Hermance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie de la Suisse
Cet article est une ébauche concernant la géographie de la Suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour la rivière, voir Hermance (rivière).
Hermance
Blason de Hermance
Héraldique
Vue de la mairie d'Hermance
Vue de la mairie d'Hermance
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Maire Karine Bruchez Gilberto
NPA 1248
N° OFS 6625
Démographie
Gentilé Hermançois/Hermançoise
Population 1 016 hab. (31 décembre 2015)
Densité 706 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 09″ nord, 6° 14′ 35″ est
Altitude 403 m (min. : 373 m) (max. : 424 m)
Superficie 144 ha = 1,44 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Hermance

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Hermance

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Hermance
Liens
Site web www.hermance.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Hermance est une commune suisse du canton de Genève située à l'extrémité orientale de ce canton, entre le Léman et la frontière séparant la France de la Suisse.

Selon l'Office fédéral de la statistique, il s'agit la deuxième plus petite commune du canton par sa superficie (144 hectares), classée juste derrière la commune de Chêne-Bourg (128 hectares), mais devant celle de Perly-Certoux (253 hectares).

Cette commune fut cédée par la Savoie, suite à la signature du traité de Turin le effectuée par le roi de Sardaigne, Victor-Emmanuel Ier de Savoie, et Charles Pictet de Rochemont, représentant la Confédération suisse et le canton de Genève

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hermance se situe au bord du lac Léman et plus précisément au bord de la section dite « petit-lac », soit l’extrémité sud-ouest du lac soit la partie entre l'axe YvoirePromenthoux chez Prangins et Genève.

La commune est limitrophe d'Anières et de la France (commune de Chens-sur-Léman dans le département de la Haute-Savoie).

Depuis la rive lacustre d'Hermance, notamment depuis son vieux port, on peut observer les communes vaudoises de Coppet, dominée par son célèbre château et de Tannay.

Description[modifier | modifier le code]

La commune d'une surface assez réduite se présente sous la forme d'un modeste bourg blotti entre la rive du Léman et la rivière homonyme et donc la frontière entre la France et la Suisse. Ce bourg est composé d’une partie basse, construite selon un plan de rues étroites faisant face au Léman, et d’une partie haute, dominée par la tour d’Hermance.

Le village abrite, en outre, le site du vallon de l'Hermance qui est protégé depuis 1979 à partir du pont de Crévy jusqu'au bourg. Ce même site est répertorié comme site d’importance nationale pour la biodiversité par le WWF et l'organisation Bird Life International.

Article connexe : Pont de Bouringe.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Hermance mesure 1,44 km2[2]. 28,8 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 56,8 % à des surfaces agricoles, 13,0 % à des surfaces boisées et 1,4 % à des surfaces improductives.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Léman (lac) Chens-sur-Léman (France) Chens-sur-Léman (France) Rose des vents
Le Léman (lac) N Chens-sur-Léman / Veigy-Foncenex (France)
O    Hermance    E
S
Le Léman (lac) / Anières Anières Veigy-Foncenex (France)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Pont à Hermance sur l'Hermance.

Principal cours d'eau de la commune, séparant la France de la Suisse, l'Hermance possède un cours d'une longueur de 13 km[3]. Celle-ci prend sa source en Haute-Savoie dont la moitié sur la frontière franco-suisse. L’Hermance a un régime pluvial, lié également à la fonte nivale avec de hautes eaux en saison froide et de basses eaux en saison chaude, typique de la région lémanique.

La rivière prend sa source à une altitude de 563 mètres, à l’extrémité sud-ouest de la longue enfilade de marais qui s’étire de Loisin à Veigy, en Haute-Savoie. Après un parcours, en partie canalisé, son arrivé en Suisse correspond à un petit vallon boisé durant ses 6,5 derniers kilomètres avant de ce jeter dans le lac sous la forme d'un delta naturel, reconstitué récemment par les autorités cantonales.

Article connexe : Hermance (rivière).

Géologique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune s'inscrit dans le Le cadre géologique du bassin de l’Hermance. Les différentes formations géologiques affleurantes au niveau de ce bassin sont[4] : - la molasse originaire de l'âge Tertiaire composée d’alternance de grès et de marnes - le dépôt alluvionnaire ancien composée de sables et de graviers - la moraine würmienne avec un dépôt de nature argilo-limoneuse - des sédiments alluvionnaires récents formant un delta au niveau du Léman associé à une ancienne terrasse Holocène.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vie aérienne d'Hermance

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hermance, commune assez éloignée du centre urbain de la métropole genevoise a su garder une identité très rurale. De nombreuses petites villas et des immeubles modestes donnent à ce modeste territoire un aspect de banlieue plutôt aisée.

En 2017, Hermance s'est associée avec les communes voisines d'Anières et de Corsier, afin de créer, en 2007, un Groupement intercommunal. Un régime de stationnement a été mis en place dans l'ensemble du domaine public du village, la commune ayant prévu la visiteur de vignettes destinées aux visiteurs de la commune.

Le port et les rives du lac[modifier | modifier le code]

Le secteur lacustre d'Hermance compte 159 places d'amarrage dont 20 places dans le vieux port, dit « Port des mouches »[5].

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune, de petite superficie, présente un nombre limité de quartiers ou lieux-dits, tels que :

  • Les Clots
  • Les Glerrets
  • La Baronne
  • Les Murets
  • Les Pâquettes
  • Les Chenaillettes
  • Les Glands
  • Les Triaz
  • Les Bailly
  • La Croix de Bailly
  • Les Couty
  • Les Tuilières
  • Les Villard-dessus
  • Les Luches
  • Les Belossières
  • Les Chancelants
  • Les Champs Magnin
  • Les Champs Bardet

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Hermance possède 1 016 habitants fin 2015[1]. Sa densité de population atteint 705,6 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Hermance entre 1850 et 2008[6] :

Climat[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble du bassin lémanique, Hermance bénéficie d'un climat tempéré à tendance montagnarde en raison de sa proximité avec de nombreux massifs (Jura, Préalpes). La présence du lac Léman adoucit les masses d'air venues du nord et donne un climat « lacustre » où se mêlent à la fois les influences continentales et méditerranéennes, ce qui a pour conséquence de modérer le climat. Les étés y sont agréablement chauds, et les hivers plutôt froids.

Article connexe : Léman.

Transport et navigation[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Entre 27000 à 20000 ans avant notre ère, les glaciers atteignent leur extension maximale et s'étendent jusqu'à Lyon. Les Alpes et la région lémanique sont sous les glaces. Vers -16000 ans, le glacier recule et laisse sa place à une rade dans le secteur genevois.

Autour de -13000 ans avant notre ère, des groupes de chasseurs du Magdalénien parcourent la région lémanique à la suite des troupeaux de rennes ou d'équidés. Ces chasseurs établissent leur campement dans la région de Veyrier, non loin du Salève à une dizaine de kilomètres d'Hermance. Le niveau du Léman descendra ensuite progressivement, laissant place à la rive actuelle. Vers la fin du Néolithique, des paysans s'installent dans le bassin lémanique entre Genève et Évian et occupent les zones littorales. Des céramiques, datée de -3856 ont été découvertes du site littoral de Corsier-Port à moins de 5 kilomètres d'Hermance. Ce site palafittique est ainsi classé au patrimoine mondial de l'UNESCO ainsi que comme bien culturel suisse d'importance nationale. Dans la région, les premiers objets en bronze fabriqués localement apparaissent autour de -2200. Des restes de village lacustre seront également découverts le long de toute la rive du Léman entre Hermance et Evian-les-bains[7].

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Des sépultures estimées des débuts du Moyen-Âge, ont été découvertes dans les environs d'Hermance. elle indiquent qu'une tribu burgonde de la période mérovingienne a très probablement vécu près d'ici. Un château fort s'élevait au sommet de la colline qui domine le bourg. Selon sa position et les vestiges encore en place, ce château devait s'intégrer dans les fortifications de la ville et possédait, en outre, son propre mur d'enceinte du côté du bourg d'Hermance[8] .

Le village d'Hermance entourée par son enceinte médiévale est fondée par Aymon de Faucigny, au milieu du XIIe siècle. Son église est reconnue, à la même époque par une bulle du pape Innocent IV[9]. En 1234, Agnès, fille d'Aymon II, et propriétaire du château d'Hermance, épouse au château de Châtillon, légue dés lors sa propriété à Pierre II de Savoie , dit « le Petit Charlemagne » son mari, de sorte qu'Hermance devint possession savoyarde.

Selon les « Mémoires et Documents publiés par la société archéologique de Genève dans son tome XXXIX », publié par Alex Julien, suite à une guerre qui opposent les comtes de Genève et les comtes de Savoie, « en mai 1325, le vidomme de Genève, Hugues de Felins et le bailli du Chablais, Gallois de la Baume allèrent incendier les environs d'Hermance et des Allinges ».

Époque Moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution française, en 1792, les troupes républicaines françaises pénètrent dans le Chablais savoyard et la République crée le département du Léman. Hermance est dotés d'un Conseil municipal, d'un maire et d'un adjoint. L'état civil est créé.

Le 16 mars 1816, suite au traité de Turin, le village est réuni au canton de Genève en abandonnant cependant une partie de son territoire rural qui reste en Savoie sarde.

La construction d'une route sur la rive gauche du Léman, achevée en 1851 unit Genève à Hermance. Durant la même période se créent le quai et le débarcadère pour les bateaux. En 1873, un service régulier de vapeurs dessert le port, permettant de joindre les autres villes du bassin lémanique.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Dés 1901, un tramway électrique unit Genève à Hermance, terminus de la ligne. Celui-ci remplacé par un service d'autobus en 1958. Au cours du XVIe siècle et du siècle suivant, le village perdra petite à petit son activité essentiellement tourné vers l'agriculture et la pêche pour héberger essentiellement des travailleurs du Grand Genève attachés au secteur tertiaire.

Politique et Administration[modifier | modifier le code]

Administration publique[modifier | modifier le code]

Liste des syndics[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

En rugby à XV, l'Hermance Région Rugby Club (HRRC), est fondé en 1971 et évolue depuis 1974 en ligue A. Le club a remporté onze fois le championnat suisse et huit fois la coupe suisse en réalisant six fois le doublé ce qui en fait le club le plus titré de Suisse.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Hermance est jumelée depuis 1996 à la commune française de Saint-Christophe-des-Bardes[10], située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :