Communes du canton de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carte du canton de Genève présentant sa division en communes en 2011.

Cet article présente une liste des communes du canton de Genève.

Liste[modifier | modifier le code]

Depuis 1931, le canton de Genève compte 45 communes [1]. Il n'est pas divisé en districts.

Le canton s'étend également sur le Léman, sans que cette zone ne fasse partie d'aucune commune [1] ; elle est comprise dans la liste à fins de comparaison.

Les communes
Nom N° OFS[1] Population
(décembre 2020)[2]
Superficie
(km2) [3]
Densité
(hab./km2)
Aire-la-Ville 6601 +001 160, +0002,93 396
Anières 6602 +002 381, +0003,86 617
Avully 6603 +001 756, +0004,61 381
Avusy 6604 +001 391, +0005,19 268
Bardonnex 6605 +002 396, +0005, 479
Bellevue 6606 +003 467, +0004,35 797
Bernex 6607 +010 258, +0012,95 792
Carouge 6608 +022 536, +0002,7 8 347
Cartigny 6609 +000971, +0004,38 222
Céligny 6610 +000792, +0004,65 170
Chancy 6611 +001 708, +0005,36 319
Chêne-Bougeries 6612 +012 621, +0004,13 3 056
Chêne-Bourg 6613 +008 791, +0001,28 6 868
Choulex 6614 +001 182, +0003,91 302
Collex-Bossy 6615 +001 686, +0006,89 245
Collonge-Bellerive 6616 +008 445, +0006,12 1 380
Cologny 6617 +005 866, +0003,67 1 598
Confignon 6618 +004 579, +0002,77 1 653
Corsier 6619 +002 295, +0002,74 838
Dardagny 6620 +001 855, +0008,6 216
Genève 6621 +203 856, +0015,93 12 797
Genthod 6622 +002 893, +0002,87 1 008
Gy 6624 +000473, +0003,28 144
Hermance 6625 +001 073, +0001,44 745
Jussy 6626 +001 233, +0011,35 109
Laconnex 6627 +000710, +0003,83 185
Lancy 6628 +033 989, +0004,77 7 126
Le Grand-Saconnex 6623 +012 378, +0004,38 2 826
Meinier 6629 +002 115, +0006,96 304
Meyrin 6630 +026 129, +0009,94 2 629
Onex 6631 +018 933, +0002,82 6 714
Perly-Certoux 6632 +003 127, +0002,53 1 236
Plan-les-Ouates 6633 +010 601, +0005,86 1 809
Pregny-Chambésy 6634 +003 803, +0003,24 1 174
Presinge 6635 +000696, +0004,72 147
Puplinge 6636 +002 488, +0002,66 935
Russin 6637 +000530, +0004,91 108
Satigny 6638 +004 286, +0018,92 227
Soral 6639 +000976, +0002,95 331
Thônex 6640 +014 573, +0003,84 3 795
Troinex 6641 +002 551, +0003,42 746
Vandœuvres 6642 +002 754, +0004,41 624
Vernier 6643 +034 898, +0007,68 4 544
Versoix 6644 +013 281, +0010,51 1 264
Veyrier 6645 +011 861, +0006,5 1 825
Partie du Léman 9760 +00 0000, +0036,67 0
Total +506 343, +0282,48 1 792

Au nord-est, la commune de Céligny n'est pas contiguë avec le reste du territoire du canton ; elle est composée de deux fragments distincts, enclavés dans le canton de Vaud.

Régions genevoises[modifier | modifier le code]

La Champagne[modifier | modifier le code]

La Champagne comprend les sept communes :

  • Aire-la-Ville
  • Avully
  • Avusy
  • Cartigny
  • Chancy
  • Laconnex
  • Soral

Le Mandement[modifier | modifier le code]

Le Mandement désigne actuellement une région viticole importante composée des 3 communes de :

  • Dardagny
  • Russin
  • Satigny

La campagne genevoise[modifier | modifier le code]

D'après la définition de 1980, les communes suivantes font partie de la campagne Genevoise[4] :

  • Avusy
  • Cartigny
  • Choulex
  • Collex-Bossy
  • Dardagny
  • Gy
  • Jussy
  • Laconnex
  • Meinier
  • Presinge
  • Russin
  • Satigny
  • Soral
  • Troinex

Historique[modifier | modifier le code]

Communes réunies[modifier | modifier le code]

Communes réunies 1815-1816
  • Genève et ses anciens territoires
  • communes cédées par la France
  • communes cédées par la Savoie

Ce terme désigne les territoires cédés à Genève par la France dans le Pays de Gex en 1815 et par la Savoie en 1816[5]. Le territoire genevois était jusqu'alors morcelé. Le nouveau canton rejoint ainsi la Confédération Suisse avec un territoire d'un seul tenant et rattaché physiquement à la Suisse. En même temps des zones franches sont créées, comprenant le Pays de Gex, St-Julien, le Salève et Annemasse. Ces lignes des douanes reculées garantissent à l'intérieur des zones franches la libre circulation des denrées vers Genève.

Communes réunies à la suite du second traité de Paris, le  :

Communes réunies à la suite du traité de Turin, le  :

Scission de communes[modifier | modifier le code]

À la suite de la formation du canton de Genève et du découpage initial du territoire des scissions de communes se sont produites au milieu du XIXe siècle, le tableau ci-dessous dresse la liste de ces scissions.

Entrée en vigueur (date) Anciennes communes Nouvelles communes
1821 Compesières Compesières et Perly-Certoux
1847 Avusy Avusy et Laconnex-Soral
1850 Laconnex-Soral Laconnex et Soral
1850 Jussy Gy et Jussy
1850 Presinge Presinge et Puplinge
1851 Compesières Bardonnex, Plan-les-Ouates
1851 Bernex-Onex-Confignon Bernex, Confignon et Onex
Collex-Bossy Bellevue et Collex-Bossy
1858 Corsier Anières et Corsier
1869 Chêne-Thônex Chêne-Bourg et Thônex

Fusions de communes[modifier | modifier le code]

Depuis la création du canton, une seule fusion de communes a eu lieu, au cours du XXe siècle.

Entrée en vigueur (date) Anciennes communes Nouvelles communes
1931 Genève + Le Petit-Saconnex + Les Eaux-Vives + Plainpalais Genève

Religions[modifier | modifier le code]

Historiquement, 29 communes sont catholiques :

  • Aire-la-Ville
  • Avusy
  • Bardonnex
  • Bellevue
  • Bernex
  • Carouge
  • Choulex
  • Collex-Bossy
  • Collonge-Bellerive
  • Confignon
  • Corsier
  • Hermance
  • Saconnex
  • Lancy
  • Le Grand-Saconnex
  • Meinier
  • Meyrin
  • Onex
  • Perly-Certoux
  • Plan-les-Ouates
  • Pregny-Chambésy
  • Presinge
  • Puplinge
  • Soral
  • Thônex
  • Troinex
  • Vernier
  • Versoix
  • Veyrier

et 16 communes sont protestantes :

  • Anières
  • Avully
  • Cartigny
  • Céligny
  • Chancy
  • Chêne-Bougeries
  • Chêne-Bourg
  • Cologny
  • Dardagny
  • Genève
  • Genthod
  • Gy
  • Jussy
  • Russin
  • Satigny
  • Vandœuvres

Il est à noter que, généralement, les communes catholiques sont des communes faisant partie des « communes réunies » [N 1].

Bien que ces communes sont historiquement catholiques ou protestantes, aujourd'hui certaines accueillent, sur leur territoire, les deux religions (ou encore d'autres religions tel que orthodoxes, musulmans, juifs, etc.).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cependant il existe un exception avec la commune d'Anières. Cette commune fait partie des « communes réunies » mais est protestante.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2012 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  4. LA CAMPAGNE GENEVOISE -STRUCTURE DE LA POPULATION, Genève, , 4 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Communes réunies » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]