Balbigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Balbigny
Balbigny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Communauté de communes de Forez-Est
Maire
Mandat
Gilles Dupin
2020-2026
Code postal 42510
Code commune 42011
Démographie
Gentilé Balbignois [1]
Population
municipale
2 840 hab. (2019 en diminution de 3,04 % par rapport à 2013)
Densité 167 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 09″ nord, 4° 11′ 17″ est
Altitude Min. 314 m
Max. 482 m
Superficie 16,98 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Balbigny
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Coteau
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Balbigny
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Balbigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balbigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balbigny
Liens
Site web balbigny.fr

Balbigny est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Balbigny est située en bord de Loire, à 10 km de Feurs[2]. Cette commune est traversée par la RN 82 qui va de Saint-Étienne (62 km[3]) à Roanne (31 km[4]). Elle est également desservie par une sortie autoroutière (échangeur A72/A89).

Balbigny est située aux environs du 275e kilomètre de la Loire (fleuve).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Balbigny est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Balbigny, une unité urbaine monocommunale[8] de 2 965 habitants en 2017, constituant une ville isolée[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (54,8 %), zones urbanisées (12,6 %), forêts (12,1 %), zones agricoles hétérogènes (7,1 %), terres arables (5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,4 %), eaux continentales[Note 2] (4,1 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Il existait une allée couverte dite les Grandes Pierres ou, parfois, le tombeau de Balbinus. Elle a été détruite en 1811 ou 1812[14].

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Parmi de nombreux vestiges gallo-romains, une ancienne borne milliaire est toujours visible au bord de la route nationale près de l'église.[réf. nécessaire]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

La première mention de Balbigny date de 1090 ("Gaubertus de Balbineu")[15]. "Albiniaco" est mentionné dans la permutation de 1173.[réf. nécessaire]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Du XVIIIe siècle au XIXe siècle, quand la Loire était sauvage, Balbigny était un village de bateliers : les hommes naviguaient sur les rambertes (bateaux à fond plat qui transportaient le charbon extrait à Saint-Étienne). Les rambertes chargés de charbon arrivaient de Saint-Rambert-sur-Loire et faisaient escale à Balbigny pour que les bateliers soient remplacés. Ils guidaient alors les rambertes jusqu'à Roanne. Mais le chemin de fer fait son apparition et le , la troisième ligne de chemin de fer de France, passant par Balbigny, ouvre ses voies. Cette ligne reliait Andrézieux-Bouthéon à Roanne. En 1913, Balbigny est relié à Saint-Germain-Laval et Régny. Le chemin de fer sert alors à transporter le charbon, mais il permet aussi aux agriculteurs de se rendre dans les différents marchés et de vendre leurs marchandises.[réf. nécessaire]

L'ancien pont suspendu de l'architecte Jean-Michel Dalgabio traversant la Loire et reliant Balbigny à la route de Nervieux, construit en 1837, fut détruit en 1940 pour stopper l'avancée des troupes allemandes. Une passerelle provisoire permet alors de traverser la Loire. Le pont actuel est ouvert en 1950[16].

En avril 1968, Jean Tastevin, dirigeant de la C.F.M.F. (Compagnie Française de Matériel Ferroviaire), grand amateur de voitures de luxe, met au point la « Monica » (en hommage à son épouse « Monique »).[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le maire sortant ne s'est pas représenté aux élections municipales de 2014 ; Gilles Dupin remporte ces élections au premier tour avec 50,60 % des voix, battant André Thomas (49,39 %). Le taux de participation est de 66,68 %[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1983 Jean Salardon    
mars 1983 1992 Aimé Gabriel    
1992 mars 2008 Jean Bourrat    
mars 2008 mars 2014 Jean-Marc Regny    
mars 2014 En cours
(au 25 mai 2020)
Gilles Dupin [18]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Retraité fonction publique[19]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2019, la commune comptait 2 840 habitants[Note 3], en diminution de 3,04 % par rapport à 2013 (Loire : +1,18 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9007738451 1561 2301 2411 9481 3211 432
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5451 6611 6381 6101 5331 6141 6631 6921 742
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7381 7171 6901 7221 8511 9641 8361 7201 786
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 8402 0232 3142 4692 4152 6162 5872 5462 809
2014 2019 - - - - - - -
2 9622 840-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commodités[modifier | modifier le code]

Collège Michel-de-Montaigne.

Balbigny possède une école maternelle, deux écoles primaires (une privée, une publique) et un collège (le collège Michel-de-Montaigne).

Elle possède une médiathèque, une MJC et un cinéma. Les associations sont nombreuses pour une commune de cette taille. Malgré le fait que la commune ne soit pas chef-lieu de canton, elle est habilitée à délivrer les nouveaux passeports biométriques.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le siège de la radio musicale Fever est à Balbigny. Autrefois Radio Pytagor, fondée en 1988-1989 comme radio du collège, Radio Fever, maintenant indépendante, a gardé son site d'émission au collège[24].

Économie et transports[modifier | modifier le code]

Balbigny était le siège de l'équipementier sportif français Duarig qui a déposé le bilan en 2014.

Les commerces des commodités du quotidien sont présents : boulangeries, quelques banques, bar-tabac, fleuriste et un supermarché entre autres.

Avec l'arrivée de l'A89, un syndicat mixte, composé du Conseil général et de trois communautés de communes partenaires, met en place une ZAIN c'est-à-dire une zone d'aménagement d'intérêt national afin d'accueillir des entreprises. La commune s'est dotée d'un plan local d'urbanisme ; pour une ville de cette taille c'est assez rare.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

La commune de Balbigny est reliée par autoroute A72 et A89 aux villes de Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Lyon (depuis l'ouverture du tronçon de l'A89 entre Balbigny et La Tour-de-Salvagny en 2013) et par la voie express N 82 à Roanne. Balbigny se trouve ainsi à 40 min de la capitale des Gaules au lieu de h 20 min avant la construction de l'autoroute.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune de Balbigny est desservie par la ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache et la gare de Balbigny et permet de rallier les deux pôles urbains départementaux Saint-Étienne et Roanne.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne de bus 105 du réseau TIL relie Balbigny à Saint-Étienne et la ligne 201 assure la liaison entre Balbigny et Roanne.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Taurin de Balbigny fut construite au XIIe siècle. À l'époque, elle forme juste un rectangle avec une tour. En 1844, une nef et des bas-côtés lui sont ajoutés. Le clocher est rehaussé de 4 mètres en juillet 1934. En 1998, les peintures intérieures sont restaurées.
  • Le viaduc de Chessieux : construit pour la ligne de Vichy à Régny de la Société des Chemins de fer du Centre Vichy - Régny. Le train surnommé « le tacot » se rendait au-delà de Saint-Georges-de-Baroille. Aujourd'hui, le pont est toujours utilisé par les voitures pour franchir la Loire.
  • Le monument aux morts, qui commémore 76 victimes de la guerre 1914-1918 et 4 victimes de la guerre 1939-1945.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Balbigny et Feurs », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Balbigny et Saint-Étienne », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  4. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Balbigny et Roanne », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Balbigny », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. [Antoine 1883] M. Antoine, Histoire du Forez de l'époque gauloise à nos jours, Saint-Étienne, libr. Chevalier / impr. Theolier & Cie, , 245 p., sur gallica (lire en ligne), p. 14.
  15. [Bernard 1853] (fr + la) Auguste Bernard, Cartulaire de l'abbaye de Savigny. Suivi du Petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, vol. 1 : Cartulaire de Savigny (2 vol.), Paris, Imprimerie impériale, coll. « Collection de documents inédits sur l'histoire de France », première série : « Histoire politique », , 547 p., sur gallica (lire en ligne), p. 443 (no 833).
  16. [Vannier & Vannier] Fl. Vannier et Serge Vannier, « Des ponts sur la Loire », sur forez-info.com, Forez info, (consulté en ).
  17. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  18. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  19. « Résultats municipales 2020 à Balbigny », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. Ficche de Radio Fever sur l'Annuaire des radio's françaises
  25. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  26. « La famille de Kad Merad est de retour en terre ligérienne », sur www.leprogres.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]