Onex (Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Onex.
Onex
Blason de Onex
Héraldique
Vue du vieil Onex.
Vue du vieil Onex.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Maire François Mumenthaler (PLR)
NPA 1213
N° OFS 6631
Démographie
Gentilé Onésien/Onésienne
Population 18 869 hab. (31 mars 2017)
Densité 6 691 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 00″ nord, 6° 06′ 00″ est
Altitude 415 m (min. : 371 m) (max. : 433 m)
Superficie 282 ha = 2,82 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Onex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Onex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Onex
Liens
Site web www.onex.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Onex est une ville et une commune suisse du canton de Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Karte Gemeinde Onex 2007.png

Onex s'étend entre le Rhône et l'Aire. Depuis le parc des Évaux qui borde le Rhône, un plateau monte jusque vers la route de Chancy. Là se situe le village, appelé plus communément le « Vieil-Onex ». Le Vieil-Onex est l’endroit le plus élevé de la commune, à 426 m. Entre le village et la plaine de l'Aire se trouve un quartier essentiellement composé de villas. La « Cité-Nouvelle » s'est construite entre le Rhône et la route de Chancy.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Onex a une surface de 2,83 km2[2]. 77,4 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 6,0 % à des surfaces agricoles, 13,1 % à des surfaces boisées et 3,5 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Vernier (au-delà du Rhône), de Lancy, Plan-les-Ouates, Confignon et Bernex.

Le territoire d’Onex peut être divisé en deux zones. La « Cité-Nouvelle » regroupe les deux tiers de la population au nord de la route de Chancy. Il s'y trouve une population majoritairement étrangère (~92 %)[réf. nécessaire]. Plus de 74 % des parents d’élèves de l’école primaire Tattes/Gros-chêne sont dans une situation défavorisée sur le plan social[réf. nécessaire]. Ce sont des familles majoritairement de milieu ouvrier.

Au sud de la commune, se trouvent Onex-Village et les quartiers de Pré-Longet et Belle-Cour (le dernier quartier construit sur la commune). Une population plus favorisée habite cette zone, seuls 9 %[réf. nécessaire] des parents sont d'un milieu ouvrier à l'école d'Onex-Village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques indices archéologiques prouveraient une occupation depuis l’époque romaine. Le nom « Onex » proviendrait du latin fundum onacum ou « domaine d'Onus » sans qu'il ne soit possible d'affirmer si « Onus » fait référence à un arbre ou à une personne[3].

Le territoire occupé par la commune d'Onex a appartenu avant 1536 au fief du Chapitre cathédral de Saint-Pierre. De 1536 à 1564, tout le pays de Gex auquel appartient Onex est sous la domination bernoise. Au cours des années qui ont suivi, la commune était tantôt rattachée à Genève, tantôt à Berne, tantôt à la Savoie. Onex passe aux mains du royaume de Sardaigne en 1754. En 1792, la Savoie est annexée par la France. En 1798, Onex fait alors partie du département du Léman. C'est seulement à l'issue des traités de Vienne et de Turin de 1815 à 1816, qu'Onex sera rattachée à Genève[4].

En se séparant de la commune de Confignon le 1er novembre 1851, Onex devient une commune. En 2001, Onex a fêté son 150e anniversaire.

Onex compte 279 habitants en 1900 et 957 en 1951. Les premiers immeubles de la « Cité-Nouvelle » sont construits dans le début des années 1960 et Onex devient alors une cité-dortoir, avec 2 000 habitants en 1960, 10 000 en 1965 et plus de 18 800 en 2016.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La dernière consonne est rarement prononcée, ou bien sa prononciation indique l’origine étrangère du locuteur. Pour les noms multisyllabiques, « x » indique l’accentuation sur la dernière syllabe le différenciant avec le z final qui sert à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé dans sa langue d'origine.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Onex compte 18 869 habitants en 2017[1]. Sa densité de population atteint 6 691,1 hab./km2. À la fin février 2011, la population d'Onex recensée est de 17 656 habitants (8 492 hommes et 9 164 femmes), dont 6 294 étrangers[5].

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Onex entre 1850 et 2016[6],[7],[8]:

Politique communale[modifier | modifier le code]

Particulièrement sensible aux question humanitaires et écologiques, le conseil municipal d'Onex a depuis 2003 une commission permanente intitulée « Agenda 21 et aide au développement ». Trois champs d’action prioritaires sont définis : la biodiversité, la mobilité et l’alimentation. Par exemple concernant la biodiversité, une partie des espaces verts sont transformés en prairies sèches. Concernant la mobilité, les autorités se sont fortement engagées dans le projet de retour du tramway réalisé en 2011. Concernant l'alimentation, les cuisines scolaires et le restaurant social de la commune ont été certifiés « Fourchette verte ».

Vie communale[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

La Maison Onésienne est une maison de quartier qui accueille de multiples activités, des sociétés locales et des spectacles. Plus de 80 sociétés sportives, artistiques et culturelles sont recensées sur le site de la commune.

Depuis 2004, Onex a sa propre chaîne de télévision : Canal Onex.

Le Café Communautaire : il s'agit d'un lieu de rencontre ouvert à tous 4 jours par semaine pour boire un café, se détendre et discuter, en toute simplicité. Les visiteurs ont est présente. Sont organisés notamment un atelier jeu d'échecs avec la présence d'un moniteur de la Fédération genevoise des échecs, un atelier libre créatif pour dessiner, peindre, bricoler, écrire ainsi qu'un espace livres échanges.

Dans le cadre du Café Communautaire sont aussi organisées des soirées thématiques, des animations autour du jeu, de la musique, d'évènements sportifs et de sujets de société[9].

Pour les plus jeunes, il existe une ludothèque[10] et l'association Le Jardin Robinson d’Onex pour les enfants de 6 à 12 ans, qui est rattachée à la Fondation pour l’Animation Socioculturelle[11].

La commune célèbre le Feuillu, une fête printanière.

Sport[modifier | modifier le code]

Le parc des Évaux est le plus grand espace vert d'Onex, avec 155 hectares. Il est géré par les communes d'Onex, Lancy, Bernex, Confignon et Genève ville. Il fut anciennement un terrain de golf. Le Centre sportif intercommunal se compose de courts de tennis[12], d'un terrain de beach-volley, de tables de ping-pong et de terrains de football. Il y a aussi un restaurant, un petit train et de vastes surfaces en prés. Proche du Rhône, ce parc est apprécié des familles.

Situé dans l'ancienne propriété Rochette, entre la mairie et la route de Chancy, le Manège d'Onex est un centre équestre qui abrite le Club Hippique l'Éperon depuis plus de 50 ans. Un concours hippique a lieu chaque année au mois de septembre. Sur le même domaine se trouvent dans la Maison Rochette un restaurant et l'espace Le Manège, à vocation culturelle. La salle communale est utilisée comme salle des fêtes, de spectacles, d'expositions et de kermesses.

Onex possède une piscine publique couverte et un stade de football utilisé par l'équipe du FC Onex.

La commune compte également un ski club[13] ainsi qu'un club de plongée[14].

Représentant les communes d'Onex et de Genève en Suisse dans le championnat de volleyball, le Servette Star-Onex Volleyball Club joue ses matchs à l'école des Racettes.

Chaque mois de novembre, a lieu la course à pied poupulaire La Trans'Onésienne.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Plusieurs églises et paroisses sont présentes sur la commune : l'Église évangélique la Bible pour tous, l'Église évangélique libre, l'Église évangélique méthodiste, l'Église néo-apostolique de Suisse, les paroisses catholiques Saint-Marc et Saint-Martin, les paroisses protestantes d'Onex et Saint-Luc, le prieuré Saint-François-de-Sales[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Office cantonal de la population et des migrations.
  • L'office cantonal de la population et des migrations y est installé depuis 2007.
  • Le groupe médical d'Onex (GMO) regroupe plus de 40 personnes travaillant dans le médical et assure un service d'urgence.
  • Le bâtiment administratif d'Implenia, entreprise du bâtiment et travaux publics, d'environ 200 employés y est installé depuis 2008, cette entreprise est née de la fusion entre Zschokke et Batigroupe.

Transports[modifier | modifier le code]

Depuis le 11 décembre 2011, la commune est desservie par la ligne 14 du tramway de Genève et les lignes de bus 2, 19, 21, 43, K et L des Transports publics genevois.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Wellhauser, Onex : une histoire genevoise, Bière, Cabédita, , 131 p. (ISBN 9782882957542)
  • Pierre Olivier (responsable de publication), Onex, une terre, une histoire : traces, vestiges & découvertes, Ville d'Onex, , 31 p.
  • Pierre Baertschi, Matthieu de la Corbière, Alès Jiranek, Anne-Marie Viaccoz-de Noyers, Onex : du village à la ville, Genève, Slatkine, coll. « Architecture et sites genevois », , 257 p. (ISBN 2051018863)
  • Eric Golay, Onex 1851-2002 : images et récits d'une métamorphose, Ville d'Onex, , 211 p. (ISBN 2970037904)
  • 150 Onex : du village à la ville : 1851-2001 : 18-19-20 mai, salle communale, …, Onex, , 32 p.
  • Jean-Pierre Clerc et Charles Hussy, « La commune d'Onex », Le globe, Genève, Société de géographie, no 113,‎ , p. 35-71

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :