David Dufresne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Dufresne
David Dufresne.jpg
David Dufresne en 2017
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
MeudonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web
Œuvres principales

David Dufresne (né le ) est un écrivain, journaliste et réalisateur français, multi-primé.

Biographie[modifier | modifier le code]

David Dufresne commence sa carrière professionnelle au milieu des années 1980 à Poitiers[1] dans une radio de quartier (Radio Poitiers Ouest) hébergée dans un centre social avec des émissions sur les jeux vidéo et le rock (Beatles rock story) puis dans le fanzinat (Tant qu'il y aura du Rock puis Combo! avec Yannick Bourg[2],[3]), alors que les fanzines et les journaux lycéens sont très actifs sur la ville[4]. Cette participation au fanzine Tant qu'il y aura du rock lui vaut une convocation au commissariat de police sous le prétexte de soupçon de terrorisme, en 1984 (il a alors 16 ans)[5]. Il est également matraqué par les unités de voltigeurs lors de la manifestation du 5 décembre 1986, lors de laquelle Malik Oussekine est battu à mort par les mêmes voltigeurs. Il déclare « Ça, ça a été une propulsion brutale dans le monde adulte. À partir de ce moment, je me suis intéressé à la police sur le versant des libertés. »[5].

Il rejoint ensuite la presse rock (Best) et le quotidien Le Jour en 1993. Dans l'intervalle, il travaille au sein du label alternatif Bondage Records, à la fin des années 1980[6].

Il est également l'un des tout premiers créateurs de webzine en France. Il fut notamment le fondateur de La Rafale[7],[8], en 1995. Il est l'un des auteurs du Manifeste du web indépendant[9] en 1997.

Journaliste[modifier | modifier le code]

A partir du début des années 1990, il est reporter pendant une dizaine d'années pour Libération puis rédacteur en chef de la chaîne d'information en continu i>Télé[10]. En 2008, il participe à la création du site d'information Mediapart. Sa consœur Marine Turchi raconte : « C’est quelqu’un qui est resté fidèle à ses idéaux de jeunesse en y appliquant une grande rigueur journalistique, c’est rare dans ce métier[6]. »

À la fin des années 2000, David Dufresne s'éloigne alors du journalisme pour se consacrer à des récits au long cours. En 2020, il revient longuement sur sa démarche lors d'un entretien fleuve au titre évocateur: « Le journalisme, c’est un sale métier qu’on peut faire proprement »[11].

Le journal Le Monde l'a qualifié de « franc-tireur » dans un portrait en 2012 à l'occasion de sa candidature aux législatives à Paris sous l'étiquette du Parti pirate[12].

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Il est auteur et réalisateur (avec Philippe Brault) du webdocumentaire Prison Valley (produit par Arte/Upian, 2010)[13], qui a reçu de nombreux prix, dont le premier prix au World Press Photo, catégorie Multimedia[14].

En 2013, il réalise Fort McMoney, coproduit par l'Office national du film du Canada, Toxa et Arte[15], lauréat de nombreux prix internationaux, comme le Canadian Screen Award ou les Gémeaux (Canada)[16]. Trois ans plus tard, à la suite de l'incendie de Fort McMurray, il retourne sur place pour réaliser le documentaire long format socio-financé Fort Mac And The Beast[17], lancé le 1er juillet 2016[18],[19]

À l'été 2014, il est nommé « fellow » à l'Open Documentary Lab du MIT de Boston[20].

En 2016, il co-réalise l'enquête à collectionner en ligne Hors-Jeu avec le journaliste suisse Patrick Oberli (produit par Arte/Upian, 2016)[21] et Dada-Data[22], avec Anita Hugi (Arte/Société suisse de radiodiffusion et télévision), un hommage interactif au 100 ans du mouvement Dada[23],[24].

En 2017, il lance la collection « PhoneStories »[25], des récits en temps réel sur mobile, dont le premier épisode, L'Infiltré, met en scène un agent de la DGSI au cœur du Front national[26].

Son long métrage documentaire Un pays qui se tient sage (2020), le premier pour le cinéma, reçoit le soutien de la Quinzaine des réalisateurs de Cannes 2020[27].

Écrivain[modifier | modifier le code]

Son livre enquête sur l'affaire de Tarnac, Tarnac, magasin général, en 2012, salué par la presse comme un modèle du genre[28], reçoit le prix des Assises du journalisme 2012[29].

Son ouvrage, New Moon, café de nuit joyeux, finaliste du prix de Flore[30], est salué comme un « ouvrage ultra-gonzo » par Le Masque et la Plume[31]. L'auteur y évoque notamment des souvenirs personnels dans un club rock de Pigalle. Le livre contient un grand nombre de révélations sur Hélène Martini, impératrice de la nuit à Pigalle. Personnage qu'on retrouve en 2019, dans son film Le Pigalle : une histoire populaire de Paris[32]. Installant un cinéma de poche sur la place Pigalle même, David Dufresne déambule entre archives et témoignages dans ce « quartier populaire auquel il a arrimé sa jeunesse, et qui lui a probablement donner le goût de la liberté et du rock[33]. »[pertinence contestée]

En 2018 sort On ne vit qu’une heure. Une virée avec Jacques Brel (Le Seuil), une biographie singulière du chanteur pour laquelle il a consacré une année à sa conception. Selon Nicolas Demorand (2018), journaliste sur France Inter, c'est « un livre enquêté, baroque sur la forme, tendre, mélancolique, parfois en colère, souvent drôle[34] » et pour Télérama (2018) c'est « un récit ingénieux en immersion[35] ». Son éditrice au Seuil, Mireille Paolini déclare : « C’est le punk le plus rigoureux du monde. Il est ultraméticuleux. Il travaille énormément. Chaque mot, chaque phrase est retravaillée. Chaque citation, chaque information est revérifiée. Il réécrit autant de fois qu’il le faut[36]. »

De son travail sur les violences policières, il tire la matière de son premier roman, Dernière Sommation (2019)[37]. Selon le critique Arnaud Viviant, il s'agit d'« un roman qui prouve que le roman peut être une arme »[38]. Raphaelle Leyris du Monde écrit que « Dufresne instille une énergie remarquable à ce (premier) roman qui veut croire encore à une portée politique de la littérature »[39]. »

Observateur de la police[modifier | modifier le code]

Journaliste, David Dufresne se consacre au milieu des années 1990 aux questions de police et de libertés publiques. Il est l'auteur réalisateur d'un documentaire (novembre 2007) sur le maintien de l'ordre à la française, et les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises : Quand la France s'embrase[40]. Film qu'il prolonge par le livre Maintien de l'ordre[41], préfacé par le sociologue Fabien Jobard.

Pour Mediapart, puis pour son livre Tarnac, magasin général, David Dufresne enquête sur le contre-terrorisme en France, et notamment sur les arcanes de la DCRI, future DGSI. À cette occasion, il rencontre Bernard Squarcini[42], responsable de la DCRI, Michel Delpuech[43], futur préfet de police de Paris, ou Frédéric Veaux, futur grand patron de la police nationale[44].

Depuis le 4 décembre 2018, David Dufresne effectue un travail de compilation sur son compte Twitter. Il recense les témoignages de blessés pendant les actes du mouvement des Gilets jaunes et dénonce ainsi les violences policières et les « dérives » du maintien de l'ordre[45],[46]. Tous ses tweets commencent par la même formule « Allo @Place_Beauvau - c’est pour un signalement ». Le 14 mars 2019, le grand prix du jury des Assises du journalisme de Tours lui est décerné[47]. Sa compilation est également hébergée sur Mediapart[48].

Publications[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Prix et reconnaissances[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

2019 : Grand Prix des Assises du journalisme pour Allô Place Beauvau[47]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Romain Jeanticou, « David Dufresne : “Je raconte l'histoire du modernisme diabolique du Front national” », Télérama,‎ (lire en ligne).
  2. « 20 ans de fanzines rock, 1977-1997 : Histoire d'un mouvement parallèle - Les activistes rocks », sur le site de la Fanzinothèque.
  3. Propos de David Dufresne recueillis par Laurent Courau, « David Dufresne alias Davduf », sur laspirale.org.
  4. « La Fanzinothèque de Poitiers – Conservation et valorisation de micro-éditions » (consulté le 21 janvier 2019).
  5. a et b Interview de David Dufresne, « David Dufresne : "En critiquant la police, on s’en prend plein la gueule" », Ballast, 18 septembre 2020.
  6. a et b « David Dufresne, vivre libre ou mourir », sur StressPress, (consulté le 26 novembre 2019).
  7. David Dufresne, « “La Rafale”. 1995. Novembre 2005. Dix ans. On est devenu quoi ? », sur son blog davduf.net, 23 novembre 2005.
  8. « David Dufresne, un journaliste inventeur, acharné de travail et obsédé par les libertés publiques », sur France Inter, (consulté le 31 mai 2019).
  9. Le minirézo, « Manifeste du web indépendant », sur uZine, 2 février 1997.
  10. Propos recueillis par Flore de Bodman et Baptiste Legrand, « Ségolène Royal, femme d'État ? Ce qu'en pensent les journalistes », sur NouvelObs.com, 20 janvier 2006.
  11. « David Dufresne : “Le journalisme, c’est un sale métier qu’on peut faire proprement” », sur La Revue des Médias (consulté le 7 août 2020).
  12. « David Dufresne, le franc-tireur », Le Monde, 1er juin 2012.
  13. Prison Valley.
  14. Voir sur le blog du Webdoc.
  15. Fabian Deglise, « Un web-documentaire dont vous êtes le héros », Le Devoir, 19 novembre 2013.
  16. « Fort McMoney - davduf.net », sur davduf.net (consulté le 30 septembre 2016).
  17. Voir sur fortmacandthebeast.com.
  18. Zone Environnement - ICI.Radio-Canada.ca, « Un troisième volet de Fort McMoney pour David Dufresne | Feu de forêt à Fort McMurray », sur Radio-Canada.ca (consulté le 30 septembre 2016).
  19. « Fort McMoney 3 - la bête », sur Ulule (consulté le 30 septembre 2016).
  20. « MIT Open Documentary Lab », sur opendoclab.mit.edu.
  21. « Hors-Jeu », sur horsjeu.football (consulté le 30 septembre 2016).
  22. David Dufresne, Anita Hugi et Akufen, « Dada-Data », sur Data-Data (consulté le 30 septembre 2016).
  23. « Dada est partout, vive Dada ! » (consulté le 30 septembre 2016).
  24. « "Dada-Data" : un cabaret documentaire confectionné par Anita Hugi et David Dufresne - Le Blog documentaire », (consulté le 30 septembre 2016).
  25. « PhoneStories », sur phonestories.me (consulté le 25 avril 2017).
  26. « David Dufresne : “Je raconte l'histoire du modernisme diabolique du Front national” », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2017).
  27. a et b « Trois titres soutenus par la Quinzaine des Réalisateurs », sur Cineuropa - le meilleur du cinéma européen (consulté le 8 juillet 2020).
  28. Ariane Chemin, « Tarnac, au bazar des libertés publiques », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 30 septembre 2016).
  29. a et b « Les lauréats des Assises - Journalisme.com », sur journalisme.com (consulté le 30 septembre 2016).
  30. a et b « Prix de Flore 2017 : deuxième liste », Prix de Flore,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  31. « Le Masque et la Plume », sur France Inter, (consulté le 5 janvier 2018).
  32. « Le Pigalle - Une histoire populaire de Paris », sur arte.tv (consulté le 21 mai 2019).
  33. « David Dufresne, un journaliste inventeur, acharné de travail et obsédé par les libertés publiques », sur franceinter.fr (consulté le 21 mai 2019).
  34. « Une virée avec Jacques Brel », sur France Inter (consulté le 7 février 2019).
  35. « Biographies, romans, carnets de voyage : les 40 ans de la mort de Brel font couler beaucoup d’encre. La palme à un récit ingénieux en immersion à… Vesoul. », sur telerama.fr, (consulté le 7 février 2019).
  36. « David Dufresne, la vigie des violences policières », sur lemonde.fr, (consulté le 7 février 2019).
  37. a et b Grasset, « Dernière sommation, roman, David Dufresne ».
  38. « Le masque et la Plume », sur franceinter.fr, (consulté le 26 novembre 2019).
  39. Raphaëlle Leyris, « Bernard, Bookchin, Dufresne, Huyghebaert, Ndebele, Neuhoff… Les brèves critiques du Monde des livres », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 26 novembre 2019).
  40. Avec Christophe Bouquet ; diffusé sur France 2.
  41. Dufresne, David., Maintien de l'ordre : enquête, Pluriel, (ISBN 978-2-8185-0314-0 et 2-8185-0314-0, OCLC 829992899, lire en ligne).
  42. Augustin Scalbert, « Les zones d'ombre de Squarcini, le patron du “FBI à la française” », sur nouvelobs.fr, (consulté le 4 août 2020).
  43. « Michel D. - Le préfet de Police de Paris, actuellement sur la sellette, était il y a 10 ans l'un des protagonistes du fiasco de Tarnac », sur lundimatin (consulté le 5 août 2020).
  44. « Frédéric Veaux, le nouveau patron de la police : une vieille connaissance (#Tarnac) », sur davduf.net, (consulté le 5 août 2020).
  45. Jeanne Cavelier, « Violences policières : “On est dans le mensonge d’État” », sur Le Monde.fr, (consulté le 20 janvier 2019).
  46. Audrey Kucinskas, « David Dufresne, le journaliste anti-violences policières », sur L'Express.fr, (consulté le 20 janvier 2019).
  47. a et b « Les lauréats des Prix 2019 des Assises Internationales du Journalisme de Tours sont… », sur journalisme.com (consulté le 15 mars 2019).
  48. « Allo Place Beauvau », sur Mediapart.
  49. Dufresne, David., On ne vit qu'une heure : une virée avec Jacques Brel, Paris, Seuil, , 241 p. (ISBN 978-2-02-136450-7 et 202136450X, OCLC 1056973019, lire en ligne).
  50. (en-US) davduf, « Prison Valley – Le blog ! Prison Valley winner of 62nd Prix Italia » (consulté le 7 août 2020).
  51. « “Prison Valley” couronné au World Press Photo 2011 », sur Télérama (consulté le 7 août 2020).
  52. « Alle Preisträger - Grimme Online Award », sur grimme-online-award.de (consulté le 7 août 2020).
  53. (en-US) davduf, « Prison Valley – Le blog ! » Prison Valley: Best cross-media/online production (AIB’s 2010, London) » (consulté le 7 août 2020).
  54. « Alle Preisträger - Grimme Online Award », sur grimme-online-award.de (consulté le 7 août 2020).
  55. mbiance, « Finalistes et gagnants | 29es prix Gémeaux », sur academie.ca (consulté le 7 août 2020).
  56. « Le jeu documentaire Fort McMoney de David Dufresne, images de Philippe Brault / Agence VU' vient d'être récompensé au Festival du Film d’Environnement 2014 », sur actuphoto.com (consulté le 7 août 2020).
  57. (de) « DADA-DATA », sur grimme-online-award.de (consulté le 7 août 2020).
  58. « PRIX NUMIX », sur PRIX NUMIX (consulté le 7 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]