Spiez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spiez
Blason de Spiez
Héraldique
Image illustrative de l'article Spiez
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Frutigen-Bas-Simmental
Localité(s) Spiez, Einigen, Hondrich, Faulensee, Spiezwiler
Maire Franz Arnold
NPA 3700
N° OFS 0768
Démographie
Population 12 713 hab. (31 décembre 2016)
Densité 762 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 00″ nord, 7° 40′ 00″ est
Altitude Min. 558 m
Max. 852 m
Superficie 1 669 ha = 16,69 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Spiez

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Spiez

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Spiez
Liens
Site web www.spiez.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Spiez est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif de Frutigen-Bas-Simmental dont elle est le chef-lieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur la rive sud du lac de Thoune, au pied du Niesen.

La commune politique comprend cinq localités : Spiez, Einigen, Hondrich, Faulensee et Spiezwiler.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Spiez remonte à 762 et figure dans le testament de l'évêque Heddon de Strasbourg qui donne Spiez à l'abbaye alsacienne d'Ettenheim[3].

Industrie, économie[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Patrimoine monumental[modifier | modifier le code]

  • Le château de Spiez.
  • Église du château (Schlosskirche), de style roman.
  • En 1870, le dernier propriétaire du château de Spiez appartenant à la famille d’Erlach tente de renflouer ses finances en procédant à une vaste opération immobilière à l’extrémité de la presqu’île de Spiez. Il demande à l’architecte franco-bernois Horace Édouard Davinet (constructeur aussi Grand Hôtel de Giessbach) de bâtir un vaste établissement hôtelier à deux avant-corps et tourelle dans le goût classique, à toit Mansart. Cette imposante bâtisse, trop coûteuse, a provoqué la faillite de son promoteur ; elle a été remplacée dans les années 1970 par un établissement bien plus discret[4].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

  • Berner Oberländer[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Jürg Schweizer et Annelies Hüssy, Le château de Spiez et son église, vol. 97, t. 961-962, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Guides d’art et d’histoire de la Suisse », , 52 p. (ISBN 978-3-03797-194-9).
  4. Jürg Schweizer et Annelies Hüssy, Le château de Spiez et son église, vol. 97, t. 961-962, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Guides d’art et d’histoire de la Suisse », , 52 p. (ISBN 978-3-03797-194-9).
  5. « Berner Oberländer » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :