Candillargues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Hérault
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Hérault.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Candillargues
L'église de Candillargues
L'église de Candillargues
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Mauguio
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de l'Or
Maire
Mandat
Alain Monestier
2014-2020
Code postal 34130
Code commune 34050
Démographie
Gentilé Candillarguois
Population
municipale
1 631 hab. (2014)
Densité 198 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 15″ nord, 4° 04′ 08″ est
Altitude Min. 0 m – Max. 7 m
Superficie 8,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Candillargues

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Candillargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Candillargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Candillargues
Liens
Site web www.candillargues.fr

Candillargues est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Ses habitants sont les Candillarguois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Le village de Candillargues se situe à environ 15 kilomètres à l'est du centre de Montpellier, et environ 4 kilomètres de Mauguio, chef-lieu du canton.

Le territoire communal est situé sur la rive nord de l'étang de l'Or, et est encadré par la Cadoule à l'ouest et le Bérange à l'est.

Les communes limitrophes sont Mudaison au nord-ouest, Lansargues au nord-est et à l'est, et Mauguio au sud (étang de l'Or) et à l'ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Côme-de-la-Palus[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 Jean Melin    
juin 1995 ?? mars 2014 Daniel Édo DVD  
mars 2014 en cours Alain Monestier SE Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 631 habitants, en augmentation de 27,82 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
114 143 132 120 160 191 198 171 190
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
179 134 176 181 163 150 187 201 266
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
284 267 303 301 293 304 304 321 302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
286 311 292 476 687 1 143 1 269 1 559 1 631
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités[modifier | modifier le code]

Les vignes développées au XIXe siècle ont laissé place à l'arboriculture dans la seconde moitié du XXe siècle avec l'implantation du canal d'irrigation du Bas-Rhône-Languedoc qui passe deux kilomètres plus au nord à Mudaison[5].

En bord d'étang, l'aérodrome comprend une piste de 900 mètres[5] et sert aux vols d'ULM.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Candillargues a été fondée au XIIe siècle. La cloche date de 1648. L'année 1978 est marquée par la découverte de vieilles fresques. L'église ainsi que la rue portent le nom du saint patron du village : Blaise. Chaque année, les Candillarguois célèbrent la fête de la Saint-Blaise le premier week-end du mois de février. Au sommet des festivités règne le taureau à la corde. Les habitants des villages et villes qui perpétuent cette coutume sont à l'heure actuelle dans une grande bataille contre le préfet afin de pouvoir conserver ces festivités camarguaises qui sont leur histoire.
  • Le Château de Candillargues - Privé - Immeuble en copropriété

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Kurt Brenner, directeur de la Maison de Heidelberg et président de la Fédération des maisons franco-allemandes en France.
  • Georges Mateu, ébéniste, frère du peintre Ernest Mateu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. a et b Aigues-Mortes, carte topographique de l'IGN TOP25 n°2843 OT (1/25 000e), 2e édition, 2000.