Pregny-Chambésy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pregny-Chambésy
Pregny-Chambésy
Vue aérienne de la localité de Chambésy en 1985.
Blason de Pregny-Chambésy
Blason
Drapeau de Pregny-Chambésy
Logo
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Localité(s) Tonkin
Pregny Parc
Le Vengeron
Pregny - village
Chambésy - village
Pregny - Organisations
Communes limitrophes Genève
Bellevue
Le Grand-Saconnex
Maire
Mandat
Philippe Pasche
(Le Centre)
2022-2023
NPA 1292
No OFS 6634
Démographie
Gentilé Pregnote
Chambésien
Pregnote-Chambésien
Population
permanente
3 803 hab. (31 décembre 2020)
Densité 1 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 29″ nord, 6° 08′ 38″ est
Altitude 420 m
Min. 374 m
Max. 466 m
Superficie 3,24 km2
Divers
Nom officiel Pregny-Chambésy
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Pregny-Chambésy
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Pregny-Chambésy
Géolocalisation sur la carte : canton de Genève
Voir sur la carte administrative du canton de Genève
City locator 14.svg
Pregny-Chambésy
Liens
Site web www.pregny-chambesy.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Pregny-Chambésy (/prəˈɲi ʃɑ̃bɛːˈzi/) est l'une des 45 communes de la République et canton de Genève, en Suisse. Commune lacustre [N 1] située sur la rive droite du Léman, elle fait partie des communes réunies.

Pregny-Chambésy est une commune résidentielle. Plusieurs missions permanentes étrangères sont implantées sur son territoire en raison de la proximité avec l'Aéroport international de Genève et le quartier genevois des Nations, où siègent plusieurs organisations internationales.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameau de Chambésy-Dessous.

La commune de Pregny-Chambésy se situe dans la campagne genevoise et s'étend sur une colline isolée, s'élevant à une hauteur d'une centaine de mètres au-dessus du niveau du Léman[N 2] et offrant une vue sur le Léman, plusieurs communes françaises et suisses, plusieurs monuments[N 3] et plusieurs montagnes françaises, italiennes et suisses[N 4].

La commune se situe à quatre kilomètres de Genève et au nord du quartier genevois des Nations et au sud-est de l'aéroport international de Genève[3].

La commune est formée de cinq entités : Pregny, Chambésy-Dessus, Chambésy-Dessous, Roilbot[N 5] et Le Tonkin[N 6]. Le centre villageois se situe à Chambésy-Dessus, le centre historique à Chambésy-Dessous, le centre administratif à Pregny, le centre agricole historique à Roilbot et les habitations au Tonkin. Ces cinq hameaux sont entourés d’une zone résidentielle et de grands domaines[6],[7].

Pregny-Chambésy mesure 3,24 km2. 75,7 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 13,5 % à des surfaces agricoles (44 hectares), 9,8 % à des surfaces boisées (32 hectares) et 0,9 % à des surfaces improductives[2].

Géographie naturelle[modifier | modifier le code]

Vue sur le Léman et les montagnes depuis le coteau de Chambésy-Dessus.

La commune est située sur un coteau, tourné à l’est en direction du lac. Depuis le point culminant de Mérimont, le terrain descend en pente douce, formant les plateaux inclinés de Tournay et de Pregny, qui dominent à leur tour le coteau et ancien vignoble de Pregny, en forte pente, ainsi que les rives du lac[8].

Les grandes propriétés situées sur le territoire communal abritent d’importantes surfaces proches de l’état naturel (prairies, vergers, bosquets...)[8]. Ces surfaces vertes, associées à la zone agricole, font partie de l’importante verdure qui s’étend depuis Ferney-Voltaire jusqu’au lac[9].

Le paysage communal, tant urbain que rural, est ponctué par des éléments visuellement marquants qui lui confèrent son caractère spécifique et contribuent à la bonne lisibilité de l’ensemble. Parmi les éléments naturels on notera en particulier les cours d’eau, les peuplements arborescents, les surfaces agricoles, les accents topographiques et les alignements d’arbres[9].

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

Localités[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, la commune est composée de six localités : Tonkin, Le Vengeron, Chambésy - village, Pregny - village, Pregny Parc et Pregny - Organisations[10],[11].

Territoire[modifier | modifier le code]

Frontière de la commune.

«Le territoire de la commune a la forme d'un quadrilatère : Sur la face orientale, la rive du lac lui forme une limite naturelle. La lisière des forêts des Châtaigniers et de la Foretaille constituent la frontière septentrionale qui va du Vengeron à la Foretaille. Le côté occidental est bordé par une route venant du hameau de Colovrex qui part de la Foretaille et se dirige vers la Campagne de Tournay, où il subsiste une zone agricole diversifiée (champs, prés, bocages) qui trouve son prolongement sur la commune du Grand-Saconnex, en formant un coude pour se terminer aux Crêts. Le tracé méridional part des Crêts, à l'angle droit dans la direction du lac, passant par le chemin de la Riole et la vy-des-champs, longeant deux bâtiments d'organisations internationales ainsi que de grands domaines avec leurs maisons de maître et leurs parcs richement arborés, et se prolongeant par le chemin de l'Impératrice jusqu'au lac»[12].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de la commune de Bellevue et des villes de Genève et du Grand-Saconnex.

Protections[modifier | modifier le code]

L'Office fédéral de la protection de la population recense cinq biens culturels d'importance nationale[N 7] et cinq bien culturels d'importance régionale[N 8],[18].

Par la loi cantonale du 4 juin 1976 sur la protection des monuments, de la nature et des sites, l'Office cantonal du patrimoine et des sites recense quatre objets classés[N 9] et trente-trois objets inscrits à l'inventaire[N 10].

L'Office fédéral de la culture a inscrit, depuis le 11 mars 2022, le hameau de Pregny et ses alentours comme « site national à protéger » à l'Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse dans la catégorie « cas particulier »[26],[27],[28],[29].

Par l'ordonnance du 21 janvier 1991 sur les réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs d’importance nationale et internationale, l'Office fédéral de l’environnement a inscrit l'ensemble des rives du territoire communal à l'Inventaire fédéral des réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs d'importance internationale et nationale dans la catégorie « 3 »[N 11],[30],[31].

Par loi du 4 décembre 1992 sur la protection générale des rives du lac, l'Office cantonal du patrimoine et des sites a inscrit, depuis le 27 février 1993, les rives du territoire communal dans le périmètre[32].

Mobilité[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 20, 59 et Noctambus ND des Transports publics genevois.

Actuellement, la commune possède douze arrêts sur son territoire: La Fenêtre, Penthes, Pregny-Village, Pregny-Mairie, Chambésy-Place, Chambésy-Ravin, Chambésy-Gare, Plage du Vengeron, Chambésy-Fontaine, Caron, Foretaille et Machéry.

L'itinéraire de la ligne 20 va de la Place de Neuve à Valavran (en passant par la gare Cornavin et le quartier des Nations)[N 12].

L'itinéraire de la ligne 59 va de l'aéroport à l'esplanade du Vengeron (en passant par la commune du Grand-Saconnex et la gare de Chambésy)[33].

Train[modifier | modifier le code]

La gare de Chambésy est desservie par les trains Léman Express assurant les lignes L1 à L4 entre les gares de Coppet (VD) et d'Évian-les-Bains (France), d'Annecy (France), de Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet (France) et d'Annemasse (France) avec une cadence d'un train toutes les 15 minutes jusqu'à Annemasse.

Route[modifier | modifier le code]

Bien que l'autoroute A1 longe la frontière communale, Pregny-Chambésy ne possède pas sa propre sortie. Cependant, il existe deux sorties à proximité : la sortie No 7 (Grand-Saconnex) et la sortie No 9 (Le Vengeron) puis Autoroute A1a (Genève Lac).

De plus, la route de Lausanne, qui est le prolongement de la Route principale 1 (ou route de Suisse), traverse la commune au niveau du lac pour relier Genève à Bellevue.

Le centre du village est traversé par une route cantonale[N 13].

Cheminements[modifier | modifier le code]

Suisse Rando recense cinq chemins passant par la commune :

  • Piéton : l'itinéraire national no 3 dit "chemin panorama alpin" et l'itinéraire national no 4 dit "Via Jacobi"[34],[35];
  • Vélo : l'itinéraire national no 1 dit "Route du Rhône", l'itinéraire régional no 46 dit "Tour du Léman" et l'itinéraire régional no 50 dit "Route du Pied du Jura"[36],[37],[38].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pregny-Chambésy se prononce : /prəˈɲi ʃɑ̃bɛːˈzi/[39] (Pregni-Sambèsi en arpitan genevois[N 14]). Cependant, dans la langue courante, le nom « Chambésy » a remplacé le nom officiel de Pregny-Chambésy.[réf. nécessaire]

Tant Pregny que Chambésy dérivent d'un nom de personne latin suivi du suffixe celte -akos/-acum et désignent une propriété ou un domaine appartenant à la personne concernée. Le premier nom était peut-être Prunius et le second Sambatius[41].

La dénomination des deux lieux est attestée dès l'époque romaine (Fundus Priniacus et Sambatius). Elle évolue au cours des siècles (Priniacum en 1113, Prignie en 1271, Prignier en 1344, Prigniez en 1790 ; Sambesie au XIIIe s., Sambeysier au XIVe s., Sambeisy en 1663, Chambeisy en 1730, Sambesie en 1790). La première occurrence de la graphie actuelle remonte à 1816[12].

Nom actuel[modifier | modifier le code]

Le nom actuel n'est pas issu de la fusion de deux villages. Initialement, la commune de Pregny comprenait les villages de Pregny et Chambésy. Cependant, comme la localité de Chambésy grandissait d'année en année, jusqu'à devenir plus grande que celle de Pregny, le maire de la commune Raymond Perrot fait ratifier en 1951 par le Conseil municipal (législatif) une demande de changement officiel de dénomination adressée au Conseil d'État genevois, demande à laquelle le Conseil d'État donne une suite favorable[42]. Le nouveau nom entre en vigueur le 1er janvier 1952[43].

Dans les années 1940, la commune était surnommée «Le coteau des altesses» par sa position géographique : au sommet du coteau avec vue sur le lac et les montagnes.[réf. nécessaire]

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Carte des lieux-dits, d'après le service de la mensuration officielle.

La commune comprend 35 lieux-dits:

  • Bellerive
  • Bois de Foretaille
  • Bois de Pins
  • Champ de Blé
  • Chambésy-Dessous
  • Chambésy-Dessus
  • Château de Tournay
  • Choutagnes
  • Cornillon
  • Foretaille[N 15]
  • Grande Pierrière
  • Île Calvin
  • L'Impératrice / Pregny la Tour
  • La Capite[N 16]
  • La Fenêtre
  • Le Reposoir
  • Le Rivage
  • Le Vengeron
  • Les Châtaigniers
  • Les Crêts
  • Les Guénandes[N 17]
  • Les Jordils
  • Les Ormeaux
  • Les Pins
  • Machéry
  • Malvandes
  • Mérimont
  • Monthoux
  • Penthes
  • Petit Morillon
  • Petite Pierrière
  • Port de Pregny la Tour
  • Pregny
  • Rive de Pregny
  • Roilbot[N 18]

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire générale[modifier | modifier le code]

Situé non loin du tracé de l’ancienne route romaine reliant Genève à Lausanne, le territoire lacustre de la commune a peut-être été occupé dès l’époque néolithique. Par la suite, le lieu est occupé par les Romains[N 19] puis par les Burgondes.

La première mention de Pregny date du XIIe siècle bien que le Moyen Âge y ait laissé quelques traces, comme les voies dites historiques, les douves de l'île Calvin et les fondements des châteaux de Tournay et de Penthes[44].

Au Moyen Âge, le territoire de Pregny dépendait alors de la seigneurie de Tournay, dépendant directement de la seigneurie de Gex et des comtes de Genève. Dès lors, Pregny suivit l'histoire territoriale du pays de Gex qui eut de nombreuses appartenances au fil des années : En 1353, le comte Amédée VI de Savoie réunit le territoire de Pregny à son Comté de Savoie qui deviendra, en 1416, le Duché de Savoie. À une échelle plus locale, Pregny était, à la fin du XIIIe siècle, le fief de la famille d’Anières (ou d'Aguières), puis, par alliance un siècle plus tard, de celle des Genthod à qui appartenait le château de Tournay et l’ancienne maison forte «Tour aux moines». En 1536, Pregny est occupé par les troupes bernoises et genevoises qui y introduisirent la Réforme[45]. En 1567, par le traité de Lausanne du 30 octobre 1564, les Bernois, préférant s'assurer le Pays de Vaud, rendent le Pays de Gex, ainsi que Pregny, au Duché de Savoie. Cependant, le duc Charles III de Savoie était connu comme étant un fervent catholique et un anti-protestants, les pasteurs de ces territoires demandent alors au duc de laisser le culte protestant dans ces villages. Le duc accède finalement à cette demande[46]. Pregny occupait alors une position stratégique aux portes du territoire de la République de Genève, dont l’actuel chemin de l’Impératrice marquait les limites. Deux autres bâtisses fortifiées rappellent alors cette démarcation : le château de «Pregny-La-Tour» et la maison forte de Penthaz[29]. Les rives de Pregny étaient également connues pour ses carrières de molasse sous-lacustre de la Petite Pierrière. Ces carrières ont été exploitées de la fin du Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle[N 20],[47],[48],[49],[50],[51].

Les carrières sous-lacustres de la Petite Pierrière photographiées en 1953 par Werner Friedli (de).

En 1590, la République de Genève envahit et administre le Pays de Gex, et donc Pregny. Lors de ces incursions, les troupes genevoises détruisirent de nombreuses maisons fortes savoyardes tel que le château de Tournay[52]. Huit ans plus tard, un changement important s’effectua alors dans le pays voisin (à savoir, la France) : le 13 avril 1598, par l’édit de Nantes, Henri IV étendit et confirma les droits et sûretés consentis aux huguenots par des édits et traités antérieurs.

Après la guerre franco-savoyarde, plusieurs modifications politiques, importantes pour le pays de Gex, se préparaient entre les cours de France et de Savoie. Genève, se voyant sur le point d’être privée de ce territoire qu’elle avait conquis et administré, entama auprès de Henri IV des négociations pour être maintenue en possession. Cependant, Henri IV finit par s’entendre avec son adversaire le duc Charles-Emmanuel de Savoie, et signa à Lyon, le 17 janvier 1601, un traité par lequel il recevait toute la contrée sur la rive droite du Rhône, s’étendant de Genève à Lyon (c’est-à-dire la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex[N 21]). Pregny appartient donc depuis au Royaume de France. Mais la question religieuse de la région fut la cause de graves difficultés par la suite. Les habitants demandèrent, dès lors, à Henri IV de maintenir le protestantisme dans le pays de Gex; ce à quoi le roi répondit positivement mais en exigeant que la « liberté de conscience » règne. De ce fait, un grand nombre de prêtres catholiques en profitèrent pour entrer sur le territoire du pays de Gex. François de Sales, évêque de Genève, chercha à déposséder les protestants de tous ceux de leurs biens qui, avant la Réforme, avaient appartenu à l’Église romaine et à les faire adjuger au clergé catholique. C’est ainsi qu’il demanda à reprendre en possession tous les temples du bailliage. À la mort d’Henri IV en 1610, la réaction catholique devint plus forte à la cour de France et la seigneurie de Genève ne pouvait plus faire parvenir ses réclamations jusqu’à l’autorité supérieure[53].

Carte de la région Pregnote vers 1700.

En 1611, l’édit de Nantes est mis en vigueur dans le pays de Gex. Les deux commissaires tranchèrent toutes les questions en litige de manière équitable. Une ordonnance est alors rédigée le 12 décembre 1611 stipulant que « la dépossession des temples, cimetières et pensions ne serait exécutoire que lorsque le roi aurait pourvu les réformés de fonds équivalents aux biens qui leur seraient enlevés ». Cependant, François de Sales ayant influencé en sa faveur la reine régente et les membres du Conseil, un arrêt royal vint prescrire l’exécution de l’édit. En vertu de cet arrêt, tous les bénéfices ecclésiastiques devaient être restitués au clergé romain, ainsi que les églises. Deux nouveaux commissaires, Benigne Milletot, conseiller au parlement de Dijon, et Pierre de Brosses, seigneur de Tournay, furent chargés de présider à l’exécution de l’arrêt. Le 16 juillet 1612 et les jours suivants, de Brosses et Milletot entreprirent une visite des paroisses du bailliage. Les protestants construisirent des temples destinés à remplacer les églises qu’ils avaient dû restituer au clergé romain. Ils parvinrent à en rebâtir dans une vingtaine de villages[54]. Le 15 avril 1661, le roi Louis XIV décida d’interdire l’exercice du culte réformé dans tout le bailliage du pays de Gex. D’après un arrêt de Louis XIV du 23 août 1662, les temples protestants du pays de Gex devaient être démolis. Les destructions sont supervisées par Jean d'Arenthon d'Alex, successeur de François de Sales. La chapelle de Pregny, avec dix-neuf autres, furent donc détruites. Entre 1684 et 1685, Jean d'Arenthon d'Alex décida de reconstruire une église catholique à Pregny. De plus, par la révocation de l'édit de Nantes et à la création de l'édit de Fontainebleau le 18 octobre 1685, de nombreux protestants vivant à Pregny quittèrent le territoire pour s'installer à Genève et dans le Pays de Vaud. De ce fait, Pregny redevient catholique à cette date[55].

Dès le XVIIIe siècle, plusieurs le territoire vit l’érection ou la transformation de bâtisses cossues dans un style classique, tel que le château de «Pregny-La-Tour» devenu le château de l'Impératrice, la maison forte de Penthaz devenue le château de Penthes, la construction des maisons de maître de «La Coudira» ou encore du château du Reposoir[29].

Extrait du procès-verbal, du 14 février 1790, proclamant la constitution de la municipalité de Pregny.

Lors de la révolution de 1789, les habitants du pays de Gex se rallièrent au nouveau régime. L'Assemblée nationale décrète, le 12 novembre 1789, la constitution des municipalités et, le 29 décembre 1789, la convocation des assemblée des citoyens actifs pour la composition des municipalités. De plus, l'Assemblée nationale décrète, le 15 janvier 1790, la suppression des anciennes provinces pour les remplacer par des départements; le pays de Gex est alors attribué à celui de l'Ain. De ce fait, le , à la suite de la demande du curé Romain Vulliet, 20 citoyens actifs se sont assemblés dans l'église de Pregny et proclament ensemble la constitution de la municipalité de Pregny[56].

Pregny suivra ensuite un autre changement de régime en 1792 : la Première République française. Par la loi du 25 août 1798, Pregny fait partie du département du Léman. Le coup d'État du 18 Brumaire de Napoléon Ier met fin à la première république et instaure un empire. En 1813, Pregny revient dans le département de l'Ain.

Après sa défaite à la bataille de Waterloo, Napoléon Ier voit son Empire sous occupation. Dès 1814, Pregny est alors occupée par les Autrichiens qui s'établirent dans le château de Tournay. De plus, par le congrès de Vienne, Genève redevient indépendante et son territoire sera agrandi. Au même moment, des négociations entre Genève et la Confédération Suisse sont en cours pour un rattachement à cette dernière.

Par le second traité de Paris du , Pregny est cédée à la Confédération Suisse et est officiellement rattachée à la République et Canton de Genève. Dès lors, plusieurs grandes familles genevoises vinrent s'installer à Pregny en y construisant châteaux et maisons de maître (château de Pregny, la maison de maître «Les Ormeaux», la maison de maître «La Petite Pierrière»etc.).

Au sein du canton de Genève, la commune se développe peu à peu. Un premier bâtiment abritant l'école et la mairie est construit à Pregny en 1835[57]. Le , est mise en service la première voie ferrée passant dans la commune[58].

En 1863, à la demande d'Adolph Carl von Rothschild, le pépiniériste et créateur de roses français Jean-Baptiste Guillot (père) crée un hybride de Rosier Bourbon baptisé Pavillon de Pregny en hommage à l’ancienne maison de maître qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel château de Pregny.

En 1869, Pregny fut le lieu d'origine de la propagation du phylloxéra sur le territoire suisse. Cette année là, Adolph Carl von Rothschild avait introduit des vignes anglaises dans ses serres à raisin au château de Pregny. Cependant, ces vignes anglaises étaient alors infectées[59]. Entre 1871 et 1874, l'insecte se propagea dans les communes de Pregny, Grand-Saconnex, Petit-Saconnex et Genthod. On s'empressa alors d'exproprier temporairement les vignes de ces quatre communes et de les détruire, ce qui n'empêcha pas la propagation de l'insecte sur l'ensemble de la rive droite du canton. En 1893, les viticulteurs genevois, voyant leur vignes disparaître de plus en plus rapidement, adressèrent plusieurs pétitions au département fédéral de l'agriculture demandant d'arrêter la lutte et l'autorisation de planter de nouvelles vignes américaines plus résistantes à la maladie du phylloxéra. Le Conseil fédéral adopte la pétition et sépare le canton en deux zones : dans l'une, la lutte devait continuer; dans l'autre, la plantation de vignes américaines était autorisée. Le 21 janvier 1898, le Conseil fédéral décide d'arrêter la lutte contre le phylloxéra et d'autoriser la plantation de vignes américaines dans tout le canton. L'examen par souche dura encore quelques années dans les communes de Meyrin, Vernier, Grand-Saconnex, Petit-Saconnex et Pregny. Au total, pour Pregny, 100 hectares ont été infectés par l'insecte et 2 hectares ont été perdus. La technique de remplacement des vignes européennes par des vignes américaines pour arrêter la propagation du phylloxéra a eu un tel succès que l'Europe entière s'en inspira[60],[61].

Entre 1873 et 1897, le Kulturkampf sévit à Pregny. Le gouvernement genevois décide d'organiser le culte catholique supervisé, non pas par le pape, mais par l'État. En même temps, on constitua une Église catholique d’État, dite « Église vieille catholique » (aussi appelée « Église catholique nationale »). Cette loi gouvernementale oblige les curés catholiques romains, salariés par l’État, à prêter serment d’allégeance aux lois de la République, et déclare les églises propriétés communales (avec création de conseils de paroisse). Les églises des curés ayant refusé de prêter serment sont confiées à l’Église catholique nationale; À Pregny, le Conseil municipal, étant propriétaire du bâtiment, décide que l'église continuera à être affectée au culte catholique romain. Le 17 août 1875, Jean Bertrand, membre du Conseil de paroisse, s’est présenté à la mairie pour réclamer les clefs de l’église. Il lui a été répondu par un refus formel. Le 18 août 1875, le secrétaire du Département de l’Intérieur, le commissaire de police et M. Bertrand, se sont présentés auprès du maire de l’époque, Jean-Marie Panissod, pour réclamer les clefs de l’église au nom du Conseil d’État genevois. Sur ce nouveau refus, les serrures de l’édifice sont changées par la police et, le 24 août 1875, M. Panissod est révoqué de ses fonctions de maire par le Conseil d’État genevois et le bâtiment de l’église est attribué au culte catholique national. Le Conseil municipal déposa donc un recours au Tribunal fédéral contre violation de la propriété privée. En 1876, le Tribunal fédéral rejeta le recours et se prononcera en faveur du Conseil d’État genevois. Les habitants de Pregny, refusant d'utiliser l'édifice par fidélité à leur commune, célèbrent l'office catholique romain dans la grange de Michel Deville, devenu maire entre-temps. L'église sera, par la suite, définitivement fermée pour rouvrir finalement en 1897[62].

Vue générale de Pregny-Chambésy au XIXe siècle.

Le départ de la quatrième édition des championnats d'Europe d'aviron a été donné au large les rives de Pregny le 6 septembre 1896 et le départ de la vingtième édition des championnats d'Europe d'aviron a été donné au large des rives de Pregny le 18 août 1912.

Le , la commune adopte officiellement un blason et un drapeau communal[63] et en 1926, la commune reçoit sa première installation électrique[63].

En 1935, les frontières communales Sud-Ouest entre Pregny et Genève sont modifiées à la suite d'un échange de deux propriétés entre les deux communes[N 22],[64].

Dans les années 1920 et 1930, à Chambésy, de nombreux terrains sont achetés par les citadins afin d'y créer des jardins familiaux et de plaisances. Par la suite, le phénomène de l'exode urbain prendra de l'ampleur : les citadins, propriétaires des terrains, décident de venir s'y installer définitivement ce qui amena, entre 1940 et 1960, à la première vague de grandes constructions de la commune. Les terrains agricoles et jardins familiaux se transforment alors en terrains de villas. Dû à cette augmentation démographique, la localité de Chambésy se voit alors plus peuplée que celle de Pregny; de ce fait, le maire de l'époque, Raymond Perrot, décida de changer le nom officiel de la commune; dès le , la commune s'appelle officiellement : Pregny-Chambésy[42]. De plus, l'école de Pregny devenant trop petite, une salle communale annexée de deux salles de classes (école de la Fontaine) est construite en 1957.

Plan Wahlen à Chambésy-Dessus (photo de 1945).

Entre le et le , lors de la Question royale, le roi Léopold III et sa famille (Lilian Baels, Joséphine-Charlotte, Baudouin, Albert II et Alexandre.) se réfugièrent et habitèrent dans le château du Reposoir. Les membres de la famille royale de Belgique s'intégraient beaucoup dans la vie du village. Ils assistaient régulièrement aux offices à l'église de Pregny, se mêlant avec la plus grande simplicité aux autres fidèles[65]. Le jeune Baudouin (alors âgé d'une quinzaine d'années) accompagnait souvent le facteur dans sa tournée de distribution.

En 1947, une bise soufflant à 120 km/h décapite l'arbre le plus haut du canton. Il s'agissait d'un séquoia, plus connu sous le nom de Wellingtonia, mesurant près de 50 mètres de hauteur. Son sommet était visible tant au-delà de Versoix que de la région de Gex et de toute la rive gauche genevoise du lac[62].

Le 1er novembre 1952, une première ligne d'autobus passe dans la commune[N 23],[42].

Entre 1963 et 1964, le premier tronçon d'autoroute de Suisse (le tronçon Lausanne-Genève) est réalisé en urgence en perspective de l'exposition nationale suisse de 1964 qui se tenait à Lausanne. La terre évacuée lors du chantier est alors jetée dans le lac créant progressivement une plage : l'esplanade du Vengeron est née[66],[67].

En 1969, les frontières communales Nord et Nord-Est avec Bellevue sont modifiées à la suite de la construction de l’Autoroute A1. Le , un centre sportif et de loisirs est inauguré[68].

Au vu de sa proximité avec l'aéroport, le quartier des organisations internationales et la ville de Genève, la commune est un lieu très prisé de la rive droite. Ainsi, une deuxième vague de grandes constructions se fait alors voir entre 1979 et 1982. Une centaine de nouvelles villas sont alors construite[69]. Une deuxième école (école de Valérie) est alors construite en 1984 fermant définitivement celle de Pregny et, en 2003, l'école de la fontaine est détruite pour en reconstruire une plus grande.

En 1980, la frontière communale, au niveau de l'esplanade du Vengeron, avec Bellevue sont fixées. La même années, c'est une modification de la frontière avec Genève qui est modifiée à la suite du réaménagement de l'accès l'avenue d'Appia[70].

Entre 1991 et 2000, la commune entre dans sa troisième vague de grandes constructions mise traduit par de la densification et des modifications des régimes de zones[71].

Actuellement, Pregny-Chambésy entre dans sa quatrième vague de grandes constructions. Ayant un territoire assez exigu, la construction se fait par la densification au détriment des villas et des maisons de maître.

Appartenances historiques[modifier | modifier le code]

Liste [72],[73],[74] :

SPQR sign.png Empire romain (Gaule celtique) : ? - 411

Coats of arms of None.svg Premier royaume de Bourgogne : 411 - 533

Charlemagne autograph.svg Empire carolingien (Premier royaume de Bourgogne) : 533 - 534

Blason Bourgogne-comté ancien(aigle).svg Royaume de Bourgogne : 534 - 843

Coats of arms of None.svg Francie médiane : 843 - 855

Coats of arms of None.svg Lotharingie : 855 - 888

Coats of arms of None.svg Royaume de Haute-Bourgogne : 888 - 933

Armes du Royaume d'Arles.svg Royaume d'Arles : 933 - 1032

Banner of the Holy Roman Emperor with haloes (1400-1806).svg Saint-Empire romain germanique (Blason ville fr La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie).svg Comté de Genève) : 1032 - 1250

Flag of Pays de Gex.svg Pays de Gex : 1250 - 1353

Drapeau du comté de Savoie Comté de Savoie: 1353 -

Drapeau de la Savoie Duché de Savoie: -

Wappen Bern matt.svg Occupation Bernoise : - 1567

Drapeau de la Savoie Duché de Savoie: 1567 - 1590

Drapeau de la république de Genève République de Genève: 1590 - 6 mars 1601

France (6 mars 1601 - 20 novembre 1815)

Drapeau du Royaume de France Royaume de France: 6 mars 1601 - 4 mars 1790

Drapeau du Royaume de France Royaume de France (Flag of Ain.svg département de l'Ain) : 4 mars 1790 - 13 septembre 1791

Flag of France (1790–1794).svg Royaume de France(Flag of Ain.svg département de l'Ain) : 13 septembre 1791 - 21 septembre 1792

Flag of France.svg Première République française (Flag of Ain.svg département de l'Ain) : 21 septembre 1792 - 25 août 1798

Flag of France.svg Première République française (département du Léman) : 25 août 1798 - 18 mai 1804

Flag of France.svg Premier Empire français (département du Léman) : 18 mai 1804 - 31 décembre 1813

Flag of France.svg Premier Empire français (Flag of Ain.svg département de l'Ain) : 31 décembre 1813 - 19 février 1814

Flag of France (1814–1830).svg Occupation Autrichienne : 19 février 1814 - 17 mai 1814

Royal flag of France during the Bourbon Restoration.svg Restauration du Royaume de France (Flag of Ain.svg département de l'Ain) : 17 mai 1814 - 20 mars 1815

Flag of France.svg Empire français (Cent-Jours) : 20 mars 1815 - 8 juillet 1815

Royal flag of France during the Bourbon Restoration.svg Royaume de France (Seconde Restauration) (Flag of Ain.svg département de l'Ain) : 8 juillet 1815 - 20 novembre 1815

Suisse (depuis le 20 novembre 1815)

Flag of Switzerland.svg Confédération des XXII cantons (Flag of Canton of Geneva.svg Canton de Genève) : - [N 24]

Flag of Switzerland (Pantone).svg Confédération suisse : depuis le

 

Familles[modifier | modifier le code]

Voici la liste de quelques familles historiques originaires de la commune Pregny-Chambésy :

  • Baudy: mentionnée dès le XIXe siècle[75];
  • Sambesie (ou Chambésy): mentionnée au XIIIe siècle[76];
  • Chevrand: mentionnée dès le XIXe siècle[75];
  • Dellenbach: originaire de la commune depuis le XIXe siècle[77];
  • Deville: mentionnée dès 1664[N 25],[77];
  • Dupuis (ou Du Puys): mentionnée dès 1534 [N 26],[77];
  • Gabin: originaire de la commune depuis le XIXe siècle[77];
  • Gardet: mentionnée dès 1685 (voire avant)[77];
  • Moine: bourgeoisie dès 1562. Famille éteinte vers le XIXe siècle[79];
  • Panissod: mentionnée dès le XIXe siècle[77];
  • Thévenot: originaire de la commune depuis le XIXe siècle[77].

Le nom de famille le plus répandu à Pregny-Chambésy, en 2021, est Monney[80].

Politique[modifier | modifier le code]

Conseil administratif[modifier | modifier le code]

Toutes les communes Genevoises, de plus de 3 000 habitants, sont dirigées par un Conseil administratif (exécutif). La commune de Pregny-Chambésy est dirigée par un Conseil administratif composé de trois membres[81]. Le Conseil administratif s'occupe de l'administration communale et de la gestion et de la conservation des biens communaux. Il doit exécuter les délibérations du Conseil municipal et peut soumettre des projets de délibérations à celui-ci[82].

Les trois membres occupent, à tour de rôle, la fonction de maire pendant une année[82].

Les conseillers administratifs sont élus, tous les cinq ans par la population pregnote-chambésienne, au scrutin majoritaire avec un second tour si la majorité absolue n'a pas été atteinte au premier tour[83],[84].

Liste des maires puis des conseillers administratifs de Pregny-Chambésy[modifier | modifier le code]

Entre 1790 et 1999, la commune de Pregny-Chambésy n'avait pas de Conseil administratif mais seulement des maires et des adjoints élus par la population[N 27].

Liste des maires successifs
(de 1790 à 1999)
Période Identité Étiquette Qualité
Jean-Louis Charrières Indépendant Ancien communier.
Antoine Grenier Indépendant Conseiller municipal de 1790 à 1800 et de 1815 à 1835.
Marc-François Vuaillet (père)
(1785-1811)
Indépendant Notaire.
Isaac-Antoine Panchaud Indépendant Adjoint au maire de 1800 à 1808.
Étant citoyen genevois, donc étranger, il est destitué de ses fonctions de maire par le Sous-préfet de l'arrondissement de Gex.
Marc-François Vuaillet (fils) Indépendant Fils du précédent M. Vuaillet.
Notaire.
En poste à la fois avant et après le rattachement à la Suisse.
3 septembre 1834 Isaac-Antoine Panchaud Indépendant Adjoint au maire de 1813 à 1817.
4 septembre 1834 11 janvier 1846 Jean-Adolphe-Amédée Le Page d'Arbigny
(1806-1876)
Indépendant  
Isaac-Jules Louis Panissod
(1804-1882)
? Agriculteur.
Adjoint au maire de 1840 à 1846.
Député au Grand Conseil de 1842 à 1846, de 1854 à 1856 et de 1858 à 1860.
4 décembre 1869 Samuel Panchaud
(?-1895)
? Négociant.
Conseiller municipal de 1856 à 1862.
5 décembre 1869 24 août 1875 Jean-Marie Panissod
(1837-1911)
Jean-Marie Panissod Pregny.jpg
Indépendant Agriculteur.
Fils d'Isaac-Jules Louis Panissod.
Conseiller municipal de 1862 à 1869.
Révoqué de ses fonctions de maire par le Conseil d'État pour ne pas avoir suivi les lois issues du Kulturkampf[85].
12 décembre 1875 2 juin 1878 Michel Deville
(1828-1898)
Michel Deville Pregny.jpg
? Agriculteur.
Député au Grand Conseil de 1862 à 1866.
3 juin 1878 7 juin 1906 Jean-Marie Panissod
(1837-1911)
Jean-Marie Panissod Pregny.jpg
Indépendant Agriculteur.
2e fois maire.
Député au Grand Conseil de 1892 à 1910[85].
8 juin 1906 28 mai 1914 Alfred Perceval Boissier
(1867-1945)
? Assyriologue.
Petit-fils de Pierre Edmond Boissier et neveu de Henri Édouard Naville[86].
Conseiller municipal de 1902 à 1914[87].
29 mai 1914 Robert Jean Martin
(1881-1944)
Robert Martin, Pregny-Chambésy.jpg
? Notaire.
En poste pendant 30 ans.
Conseiller municipal de 1911 à 1914.
Décédé à la suite d'une congestion cérébrale dans la boulangerie de la Place de Chambésy, juste après avoir prononcé le discours de la fête nationale. Une plaque commémorative à son effigie a été apposée à cet endroit[88].
14 juin 1951 Raymond Barbey
(1901-1989)
PLS Banquier[89].
Petit-fils de Gustave Ador.
Conseiller municipal de 1942 à 1944.
15 juin 1951 15 juillet 1977 Raymond Georges Perrot
(1905-1997)
PLS Avocat.
Il compléta le livre de Guillaume Fatio Pregny-Chambésy, commune genevoise en 1978[90].
16 juillet 1977 Pierre Heiniger
(1931-2019)
PRD Conseiller municipal de 1955 à 1959 et de 1971 à 1979.
Adjoint au maire de 1975 à 1977.
Il écrivit le livre Pregny-Chambésy, commune genevoise (Addenda 1978-1997) en 2000.
Jean-Marc Mermoud PRD Directeur de l'entreprise de bâtiment et travaux publics F. Simond SA.
Conseiller municipal de 1983 à 1991.

Dès 1999, la commune se dote d'un Conseil administratif constitué de trois membres[N 28].

Liste des membres successifs du Conseil administratif
(depuis 1999)
Période Identité Étiquette Qualité
Jean-Marc Mermoud PRD
puis
PLR
Directeur de l'entreprise de bâtiment et travaux publics F. Simond SA.
Maire en 2007-2008 et 2010-2011.
Conseiller municipal de 1983 à 1991.
Président de l'Association des communes genevoises de 2009 à 2011.
Florian Vetsch
(1941-)
PRD Garagiste.
Maire en 2001-2002.
Conseiller municipal de 1976 à 1999.
Député au Grand Conseil de 1989 à 1993.
Valérie Sylviane Archetto
(1960-)
Entente communale Première femme maire de la commune.
Maire en 2009-2010, 2011-2012 et 2014-2015.
Conseillère municipale de 1993 à 1999.
Daniel Duret
(1949-)
Entente communale Conseiller municipal de ? à 2003.
Hubert Schneebeli
(1974-)
PLS
puis
PLR
Professeur.
Maire en 2008-2009 et 2013-2014.
Conseiller municipal de 2003 à 2007.
En cours Philippe François Schwarm PRD
puis
PLR
Maire en 2012-2013, 2015-2016, 2019-2020 et 2020-2021 et prévu en 2023-2024.
Conseiller municipal de 2008 à 2011.
En cours Isabelle Rasmussen PLR Maire en 2016-2017, 2018-2019, 2021-2022 et prévu en 2024-2025.
Conseillère municipale de 2011 à 2015.
En cours Philippe Pasche
(1962-)
Entente communale
puis
PDC
puis
Le Centre
Maire en 2017-2018 et depuis 2022.
Conseiller municipal de 1999 à 2015.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal (délibératif) est composé de 19 membres et se réunit environ 10 fois par an. Le Conseil municipal exerce des fonctions délibératives et consultatives.

Les 19 membres occupent, à tour de rôle, la fonction de président du Conseil municipal pendant une année[91].

Les conseillers municipaux sont élus, tous les cinq ans par la population pregnote-chambésienne, selon le mode de scrutin proportionnel[92],[93].

Les commissions sont distribuées selon le résultat proportionnel lors de l'élection de chaque partis. Pour la législature 2020-2025, dans chaque commission, le Parti libéral-radical a le droit à 4 personnes, l'Alternative a le droit à 3 personnes et Le Centre a le droit à 2 personnes.

Liste des Conseillers municipaux, de leurs commissions et de leurs fonctions (législature 2020-2025)
Identité Étiquette Commissions Fonction
Finances Aménagement et environnement Bâtiments et travaux publics Sports et culture Cohésion sociale Sécurité et mobilité
Jean-René Antille ALT X X X 2e Vice-président du Conseil municipal
Pedro Basilio PLR X X X Président Bâtiments et travaux publics
Charavee Chantranuwatana PLR X X X Vice-présidente Sécurité et mobilité
Steven Conway PLR X X X Président Sécurité et mobilité
Pauline Faigaux PLR X X X
Edith Frey ALT X X X Présidente Cohésion sociale
Dominique Grandjean ALT X X X Vice-président Sports et culture
Nicolas Haenni Le Centre X X Président Sports et culture
Linda Juillerat PLR X X
Isabelle Julien Le Centre X X X 1er Vice-présidente du Conseil municipal et Vice-présidente Bâtiment et travaux publics
Catherine Kössler [N 29] Indépendante
Robin Lauber PLR X X X Président Finances
André-Charles Letestu PLR X X X X Vice-président Cohésion sociale
Laura Mach ALT X X X Présidente Aménagement et environnement
Manuel Nussbaumer ALT X X X
Yves Oestreicher ALT X X X Vice-président Finances
Dominique Pattyn Le Centre X X X
Sonia Pasche Le Centre X X X X
Laurent Thurnherr PLR X X X Président du Conseil municipal et Vice-président Aménagement et environnement
Date de la dernière mise à jour : juin 2022

Dernières élections communale[modifier | modifier le code]

Élection du Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Résultats de l'élection du 15 mars 2020 au Conseil municipal[94],[95]
Parti Voix Suffrages +/- Sièges +/- Taux de participation
PLR Pregny-Chambésy 393 47,78 %

(7'829)

en diminution 11,75 %
9  /  19
en diminution 4 46,71 %
Alternative de Pregny-Chambésy

(Parti socialiste suisse (PSS) - Les Verts)

272 30,90 %

(5'063)

en augmentation 12,88 %
6  /  19
en augmentation 3
PDC Pregny-Chambésy 172 21,32 %

(3'493)

en augmentation 21,32 %
4  /  19
en augmentation 4

Élection du Conseil administratif[modifier | modifier le code]

L'élection du Conseil administratif n'a pas été soumise au vote le 15 mars 2020 car il y avait autant de candidatures déposées que de sièges à pourvoir. Il s'agissait donc d'une élection tacite. Philippe Schwarm (PLR), Isabelle Rasmussen (PLR) et Philippe Pasche (PDC) restent donc les trois conseillers administratif[96],[97].

Population et société[modifier | modifier le code]

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune s'appellent les Pregnotes-Chambésiens (ou, selon leur localité, Pregnotes ou Chambésiens).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Pregny-Chambésy compte 3 803 habitants au 31 décembre 2020[1]. Sa densité de population atteint 1 174 hab./km2[1].

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Pregny-Chambésy entre 1830 et 2020[98] :

Population résidente d'origine étrangère[modifier | modifier le code]

Pregny-Chambésy est souvent considéré comme étant la commune la plus cosmopolite du canton. En 2013, pas moins de 53,7 % des résidents étaient des étrangers, le record à Genève[99],[100].

Statistiques cantonale de la population en juin 2022[101],[102]
Population résidente Effectif en %
Population totale 3'853 100,0
Suisses 1'913 49,6
Étrangers 1'940 50,4
Hommes 1'897 49,2
Femmes 1'956 50,8
Statistiques de la population en juin 2022 par localités[102]
Localités Effectif en %
Tonkin 1'927 50
Pregny Parc 591 15,3
Le Vengeron 204 5,3
Pregny - village 185 4,8
Chambésy - village 909 23,6
Pregny - Organisations 37 1

État civil[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la mairie accueille également le bureau de l'arrondissement administratif de l'état civil, nommé « Rive droite du lac »[N 30],[103].

Éducation[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune passent leur scolarité primaire dans les deux écoles publiques de la commune. Ils iront ensuite passer leur scolarité secondaire I au cycle d'orientation de Sécheron, à Genève.

Statistiquement, entre 2019 et 2020, la commune compte 687 élèves (395 dans l'enseignement public et 292 dans l'enseignement privé)[104].

Le village comprend six centres d'éducation, dont trois publics[105]:

Une spécialisée:

  • Clair Bois: école primaire[109].

Deux privées:

La commune possède également une bibliothèque municipale et deux halles de gymnastique.

L'école de la Fontaine et l'école de Valérie font partie, avec l'école de la place du Grand-Saconnex et l'école du village du Grand-Saconnex, du même établissement scolaire. C'est-à-dire que ces quatre écoles ont la même directrice et un secrétariat commun[111].

Évènements annuels[modifier | modifier le code]

Le marché aux fleurs et plantons[modifier | modifier le code]

Le marché aux fleurs et plantons est un marché organisé, au printemps, par l'Amicale des Sapeurs-Pompier de Pregny-Chambésy. Le marché se tient généralement au mois de mai.

Fête des promotions scolaires[modifier | modifier le code]

La fête des promotions a lieu chaque année vers la fin du mois de juin. La fête commence dans le village, par un cortège se dirigeant vers l'école, suivi d'un discours des représentants de la commune avec des chants et un spectacle présentés par les élèves. La fête dure ensuite toute la nuit avec des carrousels, des jeux, danse, etc.

Fête nationale suisse[modifier | modifier le code]

La fête nationale se déroule principalement sur le terrain de sport de Pregny. Discours, lecture du pacte fédéral, hymne national et autres chants folkloriques suivi d'un cortège aux flambeaux sont au programme et se termine par un feu d'artifice et le feu de joie.

Pregny Alp Festival[modifier | modifier le code]

La 11e édition du Pregny Alp Festival (2017).

Le Pregny Alp Festival (PAF) est le premier festival de folklore suisse du canton de Genève. Il se déroule généralement le premier samedi du mois d'août sur le terrain de sport de Pregny. Le festival regroupe traditions, musiques et aussi produits typiquement suisse. Chaque année, des personnalités connues du milieu musical suisse sont invitées[N 31].

La fête de l'automne[modifier | modifier le code]

La fête se tient généralement au mois de mai. L’artisanat local y est à l’honneur ainsi que les produits du terroir.

Noël pour tous[modifier | modifier le code]

La fête se déroule, en premier lieu, dans la halle de gymnastique de l'école de Valérie avec des discours des autorités communale et religieuses (avec une alternance chaque années entre les Catholiques, les Protestants et les Orthodoxes) et des chants des élèves des écoles. La fête se déplace ensuite dans la salle communale où un repas y est organisé.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une compagnie des Sapeurs-Pompiers volontaires composé d'une vingtaine de personnes[112].

La commune est également sécurisée par la police municipale basée au Grand-Saconnex qui assure la sécurité des communes limitrophes[113].

Économie[modifier | modifier le code]

Pendant de nombreuses années, la commune était essentiellement agricole[N 32]; aujourd'hui, en raison de sa proximité avec la ville et des institutions internationales, la majorité des habitants de la commune travaillent dans le secteur tertiaire.

En 2016, la commune comptait 1 seul établissement dans le secteur primaire, 15 établissements dans le secteur secondaire et 155 établissements dans le secteur tertiaire. En termes d'habitants, en 2017, 0,3 % possédaient un emploi dans le secteur primaire, 0,7 % possédaient un emploi dans le secteur secondaire et 98,9 % possédaient un emploi dans le secteur tertiaire[114].

En 2017, Pregny-Chambésy est la neuvième commune la plus riche du canton, selon l'indice de capacité financière[115].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Domaines et demeures[modifier | modifier le code]

La commune comprend plusieurs grands domaines ainsi que de grandes demeures publiques, privée ou appartenant à des missions étrangères. En voici une liste de quelques-unes[116]:

Propriétés ouvertes au public[modifier | modifier le code]
Propriété Date de construction Propriétaire actuel Activité Photographie Histoire Protection Localisation
Le château de Penthes 1750-1761 État de Genève Bureau du Club suisse de la presse Château de Penthes 3.jpg En 1750, le domaine et l'ancienne maison forte de Penthaz est acquis par Alexandre de Sales (1716-1794) qui y construisit une résidence de campagne. La château passera ensuite en mains de nobles anglais pour finir, dans la seconde moitié du XIXe siècle, propriété de la famille Sarasin. Au milieu du XXe siècle, le domaine est vendu à Louis Birkigt (1903-1979) qui le rénove et le tranforme lui donnant son aspect actuel. Ce dernier le vend à l'État de Genève en 1972[117],[44].

Le château est ensuite utilisé comme musée entre 1978 et 2022.

Bien culturel d'importance régionale[118]

Objet inscrit à l'inventaire genevois[119]

Chemin de l'Impératrice 18

46° 13′ 57″ N, 6° 08′ 30″ E

Le château de l'Impératrice 1810-1812 Ville de Genève Bureau de la mission permanente de la République Italienne auprès de l'ONU Château de L'Impératrice Pregny-Chambésy.jpg L'ancien château de «Pregny-La-Tour» est acquit, en 1811, par l'Impératrice Joséphine de Beauharnais (1763-1814). Celle-ci transformera le château pour lui donner son aspect actuel. À la morte de cette dernière, sa fille Hortense de Beauharnais (1783-1837) fut contrainte de vendre le domaine qui sera, par la suite, morcelé. En 1983, il est acheté par la ville de Genève[120],[121]. Objet classé[122] Chemin de l'Impératrice 10


46° 13′ 49″ N, 6° 08′ 39″ E

La villa «Rive-Belle» 1833-1836 État de Genève siège de l’Institut Confucius de l’UNIGE «Rive-Belle» Pregny-Chambésy (15).jpg Ayant acquis un terrain au bord du lac appartenant au château du Vengeron, Charles-René Pictet de Rochemont (1787-1856), se fait construire une villa avec dépendances par l'architecte Samuel Vaucher (1798-1877) entre 1833 et 1836. Il confie l'aménagement des jardins à Étienne de Soulages-Dodin. L'architecture de la villa est marquée par un néoclassicisme épuré. Lorsqu'Auguste Pictet de Rochemont (1834-1902) hérite de la maison, il fait ajouter divers ornements sur les façades. Il modifie également les accès en créant le portail actuel et le port. Après être restée plus de 150 ans dans la même famille, la propriété a été acquise par l'État de Genève en 1988[123],[124]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[125] Route de Lausanne 266


46° 14′ 28″ N, 6° 09′ 06″ E

Propriétés privées[modifier | modifier le code]
Propriété Date de construction Propriétaire actuel Photographie Histoire Protection Localisation
Le château de Pregny 1858-1860 État de Genève Château de Pregny Pregny-Chambésy.jpg En 1855, Adolphe (1823-1900) et Julie de Rothschild (1830-1907) acquièrent la maison de maître «Pavillon de Pregny» d'Auguste Saladin de Lubières (1785-1857). Après démolition de la maison, ils en font bâtir une beaucoup plus imposante à partir de 1858, par les architectes londoniens Stokes. Au château sont adossés d'importants bâtiments d'exploitations (orangerie, volière, écurie et manège, loges de gardiennage).

La demeure est principalement destinée à abriter la collection de peintures et d'objets d'art. En 1872, le toit est modifié et le château prend son aspect actuel. En 1907, à la mort de Julie, le château est rétrocédé à son neveu Maurice de Rothschild (1881-1957). dont il n'y résidera seulement dès 1940. À sa mort, le château est légué à l'État de Genève tout en conservant un droit d’usufruit pour la famille Rothschild[126],[44].

Bien culturel d'importance nationale[127]

Objet inscrit à l'inventaire genevois[128],[129]

Route de Pregny 32


46° 14′ 07″ N, 6° 08′ 30″ E

Le château du Reposoir 1755-1756 famille Pictet Château du Reposoir 4.jpg Au XVIe siècle, il s'agit d'un domaine agricole appartenant à la famille du Puys. Au milieu du siècle suivant, il entre dans la famille Pictet. À partir de 1750, il est progressivement transformé et devient une propriété d'agrément. Une nouvelle maison de maître et édifiée en 1755, puis encadrée par deux ailes en 1790. Cent ans plus tard, un nouveau mas de dépendances est bâti par l'architecte Gustave Brocher, alors qu'un jardin à la française remplace l'ancien potager à l'est de la maison[130],[65]. Bien culturel d'importance nationale[131]

Objet classé[132],[129]

Route de Lausanne 225


46° 13′ 55″ N, 6° 08′ 49″ E

Le château de Tournay 1601-1603 famille Propper Château de Tournay (2).jpg L'origine du bâtiment est une maison forte datant du XIIIe siècle appartenant aux nobles d'Anières et, par alliance, à la famille des Genthod. Dès le XVIe siècle, le château passe à la famille de Brosses. Dès 1589, il sert de base aux comtes de Savoie lors d'actions militaires contre Genève. En réponse, les troupes genevoises incendièrent le château l'année suivante. L'actuel château sera construit entre 1601 et 1603. En 1758, Voltaire le loue à vie à la famille de Brosses. À la Révolution, le château est vendu à l'ancien fermier du domaine. En 1915, il est acheté par Alfred Baur (1865-1951) qui le restaure[133],[44]. Bien culturel d'importance régionale[118]

Objet classé[132]

Route de Pregny 37/Chemin Palud 16


46° 14′ 14″ N, 6° 08′ 17″ E

Le château Malvand ou de «La Malvande»

(dit aussi «La Tour»)

1713-1718 RI Realim SA (familles Ohayon et Lathion) Château de Malvand.jpg Le domaine doit son nom à la famille Malvenda, qui le possédait déjà avant la Réforme. Il s'étendait alors jusqu'à la Foretaille. Appartenant ensuite aux familles Choudens et Malherbes, il est acquis, en 1713, par Abraham Sauter, qui fait construire une première maison à côté d'une ancienne tour. En 1724, Jacob Huber (1693-1750) rachète le domaine, détruit la tour et ajoute deux ailes au bâtiment, avant de le revendre à Isaac Vernet (1700-1773) en 1751. Sa nièce Catherine Fabri-Vernet (?-1795) qui en hérite fait surélever les ailes et bâtir les deux corps de dépendances en 1773. En 1847, le domaine passe aux mains des familles Saladin et Rilliet, avant être divisé et partiellement loti. La demeure et ses dépendances ont été détenues jusqu'au début de ce siècle par la famille Kreuger, héritière du magnat suédois des allumettes[134],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[135] Chemin de Chambésy 8


46° 14′ 36″ N, 6° 08′ 57″ E

La maison de maître «Île Calvin» XVIe siècle société anonyme immobilière de l'Île Calvin (famille Snell-Cousin) Maison de maître «Île Calvin».jpg Au XVIIe siècle, la famille Pictet en est propriétaire, puis la famille de banquiers protestant Vaudenet-Gallatin. La maison est reconstruite au XVIIIe siècle et est acquise en 1820 par Jean Jaquet (1754-1839). En 1906, la maison est alors la propriété de la famille de Traz[136],[44]. Objet classé[137]

Objet inscrit à l'inventaire genevois[138]

Route de Pregny 17


46° 14′ 03″ N, 6° 08′ 21″ E

La maison de maître «Les Ormeaux» 1835-1836 État de Genève

(Utilisé comme bureau de la mission permanente de la République française et du désarmement auprès de l'ONU)

Les Ormeaux Pregny-Chambésy.jpg Le domaine est acquis par le rentier londonien Georges Haldimand-Prinsep en 1834. En 1835, il fait construire une maison de maître et des dépendances. Les plans sont probablement établis par un architecte anglais dans la lignée de John Nash. À l'époque, il s'agit de l'une des premières maisons de maître caractérisée par un volume mouvementé et des détails de style néogothique Tudor. Les bâtiments annexes bordant la route sont remarquables. En 1851, la famille Favre devient propriétaire du domaine. À cette époque, l'une des dépendances accueille la communauté protestante de Pregny, tandis que la résidence voit défiler diverses personnalités, comme le shah d'Iran Nassereddine en 1873. En 1950, la propriété est acquise par l'État de Genève, qui en cède plus tard la partie ouest à l'industriel français Marcel Dassault (1892-1986)[139],[140]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[141] Route de Pregny 36


46° 14′ 17″ N, 6° 08′ 35″ E

La maison de maître «La Fenêtre» 1820-1822 Organisation des Nations unies Maison de maître «La Fenêtre» autrefois.jpg En 1819, Jean-Jacques de Sellon (1782-1839), achète la propriété. Il transforme la maison existante et y adjoint des dépendances. L'aménagement du parc est organisé autour d'un parcours didactique consacré à la paix. En 1830, il crée la Société de la Paix, la première institution de ce genre à voir le jour sur le continent. Il aménage dans son parc un temple de la Paix (foudroyé en 1947) et fait ériger un obélisque de la Paix. La demeure, incorporé au périmètre du Palais des Nations, a servi de résidence au secrétaire général des Nations Unis[142],[44]. Route de Pregny 12A


46° 13′ 51″ N, 6° 08′ 28″ E

La maison de maitre «Mérimont» 1856-1857 famille Al-Hussaini Maison de maitre «Mérimont» 1956 (1).jpg Entre 1856 et 1857 le banquier Philippe Mégevand fait construire la maison de maître par l'architecte Alexandre-Adrien Krieg. Les dépendances, de style bernois, sont également construites. La maison appartenu ensuite à Marie Sarrasin puis, dès 1961 à la famille Al-Hussaini[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[143] Chemin des Crêts-de-Pregny 32


46° 14′ 09″ N, 6° 08′ 05″ E

La «Villa Perrot»

(dit aussi «Le château rouge» ou la «Grande Maison»)

1881-1883 famille Mach Villa Perrot Pregny-Chambésy.jpg Cette propriété appartenait à la famille Chouet au début du XVIIIe siècle. À la fin du siècle, le domaine est acquis par l'horloger neuchâtelois Henri-Louis Jaquet-Droz (1752-1791). Par le jeu des alliances, la propriété passe ensuite dans la famille Perrot. Après avoir édifié de nouvelles dépendances en 1864, Adolphe Perrot (1833-1887) fait démolir la maison existante en 1879, puis bâtir l'actuelle demeure par l'architecte Jacques-Élysée Goss entre 1881 et 1883. Celle-ci s'impose par ses propositions qu'accentue la tour visible au loin, et par le choix rare des matériaux[144],[44]. Bien culturel d'importance régionale[118]

Objet inscrit à l'inventaire genevois[145],[146]

Route de Pregny 38


46° 14′ 23″ N, 6° 08′ 36″ E

Les maisons de maître de «La Coudira» XVIIe siècle et XVIIIe siècle famille Al-Hussaini Maisons de maître de «La Coudira» (1).jpg Des vestiges romains ont été retrouvés à l'emplacement de la villa actuelle. Dès le XVIIe siècle, un domaine est attesté. Une première demeure est édifiée, accompagnée d'annexes qui s'adossent au hameau de Chambésy-Dessus. La maison a été habitée par plusieurs personnalités de la commune, Isaac-Antoine Panchaud et Samuel Panchaud. Durant les années 1920, de nouveaux propriétaires réaménagent complètement le domaine. Les deux maisons sont transformées et réunies par l'architecte Maurice Turrettini. En 1926, Oscar Dusendschön (1868-1960) acquiert le domaine qui sera revendu à la fin du XXe siècle[147],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[148] Route de Pregny 55, 57, 59


46° 14′ 30″ N, 6° 08′ 36″ E

La maison de maître «La Grande Pierrière» XVIIIe siècle famille Barbey « La Grande Pierrière » Pregny-Chambésy.jpg Le futur domaine a été formé de diverses parcelles groupées successivement, entre 1720 et 1784, par Jean-Claude Battu qui y ouvrit une auberge à cet emplacement. Son fils, André Battu, vendit le domaine, le 22 novembre 1817, à Guillaume-Corneille de Chapeaurouge (1773-1819) pour le prix de 42 500 francs. Le 24 avril 1820, ses descendants revend la propriété à Louis Jaquier. Le 4 avril 1825, Louis Jaquier lègue «La Grande Pierrière» aux enfants mineurs de son fils Jean et l'usufruit à leur mère Elisa Robinson. Le 30 mai 1831, Elisa Robinson agissant pour ses enfants, vend «La Grande Pierrière» à Caroline-Renée Turrettini (1778-1835). À ce moment là, la route de Lausanne passait entre la maison de maître et le lac. Son fils, Jean-Adolphe-Amédée d'Arbigny (1806-1876), fut conseiller municipal de Pregny et maire de 1834 à 1846. En 1846, ce dernier fait un échange de terrain avec l'État afin de modifier le tracer de la route de Lausanne de telle sorte que celui-ci ne sépare plus la maison de maître du bord du lac tout en possédant les terres à l'ouest de la nouvelle route, accessible depuis un tunnel souterrain. Le 31 mai 1858, il vend la propriété au botaniste Edmond Boissier-Butini (1810-1885) au prix de 200 000 francs. Edmond Boissier-Butini, qui habitait la maison de maître voisine «Le Rivage», fit l'acquisition de «La Grande Pierrière» pour sa fille Caroline Boissier (1847-1918).

Caroline Boissier épousa, en 1869, le botaniste William Barbey (1842-1914) qui s'installa également dans la maison de maître où il devint botaniste, comme son beau-père. Le terrain à l'ouest de la route de Lausanne est alors transformé en arboretum et la maison de maître est transformé par l'architecte Edmond Fatio (1871-1959). Une fontaine en calcaire datant de 1869 est également attestée sur le domaine. En 1885, le couple Boissier-Barbey acquiert le terrain où se dressait le restaurant de Charles Pétament (au sud de la maison de maître «Le Rivage») et s'y fait construire une maison de style néo-médiéval par l'architecte Étienne Poncy : la maison de maître «Les Jordils». Outre une habitation, ce bâtiment devait également abriter les herbiers des deux botanistes. Le couple, Boissier-Barbey eut neuf enfants; le cinquième, Frédéric William Barbey (1879-1970) hérita du domaine en 1918. Il effectua de très importantes transformations de la maison de maître[149],[44].

Objet inscrit à l'inventaire genevois[150],[151] Route de Lausanne 262


46° 14′ 24″ N, 6° 09′ 01″ E

La maison de maître «Le Rivage» 1896 famille Wainwright « Le Rivage » Pregny-Chambésy.jpg L'ancienne maison d'Edmond Boissier était alors en ruine à sa mort. Son fils, Alfred, la rasa et construisit l'actuelle maison. La maison fut ensuite acquise par la famille Wolfgang[152],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[153] Chemin du Rivage 12


46° 14′ 20″ N, 6° 09′ 02″ E

La maison de maître «Les Jordils» 1885-1887 famille Schneider « Les Jordils » Pregny-Chambésy.jpg En 1869, le botaniste William Barbey épouse Caroline Boissier, fille d'Edmond Boissier-Butini. En 1880, le couple acquiert le terrain où se dressait le restaurant de Charles Pétament et s'y fait construire une maison de style néo-médiéval par l'architecte Étienne Poncy. Outre une habitation, le bâtiment devait également abriter les herbiers des deux botanistes. La maison a ensuite été agrandie en 1902. À la mort de William Barbey, en 1914, les deux herbiers furent légués à l'université et la propriété fut vendue à la famille Ferrier[154],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[155] Route de Lausanne 244


46° 14′ 11″ N, 6° 09′ 00″ E

La villa «La Favorite»

(dite aussi «La Marjolaine»)

1902 famille Huttman « La Favorite » Pregny-Chambésy.jpg En 1902, René de Saussure achète le terrain nord de La Petite Pierrière. Il transforme et agrandit une ancienne dépendance et en fait une résidence pittoresque[156],[44]. Route de Lausanne 240


46° 14′ 09″ N, 6° 09′ 00″ E

La maison de maître «La Petite Pierrière» 1803 famille Demole « La Petite Pierrière » Pregny-Chambésy.jpg La tradition mentionne une auberge de canotier à cet emplacement. Le domaine passa ensuite dans les familles Sartoris et Cornuz. Le terrain est finalement acquis par Henri-Ferdinand Guex qui mène la construction de l'actuelle maison en 1803. En 1825, la propriété est achetée par le botaniste Augustin-Pyramus de Candolle(1778-1841). En 1841, à la mort de son père, Alphonse Pyrame de Candolle hérite de la maison. Celui-ci, en 1850, effectua de grande transformation aux façades avec la création d'une véranda côté lac. En 1857, il alla s'établir dans la propriété du Vallon à Chêne-Bougerie et vendit «La Petite Pierrière» l'année suivante au banquier et maire du 2earrondissement de Paris, Aimé-Léonard Torras (1785-1871). À sa mort, ses descendants vendent la maison au 9e conseiller fédéral, Constant Fornerod (1819-1899). Ce dernier, construit alors dans le domaine, deux logements et dépendances ainsi qu'un pavillon. En 1880, Marie-Rosine-Sophie Leuzinger, femme divorcée de Constant Fornerod, vend la maison pour cause de pertes financière. Au même moment, à 200 mètres au nord, Jean Pétament et Marie Terroux vendent leur restaurant familial à William Barbey (1842-1914) et Caroline Boissier (1847-1918) qui y construisirent une maison de maître et des herbiers nommés «Les Jordils». Jean Pétament et Marie Terroux (?-1882) achètent donc «La Petite Pierrière» et le transforment en restaurant. À la mort de Marie Terroux en 1882, le restaurant ferma et Jean Pétament vendit la maison, le 23 mai de la même année, à Léopord Favre (1846-1922). En 1902, le domaine est coupé en deux : au sud, la maison de maître et au nord, les dépendances qui sont achetés par René de Saussure (1868-1943) qui transforme et agrandit l'ancienne dépendance et en fait une résidence pittoresque d'Heimat style nommée villa «La Favorite» (dite aussi «La Marjolaine»). La maison est ensuite vendu à François DeLapalud (1863-1924) puis, à sa mort, à Francis DeCrue (1854-1928). En 1929, Jean Amstutz acheta «La Petite Pierrière» et la vend, en 1950, à Alice Turrettini (1909-1993) femme de Jean-Pierre Demole (1906-1989)[157],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[158] Route de Lausanne 236


46° 14′ 06″ N, 6° 09′ 00″ E

La maison de maître «Port Rothschild» 1858 («Port Rouge»)

1967-1968 («Port Rothschild»)

famille Fahmy Said « Port Rothschild » Pregny-Chambésy.jpg Le terrain a fait partie du domaine acquis au milieu du XIXe siècle par les Rothschild. Adolphe de Rothschild y construit une villa nommée «Port Rouge» et y habite pendant que le château est en construction sur le coteau. Entre 1860 et 1880, il y fait aménager un port, dont il ne reste rien. Après avoir légué le château de Pregny à sa femme Julie, Adolphe restera vivre à «Port Rouge». À sa mort, le terrain est coupé en trois par Maurice Duval. Le milieu est acquit par Mary Bonnet qui y construit un chalet nommé «Les Dauphins»; les deux extrémités sont acquise par Arnold Amstutz (1864-1832) dont il gardera la villa «Port Rouge» et se construisit la villa «Terrasse-Midi» en 1914. En 1929, le terrain du milieu contenant le chalet «Les Dauphins» est acquis par la famille Amstutz qui détruisit le chalet et créa une extension sud à la villa «Port Rouge» qu'ils renomment «Port Rothschild» en 1968. Le bâtiment, construit par l'architecte Marc Gignoux est un pastiche de style Louis XIII. [159],[44]. Route de Lausanne 232


46° 14′ 03″ N, 6° 09′ 00″ E

La maison de maître «Rive de Pregny» 1896 famille McCall MacBain (en) « Rive de Pregny » Pregny-Chambésy.jpg Une maison de 1807 était élevée sur ce terrain. En 1856, le peintre Henri Baron acheta la demeure. En 1882, Jacques Reverdin racheta la demeure et, en 1896, Jacques Reverdin détruisit et reconstruisit la maison actuelle[160],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[161] Route de Lausanne 220


46° 13′ 47″ N, 6° 08′ 59″ E

La villa «Port-sous-Pregny»

(dite aussi «Maison Cartier» ou Pré du Pilon)

1856-1857 famille Bahadourian « Port-sous-Pregny » Pregny-Chambésy.jpg Le terrain faisant partie du domaine de Reposoir, il est rattaché à celui de Pregny-la-Tour en 1803. Une partie du domaine (maison de maître au bord du lac) est acquise en 1853 par Mme Mac Culloch. Entre 1856 et 1957, celle-ci fait construire pour sa fille Henriette, une villa au bord du lac par l'architecte Alexandre-Adrien Krieg[162],[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[163] Route de Lausanne 218


46° 13′ 42″ N, 6° 08′ 57″ E

La maison de maître du Petit-Morillon 1810 famille Velay Maison de maître du Petit-Morillon Pregny-Chambésy.jpg Selon la tradition, une douane se trouvait à cet emplacement. Le domaine est acquis en 1810 par Jean-Henri Brélaz. Sa fille, Emma Levieux, fait construire une nouvelle demeure à l'emplacement de l'ancienne. Au début des années 1830, elle fait bâtir un important complexe rural[44]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[164] Route de Pregny 3


46° 13′ 46″ N, 6° 08′ 19″ E

La villa «Baur»

(dite aussi «villa Tournay»)

1915-1918 République algérienne démocratique et populaire

(Utilisé comme habitation de l'ambassadeur)

Villa «Baur» Pregny-Chambésy.jpg Lorsque Alfred Baur achète le château de Tournay, Celui-ci se fait construire une villa par les architectes Revilliod et Turrettini sur les hauts du domaine. La villa est une adaptation de l'architecture moderne avec celle des maisons de campagne genevoises du XVIIIe siècle[165]. Objet inscrit à l'inventaire genevois[166] Chemin de Machéry 18


46° 14′ 18″ N, 6° 08′ 11″ E

La villa «Terrasse-Midi» 1914 République de Turquie

(Utilisé comme habitation de l'ambassadeur)

« Terrasse-Midi » Pregny-Chambésy.jpg
Construit en 1914 par Arnold Amstutz, la villa est également une adaptation de l'architecture moderne avec celle des maisons de campagne genevoises du XVIIIe siècle. Route de Lausanne 230


46° 14′ 01″ N, 6° 09′ 00″ E

Propriétés disparues[modifier | modifier le code]
Propriété Dates de construction et de destruction Dernier propriétaire Photographie Histoire Protection Localisation
La maison forte de la «Tour aux moines» XIIIe siècle-XVIe siècle Jean de Brosse
Maison forte de la «Tour aux moines» 2001 (1).jpg
La maison forte est attestée dès la fin du XIIIe siècle et appartenait aux nobles d'Anières et, par alliance, à la famille des Genthod. Le bâtiment se composait d'un château primitif entouré de fossés rectangulaire. En 1540, Antoine Calvin, frère de Jean, achète la propriété[N 33]. La maison passe ensuite à la famille Moine. Le bâtiment tomba alors en ruine et une nouvelle maison fut construite au nord du domaine: l'actuel maison de maître «Île Calvin»[136]. Route de Pregny 17


46° 14′ 00″ N, 6° 08′ 17″ E

Le château de «Pregny-La-Tour» XVe siècle-1812 Joséphine de Beauharnais
Pas d'image disponible.svg
Le domaine est attesté dès la fin du XVe siècle et comprend une maison forte avec dépendances. Entre 1630 et 1640, Marie Grifferat double la superficie des bâtiments.

Le domaine comprenait une maison forte, avec dépendances. Bien qu'il conserve l'ancienne maison de maître, le propriétaire de l'époque, Alexandre de Sales, remodèle complètement les façades donnant sur le lac et le Mont-Blanc. Joséphine de Beauharnais acquiert la propriété en 1811 et transforme le château médiéval en château de maître : l'actuel château de l'Impératrice[120].

Chemin de Borgnion


46° 13′ 49″ N, 6° 08′ 39″ E

La maison forte de Penthaz XVIe siècle-1761 Alexandre de Sales
Pas d'image disponible.svg
La maison forte appartenant alors aux seigneurs de Visency dans le pays de Gex, et devient, par alliance, propriété des nobles de Saconnay qui étaient également seigneur de Pregny, Saconnex et de Bursinel. En 1690, elle est ensuite achetée par l’arrière petit-fils du syndic de Genève Michel Roset, Marc, qui se ruine dans de mauvaises affaires. Ses filles, héritières, incapables de rembourser un emprunt à l’Hôpital de Genève, doivent céder leur domaine à cette institution. Alexandre de Sales, issu d’une vieille famille genevoise, se porte acquéreur du domaine à la fin du XVIIe siècle. En 1761, il rase la maison forte et construit à sa place une maison de campagne : l'actuel château de Penthes[117]. Chemin du Borgnion

46° 13′ 57″ N, 6° 08′ 30″ E

L'ancienne maison de maître «Le Rivage» ?-1896 Alfred Perceval Boissier Ancienne maison de maître «Le Rivage».jpg Le domaine comprenait une grande maison appartenant à la famille Budé. Elle est ensuite acquise, en 1817, par la famille Boissier. La maison sera ensuite habitée par Valérie de Gasparin et Edmond Boissier. À la mort de ce dernier, la maison, en ruine, est rasée en 1896 laissant place à l'actuelle maison de maître «Le Rivage»[152]. Chemin du Rivage 12


46° 14′ 20″ N, 6° 09′ 02″ E

L'ancienne maison de maître «Rive de Pregny» 1807-1896 Jaques-Louis Reverdin
«Rive de Pregny» et Jaques Reverdin.jpg
La maison appartenant à Louise-Hélène-Henriette Miéville. Elle fut habité par Henri Baron dès 1856 et par Antoine Bovy entre 1873 et 1877. En 1882, Jaques-Louis Reverdin l'achète et la démolie pour se construire l'actuelle mason de maître «Rive de Pregny»[160] Route de Lausanne 220


46° 13′ 47″ N, 6° 08′ 59″ E

La maison de maître «Pavillon de Pregny» 1825-1858 Adolph Carl von Rothschild
Maison de maître «Pavillon de Pregny» (1).jpg
En 1822, Auguste Saladin de Lubières acheta un domaine à Pregny et y construisit sa maison en 1825 appelée « Pavillon de Pregny ». Sa maison, conçue par Luigi Bagutti entre 1822 et 1825 dans un style grec, surplombait la colline avec une vue sur le lac Léman. En 1855, le domaine est racheté par le Baron Adolph Carl von Rothschild (branche allemande de la famille) qui démolit le « Pavillon de Pregny » en 1858, modifia le profil du coteau par de gigantesques terrassements et se construisit sa demeure : l'actuel château de Pregny[126]. Route de Pregny 32


46° 14′ 07″ N, 6° 08′ 30″ E

La maison de maître «Les Pins»

(dite aussi «Maison Cramer» ou «villa Roelbo»)

1853-2021 famille Castel «Les Pins» Pregny-Chambésy.jpg Le domaine a été créé par John-Abraham Bonnet en 1853 puis, en 1914, il est racheté par Jean-Martin Naef (de). En 1957, Albert Firmenich-Bader en devient propriétaire[167]. Menacée de démolition, la maison est achetée, en 1981, par la famille Cramer qui la revend, dans les années 2010, à Pierre Castel[168]. Ce dernier l'acheta pour sa fille qui décida finalement de ne pas venir y habiter[N 34]. La maison fut détruite en 2021 afin d'y construire des immeubles[N 35]. Chemin de la Fontaine 23


46° 14′ 41″ N, 6° 08′ 40″ E

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

Les trois principales religions chrétiennes sont présentes sur le territoire de la commune[129]:

Musées[modifier | modifier le code]

Bâtiments communaux[modifier | modifier le code]

  • La mairie de Pregny-Chambésy et le bâtiment de l'arrondissement administratif de l'état civil "Rive droite du lac", (1835);
  • La salle communale, (1957);
  • Le centre de voirie, (1993);
  • L'EMS «Nouveau Kermont», (1976).

Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Campagne de Tournay[modifier | modifier le code]

Panorama de la Campagne de Tournay.
Terres agricoles[modifier | modifier le code]

Les milieux agricoles intègrent les surfaces cultivées ainsi que certaines prairies totalisant 18,5 % du territoire communal (soit 50 hectares). Leur maintien est exigé par la Confédération.

La Campagne de Tournay est considérée comme le «poumon de verdure» de la commune et tient un rôle capital en termes de conservation de la nature. Elle est traversée par un sentier didactique[172]. Un point de vue panoramique s'y trouve également[173].

Terrain de préservation de la biodiversité[modifier | modifier le code]

Au-dessus des terres agricoles se trouve un terrain clôturé apparentant à la Fondation Baur. Ce terrain, inaccessible au public, sert de réserve naturelle pour les animaux sauvages de la région (lièvres, chevreuils, renards, milans, chouettes, grenouilles, etc.) et est arboré de quelques arbres fruitiers (noyers, noisetiers, pommiers, etc.).

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Plan des cours d'eau présent sur le territoire communal.

Les cours d'eau situés dans la commune sont:

  • le ruisseau des Écrevisses (1 600 m);
  • le ruisseau du Vengeron (ou de la Foretaille) (1 950 m);
  • le nant des Châtaigniers (ou Campeiroux) (250 m);
  • le nant de Pregny (850 m);
  • le ruisseau de l'Impératrice (1 000 m).

Sur le territoire communal, les cours d'eau totalisent une longueur de 2,8 km[174].

Forêts[modifier | modifier le code]

Le cadastre forestier fait état d’environ 30 hectares sur le territoire communal. Les deux principales petites forêts sont le bois de la Foretaille et le bois des Châtaigniers (dit bois Rillet).

L'étang des Écrevisses[modifier | modifier le code]

L'étang des Écrevisses est un étang naturel situé dans la campagne de Tournay[172]. Laissé à l'abandon pendant de nombreuses années, la commune a effectué des travaux entre 1993 et 1995 pour recréer une zone de faune et de flore.

Les affluents qui alimentent l'étang en eau sont au nombre de deux et l'eau qui coule dans ces deux nants provient de cinq sources recensées sous la colline de Tournay[N 36].

Il convient également de relever la présence d'un étang situé sur la propriété du domaine de La Coudira. Cet étang est relié à l’étang des Écrevisses par le biais des structures naturelles linéaires qui permettent le déplacement de la petite faune[175].

Léman[modifier | modifier le code]

Le territoire de Pregny-Chambésy est bordé à l'est par le Léman. Les rives du lac incluses dans le territoire, représentant un linéaire de 2 200 mètres, sont presque entièrement isolées de la voie publique (route de Lausanne) par des propriétés privées.

Réaménagée en 2016, dans l'ancien port de la villa «Rive-Belle», se trouve une roselière protégée[176].

Plages[modifier | modifier le code]

  • L'esplanade du Vengeron, une des plus grandes plages publiques de Genève (en rénovation);
  • La plage du Reposoir (bientôt en rénovation);
  • La plage communale (close par une grille: l'accès est réservé aux habitants de la commune, munis d'un badge payant)[177],[178].
  • Esplanade du Vengeron.

    Esplanade du Vengeron.

  • Plage du Reposoir.

    Plage du Reposoir.

  • Plage communale.

    Plage communale.

Parcs[modifier | modifier le code]

Cimetières[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière de Chambésy (ou des Guénandes), (1909);
  • Le cimetière de Pregny, (XVe siècle)[180].
  • Le cimetière de Pregny.

  • Le cimetière de Chambésy.

Installations sportives[modifier | modifier le code]

  • Le centre sportif et de loisirs des châtaigniers (close par une grille: l'accès est réservé aux habitants de la commune, munis d'un badge payant)[181],[178], (1978);
  • Le terrain de sports et de loisirs de Pregny;
  • Le parcours vita dans le bois des Châtaigniers.
  • L'entrée du centre sportif et de loisirs des châtaigniers avec la piscine communale.

    L'entrée du centre sportif et de loisirs des châtaigniers avec la piscine communale.

  • Les courts extérieurs de tennis du centre sportif et de loisirs des châtaigniers.

    Les courts extérieurs de tennis du centre sportif et de loisirs des châtaigniers.

Sièges d'organisations et de missions diplomatiques[modifier | modifier le code]

Sièges d'organisations[modifier | modifier le code]

Missions diplomatiques et consulats[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Naissances à Pregny-Chambésy[modifier | modifier le code]

Parmi les personnes connues, nées à Pregny-Chambésy, se trouvent[73] :
personnalité qualité lien avec Pregny-Chambésy lieu d'habitation et période
Jean Huber

dit «Huber-Volaire»

(1721-1786)

Peintre et silhouettiste genevois[182]. Le château Malvand[183]

(de 1721 à 1738)

Jean Jaquet

(1754-1839)

Architecte, sculpteur franco-suisse. Conseiller municipal de Genève (de 1799 à ?)[184],[185]. Conseiller municipal de Pregny (de 1820 à 1839).

Enterré au cimetière de Pregny. Une plaque commémorative à son effigie a été apposée sur la mairie.

Le château de Tournay[186]

(de 1754 à 1781)

La maison de maître «Île Calvin»[187]

(de 1820 à 1829)

Le château de Tournay[188]

(de 1829 à 1839)

Alexandre-Théodore Lavalley

(1821-1892)

Ingénieur, homme politique français[189].

Sénateur du Calvados (de 1885 à 1892) et président de la Société des ingénieurs civils de France en 1875[190].

?
Marc Peter[191]

(1873-1966)

Avocat, juge, homme politique, délégué du CICR suisse.

Maire de Versoix (de 1910 à 1919), député radical au Grand Conseil genevois (de 1910 à 1919) et Conseiller national (de 1911 à 1919).

?
Edmond Turrettini[192]

(1874-1951)

Homme politique et suisse.

Député UDE au Grand Conseil genevois et conseiller d'État du canton de Genève (de 1926 à 1933).

?
George Robert

(1960-2016)

Saxophoniste suisse. ?

Ayant habité à Pregny-Chambésy[modifier | modifier le code]

Parmi les personnes connues, ayant résidé à Pregny-Chambésy, se trouvent[73] :
personnalité qualité lien avec Pregny-Chambésy lieu d'habitation et période
Ami Perrin (en)

(~1500-1561)

Libertin et homme politique genevois[193].

Premier syndic de Genève (de 1549 à 1553) et principal opposant aux réformes religieuses de Jean Calvin.

Le château de «Pregny-La-Tour»[194]

(de 1555 à 1561)

François-Marie Arouet

dit «Voltaire»

(1694-1778)

Écrivain et philosophe français[195]. Le château de Tournay[196]

(de 1758 à 1778)

Isaac Vernet

(1700-1773)

Banquier, négociant et membre du Conseil des Deux-Cents en 1738[197]. Le château Malvand[198]

(de 1751 à 1773)

Jacques III Pictet-Thellusson

(1705-1786)

Diplomate genevois[199].

Correspondant à Genève du roi Charles-Emmanuel III (de 1756 à 1763) et du roi Georges III (de 1756 à 1772).

Le château du Reposoir[200]

(de 1763 à 1782)

Charles de Brosses

(1709-1777)

Magistrat, historien, linguiste et écrivain français[201]. Le château de Tournay[202]

(de 1752 à 1758)

Jean Jallabert

(1712-1768)

Mathématicien, physicien et politicien genevois[203]. Le château de «Pregny-La-Tour»[204]

(de 1740 à 1750)

François Huber

(1750-1831)

Naturaliste, entomologiste et apiculteur étant l'un des premiers observateurs scientifiques des abeilles[205],[206]. Une plaque commémorative à son effigie a été apposée sur sa maison. Une maison de village à Pregny, à Pregny - village[207]

(de 1750 à 1795)

Henri-Louis Jaquet-Droz

(1752-1791)

Horloger neuchâtelois[208]. La «Villa Perrot»[209]

(de 1788 à 1791)

Abraham Alfonse Albert de Gallatin

(1761-1849)

Personnalité politique, diplomate genevois et américain. Secrétaire au Trésor des États-Unis (de 1801 à 1814), et fondateur de l'université de New York en 1831[210]. Un pavillon du domaine de Penthes a été nommé en son honneur. La maison de maître «Île Calvin»[211]

(de 1761 à 1780)

Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie

dite «Joséphine de Beauharnais»

(1763-1814)

Impératrice des Français (de 1804 à 1809), reine d'Italie (de 1805 à 1809) et première épouse de l’empereur Napoléon Ier (de 1796 à 1809). Un chemin communal a été nommé en son honneur. Le château de l'Impératrice[212]

(de 1811 à 1814)

Nicolas Théodore de Saussure

(1767-1845)

Chimiste et botaniste suisse[213]. Conseiller municipal de la commune dès 1817. Le château Malvand[214]

(de 1796 à 1845)

Jules Gaspard Aynard de Clermont-Tonnerre

(1769-1837)

Troisième duc de Clermont-Tonnerre, gentilhomme et militaire français. La maison de maître «Le Bocage»[215]

(de 1821 à 1837)

Heinrich Menu von Minutoli

(1772-1846)

Baron, ancien lieutenant-général au service de la Prusse, explorateur et archéologue prusso-genevois. L'ancienne maison de maître du «Petit-Morillon»

(détruite)

Jeanne Victoire de Sellon de La Turbie

(1777-1849)

Princesse Borghèse et baronne de La Turbie de l'Empire. La maison de maître «Le Bocage»[215]

(de 1821 à 1846)

Augustin-Pyramus de Candolle

(1778-1841)

Botaniste et recteur de l'Académie de Montpellier en 1815[216]. La maison de maître «La Petite Pierrière»[217]

(de 1825 à 1841)

Jean-Jacques de Sellon

(1782-1839)

Notable, écrivain, philanthrope, collectionneur d'art, mécène et pacifiste suisse, fondateur de «la première Société de la paix sur le continent européen». La maison de maître « La Fenêtre » et la maison de maître « Le Bocage »[218],[142]

(de 1820 à 1839)

Hortense Eugénie Cécile de Beauharnais

dite « Hortense de Beauharnais »

(1783-1837)

Reine consort de Hollande (de 1806 à 1810) et duchesse de Saint-Leu[219]. Le Château de l'Impératrice[220]

(de 1814 à 1817)

Caroline Boissier-Butini

(1786-1836)

Pianiste et compositrice. Morte à Pregny-Chambésy. L'ancienne maison de maître «Le Rivage» (détruite)[221]

(de 1817 à 1836)

Charles-René Pictet

(1787-1856)

Diplomate et député par la municipalité de Genève auprès du tsar Alexandre I. La villa «Rive-Belle»[222]

(de 1838 à 1856)

Antoine Bovy

(1795-1877)

Sculpteur reconnu pour avoir imaginé l'Helvetia figurant depuis 1874 sur trois pièces de monnaie suisses. Enterré au cimetière de Pregny. L'ancienne maison de maître «Rive de Pregny» (détruite)[223]

(de 1873 à 1877)

Alphonse Louis Pierre Pyrame de Candolle

(1806-1893)

Botaniste et membre étranger de l'Académie royale des sciences de Suède en 1859. La maison de maître «La Petite Pierrière»[224]

(de 1841 à 1857)

Agénor de Gasparin

(1810-1871)

Écrivain et théologien protestant, homme politique et agronome, qui s'est fait connaître par divers ouvrages sur l'agriculture. Mort à Pregny-Chambésy. L'ancienne maison de maître «Le Rivage» (détruite)[225]

(de 1837 à 1871)

Pierre Edmond Boissier

(1810-1885)

Botaniste suisse. L'ancienne maison de maître «Le Rivage» (détruite)[226]

(de 1810 à 1880)

Valérie de Gasparin

(1813-1894)

Écrivaine suisse. Morte à Pregny-Chambésy. L'ancienne maison de maître «Le Rivage» (détruite)[227]

(de 1813 à 1894)

Jean Alphonse Favre (de)

(1815-1890)

Géologue, dessinateur des premières cartes géologiques du Mont-Blanc, du Salève et du canton de Genève, enseignant de géologie et de paléontologie à l'académie de Genève entre 1844 et 1852 et cofondateur et président (en 1866) du Club alpin suisse. Mort à Pregny-Chambésy. La maison de maître «Les Ormeaux»[228]

(de 1850 à 1890)

Gaspard Marchinville[229]

(1815-1877)

Négociant, Conseiller administratif de la ville de Genève (de 1851 à 1853) et Conseiller d'État du canton de Genève radical (de 1853 à 1855). Mort à Pregny-Chambésy. ?
Henri Charles Antoine Baron

(1816-1885)

Peintre, graveur et illustrateur français. Enterré au cimetière de Pregny. L'ancienne maison de maître «Rive de Pregny» (détruite)[223]

(de 1856 à 1882)

Constant Fornerod

(1819-1899)

Conseiller d'État vaudois de 1848 à 1851, Conseiller aux États vaudois de 1851 à 1855

9e Conseiller fédéral (de 1855 à 1867) et Président de la confédération à trois reprise (en 1857, 1863 et 1867).

La maison de maître «La Petite Pierrière»[230]

(de 1871 à 1880)

Adolph Carl von Rothschild

(1823-1900)

Banquier. La maison «Port Rouge» (modifiée)[231]

(de 1858 à 1859)

Le château de Pregny[232]

(de 1859 à 1870)

La maison «Port Rouge» (modifiée)[233]

(de 1870 à 1900)

Caroline Julie Anselme von Rothschild

dite «Julie de Rothschild»

(1830-1907)

Épouse d'Adolph Carl von Rothschild. La maison «Port Rouge» (modifiée)[231]

(de 1858 à 1859) Le château de Pregny[126]

(de 1859 à 1907)

William Barbey-Boissier

(1842-1914)

Botaniste et personnalité politique vaudoise. Mort à Pregny-Chambésy et enterré au cimetière de Chambésy.

Un chemin communal a été nommé en son honneur.

La maison de maître «La Grande Pierrière»[234]

(de 1869 à 1914)

Jaques-Louis Reverdin

(1842-1929)

Chirurgien à qui l'on doit une aiguille à suture qui porte son nom. Mort à Pregny-Chambésy et enterré au cimetière de Chambésy. L'ancienne maison de maître «Rive de Pregny» (détruite)[235]

(de 1882 à 1896)

La maison de maître «Rive de Pregny»[236]

(de 1896 à 1929)

Jean-Jacques Gourd

(1850-1909)

Philosophe et recteur de l'Université de Genève (de 1896 à 1898). Mort à Pregny-Chambésy et enterré au cimetière de Chambésy. Une villa aux Crêts, à Pregny - Organisations

(de ? à 1909)

Francis Decrue[237]

(1854-1928)

Enseignant d'histoire et d'épigraphie aux universités de Rennes en 1886, de Poitiers (de 1886 à 1888) et de Genève où il est professeur d'archéologie, d'épigraphie, de paléographie (entre 1888 et 1898), d'histoire du Moyen Âge et d'histoire moderne (de 1898 et 1927) et recteur de l'université de Genève de 1916 à 1918. Mort à Chambésy. ?
Alfred Baur (en)

(1865-1951)

Fondateur d'une entreprise d’engrais organiques et collectionneur d’objets d'art japonais et de céramique chinoise. La villa Baur et le château de Tournay[165]

(de 1915 à 1951)

René de Saussure

(1868-1943)

Mathématicien et espérantophone suisse. La villa «La Favorite»[156]

(de 1902 à ?)

Jean-Martin Naef (de)

(1869-1954)

Fonadeur de l'entreprise Firmenich et homme politique député UDE du Grand Conseil genevois en 1924, Conseiller d'État du canton de Genève de 1927 à 1931 et conseiller des États genevois lors de la 28e législature de l'Assemblée fédérale (de 1928 à 1931). Mort à Pregny-Chambésy. La maison de maître «Les Pins» (détruite)[167]

(de 1914 à 1954)

Paul Auguste Perrelet

(1872-1965)

Artiste peintre suisse. ?

(de 1930 à ?)

Élisabeth Gabrielle Valérie Marie de Wittelsbach

dite «Élisabeth en Bavière» (1876-1965)

Duchesse en Bavière et troisième reine consort des Belges de 1909 à 1934. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Émilie Gourd

(1879-1946)

Journaliste suisse, militante du droit des femmes et figure importante du féminisme suisse et international. Enterrée au cimetière des Chambésy. Une villa aux Crêts, à Pregny - Organisations
Maurice de Rothschild

(1881-1957)

Baron, banquier, mécène, homme politique français. Mort à Pregny-Chambésy. Le château de Pregny[233]

(de 1940 à 1957)

Georges de Traz

(1881-1980)

Romancier, essayiste et critique d'art, et peintre et illustrateur à ses débuts. Mort à Pregny-Chambésy et enterré au cimetière de Pregny La maison de maître «Île Calvin»[239]

(de 1906 à 1920)

Robert de Traz

(1884-1951)

Romancier et essayiste. Enterré au cimetière de Pregny. La maison de maître «Île Calvin»[239]
Torsten Kreuger

(1884-1973)

Homme d'affaires suédois. Le château Malvand[240]

(de 1958 à 1973)

Noémie de Rothschild

(1888-1968)

Philanthrope et mécène française, créatrice de la station de sports d'hiver de Megève. Le château de Pregny[233]

(de 1940 à 1968)

Marcel Ferdinand Bloch

dit «Marcel Dassault»

(1892-1986)

Ingénieur, homme politique, entrepreneur français, personnalité de l'aéronautique et PDG du Groupe Dassault. Une villa aux Ormeaux, à Chambésy - village
Walter Borner[241]

(1901-1983)

Vice-directeur de l'aéroport de Genève-Cointrin dès 1926, pilote de sport célèbre, pionnier de l'aviation commerciale, fondateur et associé (de 1931 à 1935) de la compagnie Borner-Genève-Air-Express et Député radical au Grand Conseil genevois de 1954 à 1969. Mort à Pregny-Chambésy. ?
Léopold Philippe Charles Albert Meinrad Hubertus Marie Miguel de Saxe-Cobourg

dit «Léopod III» (1901-1983)

Quatrième roi des Belges de 1934 à 1951. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Maurice Ferrier (en)

(1901-1973)

Banquier et joueur de tennis suisse ayant participé aux Jeux olympiques d'été de 1924. La maison de maître «Les Jordils»[154]

(de 1914 à 1973)

André Amstutz[242]

(1901-1981)

Géologue minier en Afrique, économétricien de 1940 à 1945 et inventeur du terme de subduction adopté internationalement pour désigner l'enfoncement de la lithosphère à de grandes profondeurs. Mort à Pregny-Chambésy. La maison de maître «Port Rothschild»[159]
Ali Khan

(1911-1960)

Prince, représentant du Pakistan et vice-président de l'Assemblée générale des Nations unies. Une villa au Champ de blé, au Vengeron
Mary Lilian Henriette Lucie Josephine Ghislaine Baels

dite «Lilian Baels»

(1916-2002)

Princesse de Belgique de 1941 à 1951. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Ahmed Ben Bella

(1916-2012)

Combattant de l'indépendance algérienne, homme d'État algérien, président du Conseil des ministres de 1962 à 1963 et premier président de la République Algérienne de 1963 à 1965. Une villa à Cornillon, à Chambésy - village

(de 1981 à 1990)

Kurt Waldheim

(1918-2007)

Diplomate, homme d'État autrichien, secrétaire général des Nations unies de 1972 à 1981 et président fédéral de la République d'Autriche de 1986 à 1992. Une villa à Machéry, à Tonkin
Serge Dassault

(1925-2018)

Industriel, homme d'affaires et homme politique français. Une villa aux Ormeaux, à Chambésy - village
Edmond Adolphe Maurice Jules Jacques de Rothschild

dit «Edmond de Rothschild»

(1926-1997)

Baron et banquier franco-suisse fondateur-président du Groupe Edmond de Rothschild de 1953 à 1997. Mort à Pregny-Chambésy. Le château de Pregny[233]

(de 1940 à 1997)

Joséphine-Charlotte Stéphanie Ingeborg Elisabeth Marie José Marguerite Astrid de Belgique

dite «Joséphine-Charlotte de Belgique»

(1927-2005)

Grande duchesse de Luxembourg. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Baudouin Albert Charles Léopold Axel Marie Gustave de Saxe-Cobourg

dit «Baudouin de Belgique»

(1930-1993)

Cinquième roi des Belges de 1951 à 1993. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Nadine Nelly Jeannette Lhopitalier

dite «Nadine de Rothschild»

(1932- )

Actrice et personnalité mondaine française. Le château de Pregny[233]

(de 1963 à 2017)

Albert Félix Humbert Théodore Christian Eugène Marie de Saxe-Cobourg

dit «Albert II»

(1934-)

Sixième roi des Belges de 1993 à 2013. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Ieremías Kalliyóryis

dit «Jérémie Calligiorgis»

(1935- )

Archevêque orthodoxe, métropolite de Suisse (de 2003 à 2018) et exarque d'Europe. La maison du Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique

(de 2003 à 2018)

Serge Klarsfeld

(1935- )

Historien et avocat français. Une villa à La Capite, au Vengeron
Vassílios Papandréou

dit «Damaskinos d'Andrinople»

(1936-2011)

Directeur du Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique (de 1969 à 1982) et métropolite orthodoxe de Suisse (de 1982 à 2003). La maison du Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique

(de 1969 à 2003)

Karim Al-Hussaini

dit «Karim Aga Khan IV»

(1936- )

Prince et Chef spirituel des ismaéliens nizârites. Une villa au Champ de blé, au Vengeron

(de 1937 à 1961)

La maison de maitre «Mérimont»

(de 1961 aux années 1980)

La maison de maître sud de «La Coudira»

(de années 1980 à 1995)

Amyn Mohamed Aga Khan (en)

(1937- )

Imam chiite nizâriens. Une villa au Champ de blé, au Vengeron
Sarah Frances Croker Poole (en)

dite «Salimah Aga Khan»

(1940- )

Princesse et bégum. La maison de maitre «Mérimont»

(de 1969 aux années 1980)

La maison de maître sud de «La Coudira»

(depuis les années 1980)

Florian Vetsch

(1941- )

Pilote de course et député radical au Grand Conseil de 1989 à 1993. Une maison de village à Pregny, Pregny - village
Alexandre Emmanuel Henri Albert Marie Léopold de Belgique

dit «Alexandre de Belgique»

(1942-2009)

Prince de Belgique. Le château du Reposoir[238]

(de 1945 à 1950)

Michel René Pont

(1954- )

Footballeur et entraîneur suisse. Conseiller municipal de 1995 à 1996. Une villa à La Capite, au Vengeron
Denis Bruno Dumont

(1958- )

Homme d'affaires français. Une villa

au Reposoir, Pregny Parc

John H. McCall MacBain (en)

(1958- )

Homme d'affaires et philanthrope canadien. La maison de maître «Rive de Pregny»

(depuis 2020)

Benjamin Edmond Maurice Adolphe Henri Isaac De Rothschild

dit «Benjamin de Rothschild»

(1963-2021 )

Baron, Banquier et homme d'affaires français, propriétaire et président du Groupe Edmond de Rothschild de 1997 à 2021. Mort à Pregny-Chambésy. Le château de Pregny[233]

(de 1963 à 2021)

Yves Matthey

(1964- )

Réalisateur suisse. Une maison de village

aux Châtaigniers, Tonkin

Yves Daccord (en)

(1964- )

Directeur général du CICR de 2010 à 2020. Une maison de village à Pregny, Pregny - village
Ariane Langner

dite «Ariane de Rothschild»

(1965- )

Coprésidente du Groupe Edmond de Rothschild depuis 2019. Le château de Pregny[233]

(depuis 2017)

Maxime Pothos

(1966- )

Métropolite de Suisse (depuis 2018) et exarque d'Europe. La maison du Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique

(depuis 2018)

Patrick Baumann

(1967-2018)

Dirigeant sportif suisse, secrétaire général de la Fédération internationale de basket-ball de 2002 à 2018 et membre du Comité international olympique de 2007 à 2018. Une maison de village à Machéry, Tonkin

(de ? à 2018)

Rahim Al-Hussaini

dit «Rahim Aga Khan»

(1971- )

Prince et gérant de l'Aga Khan Development Network. La maison de maitre «Mérimont»
Michael Wainwright

(1973- )

Pilote automobile britannique et directeur de l'exploitation de la société Trafigura. La maison de maître «Le Rivage»[243]

(depuis 2022)

Hussain Aga Khan (en)

(1974- )

Prince. Un villa à Machéry, Chambésy - village
Alan Roura

(1993- )

Navigateur et skipper professionnel suisse. Une maison de village aux Châtaigniers, Tonkin

Armoiries[modifier | modifier le code]

À l'origine, les armoiries aurait été une copie légèrement modifiée des armoiries de la famille de Brosses (propriétaires, de 1573 à 1793, du château de Tournay) mais ce projet fut oublié[244].

Choisies par le conseil municipal le 28 novembre 1924, les armoiries actuelles représentent le ciel et le rivage sinueux du lac par la couleur bleue et les moissons d'or de la colline par la couleur jaune[245].

Date Informations Statut Image
1530 «Les armoiries qui seraient le mieux adaptées seraient celles de la famille de Brosses, ancienne propriétaire de Tournay[63]

«D'azur à trois trèfles d'or posés deux sur un.»

Armoiries de la Famille De Brosses
Armoirie de Brosses.jpg
26 mai 1924 Cependant, la famille De Brosses n'étant pas éteinte, l'archiviste cantonal proposa de les modifier légèrement notamment en changeant les couleurs.

«Cette proposition ne ralliant pas tous les suffrages, il est demandé à l'archiviste de faire une autre proposition.»[63]

«D'or à trois trèfles de sinople posés deux sur un.»

Projet des futures armoiries de la commune de Pregny
Projet d'armoiries communales de Pregny-Chambésy en 1924.jpg
28 novembre 1924 «Le Conseil municipal adopte pour armoiries de la commune un écu dans lequel les couleurs traditionnelles de Pregny, le bleu et le jaune, seront disposées en un écartelé en sautoir ondé.»[63]

«Écartelé en sautoir ondé d'azur et d'or.»

Armoiries officielles de la commune de Pregny-Chambésy
Armoiries de Pregny-Chambésy.png

Drapeau de Pregny-Chambésy.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

La plupart des sources proviennent de l'ouvrage Pregny-Chambésy, commune genevoise de Guillaume Fatio et Raymond Perrot et de l'ouvrage Pregny-Chambésy, commune genevoise (Addenda 1978-1997) de Pierre Heiniger.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bien que l’accès au lac y soit assez restreint (3 accès possibles).
  2. La commune se trouve à une altitude moyenne de 416 m. Le point culminant (466 m) se situe aux Crêts, au croisement du chemin des Crêts-de-Pregny et le chemin de la Riole. Le point le plus bas (374 m) se situe au bord du lac, à Rive de Pregny et Port de Pregny la Tour.
  3. Comme par exemple le Château de Thénières, le bâtiment du Forum économique mondial, le téléphérique du Salève, etc.
  4. Notamment neuf massifs :
  5. « La tradition dit que c'est un homme nommé Deville qui bâtit la première maison à Roilbot. Étonnés de son choix, les habitants lui dirent : « Tu ferais mieux de construire dans les marais de Roillebeau » D'où Deville était originaire ; il s'agit de Roillebeau qui se trouve sur la rive gauche du lac près de Vésenaz ; de là, dit-on, l'origine de cette appellation »[4].
  6. « Lors de la construction de la première maison dans ce lieu si écarté, celui-ci baptisé Le Tonkin par un facteur facétieux qui trouvait le tracé de son parcours un peu trop allongé du fait de cette construction nouvelle dans un terrain très ensoleillé »[5].
  7. La catégorie 3 interdit la chasse. Aucune restriction de navigation n'est imposé.
  8. La commune était desservie par les lignes V et Z depuis respectivement 1992 et 1952. Depuis le 9 décembre 2018, ces deux lignes ne passent plus par Pregny-Chambésy et sont redéployées sur de nouveaux itinéraires en correspondance avec la ligne 20.
  9. La route cantonale, traversant la commune, commence du quartier des Nations, à Genève, et fini au lieu-dit Grand-Pré, au Grand-Saconnex. La route de Pregny, le chemin de Chambésy, le chemin de la Fontaine, le chemin de Valérie et l'avenue de la Foretaille constituent cette route cantonale.
  10. Le dernier patoisant de la commune, Jean-Marie Panissod, est mort en 1911[40].
  11. Ce lieu-dit est une ancienne « colonie maraîchère » exploitée des années 1920 jusqu’au début des années 1960. Les parcelles étaient composées d'une maison individuelle occupant le centre de la parcelle, la surface libre étant réservée à la production professionnelle de fruits et légumes. Ce périphérie a probablement été planifié en concertation avec les autorités sanitaires du canton pour fournir un travail aux victimes guéries de la tuberculose.
  12. Ce lieu-dit trouve son principe d’unité dans la parcelle d’un seul tenant de l'ancien grand domaine de La Malvande. L’exploitation agricole a été anoblie par la construction du château en 1713 et des deux corps de ferme en 1774. Le lotissement de la partie située à l’ouest du tracé ferroviaire a commencé au début des années 1950 et celui qui lui a succédé à l’est, dix ans plus tard.
  13. Dans ce lieu-dit, on observe couramment, dans les zones de terres labourées des anciens finages agricoles, des groupes ou blocs de parcelles juxtaposées, à la fois très longues et très étroites. Techniquement, cette disposition permettait aux paysans de cultiver ces terres avec un minimum de retours de charrue ; du point de vue de l’histoire des institutions, ces fractionnements témoignent de certaines modalités du partage successoral ; enfin, du point de vue agronomique, on peut y voir l’indice d’une rotation des cultures, pratiquée individuellement ou collectivement.
  14. Ce lieu-dit se situe entre les hameaux de Chambésy-Dessus et Chambésy-Dessous. Roilbot faisait partie, jusqu’à la prolongation en 1930 du chemin de Roilbot en direction du chemin de la Fontaine, de la ceinture continue de vergers, de prés, de vignes et de cultures maraîchères qui entourait les deux noyaux villageois. Avant d’être prolongé vers le nord, le chemin de Roilbot se terminait en impasse devant le principal domaine agricole de cette ceinture, nommé « domaine du Grand-Pré ». La prolongation du chemin au moyen d’une authentique percée à travers les bâtiments d’exploitation de cette ferme (qui subsiste encore et continue d’enjamber la voie publique) a eu pour effet de détacher la partie orientale du domaine. Ce groupe de parcelles s’est trouvé désormais contraint à faire « îlot commun » avec la Campagne Roilbot, contiguë à l’est.
  15. Un sol en mortier et des briques concassées ont été retrouvés sous les maisons de maître de «La Coudira» en atteste la construction d’une villa gallo-romaine à cet emplacement.
  16. La pierre extraite a servi à construire une partie de la cathédrale Saint-Pierre, la face occidentale de l'hôtel de ville, la Maison Tavel, le château de Tournay ainsi que plusieurs maisons de la place du Bourg-de-Four.
  17. « à condition qu’il ne pourrait être détaché sous aucun prétexte ». Cette clause était destinée à couper court à toute réclamation éventuelle des Genevois.
  18. La maison de maître Le Bocage et la maison de maître Le Petit-Morillon.
  19. Le parcours de la ligne d'autobus était : Genève-Chambésy-Collex-Bossy.
  20. Avec Pregny, cinq autres communes gessiennes deviennent suisses. À savoir : Collex-Bossy (comprenant également le territoire de l'actuelle commune de Bellevue), Le Grand-Saconnex, Meyrin, Vernier et Versoix.
  21. La première mention de cette famille date de 1664 avec Amy Deville.
  22. La première mention de cette famille date du 7 mars 1534 avec Guillaume Dupuis jadis orthographié "Du Puys"[78].
  23. Certaines dates ne sont pas précises car il existe plusieurs contradictions entre les dates inscrites dans les archives communales, le livre historique de la commune et le panneau à l'entrée de la mairie.
  24. Toutes les dates où ces personnes ont été maire ne sont pas connues.
  25. Madame Catherine Kössler ne siège dans aucune commission car, selon le règlement du Conseil municipal, il faut être membre d'un parti pour y être.
  26. Le bureau de l'arrondissement administratif de l'état civil « Rive droite du lac » regroupe les communes de Bellevue, Céligny, Collex-Bossy, Genthod, Grand-Saconnex, Pregny-chambésy et Versoix.
  27. Comme Barbara Klossner, Oesch’s die Dritten, Sonalp, Nicolas Senn, etc.
  28. En 1790, la Commune refermait environ 811 poses de terre de rapport, à savoir : 82 poses de vignes, 342 poses de champs, 321 poses de prés et 70 poses de bois taillis.
  29. Jean Calvin qui prêchait à Genève, aimait à s'y reposer souvent.
  30. Romy Castel ayant préféré une maison de maître située au bord du lac à Céligny (GE).
  31. Les dépendances sont encore présentes.
  32. « Les "anciens" indiquent que les sources proviennent du Jura ou du Mont-Blanc en étant siphonnées sous le lac. À ce jour, il n'a pas été possible de démontrer leur provenance »[175].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. Commune de Pregny-Chambésy, « Description de la commune » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le ).
  4. République et Canton de Genève, « Noms géographiques du canton de Genève : Chemin de Roilbot », sur ge.ch (consulté le ).
  5. Jérémy Toma, « Les localités de Pregny-Chambésy : Le Tonkin », sur notrehistoire.ch (consulté le ).
  6. Barde Edmond, Anciennes maisons de campagne genevoise, Genève, Stalkine, , 250 p.
  7. Isabelle Roland, Les Maisons rurales du canton de Genève, Genève, Stalkine, , 608 p. (ISBN 2832102573).
  8. a et b ass architectes associés SA, « Plan Directeur Communal : 2. Présentation de la commune » Accès libre [PDF], sur www.etat.geneve.ch, (consulté le )
  9. a et b ans architectes associées SA, « Plan Directeur Communal : 3. Paysage, site et patrimoine » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  10. Office cantonal de la statistique Genève, « Cartes des localités de Pregny-Chambésy » Accès libre [PDF], sur http://www.ge.ch, (consulté le )
  11. Office cantonal de la statistique Genève, « Les 475 sous-secteurs du canton de Genève, par commune » Accès libre [PDF], sur http://www.ge.ch, (consulté le )
  12. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 13-16
  13. Office fédéral de la protection de la population OFPP, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Campagne du Reposoir, avec l'orangerie » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  14. Office fédéral de la protection de la population, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Château Rothschild et Dépendances » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  15. Office fédéral de la protection de la population, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Musée des Suisses dans le monde » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  16. Office fédéral de la protection de la population, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Organisation mondiale de la santé (OMS), Records et Archives » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  17. Office fédéral de la protection de la population, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Serres de Rothschild » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  18. ice fédéral de la protection de la population (OFPP), « Liste des biens culturels d'importance nationale et régionale de la République et Canton de Genève » Accès libre [PDF], (consulté le )
  19. République et canton de Genève : Département du Territoire (DT) : Office du patrimoine et des sites (OPS), « Objet n° 2011-26090 : Domaine de l'Impératrice » Accès libre, sur ge.ch, (consulté le )
  20. Conseil d'État, « Arrêté relatif au classement d'une propriété à Pregny », Feuille d'Avis Officielle (FAO),‎ (lire en ligne Accès libre [PDF])
  21. République et canton de Genève : Département du Territoire (DT) : Office du patrimoine et des sites (OPS), « Objet n° 2011-26138 : Propriété du Reposoir » Accès libre, sur ge.ch, (consulté le )
  22. République et canton de Genève : Département du Territoire (DT) : Office du patrimoine et des sites (OPS), « Objet n° 2009-19764 :Château de Tournay » Accès libre, sur ge.ch, (consulté le )
  23. Conseil d'État, « Arrêté relatif au classement du château de Tournay, commune de Pregny », Feuille d'Avis Officielle (FAO),‎ (lire en ligne Accès libre [PDF])
  24. République et canton de Genève : Département du Territoire (DT) : Office du patrimoine et des sites (OPS), « Objet n° 2011-27183 : Domaine de l'Île Calvin » Accès libre, sur ge.ch, (consulté le )
  25. Conseil d'État, « Arrêté statuant sur la demandé de classement du domaine de "Îlle Calvin", sis sur la parcelle n° 408, feuille 29, de la commune de Pregny-Chambésy », Feuille d'Avis Officielle (FAO),‎ (lire en ligne Accès libre [PDF])
  26. Office fédéral de la culture, « Inventaire fédéral ISOS, canton de Genève Liste des sites d’importance nationale après la mise à jour » Accès libre [PDF], sur vernier.ch (consulté le )
  27. Office cantonal du patrimoine et des sites (OPS), « Le Conseil fédéral adopte la deuxième série des sites ISOS » Accès libre, sur ge.ch, (consulté le )
  28. Conseil fédéral Suisse, « L'Inventaire fédéral ISOS mis à jour pour Genève et les Grisons » Accès libre, sur www.admin.ch, (consulté le )
  29. a b et c Office fédéral de la culture, « ISOS 1866 : Pregny », Inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale à protéger en Suisse,‎ (lire en ligne Accès libre [PDF])
  30. Conseil fédéral suisse, « Ordonnance sur les réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs d’importance internationale et nationale (OROEM) » Accès libre [PDF], sur admin.ch, (consulté le )
  31. Office fédéral de l’environnement, « Rive droite du Petit-Lac » Accès libre [PDF], sur data.geo.admin.ch, (consulté le )
  32. Le Grand Conseil de la République et Canton de Genève, « Loi sur la protection générale des rives du lac (LPRLac) » Accès libre [PDF], sur lexfind.ch, (consulté le )
  33. Aurélie Toniato, « Un vrai d'union créé entre l'aéroport et Chambésy », Tribune De Genève (TDG),‎ , p. 6
  34. SuisseMobil, « Chemin panorama alpin (nº3) » Accès libre, sur www.schweizmobil.ch (consulté le )
  35. SuisseMobil, « ViaJacobi (nº4) » Accès libre, sur www.schweizmobil.ch (consulté le )
  36. SuisseMobile, « Route du Rhône (nº1) » Accès libre, sur www.schweizmobil.ch (consulté le )
  37. SuisseMobile, « Tour du Léman (nº46) » Accès libre, sur www.schweizmobil.ch (consulté le )
  38. SuisseMobile, « Route du Pied du Jura (nº50) » Accès libre, sur www.schweizmobil.ch (consulté le )
  39. (fr + de + it) Andres Kristol et al., Dictionnaire toponymique des communes suisses, Lausanne, Éditions Payot, (ISBN 2-601-03336-3).
  40. Fatio et Perrot 1978, p. 77
  41. np/ks, « Pregny-Chambésy - commune », sur toponymes.ch (consulté le )
  42. a b et c Fatio et Perrot 1978, p. 332
  43. Confédération Suisse : Département Fédéral de l'Intérieur, « Détails de la mutation 3916 | Application des communes suisses » Accès libre, sur www.agvchapp.bfs.admin.ch, (consulté le )
  44. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Gilles Gardet, Carte historique de la commune de Pregny-Chambésy, juin 2016.
  45. Fondation pour l'histoire des Suisses à l'étranger, Une réforme (1536), un mur, des projets, Genève, Journal de Genève,
  46. Commune de Saint-Genis-Pouilly, Histoire du Pays de Gex, Saint-Genis-Pouilly, Intersections,
  47. Walter Wildi & Pierre Corboud & Stéphanie Girardclos & Georges Gorin, « Visite géologique et archéologique de Genève » Accès libre [PDF], (consulté le )
  48. Christian Baur, « Petite-Pierrière » Accès libre, sur www.plongeplo.ch, (consulté le )
  49. « Reposoir (GE) » Accès libre, sur plongeesanssel.com, (consulté le )
  50. Badina Chaillot Calame, Dodus Antiqua Helvetica, Assemblée générale de 2014, Genève,
  51. Anne Baud & Anne Schmitt, La construction monumentale en Haute-Savoie du XIIe au XVIIe siècle: De la carrière au bâti, Lyon, ALPARA : MOM, (lire en ligne)
  52. Henri Fazy, La guerre du Pays de Gex et l'occupation genevoise : (1589-1601), Genève, Georg,
  53. Théodore Claparède, Histoire des Eglises réformées du Pays de Gex, Genève, J. Cherbuliez,
  54. Fatio et Perrot 1978, p. 27-30
  55. Fatio et Perrot 1978, p. 31-34
  56. Fatio et Perrot 1978, p. 79-80
  57. Leïla El-Wakil, Bâtir la campagne : Genève 1800-1860, Genève, Georg, , 320 p. (ISBN 2825701882, lire en ligne)
  58. Fatio et Perrot 1978, p. 141-142
  59. « Le Cultivateur aveyronnais », journal agricole illustré,‎ , p. 551 (lire en ligne)
  60. J. Bloch, « Organe des intérêts agricoles et économiques du Midi », Journal des viticulteurs,‎ (lire en ligne)
  61. « lois et décrets », Journal officiel de la République française,‎ (lire en ligne)
  62. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 331
  63. a b c d et e Fatio et Perrot 1978, p. 159
  64. Fatio et Perrot 1978, p. 203
  65. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 301-319
  66. Luca Di Stefano, « Le Vengeron s’apprête à vivre une grande transformation » Accès payant, sur tdg.ch, (consulté le )
  67. edms sa, « Port du Vengeron » Accès libre, sur edms.ch, (consulté le )
  68. Heiniger 2000, p. 11
  69. Heiniger 2000, p. 19 & 21-22
  70. Heiniger 2000, p. 22
  71. Heiniger 2000, p. 82
  72. Commune de Pregny-Chambésy, « Regard sur l'histoire » Accès libre, sur https://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  73. a b et c Fatio et Perrot 1978
  74. Heiniger 2000
  75. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 258
  76. République et canton de Genève, « Noms géographiques du canton de Genève : Chemin de Chambésy » Accès libre, sur http://www.ge.ch (consulté le )
  77. a b c d e f et g Fatio et Perrot 1978, p. 321-323
  78. Fatio et Perrot 1978, p. 302
  79. Fatio et Perrot 1978, p. 176
  80. « Da Silva ou Favre, quel est le nom de famille le plus répandu dans votre commune ? », sur https://www.rts.ch, (consulté le )
  81. Art. 39 al. 2 LAC/GE.
  82. a et b Commune de Pregny-Chambésy, « Conseil administratif » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  83. Art. 40 LAC/GE.
  84. Art. 40 LAC/GE en relation avec les art. 55 et 141 Cst./GE
  85. a et b « Jean-Marie Panissod », sur gw.geneanet.org (consulté le )
  86. « Alfred Boissier », sur http://w3public.ville-ge.ch (consulté le )
  87. « Alfred Perceval Boissier », sur geneanet.org (consulté le )
  88. « Robert Martin », sur martin1744.ch (consulté le )
  89. « Raymond Barbey » (consulté le )
  90. « Raymond Perrot », sur gw.geneanet.org (consulté le )
  91. Commune de Pregny-Chambésy, « Conseil municipal » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  92. Art. 158 LEDP/GE
  93. Art. 4 LAC/GE en relation avec les art. 54 et 140 de la Constitution de la République et canton de Genève (Cst./GE) du (état au ), RSG A 2 00.
  94. République et Canton de Genève, « Résultats détaillés pour la commune de Pregny-Chambésy : Élection des conseils municipaux du 15 mars 2020 » Accès libre, sur www.ge.ch, (consulté le )
  95. Commune de Pregny-Chambésy, « AVIS : Election du Conseil municipal du 15 mars 2020, Résultats définitifs » Accès libre [PDF], sur pregny-chambesy.ch, (consulté le )
  96. République et Canton de Genève, « Résultats détaillés pour la commune de Pregny-Chambésy : Élection des exécutifs communaux (premier tour) du 15 mars 2020 » Accès libre, sur www.ge.ch, (consulté le )
  97. Commune de Pregny-Chambésy, « AVIS : Election des Conseillers administratifs législature 2020-2025 » Accès libre [PDF], sur pregny-chambesy.ch, (consulté le )
  98. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  99. Richard Étienne et Duc-Quang Nguyen, « Pregny-Chambésy est de loin le bastion le plus cosmopolite du canton », TDG,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le )
  100. Jean-François Mabut, « Au centre-ville, un Genevois sur deux n'est pas citoyen », Tribune De Genève TDG,‎ (lire en ligne)
  101. Confédération Suisse : Département fédéral de l'intérieur (DFI) : Office fédéral de la statistique (OFS), « Population résidante permanente selon la catégorie de nationalité, le sexe et la commune, résultats annuels provisoires, 2018 - 2018 | Tabelle » Accès libre [Exel], sur www.bfs.admin.ch, (consulté le )
  102. a et b République et canton de Genève, « Statistiques cantonales » Accès libre, sur statistique.ge.ch (consulté le )
  103. Commune de Pregny-Chambésy, « Arrondissement de l'état civil "Rive droite du lac" » Accès libre, sur www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  104. Office cantonal de la statistique Genève, « Mémento statistique du Canton de Genève 2020 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  105. Commune de Pregny-Chambésy, « Écoles » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  106. Commune de Pregny-Chambésy, « Jardin d'enfant "Les Pitchounets" » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  107. Commune de Pregny-Chambésy, « École de la Fontaine » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  108. Commune de Pregny-Chambésy, « Centre scolaire de Valérie » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  109. Fondation Clair Bois, « Clair Bois Chambésy » Accès libre, sur http://www.clairbois.ch (consulté le )
  110. École Internationale de Genève, « Campus des Nations » Accès libre, sur http://www.ecolint.ch (consulté le )
  111. République et Canton de Genève : Département de l'Instruction Publique, « Etablissement Grand-Saconnex-Village / Grand-Saconnex-Place / Pregny-Chambésy » Accès libre, sur edu.ge.ch (consulté le )
  112. « Sapeurs-Pompiers volontaires de Pregny-Chambésy (Compagnie 41) » Accès libre, sur cp41.ch (consulté le )
  113. Ville du Grand-Saconnex, « Police Municipale » Accès libre, sur http://www.grand-saconnex.ch (consulté le )
  114. République et Canton de Genève, « Office cantonal de la Statistique pour la commune de Pregny-Chambésy » Accès libre, sur www.ge.ch (consulté le )
  115. Christian Bernet, « À Pregny-Chambésy, deux petits défient l’ogre PLR », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le )
  116. Armand Brulhart & Erica Dauber-Pauli, Arts et monuments - ville et canton de Genève, Genève, République et canton de Genève,
  117. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 183-189
  118. a b et c Confédération Suisse, « Objets B » Accès libre, sur www.babs.admin.ch (consulté le )
  119. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine de Penthes bâtiments no 86/94/95/95ter » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  120. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 189-201
  121. Véronique Palfi, Pregny-La-Tour ou domaine de l'Impératrice, Genève,
  122. Patrick R. Nastro, « Le Château de Pregny-la-Tour » Accès libre, sur Le blog de Patrick R. Nastro, (consulté le )
  123. Fatio et Perrot 1978, p. 271-275
  124. Frédéric Python, Rive-Belle un chef-d'œuvre de la Restauration, Genève, OPS,
  125. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine de Rive-Belle bâtiments no 128/129 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  126. a b et c Fatio et Perrot 1978, p. 245-252
  127. Office fédéral de la protection de la population, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Château Rothschild et Dépendances » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  128. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine Rothschild; bâtiments no 80/83/82/81/741196/766184184ter » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  129. a b et c Commune de Pregny-Chambésy, « Les monuments historiques » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  130. Natalie Rilliet, Le Reposoir : histoire d'un domaine genevois, Genève,
  131. Office fédéral de la protection de la population OFPP, « Inventaire des biens culturels d'importance nationale : Campagne du Reposoir, avec l'orangerie » Accès libre, sur api3.geo.admin.ch (consulté le )
  132. a et b République et Canton de Genève : Département du Territoire (Office du Patrimoine et des sites), « Liste des objets classés » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  133. Fatio et Perrot 1978, p. 39-78
  134. Fatio et Perrot 1978, p. 261-269
  135. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine de la Malvande bâtiments no 26/27/28 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  136. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 172-183
  137. République et Canton de Genève : Conseil d'État, « Arrêté statuant sur la demande de classement du domaine de "L'Ile Calvin", sis sur la parcelle no 408, feuille 29, de la commune de Pregny-Chambésy » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  138. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine de l'Île Calvin; Bâtiments no 87/741/88bis/88ter/739 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  139. Gazzola Virgine, La Maison de maître des Ormeaux (1834-1835) : prototype du cottage orné dans l'architecture de campagne genevoise, Genève,
  140. Fatio et Perrot 1978, p. 235-245
  141. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine des Ormeaux; Bâtiments no 126/127/795/73/127bis/73bis » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  142. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 209-214
  143. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine de Mérimont; Bâtiment no 147 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  144. Fatio et Perrot 1978, p. 221-234
  145. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire de la villa Perrot; Bâtiments no 70/190/815 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  146. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire des dépendances Perrot; Bâtiments no 71/189/814/1064/1065 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  147. Fatio et Perrot 1978, p. 217-221
  148. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine La Coudira; Bâtiment no 66 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  149. Fatio et Perrot 1978, p. 275-279
  150. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire de la Grande Pierrière; Bâtiment no 24 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  151. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire des dépendances de la Grande Pierrière; Bâtiment no 25 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  152. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 279-286
  153. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine Le Rivage; Bâtiments no 22/23/23bis/785 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  154. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 287
  155. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine Les Jordils; Bâtiment nº 17 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  156. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 287-288
  157. Fatio et Perrot 1978, p. 288-295
  158. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire domaine de La Petite Pierrière; Bâtiment nº 16 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  159. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 295-296
  160. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 296-299
  161. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire domaine Rive de Pregny; Bâtiment no 6 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  162. Fatio et Perrot 1978, p. 299-300
  163. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine de Port-Sous-Pregny; Bâtiments no 5/689 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  164. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire du domaine du Petit-Morillon; Bâtiments no 173/110/110bis/720/721 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  165. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 77-78
  166. République et Canton de Genève : Département des Travaux Publics, « inscription à l'inventaire de la Villa Baur; Bâtiments no 76/77/78 » Accès libre [PDF], sur ge.ch, (consulté le )
  167. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 259-260
  168. Heiniger 2000, p. 27
  169. Commune de Pregny-Chambésy, « Serres de Pregny » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  170. Heiniger 2000, p. 19
  171. Heiniger 2000, p. 17
  172. a et b Commune de Pregny-Chambésy, « Sentier des Écrevisses » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  173. Commune de Pregny-Chambésy, « Vue panoramique » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  174. ass architectes associés SA, « Plan Directeur Communal : 8. Environnement » Accès libre [PDF], sur http://www.etat.geneve.ch, (consulté le )
  175. a et b BTEE - Stéphane Pillet, Philippe Maunoir, Patrick Charlier et Béat Oertli, L'étang des écrevisses, joyau naturel de Pregny-Chambésy, Pregny-Chambésy, Commune de Pregny-Chambésy, , 96 p. (ISBN 2-9700138-0-0), p. 18
  176. Rampini, « Renaturation de l'ancien port de la Villa Rive-Belle » Accès libre, sur rampini.ch, (consulté le )
  177. Commune de Pregny-Chambésy, « Plage » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  178. a et b Christian Bernet, « Pregny-Chambésy interdit sa plage aux non-résidents », Tribune De Genève TDG,‎ (lire en ligne)
  179. Commune de Pregny-Chambésy, « Terres de Pregny » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  180. Suzanne Kathari & Natalie Rillet, Histoire et guide des cimetières genevois, Genève, Staline, , 504 p. (ISBN 9782832103722)
  181. Commune de Pregny-Chambésy, « Piscine » Accès libre, sur http://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )
  182. Garry Apgar, « Jean Huber » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  183. Fatio et Perrot 1978, p. 262-264
  184. Monique Bory, « Jean Jaquet » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  185. Carl Magnusson, « Les sculpteurs d’ornement à Genève au XVIIIe siècle. Jean Jaquet et sesémules obscurs », Bulletin Monumental,‎ (lire en ligne Accès libre)
  186. Fatio et Perrot 1978, p. 127-128
  187. Fatio et Perrot 1978, p. 133
  188. Fatio et Perrot 1978, p. 134
  189. Nathalie Montel, « Alexandre Lavalley. Profession : Ingénieur civil. », Histoire, économie & société,‎ , p. 215-228 (lire en ligne Accès libre)
  190. République Française, « Anciens sénateurs IIIème République : Alexandre Lavalley » Accès libre, sur www.senat.fr (consulté le )
  191. Marc Perrenoud, « Pregny-Chambésy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  192. Alix Heiniger, « Pregny-Chambésy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  193. Micheline Tripet, « Ami Perrin » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  194. Fatio et Perrot 1978, p. 189-191
  195. Roger Francillon, « Voltaire » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  196. Fatio et Perrot 1978, p. 51-71
  197. Jacques Barrelet, « Isaac Vernet » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  198. Fatio et Perrot 1978, p. 264
  199. Bernard Lescaze, « Thellusson » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  200. Fatio et Perrot 1978, p. 307-309
  201. François Burgy, « Tournay » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  202. Fatio et Perrot 1978, p. 47-50 & 71
  203. René Sigrist, « Jean Jallabert » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  204. Fatio et Perrot 1978, p. 192
  205. Francis Saucy, François Hubet (1750-1831), Revue suisse d'apiculture,
  206. René Sigrist, « François Huber » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  207. Fatio et Perrot 1978, p. 253-258
  208. Myriam Volorio Perriard, « Henri-Louis Jaquet-Droz » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  209. Fatio et Perrot 1978, p. 222-225
  210. Martine Piguet, « Albert de Gallatin » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  211. Fatio et Perrot 1978, p. 181-182
  212. Fatio et Perrot 1978, p. 193-197
  213. Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), « Nicolas Théodore de Saussure » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  214. Fatio et Perrot 1978, p. 266-268
  215. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 203-206
  216. René Sigrist, « Augustin-Pyramus de Candolle » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  217. Fatio et Perrot 1978, p. 289-290
  218. Fatio et Perrot 1978, p. 204-206
  219. Hans Peter Mathis, « Hortense de Beauharnais » Accès libre, sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le )
  220. Fatio et Perrot 1978, p. 197-200
  221. Fatio et Perrot 1978, p. 279
  222. Fatio et Perrot 1978, p. 271-274
  223. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 297
  224. Fatio et Perrot 1978, p. 290-291
  225. Fatio et Perrot 1978, p. 280-285
  226. Fatio et Perrot 1978, p. 285-286
  227. Fatio et Perrot 1978, p. 279-285
  228. Fatio et Perrot 1978, p. 236-244
  229. Jean de Senarclens, « Pregny-Chambésy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  230. Fatio et Perrot 1978, p. 291
  231. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 295
  232. Fatio et Perrot 1978, p. 247-252
  233. a b c d e f et g Fatio et Perrot 1978, p. 252
  234. Fatio et Perrot 1978, p. 276-278
  235. Fatio et Perrot 1978, p. 297-298
  236. Fatio et Perrot 1978, p. 298-299
  237. Guy Le Comte, « Pregny-Chambésy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  238. a b c d e f et g Fatio et Perrot 1978, p. 318
  239. a et b Fatio et Perrot 1978, p. 182
  240. Fatio et Perrot 1978, p. 269
  241. Thomas Fuchs (trad. Françoise Senger), « Pregny-Chambésy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  242. Henri Masson, « Pregny-Chambésy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  243. Marc Guéniat, « A Genève, un pétrolier s’offre une villa à 50 millions », Le Temps,‎ (lire en ligne Accès payant)
  244. Xavier Lafargue, « Pregny-Chambésy met en avant ses champs et le lac », Tribune De Genève TDG,‎ (lire en ligne Accès payant)
  245. Commune de Pregny-Chambésy, « Armoiries de la commune » Accès libre, sur https://www.pregny-chambesy.ch (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

194e livre de Guillaume Fatio Pregny, commune genevoise et coteau des altesses.
  • Pregny, commune genevoise et coteau des altesses, Guillaume Fatio, 1947.
  • Guillaume Fatio et Raymond Perrot, Pregny-Chambésy, commune genevoise, Pregny-Chambésy, Commune de Pregny-Chambésy, (1re éd. 1947), 360 p..
  • Pierre Heiniger, Pregny-Chambésy, commune genevoise (Addenda 1978-1997), Pregny-Chambésy, La commune de Pregny-Chambésy, , 136 p.
  • L'étang des écrevisses, un joyau naturel de Pregny-Chambésy, Stéphane Pillet, Philippe Manoir, Patrick Charlier, Béat Oertli, 1997.
  • Pregny-Chambésy, d'hier et d'aujourd'hui, Commune de Pregny-Chambésy, 2000.
  • Commune de Pregny-Chambésy, carte historique, Gilles Gardet, Natalie Rilliet, Thierry Wenger et Commune de Pregny-Chambésy, 2016.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens primaires[modifier | modifier le code]

Liens secondaires[modifier | modifier le code]

Liens tertiaires[modifier | modifier le code]