  6. (en) Harry Esteve, « Gordon Smith finds happiness in private sector, has no plans to seek office », sur OregonLive.com,‎ (consulté le 5 août 2016).
  7. (en) « Vote ratings: centrists », sur National Journal.
  8. (en) « Matthew Shepard Act », Congressional Record, vol. 153,‎ , p. 9147 (lire en ligne).
  9. (en) Colin Fogarty, « Oregon Senator Part Of Bi-Partisan Political Dynasty », sur OPB.org,‎ (consulté le 5 août 2016).