Brigue-Glis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brigue-Glis
(de) Brig-Glis
Brigue-Glis
Vue sur la ville de Brigue et le Glishorn.
Blason de Brigue-Glis
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Brigue
Localité(s) Brigue, Brigerbad, Gamsen, Glis
Président Mathias Bellwald (PLR)
NPA 3900
No OFS 6002
Démographie
Population
permanente
13 221 hab. (31 décembre 2020)
Densité 347 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 00″ nord, 7° 58′ 00″ est
Altitude 691 m
Superficie 38,08 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Brigue-Glis
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Brigue-Glis
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du canton du Valais
City locator 14.svg
Brigue-Glis
Liens
Site web www.brig-glis.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Brigue-Glis, appelée en allemand Brig-Glis, est une ville et une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Brigue dont elle est le chef-lieu. La principale localité de la commune est Brigue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Brigue-Glis mesure 38,08 km2[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Brigue-Glis compte 13 221 habitants fin 2020[1]. Sa densité de population atteint 347 hab./km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été formée en 1972, lors de la fusion des communes de Brigue, Brigerbad et Glis.

Brigue-Glis a été nommé Ville alpine de l'année en 2008 pour son engagement au soutien de la Convention alpine et dans le développement durable.

Économie[modifier | modifier le code]

  • EWBN-Gruppe, production d’énergie électrique

Médias[modifier | modifier le code]

  • RhoneZeitung RZ

Écoles[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Château de Stockalper, construit entre 1658 et 1678.
  • Église du Collège Spiritus Sanctus, construite entre 1675 et 1685.
  • Chapelle St. Antonius Eremita, construite en 1304 et transformée aux XVe et XVIIIe siècles.
  • Église des Ursulines Sainte-Trinité, érigée en 1732.
  • Chapelle Saint-Sébastien, construite en 1636.
  • Église paroissiale du Sacré-Cœur, construite entre 1967 et 1970.

Transports[modifier | modifier le code]

Photo aérienne historique de Werner Friedli de 1949.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2020 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).