Pregny-Chambésy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pregny-Chambésy
Blason de Pregny-Chambésy
Héraldique
La campagne de Tournay
La campagne de Tournay
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Maire Philippe SCHWARM
NPA 1292
N° OFS 6634
Démographie
Gentilé Pregnote-Chambésien
Population 3 635 hab. (décembre 2015)
Densité 1 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 00″ N 6° 08′ 00″ E / 46.250015, 6.13331746° 15′ 00″ Nord 6° 08′ 00″ Est / 46.250015, 6.133317
Altitude 416 m (min. : 374 m) (max. : 466 m)
Superficie 324 ha = 3,24 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Pregny-Chambésy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Pregny-Chambésy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Pregny-Chambésy
Liens
Site web www.pregny-chambesy.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Pregny-Chambésy est une commune suisse du canton de Genève.

Armoiries[modifier | modifier le code]

À l'origine, les armoiries auraient été celles de la famille des Sires de Brosses, propriétaires au XVIe siècle du château de Tournay, mais ce projet fut oublié[3].

Choisies par le conseil municipal en 1924, les armoiries actuelles représentent le ciel et le rivage sinueux du lac par la couleur bleu et les moissons d'or de la colline par la couleur jaune[4].

Héraldique
"Écartelé en sautoir ondé d'azur et d'or"
PregnyChambesy-coat of arms.svg

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom actuel n'est pas issu de la fusion de deux communes. Au contraire.

La Commune de Pregny (son nom d'origine) a changé de nom en 1952. En effet, cette année-là, le Conseil municipal ratifie la demande du maire « adressée au Conseil d'État que la Commune de Pregny soit dorénavant appelée Commune de Pregny-Chambésy, demande à laquelle le Conseil d'État donne une suite favorable. »[5]

Les origines : « Pregny vient sans doute du latin fundus Priniacus (...). Quant à Chambésy, il s'écrivait jadis Sambasie. L'orthographe Sambeysier se trouve au XVIe siècle. D'aucuns prétendent que ce nom viendrait de Saint-Bézier. »[6]

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Pregny-Chambésy se situe au bord du lac Léman, à proximité du quartier des Nations où se trouvent de nombreuses organisations internationales. Elle se trouve non loin de l'aéroport international de Genève-Cointrin. De nombreuses[Combien ?] ambassades étrangères ont implanté leurs bâtiments dans cette commune. Le siège de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) , s'y trouve également.

La mairie de Pregny-Chambésy et l'église catholique Sainte-Pétronille en hiver.

La commune est formée de trois entités : le village de Pregny, le village de Chambésy du haut et le hameau de Chambésy du bas. Le centre du village se situe à Chambésy du haut (avec la salle communale, les écoles et les magasins) alors que le centre administratif se situe à Pregny avec la mairie.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Pregny-Chambésy mesure 3,24 km2[2]. 70,5 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 15,4 % à des surfaces agricoles, 13,2 % à des surfaces boisées et 0,9 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Bellevue, Genève et du Grand-Saconnex.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Tournay était au Moyen Âge l’une des nombreuses maisons fortes commandant ce territoire aux frontières de Genève. Voltaire, qui avait acheté la terre voisine de Ferney, loua à vie, en 1758, le château de Tournay. Il embellit les bâtiments et le domaine et y monta un théâtre, ce qui lui valut l'inimitié des calvinistes genevois. L’ensemble est classé depuis 1958[7].

L'impératrice Joséphine, épouse répudiée de l’empereur Napoléon Ier, acquit en 1811 le domaine de Pregny-La-Tour, où elle séjourna. Ce domaine très ancien, signalé dès le XIVe siècle, appartint également à sa fille Hortense, mère de Napoléon III. Après la chute de Napoléon Ier, certains membres de la famille impériale se réfugièrent en Suisse en 1814 et 1815, et y demeurèrent.

En vertu du traité de Paris de 1815, la commune de Pregny-Chambésy, dépendant alors du département de l'Ain, est cédée le par la France à la Suisse pour être rattachée à Genève.

Villa le Reposoir.
Le Château de Tournay.

Le , l'impératrice Élisabeth d'Autriche (familièrement appelée Sissi), se rend chez la baronne Julie de Rothschild dans sa propriété de Pregny pour le déjeuner. Sissi refuse l'offre de la baronne qui lui propose son bateau pour retourner à Territet le lendemain. Élisabeth prendra comme tout le monde le vapeur de la compagnie de navigation. Ce refus lui sera fatal : Sissi sera assasinée le 10 septembre au moment d'embarquer.

De 1945 à 1950 le roi Léopold III de Belgique vécut avec sa famille à la villa “Le Reposoir” à Pregny. Durant cette période son frère Charles assurait la Régence sur la Belgique.

 
 

Monuments, édifices et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Naissances à Pregny-Chambésy[8][modifier | modifier le code]

Ont vécu à Pregny-Chambésy[8][modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Pregny-Chambésy compte 3 635 habitants fin 2015[1]. Sa densité de population atteint 1 121,9 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Pregny-Chambésy entre 1850 et 2008[9] :

Administration[modifier | modifier le code]

La commune est administrée par un Conseil composé de trois conseillers administratifs qui, avec des compétences égales, sont maire à tour de rôle. Il constitue l'exécutif alors que le Conseil municipal représente le délibératif.

Pregny Alp Festival[modifier | modifier le code]

Le Pregny Alp Festival est le premier festival[10] de musiques suisses du canton de Genève. Né en 2007 à la suite d'un défi[10], le festival ne cesse de s'agrandir[10] d'année en année.

En 2013, la fin du festival a été annoncée par les organisateurs qui souhaitaient prendre du recul pour s'occuper de leur famille. Neuf jeunes pregnotes-chambésiens ont décidé d'en reprendre l'organisation[10].

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau des Transports publics genevois par le bus Z qui relie la Gare Cornavin à Bossy, et par le bus V qui relie la Gare Cornavin au Centre sportif de la Beccasière.

La commune est aussi reliée par les CFF à la gare de Pregny-Chambésy.

Religion[modifier | modifier le code]

En 2000, 31,4% des habitants étaient de confession catholique et 21,6% protestante. Le reste de la population, se répartit en environ 3,02% orthodoxes, 3,36% membres d'une autre église chrétienne, 0,63% Juifs et 2,26% musulmans. 9 personnes étaient bouddhistes, 8 personnes indous et 7 personnes appartenaient à une autre église. Enfin 20,04% des habitants se sont déclarés sans confession et 16,85% n'ont pas répondu[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pregny-Chambésy, commune genevoise, Guillaume Fatio, 1947 puis complété en 1978 par Raymond Perrot, ancien Maire de Pregny-Chambésy.
  • Pregny-Chambésy, commune genevoise, deuxième volume, Pierre Heiniger, ancien Maire de Pregny-Chambésy, 1997.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante du canton de Genève, selon l'origine et le sexe, par commune, en décembre 2015 », sur Site officiel de l’État de Genève.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. « TDG-Pregny-Chambésy met en avant ses champs et le lac » (consulté le 9 janvier 2016)
  4. « Armoiries de la commune », sur www.pregny-chambesy.ch (consulté le 8 janvier 2016)
  5. Guillaume Fatio et Raymond Perrot, Pregny-Chambésy, commune genevoise, Commune de Pregny-Chambésy,‎ , 359 p., p. 332
  6. Guillaume Fatio et Raymond Perrot, Pregny-Chambésy, commune genevoise, Commune de Pregny-Chambésy,‎ , 359 p., p. 13
  7. Swisscastles [1]
  8. a et b Guillaume Fatio et Raymond Perrot, Pregny-Chambésy, commune genevoise, Commune de Pregny-Chambésy,‎ , 359 p., p. 332
  9. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  10. a, b, c et d « Pregny Alp Festival : A propos », sur Pregny-alp.ch (consulté le 8 janvier 2016)
  11. (de) « STAT-TAB Datenwürfel für Thema 40.3 - 2000 » (consulté le 2 février 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :