Pratteln

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pratteln
Blason de Pratteln
Héraldique
Le château de Pratteln.
Le château de Pratteln.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Bâle-Campagne Bâle-Campagne
District Liestal
Communes limitrophes
(voir carte)
Augst, Füllinsdorf, Frenkendorf, Muttenz, Gempen(SO), Grenzach-Wyhlen(D)
Maire Beat Stingelin
NPA 4133
N° OFS 2831
Démographie
Population 16 315 hab. (31 mars 2017)
Densité 1 526 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 02″ nord, 7° 41′ 41″ est
Altitude 298 m
Superficie 1 069 ha = 10,69 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Bâle-Campagne

Voir sur la carte administrative du Canton de Bâle-Campagne
City locator 14.svg
Pratteln

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Pratteln

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Pratteln
Liens
Site web www.pratteln.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Pratteln est une ville et une commune suisse du canton de Bâle-Campagne, située dans le district de Liestal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située sur les bords du Rhin, au pied du plateau du Gempen, le village est cité pour la première fois sous le nom de Brattelo en 1103, comme dépendance du couvent St-Alban, de Bâle. Bien auparavant, la région est colonisée à partir du néolithique comme en témoignent les fouilles archéologiques menées dans la région et qui ont également mis au jour des tombes celtes, romaines et médiévales.

À partir de 1250, date de fondation de l'église locale, la commune est possession de la famille Eptinger. Lors du tremblement de terre de Bâle de 1356, les deux châteaux de la famille, construits respectivement sur une colline et dans le village, sont détruits. La bataille de Pratteln en 1444 verra la victoire du dauphin de France Louis XI sur les confédérés mais sans pour autant aboutir à un traité désavantageux. En 1476, la commune reçoit de l'empereur Frédéric III du Saint-Empire une exemption d'impôts et le droit de tenir chaque année un marché du 1er au 3 octobre. En 1521, l'ensemble des possessions de la famille Eptinger est vendu à la ville de Bâle et Pratteln rejoint alors la Confédération suisse.

Lors des troubles liés à la séparation du canton de Bâle, le village est partiellement détruit le et rejoint le demi-canton suisse de Bâle-Campagne. Le démarre l'extraction de saumure du marais salant, marquant ainsi le début de l'industrialisation de la commune.

De nos jours, la commune fait partie des faubourgs de Bâle. Plusieurs industries s'y sont implantées, bien que la municipalité ait protégé le centre et le sud de village pour y offrir des logements de meilleure qualité correspondant à un niveau de vie élevé. La ville de 15 000 habitants compte cependant le plus fort taux d'étrangers de tout le canton de Bâle, particulièrement concentrés dans les quartiers de Plattenbau "Längi" et "Rankacker".

Économie[modifier | modifier le code]

Zone industrielle de Pratteln

Parmi les nombreuses entreprises ayant une fabrique à Pratteln, on trouve Henkel (produits de soins et d’entretien), Bombardier Transport (fabrication de wagons), Buss (malaxeuses industrielles) ou Rohner (un groupe chimique).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le parc aquatique Aquabasilea se situe sur le territoire communal. Ce parc aquatique est un des plus grands d'Europe.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville de Pratteln est reliée à Bâle par la ligne 14 de tram. Elle est également sur les lignes ferroviaires CFF Bâle-Olten et Bâle-Zurich, où elle dispose d'une gare desservie par deux lignes du RER Bâlois. Enfin, elle se trouve sur le tracé de l'autoroute A2.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Paul Sacher, chef d’orchestre et industriel est originaire de Pratteln.

Monuments[modifier | modifier le code]

La ville possède notamment un château datant de 1275, une église de 1250 et l'hôtel de ville qui date du XVIe siècle. Un peu à l'extérieur de la ville se trouve une ancienne tour de forage datant de 1837.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan de la population résidente permanente (total) selon les districts et les communes, en 2017 », sur Office de la Statistique du Canton de Bâle-Campagne (consulté le 18 juin 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :