Perly-Certoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Perly-Certoux
Perly-Certoux
Vue aérienne de Perly-Certoux.
Blason de Perly-Certoux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Communes limitrophes Bernex, Confignon, Plan-les-Ouates, Bardonnex, Soral, Saint-Julien-en-Genevois
Maire Steve Delaude (l'Alternative)
2021-2022
NPA 1258
No OFS 6632
Démographie
Gentilé Perlysien/Perlysienne, Certousien/Certousienne ou Perly-Certousien/Perly-Certousienne
Population
permanente
3 099 hab. (31 décembre 2019)
Densité 1 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 23″ nord, 6° 05′ 29″ est
Altitude 425 m
Min. 407 m
Max. 452 m
Superficie 2,53 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Perly-Certoux
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Genève
Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Perly-Certoux
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Perly-Certoux
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Perly-Certoux
Liens
Site web www.perly-certoux.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Perly-Certoux est une commune suisse du canton de Genève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une villa gallo-romaine, luxueuse propriété de taille importante datant la fin du Ier siècle et du IVe siècle a été identifiée en 1924 et 1935 déjà par l'archéologue Louis Blondel. Elle a été fouillée de manière extensive en 2009-2010 et ces travaux ont en outre permis de mettre en évidence des vestiges antérieurs à la période romaine. Certains pourraient remonter au Néolithique ou à l'Âge du Bronze, tandis qu'un autre ensemble de céramique est caractéristique de la fin de l'époque gauloise à l'Âge du fer, c'est-à-dire La Tène, du 1er av. J.-C. jusqu'au tournant de notre ère[3]. La parcelle a fait l'objet de nouvelles investigations en 2014-2015[4].

Le site a ensuite été réoccupé par un établissement médiéval entre Xe siècle et le XIVe siècle. Perly n'ayant jamais eu d'église ou de chapelle, les vestiges de maçonnerie découverts doivent appartenir à un petit établissement rural, sans doute un hameau ou un petit village composé de bâtiments construits pour l'essentiel en matériaux légers[3].

Avant la Réforme, les villages Perly et Certoux étaient sous la juridiction de la seigneurie de Ternier, proche de Saint-Julien. Les armoiries de la commune sont empruntées à celles des sires de Ternier.

Après la période d'occupation bernoise et le retour à la Savoie en 1601, les deux villages dépendent de Saint-Julien, administrativement et aussi concernant la paroisse catholique. À la suite des guerres napoléoniennes, Perly et Certoux sont rattachés au nouveau canton de Genève en 1815, au sein de la commune de Compesières, qui comprend aussi Bardonnex et Plan-les-Ouates. La commune de Perly-Certoux est issue de la division de Compesières en 1821.

Traditions[modifier | modifier le code]

La commune célèbre le Feuillu, une fête printanière[5],[6]. Celle-ci est généralement organisée le premier samedi du mois de mai (contrairement à d'autres communes qui le fêtent un dimanche) car ce sont les élèves de l'école primaire de Perly-Certoux qui, la veille, décorent le char du Feuillu avec des branchages et des fleurs fraîches. Chaque année, un élève du cycle élémentaire (environ 4-6 ans) est élu Roi ou Reine de Mai et défile avec son ou sa bien-aimé(e)[7].

À Certoux, on célèbre aussi les Failles, à une date aux alentours du Premier dimanche de carême. Les Failles mettent à l'honneur les habitants de la commune qui célèbrent dans l'année leurs 10, 20, 30, 40 ans... ou tout autre changement de dizaine. La tradition consiste, pour les jubilaires, à brûler des perches enrobées de paille, de sarments et de roseaux le soir à l'apparition de la première étoile, au lieu-dit « le couvert de Certoux », auparavant près du cimetière. Cette coutume se nomme les brandons ailleurs en Suisse romande[8].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à la frontière avec la France. Son principal cours d'eau est la rivière de l'Aire.

La commune de Perly-Certoux est située sur l'axe Genève-Saint-Julien-en-Genevois, en frontière du territoire français, à proximité de l'autoroute de contournement de Genève. Une zone de commerce et d'artisanat s'est développée sur cet axe urbanisé, parallèlement à la zone d'habitation.

Mais la commune de Perly-Certoux participe aussi au paysage genevois des communes rurales et se situe, au nord-ouest, sur une importante pénétrante de verdure comprenant l'Aire, ses parties boisées et sa plaine agricole et maraîchère.

S'ils comprennent quelques exploitations agricoles ou viticoles, le village de Certoux et l'ancien village de Perly sont essentiellement résidentiels.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Perly-Certoux mesure 2,53 km2[2]. 26,7 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 69,8 % à des surfaces agricoles, 3,1 % à des surfaces boisées et 0,4 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Perly et Certoux. Elle est limitrophe des communes genevoises de Confignon, Plan-les-Ouates, Bardonnex, Bernex et Soral ainsi que de la commune française de Saint-Julien-en-Genevois en Haute-Savoie.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Perly-Certoux compte 3 099 habitants fin 2019[1]. Sa densité de population atteint 1 225 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Perly-Certoux entre 1850 et 2018[9] :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le Conseil administratif est composé de trois conseillers administratifs, dont l'un est nommé [Par qui ?]maire pour une année. Les trois conseillers se répartissent les dicastères pour la législature de cinq ans.

Le Conseil municipal est composé de 19 membres. Il est dirigé par un bureau composé d'un président, d'un vice-président et d'un secrétaire. Des commissions, dans lesquelles les partis élus au conseil municipal sont représentés par un ou deux commissaires, proportionnellement à leur nombre de sièges en plénière, traitent des sujets particuliers : finances, bâtiments, affaires sociales, etc.

Le Conseil municipal exerce des fonctions délibératives et consultatives mais il ne peut pas rédiger des lois.

Élection du conseil administratif (15 mars et 5 avril 2020)[modifier | modifier le code]

Résultats du premier tour de l'exécutif du 15 mars 2020[10]
Candidat Suffrages Parti Statut
DELAUDE Steve 577 Alternative villageoise Réélu
SAVIGNY Fernand 487 La Devise Réélu
WASEM Prisca 408 La Devise Non élue
MARTIGNONI Ivan 345 Alternative villageoise Non élu
CONRADIN Stephan 277 La Devise Non élu
Majorité absolue 443
Participation 39,41 %
Résultats du deuxième tour de l'exécutif du 5 avril 2020[11]
Candidat Suffrages Parti Statut
DELAUDE Steve Alternative villageoise Réélu au premier tour
SAVIGNY Fernand La Devise Réélu au premier tour
WASEM Prisca 461 La Devise Élue
MARTIGNONI Ivan 361 Alternative villageoise Non élu
Participation 36,75 %

Membres du conseil administratif (législature 2020-2025)[modifier | modifier le code]

L'exécutif de la commune, entré en fonction le , se compose de la façon suivante :

Membres du Conseil administratif actuel (législature 2020-2025)[12]
Identité Étiquette Fonction
(Période 2021-2022)
Dicastères
Steve Delaude Alternative villageoise Maire Sécurité civile
Culture, Loisirs et Manifestations
Sports
Communication et Réclamations
Prisca Wasem La Devise Vice-maire Bâtiments
Environnement
Enfance et jeunesse
Communication
Fernand Savigny La Devise Conseiller administratif Aménagement, Urbanisme, Plan directeur et Mobilité
Finances, Impôts et Promotion économique
Affaires sociales
Administration générale et ressources humaines
Communication
Routes et Écoulement des eaux

Conseil municipal (2020-2025)[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la législature 2020-2025.

À la suite des élections municipales du , le conseil municipal, composé de 19 membres (ainsi que d'un bureau avec un président, un vice-président et un secrétaire), est renouvelé, et est représenté de la manière suivante[13] :

Parti Voix Suffrages en % +/- Sièges +/-
LA DEVISE 392 51,15 % en diminution 8,36
10  /  19
en diminution 1
ALTERNATIVE VILLAGEOISE 381 48,85 % en augmentation 8,36
9  /  19
en augmentation 1

Liste des maires puis des conseillers administratifs[modifier | modifier le code]

Entre 1815 et 2015, la commune de Perly-Certouy n'avait pas de Conseil administratif mais seulement des maires et des adjoints élus par la population.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Christiane Favre La Devise Députée au Grand Conseil du canton de Genève de 2005 à 2009 puis de 2010 à 2013
Fernand Savigny La Devise Adjoint au maire de 1995 à 2007


Dès 2015, la commune se dote d'un Conseil administratif constitué de trois membres.

Liste des conseillers administratifs successifs
(depuis 2015)
Période Identité Étiquette Qualité
[14] Yves Marie Trono La Devise -Adjoint au maire de 2011 à 2015

-Maire en 2015/2016

Christian Gorce La Devise -Adjoint au maire de 2009 à 2015

-Maire en 2016/2017 et 2018/2019

en cours Fernand Savigny La Devise -Adjoint au maire de 1995 à 2007
-Maire de 2007 à 2015, 2017/2018 et depuis le
[15] en cours Steve Delaude Alternative villageoise -Maire en 2019/2020
en cours Prisca Wasem La Devise  

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. a et b Denis Genequand, «Aux origines du village de Perly: occupation d'époque gauloise , villa gallo-romaine et établissement médiéval», Découvertes archéologiques dans le canton de Genève 2010-2011 (Patrimoine et architecture, Série archéologique n°1), Office du patrimoine et des sites, Genève 2013, pp. 7-15.
  4. Denis Genequand, «Investigations dans la pars rustica de la villa gallo-romaine de Perly», Archéologie genevoise 2014-2015 (Patrimoine et architecture, Série archéologie n° 3), Office du patrimoine et des sites, Genève, février 2017, pp. 61-64.
  5. « Calendrier des manifestations communales », commune de Perly-Certoux, procès-verbal de la séance du conseil municipal du 18 octobre 2007, p.7.
  6. Jean-Marc Membrez, « Perly-Certoux » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  7. « Activités », sur Appertoux (consulté le ).
  8. Éric Eigenmann, « Jeux profanes genevois: les Alouilles, les Failles, le Feuillu », dans le Dictionnaire du théâtre en Suisse en ligne.
  9. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  10. « Perly-Certoux - Résultats détaillés - Élection des exécutifs communaux (premier tour) du 15 mars 2020 - République et canton de Genève - GE.CH », sur www.ge.ch (consulté le )
  11. « Perly-Certoux - Résultats détaillés - Second tour de l'élection des exécutifs communaux du 05 avril 2020 - République et canton de Genève - GE.CH », sur www.ge.ch (consulté le )
  12. https://www.perly-certoux.ch/fr/pages/politique/conseil-administratif-executif-8
  13. « Perly-Certoux - Résultats détaillés - Élection des conseils municipaux du 15 mars 2020 - République et canton de Genève - GE.CH », sur www.ge.ch (consulté le )
  14. « Yves Marie Trono quitte la politique communale », sur Certoux.ch (consulté le ).
  15. https://www.ge.ch/elections/20181014/perly-certoux/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :