Salt-en-Donzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salt-en-Donzy
Salt-en-Donzy
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Intercommunalité Communauté de communes de Forez-Est
Maire
Mandat
Jean Luc Laval
2020-2026
Code postal 42110
Code commune 42296
Démographie
Gentilé Saltois, saltoises
Population
municipale
545 hab. (2018 en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 18″ nord, 4° 17′ 23″ est
Altitude Min. 346 m
Max. 490 m
Superficie 8,93 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Feurs
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Feurs
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Salt-en-Donzy
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Salt-en-Donzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salt-en-Donzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salt-en-Donzy

Salt-en-Donzy est une commune française située dans le département de la Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Salt-en-Donzy fait partie du Forez.

La commune est distante de 28 km de Montbrison[1], sa sous-préfecture, et 52 km de sa préfecture, Saint-Étienne[2].

Communes limitrophes de Salt-en-Donzy
Salvizinet Jas
Feurs Salt-en-Donzy Saint-Barthélemy-Lestra
Valeille

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Salt-en-Donzy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Feurs, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 16 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

"Donzy" dérive de "Dominiacum" (littéralement "la terre appartenant au seigneur") indique que Salt faisait partie du domaine comtal (avec Sainte-Agathe, Rozier et Essertines).

Donzy est mentionné dans les sources en l'an mil[8] et le château dès 1080[9]. L'église, une chapelle à l'intérieur du château, était dédiée à saint Alban (saint Albin de Lyon?) dépendait du prieuré Saint-Julien de Salt.

Le prieuré de Salt dédié à saint Julien est attesté en 1018 en faveur de l'abbaye de Savigny[10].

En 1167, Guy II de Forez, alors en conflit avec l'archevêque de Lyon, obtient de Louis VII les droits régaliens pour le château de Donzy et ses dépendances[11].

Le château et ville de Donzy dans l'armorial de Revel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Robert Chassin    
2014 En cours Jean-Luc Laval[12]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2018, la commune comptait 545 habitants[Note 3], en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013 (Loire : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310273301413331400383425409
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
396385403371408486466447424
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
383411352305321280291315311
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
244278346374412393420517535
2018 - - - - - - - -
545--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le "Gour chaud" : source d'eau chaude se trouve sur la commune, elle approvisionnait probablement les thermes à l'époque gallo-romaine de la ville voisine de Feurs. À noter, la présence des ruines d'un château médiéval, légèrement ensevelies par la végétation qui ont été malheureusement oubliées de la population.

Ces ruines sont aujourd'hui en cours de restauration par l'association du patrimoine. Actuellement, c'est le moulin qui bénéficie de ses soins. A terme, les habitants pourront bénéficier d'un accès direct à la rivière (La Charpassonne).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Salt-en-Donzy et Montbrison », sur le site OpenStreetMap (consulté le 9 janvier 2021).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Salt-en-Donzy et Saint-Étienne », sur le site OpenStreetMap (consulté le 9 janvier 2021).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. "In Donziaco", 1000, Cart. de Savigny, n° 415, p. 226. Lire en ligne
  9. "Ecclesia Sancti Albani quae decitur capella un Donziaco castro", 1090, Cart de Savigny, n° 829. Lire en ligne
  10. Cart. de Savigny, n° 652 et suivantes. < Lire en ligne
  11. Louis VII, roi des Francs (1137-1180), accorde à son ami Gui II, comte de Lyon et de Forez (ap. 1136 et av. 1158 -1206), lors de la visite faite à sa cour à Bourges, les châteaux qu'il tenait en seigneur de lui à Montbrison et à Monsupt, pour lesquels il fait hommage et foi. Le comte fait enregistrer au roi les autres châteaux de Montarcher, Saint-Chamond, de La Tour-en-Jarez, de Chamousset pour les lui remettre. Enfin le comte demande au roi, pour accroître son fief, les droits régalien au sein des châteaux de Marcily, de Donzy et de ses dépendances, de Cleppé, de Saint-Priest-en-Jarez, de Lavieu et de Saint-Romain-le-Puy, https://sites.google.com/site/agerjarensis/
  12. « Salt-en-Donzy », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 30 juillet 2015).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :