Cliquez ici pour écouter  la version audio de cet article.

Bibracte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
 Ne doit pas être confondu avec Bibrax.
Bibracte
Bibracte, la Porte du Rebout
Bibracte, la Porte du Rebout
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Type Oppidum
Protection Logo monument historique Classé MH (1984)
Coordonnées 46° 55′ 28″ Nord 4° 02′ 06″ Est / 46.924444, 4.035
Altitude 821 m
Superficie 135 hectares

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bibracte
Bibracte
Histoire
Époque IIe s. av. J.-C. - Ier av. J.-C.

Bibracte était la capitale du peuple celte des Éduens, développé surtout au Ier siècle av. J.-C.. Centre névralgique du pouvoir de l'aristocratie éduenne, c'était aussi un important lieu d'artisanat et de commerces où se côtoyaient mineurs, forgerons et frappeurs de monnaies sur une superficie de près de 135 hectares[1].

Ce site remarquable, situé sur les communes de Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire), de Glux-en-Glenne et de Larochemillay dans la Nièvre et dans le Morvan au sommet du mont Beuvray (communément appelé le Beuvray dans la région), est au confluent des bassins de l'Yonne, de la Seine et de la Loire. Le Beuvray est constitué de trois sommets : le Theurot de la Wivre avec sa pierre, le Theurot de la Roche et le Porrey qui est le point culminant. Le site héberge le musée de la civilisation celtique qui retrace la vie de cette cité de quelque 5 à 10 milliers d'âmes au sein d'un oppidum fortifié que les fouilles archéologiques du mont Beuvray révèlent peu à peu. La conservation et la gestion du site sont effectuées depuis 2007 par l'établissement public de coopération culturelle (EPCC) de Bibracte[2].

Ce site fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

Le 12 décembre 2007, le site de Bibracte a reçu le Label « Grand site de France ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

Bibracte au fond et Autun au premier plan

L'origine du mot Bibracte est encore assez mal connue. Ce terme est sans doute issu du celtique *bibro- / *bebro- (bièvre, castor) suivi du suffixe collectif -akti (cf. irlandais, gallois aktā)[4] ou du latin biffractus (doublement fortifié)[5]. Cependant, cette dernière version est d'une part incertaine d'un point de vue géo-stratégique et historique et d'autre part invraisemblable sur un plan phonétique. En effet, il est très difficile de protéger un rempart sur plusieurs kilomètres et l'utilisation d'un double rempart n'est donc pas justifiée. De plus, l'enceinte de la ville a été rétrécie puisque des mesures de datation ont permis de montrer l'antériorité du rempart extérieur par rapport au rempart intérieur (voir plan). Le parement en pierre de l'enceinte extérieure a d'ailleurs été certainement réutilisé pour la construction du second mur. Il n'est donc pas certifié que Bibracte ait eu deux murs d'enceinte simultanément. Ensuite, on voit mal pourquoi un terme latin biffractus aurait été gallicisé en Bibracte, avant d'être repris sous cette forme en latin. D'autant plus qu'aucune source spécialisée en toponymie ne confirme la présence de toponyme d'origine latine à l'époque antique aussi loin au nord de la Gaule. Phonétiquement, Biffractus peut difficilement avoir été gallicisé en Bibracte, le gaulois aurait obligatoirement conservé le [f] latin dans ce cas (cf. le nom latin Frontō de l'inscription en langue gauloise de Naintré - Vieux-Poitiers, gallicisé en Frontū[6]) et le toponyme serait devenu *Beffray par évolution romane régulière.

Trois inscriptions dédiées à la déesse Bibracte qui ont été trouvées à Autun au XVIIe siècle. Il semble donc que l'on ait affaire à un exemple d'homonymie entre le toponyme et le théonyme[7]. « Reste à se demander lequel des deux noms est primaire et l'autre secondaire. »[8] Malheureusement, deux des inscriptions taillées dans la pierre ont disparu ; la troisième, gravée sur un médaillon en laiton fait toujours l'objet d'un débat sur son authenticité[9]. En effet, les anciennes querelles sur la localisation de Bibracte ont peut-être mené certains érudits de l'époque à fabriquer des faux pour justifier l'emplacement de l'oppidum éduen sur le site d'Autun (l'ancienne Augustodunum) qui fut effectivement capitale du peuple éduen au Ier siècle[10].

Découverte de Bibracte[modifier | modifier le code]

La première mention de Bibracte dans l’histoire a été faite par César dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules concernant l’année -58 et la bataille de Bibracte. Celle-ci est à nouveau mentionnée en -52 lorsque César s’interroge sur les intentions de ses alliés Éduens qui ont rejoint la révolte et couronnent Vercingétorix roi des Gaules à Bibracte. Celle-ci ne sera plus mentionnée. Des inscriptions d’époque annoncent que la capitale éduenne a reçu le nom d’Augustodunum (’’la citadelle d’Auguste’’), sous le règne de celui-ci ; ce nom donnera naissance à l’actuelle Autun.

À partir du XVIe siècle, naît un engouement chez les savants, les aristocrates et les hommes d’églises pour leur passé local qui conduit à poser la question de l’emplacement de Bibracte[11]. Plusieurs thèses vont alors s’affronter. L’une veut situer Bibracte à Autun : la ville gauloise à l’emplacement de la ville gallo-romaine. Une autre à Beaune, défendue par l'érudit Hugues de Salins, une troisième thèse veut que la cité soit sur les pentes du Beuvrect ou Bevrect, aujourd’hui mont Beuvray. Cette dernière thèse s’appuie sur trois arguments majeurs. Tout d’abord, il y a une parenté entre les termes Bibracte et Beuvrect. Ensuite, cette hypothèse invoque une tradition transmise par des chroniques médiévales qui situaient la ville au Beuvrect. Ceci est conforté par l’existence d’une foire annuelle les premiers mercredi, jeudi et vendredi de mai et dont l’ancienneté est déjà relatée dans des textes du XIIIe siècle. Enfin, les découvertes de poterie, de monnaies et les observations du curé de Saint-Léger-sous-Beuvray en 1725 vont dans ce sens[11].

Plan d'ensemble de la cité, les noms de lieux correspondent aux dénominations actuelles et les courbes de niveau ne sont prises qu'au niveau des sommets

D'une manière générale, c'est l'hypothèse d'Autun qui reçoit la plus grande approbation au début. D'ailleurs, Autun sera rebaptisée Bibracte après la Révolution et cela pendant quelque temps[11]. Il faudra attendre le XIXe siècle et les recherches de Jacques Gabriel Bulliot pour que la situation s'inverse en faveur du Mont Beuvray. En 1851, Bulliot décide de faire une communication au Congrès de la société française d'Archéologie sur une antique chapelle (La chapelle Saint Martin au Mont Beuvray) au sujet de la christianisation du pays éduen[10]. Il retourne alors au Beuvray pour prendre d'autres notes. Il découvre ce qu'il pense être alors le talus d'un camp romain (en réalité un nemeton) au sommet du Beuvray près de la chapelle. Il se documente et envisage, contre l'opinion unanime de la Société éduenne, de situer Bibracte au Beuvray et non à Autun. La publication de son Essai sur le système défensif des Romains dans le pays éduen entre la Saône et la Loire dans lequel il expose ses convictions ne lui vaut que les sourires des membres de la société d'archéologie. C'est l'intérêt de l'empereur Napoléon III pour les batailles de la Guerre des Gaules qui va accélérer les choses. En effet, Bulliot va recevoir la visite d'un officier, nommé Stoffel, chargé par l'empereur d'effectuer des fouilles sur la victoire romaine contre les Helvètes. Bulliot lui fait alors part de ses convictions quant à la situation de Bibracte. L'officier lui porte peu d'intérêt, mais il confie à un autre membre de la Société éduenne, Xavier Garenne, la mission d'effectuer des sondages au Beuvray[10]. Parallèlement, le propriétaire des terres, le vicomte d'Aboville effectue aussi ses propres recherches qu'il montre à l'archevêque de Reims, lui aussi membre de la Société éduenne, et ami de Bulliot (malgré leurs divergences sur la question de Bibracte). Intéressé par ces fouilles, ce dernier va en faire part à l'empereur. C'est ainsi qu'en 1867, Napoléon III missionne Bulliot pour des recherches au Beuvray en lui allouant des fonds[10].

Bulliot fouillera le site de 1867 à 1895, levant tous les doutes quant à la situation de Bibracte. Son neveu Joseph Déchelette, qu'il initie aux fouilles, continuera les travaux jusqu'en 1907 comparant Bibracte à d'autres sites d'Europe tels que Strakonice en Bohême, Manching en Allemagne et Velem-Zenst-Vid en Hongrie, ce qui fera de lui l'un des précurseurs dans l'unification culturelle du monde celte et de la civilisation des oppida[12].

Histoire de l'oppidum[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éduens.

Chronologie du peuplement du Beuvray[modifier | modifier le code]

Vue du mont Beuvray

Les fouilles de la porte du Rebout ont permis de découvrir une succession de cinq ouvrages dont le plus vieux atteste la présence humaine sur le mont Beuvray (ou Beuvray) dès le Néolithique[13]. Cependant, les techniques de datation ont révélé que l'oppidum ne fut fondé que vers la fin du IIe siècle av. J.-C. sur une surface de 200 hectares protégée par le rempart extérieur. Un second rempart intérieur fut construit par la suite pour des raisons encore méconnues[14]. Les Éduens ayant obtenu le statut d'ami du peuple romain, des contacts avec les commerçants romains sont probables avant la conquête de la Gaule par Jules César. Ce statut privilégié fit que Bibracte ne souffrit guère du conflit : en -58, à 25 km au sud de la cité, à Montmort, les armées de Jules César obtinrent la victoire sur les Helvètes[15], les forçant à retourner en Suisse et être peu à peu incorporés dans ce qui allait devenir l'Empire romain. En -52 une assemblée des peuples de la Gaule à Bibracte confia à Vercingétorix le commandement suprême des armées gauloises[16],[17]. Malgré ce ralliement, César traita la cité avec ménagement après sa victoire à Alésia. Il y séjourna durant l'hiver 52/51[18] pour rédiger ses Commentaires sur la Guerre des Gaules. Ceux-ci révèlent entre autres le nom de certains hauts personnages de l'aristocratie éduenne tels que Dumnorix, vergobret des Éduens, et son frère Diviciacos, druide. La ville va connaître son plein essor durant les décennies qui suivent la guerre.

Le géographe Strabon, qui écrit une génération après César, signale encore Bibracte comme place forte des Éduens[19].

Après la fondation d'Autun (Augustodunum) en -15 environ, sous le règne d'Auguste, à 25 km, Bibracte fut peu à peu délaissée par ses habitants. Des cultes se poursuivent cependant dans les temples et près des fontaines et les habitations aristocratiques continuent d'être entretenues. Deux hypothèses principales sont avancées quant à cet abandon progressif du site sur quelques décennies. Cette migration peut être due à des raisons économiques ou à une volonté d'intégration au modèle romain ; une partie de la classe dominante éduenne, déjà pro-romaine durant la Guerre des Gaules, a certainement pris conscience de l'importance stratégique de la nouvelle ville située sur les principaux axes de communication et a aussi voulu s'adapter au modèle romain des villes de plaines tandis qu'une population plus traditionnelle est restée un temps sur le site[20].

On sait qu'il subsiste une foire chaque premier mercredi de mai par des textes du XIIIe siècle[11]. Au XVe et XVIe siècles, le couvent des Cordeliers s'installe sur le Beuvray[17]. Il est abandonné mais la foire perdure.

Influence et puissance de l'oppidum[modifier | modifier le code]

Outre la création du type beuvraisien[21] dans la classification des populations antiques par Gabriel de Mortillet, terme aujourd'hui abandonné puisque ne correspondant à aucune réalité historique, la puissance de la capitale éduenne est relatée dans les Commentaires sur la Guerre des Gaules qui soulignent les nombreuses alliances des Éduens avec des peuples voisins. César mentionne également les guerres qui ont opposé les Éduens aux Arvernes et aux Séquanes pour l'hégémonie sur une grande partie de la Gaule. Ces mentions ne sont pas anodines puisque Rome est l'alliée des Éduens, « leurs frères de sang[22] », depuis le IIe siècle av. J.-C. au moins. Ils entretiennent d'ailleurs des liens commerciaux et des alliances guerrières : Rome secourt les Éduens au IIe siècle av. J.-C. en écrasant l'armée arverne et répond à leur appel contre l'invasion helvète en Gaule qui mène à la Guerre des Gaules.

La confédération éduenne

Outre cette puissante alliance avec Rome, les Éduens faisaient également partie d'une confédération de tribus celtes :

dont l'influence s'étendait ainsi sur une bonne partie du territoire gaulois.

Enfin, l'aspect démographique n'est pas à négliger puisque les archéologues estiment la population du Beuvray entre 5 000 et 10 000 habitants lors de son plein essor[10].

Commerce[modifier | modifier le code]

Dans son Histoire de la Gaule[23], l'historien Camille Jullian écrit ces quelques lignes sur les Éduens : « Bibracte, j'en suis sûr, fut le point de départ et le plus sûr garant de leur puissance. Autour de Bibracte circulaient de très bonnes routes, unissant les trois plus grands bassins de France. » Ainsi, les produits romains remontant le Rhône (les voies fluviales étaient les plus rapides à l'époque) et qui empruntaient ensuite la Saône, la Loire ou l'Allier, passaient en territoire éduen avant de rejoindre les bassins de la Loire et de la Seine. Les Éduens se situaient à un carrefour commercial important entre le monde celte et Rome, d'autant plus que le Beuvray domine à l'ouest la vallée de la Loire et à l'est la vallée de la Saône. Ils ont ainsi permis la diffusion des produits romains à travers la Gaule dès le IIe siècle av. J.-C., permettant à leurs alliés de la confédération de profiter de leur commerce avec Rome et certainement avec les colonies grecques telles que Massilia. Ce commerce est attesté par les grandes quantités d'amphores et de céramiques venues d'Italie retrouvées dans des fosses à déchets et dans des dallages de maison.

En outre, les Éduens avaient installé un système de douanes qui taxait les produits passant sur leur territoire pour accroître leur richesse comme semblent l'attester les textes de César : « C’était bien Dumnorix : l’homme était plein d’audace, sa libéralité l’avait mis en faveur auprès du peuple, et il voulait un bouleversement politique. Depuis de longues années il avait à vil prix la ferme des douanes et de tous les autres impôts des Héduens, parce que, lorsqu’il enchérissait, personne n’osait enchérir contre lui. »[24]. D'ailleurs, Éduens et Séquanes se battaient pour le contrôle de l'Arar (actuelle Saône) puisque le contrôle du fleuve permettait de taxer l'ensemble des produits romains et celtes qui partaient vers le nord du continent par voie fluviale.

Politique[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Vergobret et Druide.
Le chef éduen Dumnorix, Musée de la civilisation celtique, Bibracte

Le système politique des Éduens a été essentiellement reconstitué d'après des indications disséminées dans les Commentaires sur la Guerre des Gaules. À la tête de l'État éduen, siégeait un sénat réunissant un seul membre de chacune des familles aristocratiques éduennes. Ce que l'on appelle aujourd'hui le pouvoir exécutif était détenu par le vergobret, magistrat suprême, qui exerçait ses fonctions pendant un an. Il lui était interdit de sortir des frontières du territoire pendant cette période, ce qui l'empêchait de commander l'armée en dehors des frontières[25]. Cette mesure, avec celle qui autorisait une seule voix par famille aristocratique au sénat visait certainement à empêcher qu'un individu ou sa famille n'accapare les rênes du pouvoir. Le vergobret était élu publiquement par un conseil dirigé par les druides. Chez les Éduens, il semble que le vergobret exerçait aussi un rôle judiciaire puisque César rapporte qu'il avait « droit de vie et de mort sur ses concitoyens ». Enfin, on pense que le vergobret était responsable de l'administration du territoire[25]. César précise que ce sont les druides qui en sont chargés : « Ils estiment que la religion ne permet pas de confier à l'écriture la matière de leur enseignement, alors que pour tout le reste en général, pour les actes administratifs publics et privés, ils se servent de l'alphabet grec. »[26]. Aucune fouille n'a encore permis de retrouver de tels actes dont le support en bois couvert de cire est périssable.

On sait également que les druides occupaient de hautes fonctions puisque Diviciacos vint à Rome pour plaider la cause des Éduens lors de l'invasion germanique menée par Arioviste à la solde des Séquanes[27] ; il dirigea aussi la cavalerie éduenne durant la Guerre des Gaules après la mort de son frère Dumnorix. On suppose donc que certains druides occupaient de hautes fonctions guerrières.

Recherche archéologique sur le Mont Beuvray[modifier | modifier le code]

De 1865 à 1895, Gabriel Bulliot identifia Bibracte en 1867 et y entama des fouilles (notamment le quartier artisanal celte aux alentours de la porte du Rebout), à l'aide des fonds alloués par Napoléon III[10]. En effet, passionné d'histoire, l'empereur a mis sur pied de vastes campagnes de fouilles pour retrouver les sites de la Guerre des Gaules afin de rédiger son Histoire de Jules César. Le modeste « Hôtel des Gaules » qui hébergea sur place le chercheur y a été reconstruit depuis. Joseph Déchelette, neveu de Bulliot reprend ses travaux de 1895 à 1907. Il est tué durant le premier conflit mondial. Les fouilles tombent alors dans l'oubli. En 1984, les fouilles reprennent sous l'impulsion de François Mitterrand qui proclame Bibracte site d'intérêt national en 1985[17]. Ce terme inventé pour l'occasion va permettre au site d'être subventionné. Le label d'"intérêt national" est créé par la suite pour désigner des expositions ou des sites qui bénéficient d'un programme de diffusion et d'élargissement du public mené par le ministère de la Culture. Toujours est-il que ceci va donner l'impulsion nécessaire à un projet de fouilles d'ampleur bientôt européenne. C'est ainsi qu'est créé en 1989 le Centre archéologique européen du Mont Beuvray qui regroupera le site, le musée et le centre de recherche de Glux-en-Glenne. Il est inauguré en 1995. Par arrêté du 21 mars 1995, le ministre de la Culture, sur l'avis du Conseil national de la recherche archéologique, confirme dans la liste des sites archéologiques d'intérêt national, l'oppidum de Bibracte (Mont-Beuvray, Saint-Léger-sous-Beuvray ; Saône-et-Loire ; Glux-en-Gienne ; Nièvre). Les fouilles sont actuellement conduites par Vincent Guichard et mises en œuvre par plusieurs équipes françaises et étrangères ; les fouilles se concentrent notamment sur le quartier gaulois du Rebout, sur le vaste ensemble gallo-romain de la Pâture du Couvent et la demeure romaine du Parc aux Chevaux.

Ainsi, des spécialistes, des chercheurs, des professeurs et leurs étudiants venus de l'Europe tout entière se côtoient chaque été sur le site pour fouiller différentes parties du site[28]. On retrouve entre autres :

Chaque université fouille le site sous forme de projets triennaux qui se tournent actuellement vers la compréhension du mode de fonctionnement d'une cité celte de la période de la Tène. Leurs recherches se composent d'un travail sur le terrain de quelques semaines qui se poursuit par une étude détaillée de la fouille et des objets découverts qui seront ensuite entreposés au centre de recherche du site.

La prospection archéologique au Mont Beuvray[modifier | modifier le code]

La technique de prospection utilisée par Bulliot est rudimentaire. Elle consiste à observer les accidents du terrain puisque le mont n’a pratiquement pas évolué depuis l’époque. Ceci lui permit de relever un plan des remparts presque sans fouiller. Il employa cette technique à l’échelle du site avec le concours des topographes de l’armée qui réalisèrent une série de relevés topographiques du terrain. Seul celui du quartier du Porrey a été conservé jusqu’à nos jours[29].

Ces dernières années, c’est la même technique qui a été utilisée dans le même quartier du Porrey avec des outils plus précis tels que des théodolites et des GPS. En effet, la prospection aérienne ou électromagnétique est rendu impossible par la végétation qui a reboisé le mont depuis l’arrêt des pâturages et des fouilles de Déchelette[29] et la nature du sous-sol. Une technique plus rapide a été utilisée depuis 2007, c’est la technique du lidar ou scanner laser aéroporté[30] qui permet de passer outre la végétation et de relever en quelques minutes ce qu’il fallait auparavant plusieurs semaines à mettre en œuvre au sol. Cela a permis de lever un plan plus complet de la ville et d’archiver la topographie des lieux.

Organisation de l'oppidum[modifier | modifier le code]

Les recherches menées par Bulliot et Déchelette à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle ont relevé une organisation du site par quartiers, les constructions suivant dans l'ensemble une voie centrale qui va de la Porte du Rebout aux Grandes Portes. Cette organisation se distingue de celle des oppida telles que Manching où l'on retrouve une trame urbaine régulière ; le relief du terrain l'explique puisque les remparts encerclent trois sommets dont certaines des pentes sont relativement abruptes.

Depuis 1984, les fouilles semblent confirmer dans les grandes lignes les hypothèses de Déchelette et Bulliot en y apportant toutefois certaines nuances.

Les remparts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Murus Gallicus.
La porte du rebout, reconstitution d'un murus gallicus

Bibracte était protégée par de puissants remparts de type Murus Gallicus dont les fouilles ont permis de reconstituer l'histoire. La cité a vu se succéder deux enceintes différentes et au moins cinq réfections de l'enceinte interne, révélées, entre autres, par l’étude de la porte du Rebout[14]. Fait étonnant cette enceinte interne est postérieure à l’enceinte externe. La ville a donc rétréci sa superficie de 200 hectares à 135 hectares.

La première enceinte (enceinte interne sur le plan ci-dessus), découverte par Bulliot est un Murus Gallicus qui délimite une superficie de 135 hectares pour une longueur de 5 kilomètres de rempart. On estime ainsi que la construction du mur a nécessité les quantités imposantes de plus de 10 000 stères de bois, entre 10 000 et 20 000 mètres cubes de terre et une trentaine de tonnes de fer[31].

La seconde enceinte, étonnamment antérieure à la première et qui encerclait une superficie de 200 hectares, a fait l'objet de recherches à partir de 1992 pour les premiers sondages. Ces recherches archéologiques ont révélé que le rempart avait une hauteur de 4 à 5 mètres sans le couronnement encore inconnu à l'heure actuelle (palissades, tours…?), une profondeur identique et était précédé d'un fossé de 2 à 4 mètres de fond sur une largeur de 6 à 10 mètres. Une étude poussée a été réalisée de 1995 à 2002 avec de nombreux sondages le long de celui-ci par l’université de Vienne. Les chercheurs ont ainsi pu constater que ce rempart était un Murus Gallicus qui a été démantelé afin de construire le mur interne. La datation reste cependant imprécise et situe cet événement durant le IIe siècle av. J.-C.. Ces fouilles ont également mis au jour une poterne au niveau du Porrey, qui est la seule connue à l’heure actuelle pour les fortifications de type Murus Gallicus[14].

Murs de Bibracte.

Le rempart est jalonné d'une quinzaine de portes dont la fameuse Porte du Rebout (20 m de large sur 40 m de profondeur). Premier lieu fouillé par Bulliot, où il œuvra durant neuf semaines, la porte du Rebout fut le premier chantier des nouvelles fouilles débutées en 1984 qui se poursuivit jusqu’en 1986 avec l’étude des fossés attenants aux remparts[32]. Celles-ci ont révélé l’existence de cinq niveaux de réfection différents dont une palissade du Néolithique (datée au carbone 14). Cette dernière a fait l'objet d'une reconstitution dès 1996 qui marque à présent l'entrée dans l'ancien oppidum. À l'heure actuelle, les recherches n'ont pas permis de détecter la trace d'un système de fermeture de la porte, ni de dispositif défensif de celle-ci. Certaines hypothèses avancent l'idée d'une double porte surmontée d'une tour de garde en bois du type de l'oppidum de Manching, mais rien ne peut le confirmer à l'heure actuelle.

Les dernières recherches sur les remparts, depuis 2005 se sont concentrées sur une ligne de fortification en aval de la Porte du Rebout, les datations semblent indiquer que cet ouvrage est postérieur à la porte et constituait ainsi une fortification avancée. Celle-ci sera étudiée au cours de prochaines campagnes de fouilles. Parallèlement, des enclos funéraires aristocratiques ont été retrouvés entre les deux lignes de remparts[30].

Quartier artisanal de la Côme Chaudron et du Champlain[modifier | modifier le code]

Les fouilles, reprises depuis 2000 dans les quartiers dits de la Côme Chaudron et du Champlain, près de la Porte du Rebout ont révélé un quartier consacré au travail des métaux et au logement des artisans. Le travail de ces métaux semblait très spécialisé, on y retrouvait des forgerons, des bronziers, des émailleurs, dont les ateliers avaient déjà été repérés par Bulliot, et sans doute des orfèvres et des frappeurs de monnaies[33]. Des fouilles sur le site du Beuvray, au niveau du Champlain, et sur les massifs alentours commencent à révéler l'existence de mines d'extraction des métaux tels que de l'or, du fer et même du minerai d'étain. Ces recherches vont se poursuivre et vont tenter de repérer les ateliers de fonte des métaux extraits à l'extérieur de l'oppidum. En effet, il semblerait, vu la spécialisation des ateliers de Bibracte que les métaux arrivaient en barres qui étaient donc coulées à l'extérieur.

Un autre quartier artisanal a été trouvé au niveau de l'un des sommets du site, à la pierre de la Wivre, zone qui avait été peu sondée lors des recherches de Bulliot et Déchelette. Ce quartier sera l'objet de futures fouilles qui essaieront de déterminer le fonctionnement de ce quartier[30].

Habitat[modifier | modifier le code]

Reconstitution hypothétique d'un habitat gaulois, Bibracte, Musée de la civilisation celtique

Majoritairement constituée de bois et de terre, la maison gauloise fait un usage parcimonieux de la pierre, plutôt consacrée aux remparts. Mais, on sait encore peu de choses sur leur structure, le bois se conservant très mal. On retrouve cependant des constructions en pierre dans le quartier dit du Parc aux chevaux, certainement des maisons aristocratiques, et un édifice à colonne (certainement public) au niveau de la pâture du Couvent. On pense que ceux-ci furent introduits peu de temps après la Guerre des Gaules[34].

Parc aux chevaux[modifier | modifier le code]

Au centre du Mont-Beuvray, le plateau dit du Parc aux chevaux abrite plusieurs maisons en pierre à la romaine qui furent fouillées dès le XIXe siècle. On y retrouve en particulier la demeure PC1[35] (baptisée ainsi par Jacques Gabriel Bulliot) qui est une véritable mine d'or pour les chercheurs. En effet, celle-ci a évolué d'une construction en bois (d'inspiration romaine) à une véritable domus avec un atrium à impluvium, des portiques et même des thermes chauffés par hypocauste, ainsi qu'un système d'égouts. Dans sa phase finale, la demeure mesurait 55 m × 67 m, couvrant une superficie d'environ 3 500 m², soit environ quatre fois la taille des domus que l'on retrouve sur le site de Pompéi. On estime qu'il y avait environ une quinzaine de domus dans cette zone, telle que la PC2[36] de plus petite taille qui fait face à la PC1 de l'autre côté de la voie centrale. On a retrouvé également des habitats de type villa rustica (les demeures rurales italiques) comme la PC33[37]. Cependant, on ne sait toujours pas si c'était un quartier résidentiel uniquement réservé à une élite puisque les fouilles ont également révélé la présence de forges près des domus[34].

Le bassin et ses environs[modifier | modifier le code]

Bassin Monumental de Bibracte.

Au centre de la rue principale, au niveau de la pâture du Couvent se dresse ce bassin monumental en granit rose dont l'orientation transversale correspond au lever du Soleil durant le solstice d'hiver et au coucher du Soleil durant le solstice d'été. L'évacuation des eaux se faisait par l'entrée nord, en aval, se poursuivant par une canalisation. L'approvisionnement en eau n'a cependant pas encore été découvert :

  • le bassin est imperméabilisé par une couche d'argile rouge excluant de fait l'alimentation par une source ;
  • aucune canalisation d'approvisionnement n'a encore été trouvée.

Le principe géométrique d'élaboration du bassin est connu : intersection de deux cercles avec des rapports de longueur précis d'un triangle de Pythagore joignant le centre du cercle, le centre du bassin et une extrémité de celui-ci. Cependant, son utilisation est encore méconnue : point sacré de fondation de la ville ? culte de l'eau ? De plus, selon certains spécialistes[38], cette façon de tailler le granit est inhabituelle et repose sur des principes de taille méditerranéenne du calcaire. Les Éduens ont sans doute fait appel à des étrangers pour réaliser le bassin. Tout ceci concorde à faire de ce bassin un monument hors du commun de l'architecture celte.

Reconstitution d'une cave dans le quartier de la Pâture du Couvent

À proximité de ce bassin, on a retrouvé de nombreuses caves et des édifices certainement publics qui stockaient de grandes quantités de céréales[39] et de vins importés des pays méridionaux. L'une de ces caves en bois a été récemment reconstituée. C'est sans doute dans ces bâtiments que les Éduens centralisaient leurs récoltes et leurs importations.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Restauration de la Fontaine Saint-Pierre.

L'oppidum de Bibracte compte une dizaine de sources et cinq fontaines de la ville datent de l'époque gauloise ou gallo-romaine. La fontaine Saint-Pierre était un lieu de culte et de pèlerinage dans laquelle on a retrouvé des pièces de monnaies et des ex-voto[34]. Au sommet du mont, un espace cultuel celtique (nemeton) d'un hectare a été mis au jour, entouré d'une palissade et de fossés concentriques[40]. Sous l'actuelle chapelle du XIXe siècle, les fouilles de 1988 ont découvert quant à elles un temple gallo-romain[41]. De plus, l'abandon de la ville avant le début de l'ère chrétienne n'a pas empêché la poursuite des pèlerinages effectués dans ces lieux.

Nécropole[modifier | modifier le code]

Située sous l'actuel parking du musée, la nécropole a fait l'objet de fouilles de sauvetage lors de la création du musée et de la déviation de la route départementale. On a retrouvé, sur une superficie d'un hectare et demi, soixante-dix enclos funéraires (à incinération) pourvus d'une entrée à l'est. On a retrouvé les lieux de crémation des corps plus au sud. D'autres urnes funéraires ont été découvertes en contrebas de la Porte du Rebout, certainement les restes d'une famille aristocratique de la cité[30]. D'autres cimetières doivent se situer sur les anciennes voies d'accès au site (comme c'était souvent le cas à l'époque) mais n'ont pas encore été fouillés.

La « basilique »[modifier | modifier le code]

Dans la zone de la Pâture du Couvent les fouilles ont révélé sous une grande domus d’époque augustéenne la présence d’un monument exceptionnel et actuellement unique pour cette période en Gaule : une basilique romaine.

Il s’agit d’une basilique à trois nefs à péristyle interne avec un déambulatoire périphérique, présentant quatre rangées de huit colonnes ou huit pilastres. Elle est liée à l'est à une petite place carré de 22 mètres de côté bordé au nord et au sud des portiques qui sont dans la prolongation des murs des annexes de la basilique.

À l'ouest elle est liée à la voie principale de Bibracte par une autre place carrée de 17 mètres de côté. Des éléments d’architecture ont été retrouvés attestant la présence de colonnes de calcaire, de base attique et de chapiteaux doriques et corinthiens.

L'ensemble forme donc un ensemble urbain monumental de première importance. Ces bâtiments sont datés de la période -50/-40 à -35/-25. À cette date la basilique et la place furent soigneusement arasés et remplacés par une grande demeure privée, en liaison sans doute avec le déplacement de la capitale des Éduens à Autun. La basilique de Bibracte confirme l’importance exceptionnelle du site et a révélé pour les Éduens une romanisation considérablement plus rapide que ce que l’on supposait. La basilique de Bibracte est actuellement le plus ancien représentant de l’architecture monumentale romaine en pierre en Europe non méditerranéenne[42] ,[43],[44],[45].

Une fenêtre ouverte sur le monde celtique[modifier | modifier le code]

Le musée de la civilisation celtique[modifier | modifier le code]

Musée de la civilisation celtique de Bibracte

Le site abrite le musée de la civilisation celtique, construit par Pierre-Louis Faloci et ouvert au public en 1996. Pierre-Louis Faloci est également l'architecte du centre de recherche archéologique européen de Bibracte, ouvert en 1994. La construction architecturale correspond à l'évolution des âges de l'humanité : base en pierre taillée, mur polie de pradesh et toit métallique. Quant aux façades, ce sont de grandes baies vitrées, l'une est cachée par le mur de pradesh (côté vallée) alors que celle qui fait face au site laisse libre cours au regard des visiteurs. Le musée possède peu de collections propres, de nombreux objets exposés sont des prêts d'autres musées, on a donc pu y admirer pendant quelques années le calendrier de Coligny et le Chaudron de Gundestrup.

Expositions permanentes[modifier | modifier le code]

Inaugurée en 1995, la présentation permanente du musée (2 000 m2 sur deux étages) demandait à être actualisée.

Le premier étage, entièrement renouvelé en 2011, explique en détail le phénomène urbain qui a conduit à l'apparition brutale de plus de deux cents sites fortifiés (les oppida) dans une vaste zone de l'Europe actuelle, il y a plus de deux mille ans. Histoire des techniques, de l'urbanisation, agriculture, commerce et art celtique y sont évoqués par des objets ou copies d'objets, des maquettes et des dispositifs multimédias.

Le rez-de-chaussée, rénové en 2013, se focalise sur le site de Bibracte et sur le processus de sa romanisation. Les dernières actualités en matière de recherche archéologique y sont présentées, selon des approches thématiques (remparts, artisanat, commerce, vie quotidienne).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Les collections du musée de Bibracte

Des expositions estivales sont également à l'honneur au musée et traitent d'un sujet précis sur le monde celte[46] :

  • 1995 : L'Europe des Celtes au temps de Bibracte ;
  • 1996 : L'histoire vue du ciel ;
  • 1997 : Regard sur les Celtes en Slovénie ;
  • 1998 : À la frontière entre l'Est et l'Ouest[47] ;
  • 1999 : Les tombes des derniers aristocrates celtes ;
  • 2000 : Les druides gaulois[48] ;
  • 2001 : Le temps des Gaulois en Province ;
  • 2002 : Sur les traces de César ;
  • 2003 : Forgerons et ferrailleurs ;
  • 2004 : L'or blanc de Halstatt ;
  • 2005 : Le vin, nectar des Dieux ;
  • 2006 : Trésors de femmes ;
  • 2007 : Un aller-retour Bibracte-Katmandou ;
  • 2008 : Situlae, images d'un monde disparu ;
  • 2009 : La Tène ;
  • 2010 : Les Gaulois font la tête.
  • 2016 : Un Age du fer Africain

Centre de recherche[modifier | modifier le code]

Bibracte : le centre de recherche à Glux-en-Glenne

Situé à quatre kilomètres du Beuvray, sur la commune de Glux-en-Glenne (Nièvre), il comporte l'une des plus importantes bibliothèques sur le monde celtique, régulièrement approvisionnée par les chercheurs européens qui y amènent leurs doubles. On y trouve également un dépôt archéologique, les bureaux de l'administration, différents locaux techniques (laboratoires adaptés, cellule d'édition…), une salle de séminaire et, dans le village, un réfectoire et plusieurs gîtes. Accueillant régulièrement des formations et des colloques, c'est le lieu de rencontre des archéologues, étudiants et chercheurs venus de l'Europe entière pour fouiller sur le site de Bibracte.

Début 2012, les activités du Centre de recherche se sont enrichies d’une nouvelle composante, avec une extension principalement destinée à accueillir un centre régional de conservation et d’étude (CCE) des collections archéologiques. Les CCE sont issus d’une initiative prise en 2008 par le ministère de la Culture pour rationaliser la conservation et faciliter l’étude des objets issus des fouilles archéologiques, dont le volume s’est accru de façon exponentielle ces dernières décennies du fait du développement de l’archéologie préventive. Géré par la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le CCE de Bourgogne est l’un des premiers à voir le jour.

Le Centre de recherche en quelques chiffres :

  • 4 100 m2 de surface utile (à l’issue des travaux de 2011) ;
  • 6 300 journées ouvrées annuelles d’accueil de personnels extérieurs (chercheurs, étudiants, professionnels) ;
  • 37 500 titres indexés à la bibliothèque et une centaine de revues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Duby (dir.), Paul Albert Février, Michel Fixot, Christian Goudineau et Venceslas Kruta, Histoire de la France urbaine I : La Ville antique, Seuil, (ISBN 202005590-2), p. 204
  2. Statuts de Bibracte.
  3. « Notice no PA00112898 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions Errance 1994, p. 38, 59, 188-189.
  5. Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993, p. 15
  6. Pierre-Yves Lambert, op. cit.
  7. Michel Lejeune, Les premiers pas de la déesse Bibracte In: Journal des savants. 1990, no 1-2. p. 69-96 à consulter en ligne.
  8. Michel Lejeune, op. cit.
  9. Michel Lejeune, op. cit..
  10. a, b, c, d, e et f Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, p. 1-6 1993
  11. a, b, c et d Christian Goudineau, Regards sur la Gaule, éditions Errance, 1998, pp. 65-82
  12. Stephan Fichtl, La ville celtique, Les oppida de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., éditions Errance, 2005, pp. 17
  13. Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993, p. 27
  14. a, b et c Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, p. 60
  15. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre I, 23
  16. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre VII, 63
  17. a, b et c Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, p. 16
  18. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre VII, 90, livre VIII, 2
  19. Strabon, Géographie, livre IV, 3, 2
  20. Stephan Fichtl, La ville celtique, Les oppida de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., éditions Errance, 2005, pp. 191-198
  21. Modélisation des connaissances temporelles en archéologie (page 5)
  22. Jules César, La Guerre des Gaules:I, 33
  23. Histoire de la Gaule, 8vol, Camille Jullian
  24. Jules César,La Guerre des Gaules:I.18
  25. a et b Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993, p. 81-83
  26. Jules César, La Guerre des Gaules:VI-14
  27. Jules César, La Guerre des Gaules:I
  28. Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, pp. 63-64
  29. a et b Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, p. 98-99
  30. a, b, c et d Site de Bibracte, section archéologie
  31. Stephan Fichtl, La ville celtique, Les oppida de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., éditions Errance, 2005, pp. 62-63 (évaluation réalisée d'après les calculs de Déchelette et rectifiés par les données fournies lors de la reconstruction du rempart à la porte du Rebout).
  32. Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, pp. 56-57
  33. Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, p. 67-69
  34. a, b et c Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, p. 87-89
  35. PC1, pour Parc aux Chevaux 1. Bulliot a en effet donné des côtes aux fouilles en indiquant les initiales du lieu de la découverte, puis en donnant un numéro pour chaque bâtiment d'un lieu précis
  36. Parc au Chevaux 2
  37. Parc aux Chevaux 33
  38. M.Almagro-Gorbea et J.Gran-Aymerich, El estanque Monumental de Bibracte, Madrid, Editorial Complutense, 1991, p. 237-238
  39. Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise : Des graines carbonisées ont été retrouvées dans une cave qui a brûlé.
  40. Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993, pp. 90-94
  41. Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993, pp. 84-89
  42. M. Szabo, L. Timar, D. Szabo, « La basilique de Bibracte : un témoignage de l’architecture romaine en Gaule centrale », Archäologisches Korrespondenzblatt, 2007, 37, 3, p. 389-408.
  43. V. Guichard, « Chroniques des recherches sur le Mont Beuvray », RAE, 56, 2007, pp. 127-152 lire en ligne
  44. M. Reddé, « La Gaule Chevelue entre César et Auguste », dans M. Christol et D. Darde dir., L’expression du pouvoir au début de l’Empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes. Paris, 2009, p. 85-96 en particulier p. 91
  45. Résumé de la dernière campagne de fouille
  46. Anne-Marie Romero, Bibracte Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006, pp. 136-142
  47. (L'art protohistorique en Hongrie au 1er millénaire avant J.-C.)
  48. Il est à noter que Diviciacos, druide éduen, est le seul dont le nom nous est parvenu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Écouter cet article (info sur le fichier)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Christian Goudineau et Christian Peyre, Bibracte et les Éduens, À la découverte d'un peuple gaulois, éditions Errance, 1993
  • Christian Goudineau, Regards sur la Gaule, éditions Errance, 1998, p. 65-82
  • Anne-Marie Romero, Bibracte. Archéologie d'une ville gauloise, Bibracte-Centre archéologique européen, 2006
  • Stephan Fichtl, La ville celtique, Les oppida de 150av. J.-C. à 15ap. J.-C., éditions Errance, 2005
  • K. Gruel et D. Vitali, L'oppidum de Bibracte. Un bilan de onze années de recherches (1984-1996), Gallia, 55, 1998, p. 1-140 Lire en ligne
  • « Bibracte, capitale des Éduens », L'Archéologue-Archéologie nouvelle, 4, mars 1994, p. 36-45 et 6, juin 1994, p. 62-72
  • Brigitte Postel, Bibracte, surprenantes découvertes au mont Beuvray, dans : "Archéologia", no 524, septembre 2014, p. 48–65.

Ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

Ouvrages de la collection Bibracte sur les fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

  • Guillaumet J.-P., Szabo M. (sous la direction de), Études sur Bibracte, Glux-en-Glenne : BIBRACTE, 2005, 313 p.,
  • Paunier D., Luginbühl T., Les site de la maison 1 du Parc aux Chevaux (PC 1). Des origines de l’oppidum au règne de Tibère, Glux-en-Glenne : Bibracte, 2004, 472 p.
  • Olmer F., Les amphores de Bibracte, 2. Le commerce du vin chez les Eduens d’après les timbres d’amphores, Glux-en-Glenne : Bibracte, 2003, 375 p.
  • Buchsenschutz O., Guillaumet J.-P., Ralston I. (sous la direction de), La Porte du Rebout, Glux-en-Glenne : Centre *Archéologique Européen du Mont Beuvray (CAE), 1999, 320 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 8 juin 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.