Chazelles-sur-Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chazelles.
Chazelles-sur-Lyon
La Chapellerie.
La Chapellerie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Feurs
Intercommunalité Communauté de communes Forez Est
Maire
Mandat
Pierre Véricel
2014-2020
Code postal 42140
Code commune 42059
Démographie
Gentilé Chazellois(es)
Population
municipale
5 150 hab. (2014)
Densité 246 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 22″ nord, 4° 23′ 33″ est
Altitude Min. 414 m – Max. 631 m
Superficie 20,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Chazelles-sur-Lyon

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Chazelles-sur-Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chazelles-sur-Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chazelles-sur-Lyon
Liens
Site web chazelles-sur-lyon.fr

Chazelles-sur-Lyon est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Chazelles-sur-Lyon est proche de la rivière Coise.

Communes limitrophes :

Rose des vents Maringes Viricelles Grézieu-le-Marché (Rhône) Rose des vents
Bellegarde-en-Forez,
Saint-Galmier
N Coise (Rhône)
O    Chazelles-sur-Lyon    E
S
Saint-Médard-en-Forez Chevrières Saint-Denis-sur-Coise

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existait à Chazelle-sur-Lyon une paroisse de l'église de Saint-Romain-le-Vieux[1] dépendant de l'Île Barbe, plus ancienne que l'église Notre-Dame actuelle et disparue au XIIIe siècle. J.-E. Dufour l'a formellement localisée à l'emplacement du hameau la Tour[2].

Guy II, comte du Forez, céda ses droits sur Chazelles en Forez, en 1148, aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ceux-ci donnèrent le nom de Chazelles-sur-Lyon à la commune, et apportèrent, d’après la légende, la technique du feutre (amalgame de poils liés par foulage).

En 1889, le tramway circule pour la première fois entre les gares de Viricelles-Chazelles et de Saint-Symphorien-sur-Coise (séparées de 5 kilomètres). Il a assuré le service de 1899 à 1933, en transportant une moyenne annuelle de 100 000 voyageurs, et 15 000 tonnes de marchandises dans les années fastes, avant d’être définitivement fermé.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Chazelles-sur-Lyon (Loire).svg

Les armoiries de Chazelles-sur-Lyon se blasonnent ainsi :

De gueules à la (burelle abaissée d’argent, supportant une) tour d'argent, maçonnée, ajourée et ouverte de sable, au lion d’or couché au pied de la tour et brochant sur le tout.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1983 Armand Bazin Rad. puis DVG Conseiller général
1983 1989 Gérard Seux RPR Conseiller général
1989 1995 Jean-Paul Auberger    
1995 2000 Jean Bouthéon    
janvier 2000 mars 2008 Marguerite Lacroix DVD  
mars 2008 en cours Pierre Véricel LR  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Chazelles-sur-Lyon sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Chazelles-sur-Lyon Maire Pierre Véricel 2014 2020
Cantonales Chazelles-sur-Lyon Conseiller général Jean-Paul Blanchard 27 mars 2011 2015
Législatives 6e circonscription Député Paul Salen juin 2017
Régionales Rhône-Alpes Président du conseil régional Jean-Jack Queyranne 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande mai 2017

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 150 habitants, en augmentation de 1,04 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 400 2 364 3 017 3 071 3 079 2 822 3 011 3 086 3 272
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 011 5 332 5 688 5 870 5 915 6 017 5 567 5 461 5 607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 727 6 090 6 041 5 425 5 774 6 008 6 003 6 108 5 902
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
5 717 5 546 5 360 5 021 4 895 4 801 5 074 5 137 5 150
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Pernetti (1696-1777), chanoine, prêtre, historiographe de Lyon, né à Chazelles-sur-Lyon.
  • Alexandre Séon (1855-1917), peintre symboliste, élève d'Henri Lehmann et de Pierre Puvis de Chavannes, né à Chazelles-sur-Lyon.
  • Alfred Vernay (1877-1950), homme politique, journaliste, né à Chazelles-sur-Lyon.
  • Alain Rousset (1951-), homme politique, né à Chazelles-sur-Lyon.
  • Gilles Viricel (1966-), cavalier, médaille d'argent par équipe aux Championnats d'Europe de concours complet d'équitation de 2005, né à Chazelles-sur-Lyon.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Atelier-Musée du Chapeau[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un atelier musée du chapeau est ouvert depuis 1983 dans une ancienne fabrique, dans la commune. Cet atelier-musée est le seul en France qui travaille le chapeau de feutre de poil. Cette fabrication a fait la renommée de Chazelles-sur-Lyon à la fin du XIXe siècle et dans la 1re moitié du XXe siècle. Cette industrie employait alors 2 500 ouvriers dans plus de 20 usines dont quelques cheminées restantes rappellent l'importance.

L'atelier-Musée est labellisé Musée de France. Il présente le processus de fabrication via des visites guidées, des vidéos, des animations, des machines en fonctionnement, des démonstrations de mise en forme du chapeau, des stages de loisirs créatifs; une galerie de coiffures du XVIIIe siècle à nos jours avec des modèles de grands couturiers ou modistes comme Christian Dior, Nina Ricci, Paco Rabanne, Pierre Cardin, Hermès, Jacques Pinturier ; des chapeaux de célébrités : Grace Kelly, Fernandel, François Mitterrand, Fellag, Marc Veyrat ; un atelier de production et un centre de formation dont les chapeaux sont en vente à la boutique et enfin une biennale des Arts du Chapeau. L'ouverture du nouveau Musée a eu lieu le 7 avril 2013 : il a été transféré à la Chapellerie nom officiel donné au site d'une ancienne usine de chapeaux de feutre de poils de lapin, l'usine Fléchet, de 1902, inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. La restauration du bâtiment par le cabinet d'architectes Vurpas (Lyon), la muséographie, entièrement repensée, le déploiement du centre de formation et de l'atelier de production, l'installation sur place d'une résidence de créateurs de mode et d'un restaurant font de ce lieu un pôle attractif capital pour le territoire et ouvert au national comme à l'international.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[7].

Voies[modifier | modifier le code]

212 odonymes recensés à Chazelles-sur-Lyon
au 13 avril 2014
Allée Ave. Bld Carr. Chemin Côte Cour Imp. Montée Pass. Place Pont Route Rue Ruelle Sentier Square Autres Total
3 [N 1] 5 [N 2] 3 [N 3] 1 [N 4] 4 [N 5] 1 [N 6] 1 [N 7] 8 0 4 [N 8] 6 [N 9] 0 1 [N 10] 96 [N 11] 0 0 3 [N 12] 76 [N 13] 212
Notes « N »
  1. Allée de Rochefournier, Allée Dominique Moretton et Allées Plein Soleil.
  2. Avenue du 8-Mai, Avenue du 11 novembre, Avenue des Tilleuls, Avenue du Forez et Avenue du Souvenir.
  3. Boulevard de la République, Boulevard de la Résistance et Boulevard Peronnet.
  4. Carrefour Saint-Roch.
  5. Chemin de Chanteperdrix, Chemin de Meys, Chemin du Plasson et Chemin du Vincent.
  6. Côte Chaude.
  7. Cour du Château
  8. Passage des Fouleurs, Passage des Semousseurs, Passage du Bastissage et Passage du Chapeau Blanc.
  9. Place Charles de Gaulle, Place de l'Hôtel de Ville, Place de la Poterne, Place des Portes, Place Jean Baptiste Galland et Place Massenet.
  10. Route de Montbrison.
  11. Dont Rue du 19-Mars-1962.
  12. Square Albert Jouffraix, Square du Castorinage et Square Gilbert Mourlat.
  13. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Sanctum Romanum Senem" (1130-1150) Chart. du Forez, n°2, p. 4. - ""Ecclesia Sancti Romani Vetuli"" (1183) Masures de l'Ile-Barbe, T. I, p. 117.
  2. J.-E. DUFOUR, Dictionnaire topographique du département de la Loire, PUSE, (1946 1re ed.), 2006, p. 918.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]