Zermatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zermatt
Blason de Zermatt
Héraldique
Image illustrative de l'article Zermatt
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Viège
Localité(s) et Communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Zmutt
Communes limitrophes :
Anniviers, Täsch, Saas Almagell
Président(e) Christoph Bürgin
NPA 3920
N° OFS 6300
Démographie
Gentilé Zermattois
Population 5 759 hab. (31 décembre 2015)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 12″ nord, 7° 44′ 49″ est
Altitude 1 608 m
Superficie 24 269 ha = 242,69 km2
Divers
Langue allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Zermatt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Zermatt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Zermatt
Liens
Site web www.zermatt.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Zermatt est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Viège. Il s'agit de l'une des stations de ski les plus réputées de Suisse et d'Europe, notamment en raison de l'étendue de son domaine skiable, le plus grand d'Europe après celui de Chamonix-Mont-Blanc, et de sa contiguïté avec plusieurs des plus hauts sommets d'Europe, notamment le Cervin (ou Matterhorn), le Liskamm, la Pointe Dufour, la Dent Blanche et le Weisshorn.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Zermatt, de même que celui du Matterhorn (nom allemand du Cervin), provient des alpages ou matten (en allemand). Le nom de zur Matte (dans les alpages) fut d'abord employé, pour ensuite devenir Zermatt. Sa première mention écrite remonte à 1495 sur une carte, et à 1546 dans un texte.

Praborno ou Prato Borno (prato signifiant aussi alpage) sont les anciens noms de Zermatt, tels que mentionnés sur des cartes datant du XIIIe siècle. Les francophones de la vallée d'Aoste et de la partie francophone du Valais utilisèrent ce nom jusque dans les années 1860, sous sa forme Praborne ou Praborgne. La disparition progressive de Praborno au profit de Zermatt est attribuée au remplacement progressif de la population de langue latine par une communauté germanophone.

Praborgne, ancien nom romand de Zermatt (Pra Borny 1250, Pra Borno 1285), semble identique à Prés borgnes, qui, dans un document de 1734, désignait des prairies situées entre Aigle et Ollon et que l'on traduira par « prés privés de soleil ». En effet, l'adjectif borgne, en patois bornyo, borno, signifie avant tout « aveugle », puis « aveugle d'un œil », enfin « mal éclairé, sombre, obscur »[3]. Praborgne ou Praz Borne ou Praz Borny provient plus sûrement de Pré de la Fontaine (en franco-provençal, « Fontaine » ou « Goulot » se dit « Borne », « Bornet », « Borno » ou « Borny »).

Langue[modifier | modifier le code]

Zermatt est la commune la plus au sud de l'espace linguistique allemand contigu. Seule l'île linguistique germanophone de Gressoney est située encore 20 km plus au sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Zermatt et le Cervin.
Le Cervin vu du sommet du Gornergrat.

Zermatt se situe au fond de la vallée du Mattertal, au pied du Cervin, à une altitude de 1 620 m, dans le Haut-Valais, la partie alémanique du canton. Le territoire de la commune jouxte l'Italie. C'est une station de ski qui offre un domaine skiable de 350 km de pistes au total, et culminant à 3 883 m (Zermatt Bergbahnen), ainsi qu'un important centre d'alpinisme et d'escalade.

La région de Zermatt abrite les plus hauts sommets de Suisse, dont 38 des 54 sommets suisses situés au-delà de 4 000 mètres. Certains des plus connus sont le Mont Rose (4 634 m), le Dom des Mischabel (4 545 m), le Liskamm (4 527 m), le Weisshorn (4 526 m) et le Cervin (4 478 m). Le Cervin est l'emblème de Zermatt. La région abrite également un grand nombre de glaciers dans les vallons et sur les hauts sommets des alentours, tels que le Glacier du Gorner, Glacier de Findelen ou le Glacier de Zmutt. Après le glacier d'Aletsch, il s'agit de la deuxième plus vaste zone couverte par les glaces des Alpes.

La principale rivière de la vallée, la Matter Vispa, traverse la commune.

Zermatt est le point de départ de la Haute route, itinéraire reliant Chamonix en France, et aussi de la patrouille des glaciers.

La commune est très densément bâtie. Elle compte trois rues principales qui longent les berges de la rivière, et de nombreuses petites rues perpendiculaires. La gare et l'église constituent le centre de la station. Il est possible d'atteindre chaque extrémité de la commune en maximum 30 minutes de marche à pied. Le quartier de Winkelmatten est situé légèrement sur les hauteurs au sud de Zermatt. Steinmatten est quant à lui situé à l'est de la commune. Quelques hameaux sont situés dans les vallées alentours, toutefois ils ne sont généralement pas habités toute l'année. Il s'agit notamment de Zum See (1 766 m), Zmutt (1 936 m), Findeln (2 051 m) et Riffelalp (2 222 m). Avec 243,4 km2, Zermatt est la quatrième commune la plus vaste de Suisse. 85,6 % du territoire de la commune est de type improductif, 9,5 % est utilisé pour l'agriculture, 4,2 % est recouvert de forêts, et seulement 0,5 % est bâti.

Climat[modifier | modifier le code]

La température moyenne annuelle est de +3,5 °C à la station de sport d'hiver de Zermatt contre +9,2 °C à Sion située 1 156 mètres plus bas en raison de la déperdition de chaleur avec l'altitude. On y compte 182,2 jours par an de gel (la température minimale est inférieure à 0 °C). La température maximale y est inférieure à 0 °C en moyenne 51,7 jours par an et supérieure à +25 °C 4,4 jours par an. La pluviométrie annuelle y est de seulement 611 mm en raison de la situation d'abri au fond d'une vallée profondément encaissée dont elle bénéficie. La limite haute de la forêt est située à environ 2 200 m, soit l'une des altitudes les plus élevées d'Europe du Sud et centrale.

Relevé météorologique de Zermatt-altitude: 1638 m-période 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −8,4 −7,8 −5,5 −2,2 2,1 4,8 6,8 6,7 4,2 0,7 −4 −7,1 −0,8
Température moyenne (°C) −4,8 −4 −1,5 2 6,7 10 12,5 11,7 9 4,8 −0,8 −3,8 3,5
Température maximale moyenne (°C) 0,2 1,3 3,7 7,3 12,1 15,6 18,9 17,9 15,4 11,2 4,6 1,1 9,1
Précipitations (mm) 43 46 49 50 61 56 47 60 41 55 55 49 612
Source : Climatologie mensuelle à Zermatt MétéoSuisse


Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs alpages d'altitude étaient déjà peuplés depuis plus de 6 000 ans. Au début de l'ère chrétienne, il n'y avait pas de glacier autour de Zermatt, permettant notamment la culture de la vigne et la production de vin. En 1280, Zermatt est mentionnée pour la première fois sous le nom de Pratabornum. C'est de cette époque qui remonte la création de la première paroisse. Au Moyen Âge, plusieurs routes commerciales passaient par le col Theodulpass, en direction de l'Italie. Entre 1000 et 1300, pendant une période de réchauffement climatique, les glaces se replièrent, permettant ainsi de franchir le col libre de glaces. Quant au village de Zermatt, il ne faut pas oublier l'importance de l'année 1618, au cours de laquelle le pays a réussi à acheter sa liberté par la noble famille à laquelle il appartenait ,La première auberge fut construite en 1839 avec les balbutiements du développement touristique, puis en 1852 le premier hôtel, le Monte-Rosa dirigé par Alexander Seiler. La compagnie de guides de Zermatt est créée en 1858. La première ascension du Cervin en 1865 marque le début du fort développement touristique à Zermatt. En 1891, la voie ferrée est construite entre Visp et Zermatt. C'est en 1944 que pour la première fois, les touristes deviennent plus nombreux pendant la saison hivernale qu'estivale. Un héliport est créé en 1968.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population à Zermatt.
Les fluctuations de la population de Zermatt de 1476 à 2007
Année Population
1476 728
1578 756
1798 600
1802 436
1811 335
1816 381
1821 409
1829 399
1837 409
1850 369
1860 424
1870 482
1888 528
1900 741
1910 805
1920 798
1927 820
1950 1424
1960 2731
1970 3101
1990 4500
1995 5000
1996 5465
1997 5521
1998 5587
1999 5595
2001 5490
2003 5800
2007 6629

En période de forte fréquentation touristique, la population peut tripler, passant à plus de 20 000 personnes[4]. En 2008, 37,0 % de la population était née à Zermatt et y vivait toujours, 12,0 % étaient nés dans le même canton, 12,9 % venaient d'ailleurs en Suisse et 34,1 % de la population était de nationalité étrangère. En 2000, 68,4 % de la population est de langue allemande, 12,0 % de langue portugaise, 7,9 % italienne, 3,8 % française.

Préservation de l'aspect typique[modifier | modifier le code]

Le village a su garder son aspect typique de village valaisan de montagne, par des règles d'urbanisme et de construction très strictes, préservant, entre autres, ses raccards.

Il est en particulier interdit aux automobiles, afin d'éviter la pollution de l'air qui pourrait perturber la vue depuis la commune en direction du Cervin. Cette décision fut confirmée par le vote par les habitants, en 1972 puis de nouveau en 1986. Les automobiles peuvent être stationnées au village de Täsch, qui offre un parking couvert de 2 000 places, et encore 900 places gérées par des investisseurs locaux proposant une offre de taxi[5]. Seules les voitures électriques sont autorisées, comme à Saas Fee, à circuler dans le village à une vitesse maximale de 20 km/h. Cela inclut de nombreux taxis faisant notamment la navette entre la gare ferroviaire et les hôtels ou les points de départ des remontées mécaniques, et encore deux lignes de bus électriques — comprises dans le prix du forfait de ski — saturées selon la saison et qui empruntent une boucle de 4,5 km. La police cantonale est apte à délivrer aux résidents l'une des près de 500 autorisations pour l'utilisation de véhicules à moteur à combustion, sur les quartiers périphériques et aussi sur la route de 6 km qui relie Täsch. Certains véhicules, tels que pour les pompiers, les ambulances, les camions-ordures sont exceptés de cette règle.

Zermatt est reliée sur 33 km par une ligne de chemin de fer à Viège (Visp) et à Brigue (Brig), en passant par la commune de Täsch qui constitue le terminus pour les véhicules de touristes. Täsch est dotée de nombreux parkings payants, où les visiteurs laissent leur voiture le temps de leur séjour et continuent ensuite — le cas échéant avec valises et équipement de ski — par le train payant jusqu'au centre de Zermatt. Ce trajet dure 12 minutes, avec des trains partant toutes les 20 minutes. Cette ligne ferroviaire est aussi le point départ du train touristique Glacier Express qui traverse la Suisse en h 30 jusque dans le canton des Grisons et les stations de Davos et Saint Moritz.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Zermatt
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Viège
Commune Zermatt
Langue suisse allemand
Site web www.matterhornparadise.ch
Géographie
Coordonnées 46° 00′ 53″ nord, 7° 44′ 34″ est
Massif Alpes valaisannes
Altitude 1 608 m
Altitude maximum 3 883 m
Altitude minimum 1 620 m
Ski alpin
Lié à Cervinia (Italie)
Remontées
Nombre de remontées 33
Téléphériques 6
Télécabines 8
Télésièges 9
Téléskis 10
Débit 90 525 (personnes/heure)
Total des pistes 200 km
Installations
Nouvelles glisses
snowpark (Gravity Park)
Ski de fond
Nombre de pistes 2
Total des pistes 15 km

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

(Voir situation sur carte : canton du Valais)
Zermatt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Zermatt

Une station de sports d'hiver dotée d'un très vaste domaine skiable a été aménagée sur les pentes des montagnes entourant la commune. La première exploitation remonte à 1898 avec l'ouverture estivale de la voie ferroviaire du Gornergrat Bahn, puis à 1928 pour son exploitation hivernale deux fois par semaine. Puis depuis les années 1940, le réseau de remontées mécaniques a été graduellement élargi. Le dénivelé total du domaine atteint 2 200 m maximum, soit l'un des plus importants des Alpes. Les trois sous-domaines de Zermatt sont reliés entre eux par pistes et remontées mécaniques :

  • Rothorn - Sunegga

Ce sous-domaine est accessible par un funiculaire souterrain de 1 584 m de long atteignant Sunnegga 2 228 m. Il fut lors de sa construction en 1980 le premier de ce genre en Suisse. De là part ensuite une télécabine et enfin un téléphérique, qui rejoignent le sommet du Unterrothorn (3 104 m). La station de départ du funiculaire se situe à environ 10 minutes à pied de la gare de Zermatt, terminus de la ligne Brig-Visp-Zermatt de la Matterhorn-Gotthard Bahn.

  • Gornergrat - Riffelberg

Ce sous-domaine est également accessible par le train à crémaillère du Gornergrat Bahn, dont la gare de départ se situe à proximité de la gare de Zermatt. La montée jusqu'à Riffelberg puis Gornergrat (3 089 m) dure 29 minutes.

Entre les sous-domaines de Gornergrat et de Rothorn, une vaste zone de freeride, dont des zones de tranquillités pour la faune à éviter, est accessible grâce au téléphérique du Hohtälli (3 286 m) et au téléski du Stockhorn (3 405 m). Ce téléphérique compte le pylône le plus haut de Suisse (94 m). Le téléphérique reliant Hohtälli à la Rote Nase (3 247 m) est désormais définitivement fermé, aucun remplacement n'étant prévu. Le versant sud du Blauherd, sommet d'arrivée de plusieurs télécabine dont une venant de Gant, est une zone de tranquillité pour la faune, en conséquence, il est recommandé de ne pas sortir de la piste et de ne pas y pratiquer de freeride[6].

Ce sous-domaine est relié depuis 2006 au sous-domaine du Petit Cervin au niveau de Furi (1 864 m), ce qui permet désormais de définir le domaine de Zermatt en tant que domaine relié « skis-aux-pieds ».

  • Matterhorn Glacier - Schwarzsee

Une télécabine en quatre parties relie en 25 minutes une extrémité de Zermatt à Furi, puis à Schwarzsee, reperd brièvement de l'altitude pour enfin atteindre Trockener Steg (2 939 m). De là part le téléphérique du Matterhorn glacier paradise, qui rejoint le Petit Cervin (3 883 m) et le sommet du domaine skiable. La plus haute tour d'observation d'Europe s'y situe. La redescente jusqu'à Zermatt est permise par plusieurs pistes d'une longueur totale de 21 km et sur un dénivelé de 2 279 m. Le domaine de ski d'été - le plus vaste et le plus élevé d'Europe - est aménagé sur les hauteurs de ce sous-domaine, et desservi par cinq téléskis et un télésiège. Gandegg est, avec 3 899 m, le plus long téléski au monde. Toutefois le domaine d'été ouvre totalement uniquement à partir de juillet, avec un maximum de 20 km de pistes. La plus longue piste atteint 7 km. Dans l'inter-saison en mai et juin, seules deux pistes au maximum sont ouvertes. Le télésiège 6-places débrayable Furggsattel (de) est le premier de ce genre en Suisse à avoir ses pylônes directement ancrés sur la glace du glacier de Saint-Théodule (de).

Le domaine est relié aux stations italiennes de Cervinia et Valtournenche depuis le sous-domaine du Petit-Cervin au niveau du col de Saint-Théodule et de la Tseta Grigia.

Destination exclusive, Zermatt propose en 2013 — pour CHF 75 — le forfait de ski journée le plus cher de Suisse, et aussi d'Europe.

En 2002 eut lieu la fusion de Sunnegga-Express AG, Rothornbahn AG et Matterhornbahnen AG, qui exploitaient différents secteurs, pour former Zermatt Bergbahnen AG et ainsi le plus important opérateur de remontées de Suisse.

L'altitude élevée du domaine, la température ambiante relativement fraîche liée aux nombreux glaciers environnants, mais aussi l'utilisation d'un étendu réseau d'enneigeurs permettent l'exploitation de la majorité des installations généralement jusque fin avril. La saison estivale — sur glacier — commence alors, permettant ainsi la pratique du ski tout au long de l'année.

La station offre aussi une piste de luge de 1 km de long.

Zone de tranquillité

Sur les onze zones de tranquillités que compte la commune de Zermatt, neuf sont accessible depuis le domaine skiable[7]. Il convient donc aux amateurs de hors-piste de se renseigner sur ces zones à éviter pour le bien, et la survie, de la faune[8]

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, Zermatt vivait principalement de l'agriculture. Puis les premières tentatives d'ascension du Cervin — dans un premier temps le fait de citoyens britanniques — entraînèrent l'afflux d'alpinistes attirés par les sommets environnants, et ainsi le développement progressif du tourisme. Actuellement, près de la moitié des logements est utilisée pour héberger les touristes. 124 hôtels et de nombreux logements construits pour le tourisme offrent désormais une capacité d'hébergement de 17 500 places.

En 2008, sur 4 576 personnes actives, 52 (1,1 %) étaient employées dans le secteur primaire, 567 (12,4 %) dans le secteur secondaire pour plus des deux tiers dans la construction, et 3 957 (86,5 %) dans le secteur tertiaire. En 2000, 744 employés vivant dans une autre commune venaient travailler à Zermatt, contre 89 habitants de Zermatt qui travaillaient dans une autre commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2015 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Jules Guex, La Montagne et ses noms, études de toponymie alpine, Lausanne, Librairie F. Rouge et Cie S.A., , 237 p. (lire en ligne), page 186
  4. Alexandre Nicolas Serex, Étude sur la perception et l’image de la station de Zermatt en Suisse, thèse bachelor, Haute École de Gestion de Genève (HEG-GE), Filière (économie d’entreprise), Genève (juin 2011), p. 55 [1]
  5. Arrivée - Par voiture sur le site touristique de Zermatt. Consulté le 18 décembre 2011
  6. Téléphérique Blauherd (Gant), map.geo.admin.ch.
  7. Zermatt (VS), map.geo.admin.ch.
  8. Les animaux doivent être « économes » en hiver, zones-de-tranquillite.ch.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :