Pouilly-lès-Feurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouilly.
Pouilly-lès-Feurs
Image illustrative de l'article Pouilly-lès-Feurs
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Feurs
Intercommunalité Communauté de communes Forez Est
Maire
Mandat
Brigitte Bratko
2014-2020
Code postal 42110
Code commune 42175
Démographie
Population
municipale
1 239 hab. (2014)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 57″ nord, 4° 13′ 57″ est
Altitude Min. 338 m
Max. 526 m
Superficie 13,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Pouilly-lès-Feurs

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Pouilly-lès-Feurs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouilly-lès-Feurs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouilly-lès-Feurs

Pouilly-lès-Feurs est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pouilly-lès-Feurs fait partie du Forez, situé a 15 km de Feurs et 35 km de Saint-Etienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme "Pouilly" fait référence à l'une des tribus rustiques de Rome Pollia à laquelle les enfants de légionnaires, nés dans les provinces de l’Empire, appartenaient par le droit du sol[1].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Pouilly-lès-Feurs 01(Loire).svg

Les armoiries de Pouilly-lès-Feurs se blasonnent ainsi :

Coupé: au 1er parti au I de gueules au dauphin d’or, au II de gueules à la crosse d’or mouvant de la partition, au 2e de sinople à la porte de ville adextrée d’une tour, le tout crénelé d’argent, ouvert et ajouré du champ ; aux deux filets ondés brochant sur la partition.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1956 1972 Paul Villié    
1972 1983 Jean Garel    
mars 1983 novembre 2006 Jean-Claude Frécon PS Conseiller général, Sénateur
novembre 2006 en cours Brigitte Bratko[2] DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 239 habitants, en augmentation de 7,74 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 1 006 968 1 127 1 140 1 152 1 184 1 220 1 147
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 177 1 200 1 233 1 205 1 245 1 143 1 157 1 159 1 125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 100 1 055 974 801 805 788 772 695 715
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
719 842 842 953 1 021 989 1 010 1 150 1 239
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Quai de la Vesne, un tour des remparts et au fond le prieuré.
Monument aux morts.
  • Remparts du XVe siècle
    • 9 tours
    • 2 portes
  • Prieuré clunisien fondé en 966 et dont l'architecture actuelle a été réalisée entre les XIIe XVe siècles
    • rempart
    • tour attenante
    • salle de la justice
    • cachots
    • 3 salles avec grandes cheminées de pierre
  • Ancien château de Pravieux du XVIe siècle (Renaissance)
    • pavillon du XVIIe siècle
    • porte armoriée du XVe siècle
    • fresques galantes du XVIe siècle
  • Château de Pravieux du XVIe siècle
  • Maison de Villié
  • Château de La Boérie du XVIIIe siècle
  • Manoir du XVIe siècle à La Thuilière
  • Château des Chassaings

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Tous les ans, s'y tient le Festival du Rempart qui a vu passer des artistes comme Amélie les crayons ou encore Pierpoljak.

En parallèle, les Tremplins du Rempart mettent en avant les groupes phares de la scène régionale.

En 2006 c'est le groupe rock Jack Sparrow qui remporte le tremplin et se voit donc offrir une place lors de l'édition 2007 du festival.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier GOUVERT, Problème et méthodes en toponymie française, Thèse ss. la direction de Jean-Pierre Chambon, 2008, p. 837.
  2. « POUILLY-LES-FEURS », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 31 mai 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :