Münchenbuchsee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Münchenbuchsee
Münchenbuchsee
Château.
Blason de Münchenbuchsee
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Berne-Mittelland
NPA 3053
No OFS 0546
Démographie
Population
permanente
10 355 hab. (31 décembre 2019)
Densité 1 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 00″ nord, 7° 27′ 00″ est
Altitude 564 m
Superficie 8,82 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Münchenbuchsee
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Berne
Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Münchenbuchsee
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Münchenbuchsee
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Münchenbuchsee
Liens
Site web www.muenchenbuchsee.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Münchenbuchsee est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif de Berne-Mittelland.

Toponymie[3][modifier | modifier le code]

La plus ancienne occurrence du toponyme, Buhse, date de 1180. Il connaît par la suite plusieurs variations : Buxe (1185), Boxe (1192), Buxse (1219), Buchse (1237), Buhsa (1246), Buchze (1257), Buchs (1299), Buͦchsi (1339).

Le nom de la commune remonte au terme latin buxus (buis). À partir de la moitié du XIVe s., on y ajoute le préfixe München (moine en moyen haut allemand), en raison de l'ancienne commanderie des chevaliers de l'ordre de Saint-Jean, pour la distinguer de l'actuelle commune de Herzogenbuchsee. Plus tard, comme Buchse n'était plus compris, il a été modifié en -buchsee par analogie avec le mot See (lac).

Münchenbuchsee signifie donc le buis des moines.

Héraldique[modifier | modifier le code]

De gueules, à la bande d'argent chargée de neuf (3, 3, 3) feuilles de buis de sinople (trad.)

Les armoiries sont celles des anciens seigneurs de Buchsee. Elles sont utilisées par la commune depuis le XIXe s[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Münchenbuchsee se trouve à environ 10 km au nord-ouest de la ville de Berne[5], à 554 m. au-dessus du niveau de la mer[4].

La commune, dont le territoire s'étend sur 8,8 km2[6], est située sur le versant sud de la vallée du Moossee. Elle comprend le village de Münchenbuchsee, deux zones résidentielles et artisanales (le quartier de l'Allmend, créé à partir de 1953 après des défrichements à la limite entre Münchenbuchsee et Zollikofen et le quartier de Waldegg, formé dans les années 1960 à proximité du village), de nouveaux quartiers qui se sont développés à partir de 1965 depuis le village vers les frontières communales (Neumatt, Weier, Laubberg, Riedli) et la localité de Hofwil[7].

En 2009, la commune comptait 38,7 % de surfaces agricoles, 33,8 % de surfaces d'habitat et d'infrastructures, 27,1 % de surfaces boisées et 0,3 % de surfaces improductives[6].

Les communes limitrophes sont Deisswil bei Münchenbuchsee, Wiggiswil, Moosseedorf, Zollikofen, Kirchlindach, Diemerswil, Schüpfen et Rapperswil.

Photo aérienne prise à 200 m par Walter Mittelholzer (1924).

Démographie[modifier | modifier le code]

Münchenbuchsee compte 10 155 habitants (état le 31 décembre 2020)[4]. Au 31 décembre 2008, sa densité de population s'élevait à 1 159,3 hab./km2[6].

Le graphique ci-après montre l'évolution de la population depuis 1764[8]. Celle-ci a a connu une croissance rapide à partir de 1965[7].

En 2018, la commune comptait 18,3 % d'étrangers[6].

En 2000[N 1], 88,9 % de la population indiquait l'allemand comme langue principale, 2 % l'italien, 1,5 % le français,1,1 % l'albanais et 1 % le serbo-croate[9].

Le taux de chômage s'élevait en moyenne à 1,8 % sur l'année 2020[10] et 3,8 % des résidents bénéficiaient de l'aide sociale en 2018[6].

Politique[modifier | modifier le code]

Münchenbuchsee est gouverné par un Grand Conseil communal (Grosser Gemeinderat) de 40 membres (législatif) depuis 1974[11],[12] et par un Conseil communal (Gemeinderat) de 7 membres (exécutif)[13].

Une association de communes regroupant Münchenbuchsee, Moosseedorf, Deisswil bei Münchenbuchsee, Diemerswil et Wiggiswil règle les tâches régionales telles que l'assistance sociale, les tutelles et l'établissement médico-social de Weiermatt. Pour la protection civile, la police, la défense contre l'incendie et les exploitations techniques, Münchenbuchsee est rattaché depuis 2004 avec 33 autres communes au centre régional de compétences d'Ostermundigen[7].

Depuis le , le Grand Conseil communal est composé de 15 UDC , 12 PS, 6 Verts, 3 PLR, 3 PEV et 1 UDF[14] et le Conseil communal de 3 UDC, dont le président, 2 PS, 1 Verts et 1 PEV [15].

Lors de l'élection de 2019 au Conseil national, l'UDC a obtenu 26,5 % des voix, le PS 19 %, le PLR 8,2 %, les Verts 12,3 %, les Vert'libéraux 11 %, le PBD 8,7 %, le PEV 6,2 %, le PDC 2,2 % et l'UDF 1,3 %[16],[6].

Jumelages[17][modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait près de 5 500 emplois et moins de 0,5 % de sa population active travaillait encore dans le secteur primaire. Près de 20 % des actifs travaillent dans le secteur secondaire, tandis que le secteur tertiaire (services) rassemble plus de 80 % de la main-d’œuvre[6].

Elle compte des entreprises dans les domaines de la construction de machines, de l'industrie du bâtiment, des constructions métalliques, des verres isolants et matières synthétiques, de l'industrie et du commerce alimentaires, de l'imprimerie, de la récupération d'automobiles et du commerce de gros de pièces métalliques[7].

Une école cantonale d'orthophonie (ancienne institution pour sourds-muets, créée en 1890 dans le château), une école spéciale (au Mätteli, depuis 1967) et la clinique psychiatrique privée Wyss (depuis 1845), qui ont toutes une importance dépassant le cadre régional, se trouvent également sur le territoire de la commune[7].

Transports[modifier | modifier le code]

Münchenbuchsee est proche des autoroutes A1 et A6.

Elle comporte une gare CFF depuis 1857 et une gare RBS depuis 1916[7].

Histoire[7][modifier | modifier le code]

Au XIIe s., le territoire de Münchenbuchsee appartenait aux barons de Buhse. En 1180, Conon de Buhse l'offre aux chevaliers de l'ordre de Saint-Jean après avoir fait le pèlerinage de Jérusalem. Par la suite, l'hôpital est transformé en commanderie. Celle-ci a toujours eu un faible effectif. Lors de la Réforme en 1528, le commandeur Peter von Englisberg appuya la sécularisation et reçut de Berne le château de Bremgarten pour y établir son domicile. La commanderie devint alors le bailliage de Münchenbuchsee : le bâtiment de la commanderie fut transformée en cure et le bâtiment conventuel et ses annexes en greniers. Le bailliage fut supprimé en 1798 et son territoire attribué en 1803 au district de Fraubrunnen.

L'exploitation des tourbières (jusqu'en 1956) nécessita en 1780 l'abaissement du lit de l'Urtenen. Commencé la même année, l'assainissement des marais se poursuivit en 1855-1856 par l'abaissement du niveau du Moossee et en 1917-1920 par un drainage et un remaniement parcellaire.

Un grave incendie détruit une partie du village en 1770[11].

Aux XIXe et XXe s., le tracé des axes de circulation provoqua des changements dans l'aspect de la localité et dans sa structure économique, en la liant plus étroitement à Berne.

Münchenbuchsee a hébergé le premier émetteur radio de Suisse (Émetteur radio de Münchenbuchsee (de)) de 1922[18],[19] à 1981[20].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Voir également la Liste des constructions présentant un intérêt historique ou architectural à Münchenbuchsee (de).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis l'année 2000, le recensement fédéral se fait par échantillonnage, de sorte qu'on ne dispose plus de données par commune pour les langues.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. « toponymes.ch - Recherche - Münchenbuchsee », sur search.toponymes.ch (consulté le )
  4. a b et c « Zahlen und Fakten », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  5. (de) F. Rothen, « Die Anlagen der Radio-Schweiz A.G. », Schweizerische Bauzeitung,‎ , p. 170 (lire en ligne)
  6. a b c d e f et g Office fédéral de la statistique, « Portrait des communes - Münchenbuchsee », sur www.bfs.admin.ch (consulté le )
  7. a b c d e f et g « Münchenbuchsee », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le )
  8. Direction des finances du canton de Berne, « Etat et structure de la population », sur www.fin.be.ch (consulté le )
  9. Office fédéral de la statistique, « Population résidante selon le type de domicile, les niveaux géographiques institutionnels, la langue principale et la nationalité (catégorie), 2000 - Münchenbuchsee », sur bfs.admin.ch (consulté le )
  10. Direction de l'économie, de l'énergie et de l'environnement du canton de Berne, « Chômeurs inscrits, taux de chômage et demandeurs d'emploi selon les communes », sur vol.be.ch (consulté le )
  11. a et b « Geschichte », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  12. « Grosser Gemeinderat », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  13. « Politik », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  14. « Sitzordnung », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  15. « Mitglieder des Gemeinderates », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  16. « Canton de Berne: plateforme électorale », sur www.bewas.sites.be.ch (consulté le )
  17. « Partnergemeinden », sur www.muenchenbuchsee.ch (consulté le )
  18. « Radiogeschichte der Schweiz: Historische Lang-, Mittel- und Kurzwellen-Sender der Schweiz und Liechtensteins sowie Reduit-Sender, UKW 77, IBBK, Botschaftsfunk », sur www.sarganserland-walensee.ch (consulté le )
  19. (de) Berner Wochenchronik, « Berner Woche in Wort und Bild », sur E-Periodica, 1922, cahier 17 (consulté le ), p. 229
  20. (de) Thuner Tagblatt, « Sendemasten werden umgelegt », sur www.e-newspaperarchives.ch, (consulté le ), p. 11

Sur les autres projets Wikimedia :