Triple saut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Triple saut
Description de cette image, également commentée ci-après
Le triple sauteur britannique Phillips Idowu en 2009.
Caractéristiques
Catégorie Sauts
Genre M/F
Surface Piste extérieure et couverte
Apparition JO Hommes : 1896
Femmes : 1996
Records masculins
Record du monde 18,29 m :
Jonathan Edwards (1995)
Record du monde en salle 18,07 m :
Hugues Fabrice Zango (2021)
Record olympique 18,09 m :
Kenny Harrison (1996)
Records féminins
Record du monde 15,67 m :
Yulimar Rojas (2021)
Record du monde en salle 15,43 m :
Yulimar Rojas (2020)
Record olympique 15,67 m :
Yulimar Rojas (2021)
Champions en titre
Jeux olympiques Pedro Pichardo (2021)
Yulimar Rojas (2021)
Championnats du monde Christian Taylor (2019)
Yulimar Rojas (2019)
Champ. du monde en salle Lázaro Martínez (2022)
Yulimar Rojas (2022)

Le triple saut[1] Écouter est une épreuve d'athlétisme consistant à couvrir la plus longue distance possible en sautant à partir d'une marque fixe, après une course d'élan, et en exécutant une séquence de trois sauts. L'IAAF définit la discipline comme tel : « 1. Le triple saut consiste en un saut à cloche-pied, une enjambée et un saut, effectués dans cet ordre. 2. Le saut s’effectuera de telle sorte que l'athlète retombe d’abord sur le pied avec lequel il a pris son appel, puis au deuxième saut, sur l'autre pied, à partir duquel le saut est terminé »[2].

Technique[modifier | modifier le code]

International University Sports Federation - Gwangju 2015 - Men's Triple Jump Final, Dmitrii SOROKIN (RUS 17.29) wins Gold.

Tout comme le saut en longueur, les athlètes ont une course d'élan pour gagner de la vitesse et prennent leur impulsion avant une planche (située à 13, 11, 9 ou 7 mètres du sable, selon le niveau, la catégorie et le sexe). Au terme du dernier saut, ils atterrissent dans du sable pour amortir leur chute. Les trois bonds successifs exécutés sont : un cloche pied, une foulée bondissante et un saut en longueur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'antiquité[modifier | modifier le code]

Le triple saut n'est pas attesté dans les jeux sportifs antiques ou les Jeux Olympiques antiques, malgré les sources limitées. Le saut en longueur faisait partie du pentathlon. Certains commentateurs ont crû voir une trace d'un triple saut par les performances de Phaÿllus de Crotone et Chionis de Sparte, ayant réalisé des sauts de 15-16 mètres[3], ce qui est considéré comme très improbable pour un saut, même avec les haltères antiques (en) mais correspondent à des performances de triple saut. On justifie l'existence de la discipline en interprétant un passage relevé par Immanuel Bekker (Anecdota Graeca, 224) même s'il semble qu'il y eut des confusions grammaticales avec les termes utilisés[4]. Il y eut une supposition comme étant les résultats additionnés de trois sauts en longueur[5],[6]. Mais il semble que les résultats retranscrits pour Chionis, souffrent d'une transmission manuscrite corrompue et pour Phaÿllus, son exploit provient d'une épigramme humoristique tardive[4],[7].

Hommes[modifier | modifier le code]

Le triple saut était déjà pratiqué avant les Jeux olympiques avec des performances homologuées en 1884[6].

Débuts olympiques[modifier | modifier le code]

Le triple saut est représenté aux Jeux olympiques modernes depuis leur première célébration en 1896.

À l'origine le triple saut se compose de deux cloches-pied puis d'un saut. Les Irlandais, qui ont développé cette discipline, remarquent que l'on va plus loin avec un bond sur la jambe d'appel plutôt que sur l'autre, et qu'ainsi le « hop, step and jump » qui existe aujourd'hui est plus efficace que le triple bond simple[8]. Le triple saut est toutefois longtemps resté une discipline délaissée. La NCAA qui régit les compétitions universitaires américaines ne l'officialisera qu'en 1962. Ces jugements permettent à un autre pays, le Japon, de dominer jusqu'à la fin des années 1930 les podiums et records internationaux. Sur le plan technique, le découpage des sauts explique à lui seul l'évolution de la discipline. Lors du record du monde établi par Mikio Oda en 1931 avec une performance de 15,58 m, le saut se détaille ainsi : 6,50 m au premier bond, 3,56 m au deuxième et 5,52 m au dernier. Cela montre que le premier saut est maximisé, au détriment des sauts suivants. À noter que son successeur, Chuhei Nambu, également japonais, sera le seul à détenir à la fois le record du monde du saut en longueur et du triple saut.

Une discipline souvent négligée[modifier | modifier le code]

Il faut attendre la fin des années 1940 pour qu'un premier champion de légende émerge dans le triple saut. Adhemar da Silva, Brésilien, devient le premier sauteur à plus de 16 mètres. Le découpage de ses sauts montre qu'il privilégiait l'équilibre entre le « hop », le « step » et le « jump ». En témoigne son record à 16,22 m : 6,20 m au premier bond, 4,75 au deuxième et 5,27 au dernier, soit 38 %, 30 % et 32 % de la distance finale. Da Silva saute ensuite à 16,56 m en 1955, certes à Mexico avec une altitude de 2 200 m mais ce saut améliore tout de même de 33 cm le record du monde précédent. Cependant Da Silva comme la plupart des grands sauteurs de l'époque, majoritairement des Soviétiques, effectuent le « hop » très en hauteur et avec une grande puissance. Pour franchir les 17 mètres, une nouvelle technique s'imposait. Joseph Schmidt, double champion olympique en 1960 et en 1964, tente, lui, de conserver au maximum sa vitesse horizontale. Très rapide (10,4 s au 100 m) il ne force pas son hop pour conserver de la vitesse pour le step et le jump. S'ensuit un saut fabuleux à 17,03 m, record battu encore une fois de 33 cm, avec le découpage 5,90 m - 5,02 m - 6,02 m.

L'arrivée des pistes synthétiques à la fin des années 1960 va grandement permettre de faire évoluer les performances. Dans une discipline de bondissements, la qualité d'amortissement et de renvoi des pistes est primordiale. Les nouvelles pistes et l'altitude des jeux de 1968 à Mexico permettent à 6 concurrents de dépasser 17 mètres et au vainqueur d'établir une nouvelle marque de référence à 17,39 m. Ce saut est l'œuvre de Viktor Saneïev, qui en plus du titre olympique en 1968 obtiendra celui de Munich en 1972 puis de Montréal en 1976. Proche de réaliser une passe de quatre inédite, il terminera 2e en 1980 à seulement 9 cm du vainqueur. Saneïev va donc dominer la discipline pendant une décennie. Dans la ville de Mexico qui a connu 14 records du monde dans cette discipline en 25 ans, l'altitude aidant, le Brésilien João Carlos de Oliveira signe en 1975 un saut de 17,89 m, soit 45 centimètres de mieux que le précédent record.

1986-1988 : Khristo Markov au sommet[modifier | modifier le code]

Après un premier titre de champion d'Europe en 1986, il remporte la médaille d'or du triple saut lors des Championnats du monde d'athlétisme 1987 à Rome avec la marque de 17,92 m. L'année suivante, Markov remporte un nouveau titre international en s'imposant en finale des Jeux olympiques d'été de 1988 à Séoul. Il signe à cette occasion un nouveau record olympique de la discipline en 17,61 m. En 1990, il décroche la médaille d'argent des Championnats d'Europe d'athlétisme de Split.

1990-1995 : domination américaine[modifier | modifier le code]

Kenny Harrison et Mike Conley sont en tête des bilans mondiaux et glanent les médailles d'or aux championnats du monde 1991 et 1993 et Jeux olympiques de 1992 et 1996.

Jonathan Edwards : au tournant du siècle et au carrefour de l'histoire[modifier | modifier le code]

Alors que le triple saut féminin fait seulement son apparition dans les années 1980, ces années sont marquées par l'attente du premier sauteur à 18 mètres. Longtemps attendue et parfois dépassée mais avec un vent trop favorable, c'est finalement Jonathan Edwards qui pulvérisera cette marque. Avec 18,29 m dans le concours magique des mondiaux de Göteborg 1995, Edwards montre par sa fluidité dans le mouvement et son équilibre combien le triple saut a été délaissé à tort. Cette même année et sur le même sautoir, l'Ukrainienne Inessa Kravets « s'envole » à 15,50 m.

Christian Olsson puis le grand flou[modifier | modifier le code]

Christian Olsson est l'un des rares athlètes à avoir remporté au moins une fois tous les titres internationaux existant à son époque : le titre olympique, à Athènes, un titre mondial, à Paris, deux titres européens, les titres mondiaux et européens en salle. Il a remporté la Golden League 2002. Blessé à plusieurs reprises, il décide d'arrêter sa carrière malgré plusieurs tentatives de retour. Depuis, les candidats aux places d'honneur et les médaillés sont multiples mais aucun athlète ne domine la discipline dans une compétition qui s'avère toujours très relevée.

Femmes[modifier | modifier le code]

De Li Huirong à Inessa Kravets[modifier | modifier le code]

Le , en finale des Championnats du monde à Göteborg, Inessa Kravets réalise un triple saut à 15,50 m, améliorant de 41 centimètres le précédent record du monde, détenu par la Russe Anna Biryukova.

Tatyana Lebedeva[modifier | modifier le code]

Championne du monde à trois reprises (2001, 2003 et 2007) et championne d'Europe en 2006, elle a également remporté la Golden League 2005, signant à l'occasion six victoires en six meetings. Elle est l'actuelle détentrice du record du monde en salle du triple saut avec 15,36 m, performance établie en 2004 à Budapest.

Records[modifier | modifier le code]

Records du monde[modifier | modifier le code]

Records du monde du triple saut [9],[10]
Type Genre Performance Athlète Date Lieu
En plein air M 18,29 m Jonathan Edwards Göteborg
F 15,67 m Yulimar Rojas Tokyo
En salle M 18,07 m Hugues Fabrice Zango 16 janvier 2021 Aubière[11]
F 15,43 m Yulimar Rojas Madrid

Records et championnats[modifier | modifier le code]

Compétition Genre Athlète Nationalité Marque Date Lieu
Jeux olympiques d'été Homme Kenny Harrison Drapeau des États-Unis États-Unis 18,09 m Atlanta
Championnats du monde Jonathan Edwards Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 18,29 m (RM) Göteborg
Championnats du monde en salle Teddy Tamgho Drapeau de la France France 17,92 m Doha
Jeux olympiques Femme Yulimar Rojas Drapeau du Venezuela Venezuela 15,67 m Tokyo
Championnats du monde Inessa Kravets Drapeau de l'Ukraine Ukraine 15,50 m (RM) Göteborg
Championnats du monde en salle Tatyana Lebedeva Drapeau de la Russie Russie 15,36 m (RM) Budapest

Records continentaux[modifier | modifier le code]

Hommes (au )[12]
Continent Athlète Marque Date Lieu
Afrique Fabrice Hugues Zango 18,07 m 16 janvier 2021 Aubière
Asie Yanxi Li 17,59 m Jinan
Europe Jonathan Edwards 18,29 m (RM) Göteborg
Amérique du Nord et centrale Christian Taylor 18,21 m Pékin
Océanie Ken Lorraway 17,46 m Londres
Amérique du Sud Jadel Gregório 17,90 m Belém
Femmes (au )[13]
Continent Athlète Performance Date Lieu
Afrique Françoise Mbango Etone 15,39 m Pékin
Asie Olga Rypakova 15,25 m Split
Europe Inessa Kravets 15,50 m(RM) Göteborg
Amérique du Nord et centrale Yargeris Savigne 15,29 m Osaka
Océanie Nicole Mladenis 14,04 m
Hobart
Perth
Amérique du Sud Yulimar Rojas 15,67 m Tokyo

Meilleures performances[modifier | modifier le code]

Meilleures performances de l'histoire en plein air[modifier | modifier le code]

10 meilleurs performeurs en plein air
# Marque Vent Athlète Lieu Date
1 18,29 m 1,3 Jonathan Edwards Göteborg
2 18,21 m 0,2 Christian Taylor Pékin
3 18,14 m 0,6 Will Claye Long Beach
4 18,09 m -0,4 Kenny Harrison Atlanta
5 18,08 m 0,0 Pedro Pablo Pichardo La Havane
6 18,04 m 0,3 Teddy Tamgho Moscou
7 17,97 m 1,5 Willie Banks Indianapolis
8 17,92 m 1,6 Drapeau de la Bulgarie Khristo Markov Rome
" 17,92 m 1,9 James Beckford Odessa
10 17,90 m 0,4 Jadel Gregório Belém
" 17,90 m 1,0 Vladimir Inozemtsev[14] Bratislava
10 meilleures performeuses en plein air
# Marque Vent Athlète Lieu Date
1 15,67 m 0,9 Yulimar Rojas Tokyo
2 15,50 m 0,9 Inessa Kravets Göteborg
3 15,41 m 1,5 Yulimar Rojas Andujar
4 15,39 m 0,5 Françoise Mbango Etone Pékin
5 15,34 m -0,5 Tatyana Lebedeva Héraklion
6 15,32 m 0,9 Chrysopiyí Devetzí Athènes
7 15,31 m 0,0 Caterine Ibargüen Monaco
8 15,29 m 0,3 Yamilé Aldama Rome
9 15,28 m 0,9 Yargeris Savigne Osaka
10 15,25 m 1,7 Olga Rypakova Split

Meilleures performances de l'histoire en salle[modifier | modifier le code]

10 meilleurs performeurs en salle
# Marque Athlète Lieu Date
1 18,07 m Hugues Fabrice Zango [15] Aubière 16 janvier 2021
2 17,92 m Teddy Tamgho Paris
3 17,83 m Aliecer Urrutia Sindelfingen
" 17,83 m Christian Olsson Budapest
5 17,77 m Leonid Voloshin Grenoble
6 17,76 m Mike Conley New York
7 17,75 m Phillips Idowu Valence
8 17,74 m Marian Oprea Bucarest
9 17,73 m Walter Davis Moscou
" 17,73 m Fabrizio Donato Paris
10 meilleures performeuses en salle
# Marque Athlète Lieu Date
1 15,43 m Yulimar Rojas Madrid
2 15,36 m Tatyana Lebedeva Budapest
3 15,16 m Ashia Hansen Valence
4 15,14 m Olga Rypakova Doha
5 15,08 m Marija Šestak Péania
6 15,05 m Yargelis Savigne Valence
7 15,03 m Iolanda Chen Barcelone
8 15,01 m Inna Lasovskaya Paris
9 14,94 m Iva Prandzheva
Cristina Nicolau
Oksana Udmurtova
Maebashi
Bucarest
Tartu


Autres performances[modifier | modifier le code]

10 meilleures performances masculines.
# Marque Vent Athlète Lieu Date Conditions
1 18,29 m 1,3 Jonathan Edwards Göteborg En plein air
2 18,21 m 0,2 Christian Taylor Pékin En plein air
3 18,16m Jonathan Edwards Göteborg En plein air
4 18,11 m 0,8 Christian Taylor Eugene En plein air
5 18,09 m -0,4 Kenny Harrison Atlanta En plein air
6 18,08 m 0,0 Pedro Pablo Pichardo La Havane En plein air
7 18,07 m Hugues Fabrice Zango Aubière 16 janvier 2021 En salle
8 18,06 m 0,8 Pedro Pablo Pichardo Doha En plein air
" 18,06 m 1,1 Christian Taylor Lausanne En plein air
10 18,04 m 0,8 Christian Taylor Doha En plein air
" 18,04 m 0,3 Teddy Tamgho Moscou En plein air
meilleures performances masculines à + 18 m non homologuées car ventées
# Marque Vent Athlète Lieu Date
1 18,43 m 2,4 Jonathan Edwards Villeneuve-d'Ascq
2 18,39 m 2,4 Jonathan Edwards Villeneuve-d'Ascq
3 18,20 m 5,2 Willie Banks Indianapolis
4 18,17 m 2,1 Mike Conley Barcelone
5 18,05 m 2,4 Will Claye Eugene
6 18,01 m 3,7 Kenny Harrison Atlanta

Meilleures performances mondiales de l'année[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

Le Britannique Jonathan Edwards, détenteur du record du monde du triple saut, établit la meilleure performance mondiale de l'année à cinq reprises.
Meilleures performances mondiales de l'année masculines
Année Marque Athlète Nationalité Lieu
1970 17,34 Viktor Saneïev Drapeau de l'URSS Union soviétique Soukhoumi
1971 17,40 Pedro Pérez Drapeau de Cuba Cuba Cali
1972 17,44 Viktor Saneïev Drapeau de l'URSS Union soviétique Soukhoumi
1973 17,20 Mikhail Bariban Drapeau de l'URSS Union soviétique Moscou
1974 17,23 Viktor Saneïev Drapeau de l'URSS Union soviétique Rome
1975 17,89 João Carlos de Oliveira Drapeau du Brésil Brésil Mexico
1976 17,38 João Carlos de Oliveira Drapeau du Brésil Brésil Rio de Janeiro
1977 17,19 Ron Livers Drapeau des États-Unis États-Unis Sotchi
1978 17,44 João Carlos de Oliveira Drapeau du Brésil Brésil Bratislava
1979 17,27 João Carlos de Oliveira Drapeau du Brésil Brésil San Juan
1980 17,35 Jaak Uudmäe Drapeau de l'URSS Union soviétique Moscou
1981 17,56 Willie Banks Drapeau des États-Unis États-Unis Sacramento
1982 17,57 Keith Connor Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Provo
1983 17,55 Vasiliy Grishchenkov Drapeau de l'URSS Union soviétique Moscou
1984 17,46 Oleg Protsenko Drapeau de l'URSS Union soviétique Moscou
1985 17,97 Willie Banks Drapeau des États-Unis États-Unis Indianapolis
1986 17,80 Khristo Markov Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Budapest
1987 17,92 Khristo Markov Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Rome
1988 17,77 Khristo Markov Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Sofia
1989 17,62 Vladimir Inozemtsev Drapeau de l'URSS Union soviétique Gorki
1990 17,93 Kenny Harrison Drapeau des États-Unis États-Unis Stockholm
1991 17,78 Kenny Harrison Drapeau des États-Unis États-Unis Tokyo
1992 17,72 Mike Conley Drapeau des États-Unis États-Unis Zurich
1993 17,86 Mike Conley Drapeau des États-Unis États-Unis Stuttgart
1994 17,68 Mike Conley Drapeau des États-Unis États-Unis Paris
1995 18,29 Jonathan Edwards Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Göteborg
1996 18,09 Kenny Harrison Drapeau des États-Unis États-Unis Atlanta
1997 17,85 Yoelbi Quesada Drapeau de Cuba Cuba Athènes
1998 18,01 Jonathan Edwards Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Oslo
1999 17,59 Charles Friedek Drapeau de l'Allemagne Allemagne Séville
2000 17,71 Jonathan Edwards Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Sydney
2001 17,92 Jonathan Edwards Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Edmonton
2002 17,86 Jonathan Edwards Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Manchester
2003 17,77 Christian Olsson Drapeau de la Suède Suède La Canée
2004 17,79 Christian Olsson Drapeau de la Suède Suède Athènes
2005 17,81 Marian Oprea Drapeau de la Roumanie Roumanie Lausanne
2006 17,71 Walter Davis Drapeau des États-Unis États-Unis Indianapolis
2007 17,90 Jadel Gregório Drapeau du Brésil Brésil Belém
2008 17,67 Nelson Évora Drapeau du Portugal Portugal Pékin
2009 17,73 Phillips Idowu Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Berlin
2010 17,98 Teddy Tamgho Drapeau de la France France New York
2011 17,96 Christian Taylor Drapeau des États-Unis États-Unis Daegu
2012 17,81 Christian Taylor Drapeau des États-Unis États-Unis Londres
2013 18,04 Teddy Tamgho Drapeau de la France France Moscou
2014 17,76 Pedro Pablo Pichardo Drapeau de Cuba Cuba La Havane
2015 18,21 Christian Taylor Drapeau des États-Unis États-Unis Pékin
2016 17,86 Christian Taylor Drapeau des États-Unis États-Unis Rio de Janeiro
2017 18,11 Christian Taylor Drapeau des États-Unis États-Unis Eugene
2018 17,95 Pedro Pablo Pichardo Drapeau du Portugal Portugal Doha
2019 18,14 Will Claye Drapeau des États-Unis États-Unis Long Beach
2020 17,57 Christian Taylor Drapeau des États-Unis États-Unis Berlin

Femmes[modifier | modifier le code]

Meilleures performances mondiales de l'année féminines
Année Marque Athlète Nationalité Lieu
1986 13,68 Esmeralda García Drapeau du Brésil Brésil Indianapolis
1987 14,04 Li Huirong Drapeau de la République populaire de Chine Chine Hamamatsu
1988 14,16 Li Huirong Drapeau de la République populaire de Chine Chine Shijiazhuang
1989 14,52 Galina Chistyakova Drapeau de l'URSS Union soviétique Stockholm
1990 14,54 Li Huirong Drapeau de la République populaire de Chine Chine Sapporo
1991 14,95 Inessa Kravets Drapeau de l'URSS Union soviétique Moscou
1992 14,62 Galina Chistyakova Drapeau de la Russie Russie Villeneuve-d'Ascq
1993 15,09 Anna Biryukova Drapeau de la Russie Russie Stuttgart
1994 14,98 Sofiya Bozhanova Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Stara Zagora
1995 15,50 Inessa Kravets Drapeau de l'Ukraine Ukraine Göteborg
1996 15,33 Inessa Kravets Drapeau de l'Ukraine Ukraine Sacramento
1997 15,20 Šárka Kašpárková Drapeau de la Tchéquie Tchéquie Athènes
1998 15,12 Iva Prandzheva Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Tokyo
1999 15,07 Paraskeví Tsiamíta Drapeau de la Grèce Grèce Séville
2000 15,32 Tatyana Lebedeva Drapeau de la Russie Russie Yokohama
2001 15,25 Tatyana Lebedeva Drapeau de la Russie Russie Edmonton
2002 14,95 Françoise Mbango Etone Drapeau du Cameroun Cameroun Radès
2003 15,29 Yamilé Aldama Drapeau de Cuba Cuba Rome
2004 15,34 Tatyana Lebedeva Drapeau de la Russie Russie Héraklion
2005 15,11 Tatyana Lebedeva
Trecia Smith
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Jamaïque Jamaïque
Paris
Helsinki
2006 15,23 Tatyana Lebedeva Drapeau de la Russie Russie Athènes
2007 15,28 Yargelis Savigne Drapeau de Cuba Cuba Osaka
2008 15,39 Françoise Mbango Etone Drapeau du Cameroun Cameroun Pékin
2009 15,14 Nadezhda Alekhina Drapeau de la Russie Russie Tcheboksary
2010 15,25 Olga Rypakova Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan Split
2011 14,99 Yargeris Savigne
Caterine Ibargüen
Drapeau de Cuba Cuba
Drapeau de la Colombie Colombie
Saint-Denis
Bogota
2012 14,99 Olha Saladukha Drapeau de l'Ukraine Ukraine Helsinki
2013 14,85 Olha Saladukha
Caterine Ibargüen
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Drapeau de la Colombie Colombie
Eugene
Moscou
2014 15,31 Caterine Ibargüen Drapeau de la Colombie Colombie Monaco
2015 14,90 Caterine Ibargüen Drapeau de la Colombie Colombie Pékin
2016 15,17 Caterine Ibargüen Drapeau de la Colombie Colombie Rio de Janeiro
2017 14,96 Yulimar Rojas Drapeau du Venezuela Venezuela Andújar
2018 14,96 Caterine Ibargüen Drapeau de la Colombie Colombie Rabat
2019 15,41 Yulimar Rojas Drapeau du Venezuela Venezuela Andujar
2020 14,71 Yulimar Rojas Drapeau du Venezuela Venezuela Castellón

Palmarès olympique et mondial[modifier | modifier le code]

Compétition Hommes Femmes
Jeux 1896 James Connolly
Jeux 1900 Meyer Prinstein
Jeux 1904 Meyer Prinstein
Jeux 1908 Tim Ahearne
Jeux 1912 Gustaf Lindblom
Jeux 1920 Vilho Tuulos
Jeux 1924 Nick Winter
Jeux 1928 Mikio Oda
Jeux 1932 Chuhei Nambu
Jeux 1936 Naoto Tajima
Jeux 1948 Arne Åhman
Jeux 1952 Adhemar da Silva
Jeux 1956 Adhemar da Silva
Jeux 1960 Józef Schmidt
Jeux 1964 Józef Schmidt
Jeux 1968 Viktor Saneïev
Jeux 1972 Viktor Saneïev
Jeux 1976 Viktor Saneïev
Jeux 1980 Jaak Uudmäe
Mondiaux 1983 Zdzislaw Hoffmann
Jeux 1984 Al Joyner
Mondiaux 1987 Khristo Markov
Jeux 1988 Khristo Markov
Mondiaux 1991 Kenny Harrison
Jeux 1992 Mike Conley
Mondiaux 1993 Mike Conley Anna Biryukova
Mondiaux 1995 Jonathan Edwards Inessa Kravets
Jeux 1996 Kenny Harrison Inessa Kravets
Mondiaux 1997 Yoelbi Quesada Šárka Kašpárková
Mondiaux 1999 Charles Friedek Paraskeví Tsiamíta
Jeux 2000 Jonathan Edwards Tereza Marinova
Mondiaux 2001 Jonathan Edwards Tatyana Lebedeva
Mondiaux 2003 Christian Olsson Tatyana Lebedeva
Jeux 2004 Christian Olsson Françoise Mbango Etone
Mondiaux 2005 Walter Davis Trecia Smith
Mondiaux 2007 Nelson Évora Yargelis Savigne
Jeux 2008 Nelson Evora Françoise Mbango Etone
Mondiaux 2009 Phillips Idowu Yargelis Savigne
Mondiaux 2011 Christian Taylor Olha Saladuha
Jeux 2012 Christian Taylor Olga Rypakova
Mondiaux 2013 Teddy Tamgho Caterine Ibargüen
Mondiaux 2015 Christian Taylor Caterine Ibargüen
Jeux 2016 Christian Taylor Caterine Ibargüen
Mondiaux 2017 Christian Taylor Yulimar Rojas
Mondiaux 2019 Christian Taylor Yulimar Rojas
Jeux 2020 Pedro Pichardo Yulimar Rojas

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « saut » (sens A, 4, b, Triple saut) dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 22 août 2016].
  2. Association internationale des fédérations, « Les règles des compétitions 2016-2017 (en vigueur depuis le  » [PDF], p. 287, règle 186 : « Triple saut » [consulté le 22 août 2016].
  3. « An Illustrated History of the Triple Jump », sur Live About Track & Field,
  4. a et b E. Norman Gardiner, « Phayllus and His Record Jump », Journal of Hellenic Studies, no 24,‎
  5. L'Encyclopédie visuelle des sport, Minerva, , p. 36
  6. a et b Mémoire INSEPS / STAPS Le Triple Saut, 1999, p. 15 [3]
  7. D. L. Page, Further Greek Epigrams .· Epigrams before A.D. 50 from the Greek Anthology and other sources, not included in «Hellenistic Epigrams» or «The Garland of Philip», Cambridge, University Press, , p. 408
  8. La fabuleuse histoire de l'athlétisme. Robert Parienté. Éditions de La Martinière, 1996. (ISBN 2-7324-2270-3)
  9. (en) « Records du monde du triple saut », sur iaaf.org (consulté le )
  10. (en) « Records du monde du triple saut en salle », sur iaaf.org (consulté le )
  11. Hugues Zango : "Ce record du monde m'ouvre plus de portes", dw.com, 22 janvier 2021, propos recueillis par Ali Farhat
  12. (en) Records continentaux masculins du triple saut, site de l'IAAF, consulté le 7 septembre 2019.
  13. (en) Records continentaux féminins du triple saut, site de l'IAAF, consulté le 7 septembre 2019.
  14. Inozemtsev est désormais Ukrainien
  15. « Salle vide pour perf historique, Hugues Fabrice Zango s’empare du record du monde du triple saut indoor », sur RTBF Sport, (consulté le )