Collonge-Bellerive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collonge-Bellerive
Blason de Collonge-Bellerive
Héraldique
Vue de la mairie et de l'auberge communale de Collonge-Bellerive.
Vue de la mairie et de l'auberge communale de Collonge-Bellerive.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Maire Maire: Mr Marcel Goehring

Conseillers administratifs: Mme Francine de Planta et Mr Philippe Thorens

NPA 1222 (Vésenaz)
1245 (Colonge-Bellerive)
N° OFS 6616
Démographie
Gentilé Collongeois/Collongeoise, Bellerivien/Bellerivienne
Population 8 037 hab. (31 décembre 2015)
Densité 1 313 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 06″ nord, 6° 12′ 10″ est
Altitude 414 m (min. : 374 m) (max. : 473 m)
Superficie 612 ha = 6,12 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Collonge-Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Collonge-Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Collonge-Bellerive
Liens
Site web www.collonge-bellerive.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Collonge-Bellerive est une commune suisse du canton de Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Collonge-Bellerive mesure 6,12 km2[2]. 58,4 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 37,0 % à des surfaces agricoles, 4,1 % à des surfaces boisées et 0,5 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Collonge-Bellerive, Vésenaz, La Capite, La Pallanterie et Saint-Maurice. Elle est limitrophe de Corsier, Meinier, Choulex et Cologny.

Histoire[modifier | modifier le code]

Enserrée entre le Chablais et les possessions territoriales de la République de Genève, cette région limitrophe du Faucigny causa bien du tourment[Lequel ?] aux autorités genevoises, tout au long de son histoire.

Si l'on peut affirmer que l'église de Collonge existe au moins depuis 1153, la paroisse, quant à elle, est certainement plus ancienne. Jusqu'à la Réforme[Laquelle ?], elle dépendait du prieuré de Saint-Jean-hors-les-murs.

Vers la fin de la guerre d'indépendance de Genève, le territoire de Collonge-Bellerive posa de nouveaux problèmes politiques à sa voisine, dus à la présence des Bernois qui entendaient y maintenir leur souveraineté. Collonge-Bellerive revint à la Savoie pour finalement être cédée à Genève par le traité de Turin du 16 mars 1816.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Collonge-Bellerive compte 8 037 habitants fin 2014. Sa densité de population atteint 1 313,2 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Collonge-Bellerive entre 1850 et 2008[3] :

Économie[modifier | modifier le code]

La commune, après un passé voué à l'agriculture, a aujourd'hui une vocation essentiellement résidentielle. On y compte toutefois de nombreuses entreprises artisanales, des commerces et des professions libérales.

Curiosités[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle de la Pointe-à-la-Bise est l'une des plus anciennes réserves naturelles du canton[réf. nécessaire], elle fut classée par le Conseil d'État en 1933. Depuis les temps les plus anciens, les habitants de Collonge et de Vésenaz y avaient leurs pâturages communs, et c'est sous la dénomination de « communaux » que la Bise apparaît dans les premiers documents qui nous sont parvenus : des reconnaissances féodales passées en 1432 en faveur de l'abbaye de Bellerive qui possédait des terres environnantes.

Monuments[modifier | modifier le code]

Le site palafittique Bellerive I est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il est également inscrit dans la liste des biens culturels d'importance nationale, tout comme le château de Bellerive et la villa-chalet du prince Essling. Enfin, la ferme Rivollet (qui accueille actuellement la mairie) et la maison forte de Vésenaz sont inscrits comme biens culturels d'importance régionale.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Ces armes sont celles de la famille de Plonjon, devenus seigneurs de Bellerive en 1565 en obtenant les biens confisqués aux cisterciennes de Bellerive par la Réforme et l'occupation bernoise; criblés de dettes, les Plonjon s'en débarrassèrent en 1666. Cette famille donna par ailleurs plusieurs magistrats à la république de Genève. Le syndic Louis Plonjon fut un des membres du parti des Eidguenots du temps de Berthelier

Sports et Associations[modifier | modifier le code]

  • FC Saint-Paul, football
  • Tennis Club de Collonge-Bellerive(TCCB)
  • Karaté Club de Collonge-Bellerive(KCCB)
  • Club d'Aviron Vésenaz (CAV)
  • Judo Club de Collonge-Bellerive(JCCB)
  • Collonge-Bellerive Wake Sport Center
  • La Californienne, Club de Pétanque
  • Collonge Basket Club
  • Club de l'Etrier
  • Club Nautique de la Baie de Corsier
  • Gymnastique GSF
  • Gymnastique des Aînés
  • Cerfs-Volistes (ACK Kinkikite)
  • Manège de la Pallenterie
  • Yacht Club de Corsier-Port
  • Sapeurs Pompiers de Collonge Bellerive

Ports[modifier | modifier le code]

  • Port de Bellerive
  • Port de la Gouille
  • Port de la Savonnière

Personnalités[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1816 1850 1900 1950 1990 2000 2007
512 803 950 1 830 4 769 6 344 7 346
source Wikipedia de

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente du canton de Genève, selon l'origine et le sexe, par commune, en décembre 2015 », sur Site officiel de l’État de Genève.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)

Sur les autres projets Wikimedia :