Loïc Hervé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Loïc Hervé
Illustration.
Loïc Hervé (à gauche) en 2015.
Fonctions
Sénateur de la Haute-Savoie
En fonction depuis le
(6 ans, 8 mois et 19 jours)
Élection 28 septembre 2014
Groupe politique UDI-UC (2014-2017)
UC (depuis 2017)
Maire de Marnaz

(9 ans, 6 mois et 7 jours)
Prédécesseur Arlette Debalme
Successeur Chantal Vannson
Biographie
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Vénissieux (Rhône)
Nationalité Française
Parti politique UDI-LC
Diplômé de Université Pierre-Mendès-France - Grenoble
Université de Fribourg-en-Brisgau

Loïc Hervé, né le à Vénissieux, est un homme politique français. Il a été maire de Marnaz du au . Il est élu sénateur lors des élections sénatoriales de 2014 en Haute-Savoie, où il obtient 19,14 % des suffrages, et est réélu lors des élections sénatoriales de 2020 en Haute-Savoie avec 32,09 % des voix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études supérieures[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'un DEA de Droit public fondamental de l'Université Pierre-Mendès-France - Grenoble et d'une maîtrise de Droit international option Droit européen de l'université de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne).

Expérience professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a exercé les fonctions d'assistant parlementaire de Jean-Paul Amoudry, sénateur UDI-UC de la Haute-Savoie, de 2003 à 2005. Attaché territorial, il a dirigé les services de la commune d'Ambilly de 2005 à 2008.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ancien adhérent de l'UDF, il est aujourd'hui membre de l'UDI et des Centristes.

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[1].

Il fait partie de la direction des Centristes à la suite de la fusion du Nouveau Centre et des « Bâtisseurs de l'UDI » en décembre 2016[2].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

Anciennes responsabilités électorales locales[modifier | modifier le code]

CNIL[modifier | modifier le code]

En juillet 2017, Mediapart déclare que son cumul d'indemnités (comme 4 autres députés) en tant que parlementaire et membre de la CNIL est irrégulier selon l'interprétation du journal de l’article 4 de l’ordonnance no 58-1210 du 13 décembre 1958[7]. La CNIL n'étant pas de cet avis, saisit le Secrétariat général du gouvernement en vue d'obtenir un avis juridique sur l'interprétation de la loi organique en question, le Premier Ministre saisit alors le Conseil d'État. Ce dernier considère, dans son avis d’assemblée générale du , que les indemnités pour participation aux travaux d’organismes extérieurs au Parlement n’étaient pas interdites aux parlementaires, invalidant ainsi la version de Mediapart[8].

Relations transfrontalières[modifier | modifier le code]

Le 18 mars 2020, il interpelle le Ministère des Affaires étrangères car il juge insuffisantes les mesures prises par la Suisse en matière de confinement face au Coronavirus[9]. Le conseiller d'état genevois Antonio Hodgers lui répond dans une tribune publiée le 10 avril 2020 en l'invitant à reconnaître que le modèle helvétique est un autre modèle de gouvernance possible et que le modèle choisi par la Suisse est fondée sur l'adhésion de la population qui est un outil plus efficace que toutes les forces de police[10].

Marine nationale[modifier | modifier le code]

Capitaine de corvette (R) Loïc Hervé

Officier de réserve opérationnelle de la Marine Nationale depuis le 1er décembre 2003[11], date à laquelle il est nommé par décret dans le corps des commissaires de la marine comme commissaire de 3e classe. Breveté de la Préparation Militaire Supérieure Marine État-Major en 2004, il est nommé commissaire de 2e classe le 1er octobre 2005[12], puis commissaire de 1re classe en 2009[13]. Il est formateur pour les journées d'appel de préparation à la défense[pertinence contestée]. En 2015, il rejoint la réserve citoyenne de la Marine Nationale au grade de capitaine de corvette.

Instituts[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  2. « LC, comité exécutif »
  3. « Loïc HERVE | CNIL », sur www.cnil.fr (consulté le 7 mars 2020)
  4. Nominations et avis (lire en ligne)
  5. Organismes extraparlementaires (lire en ligne)
  6. Organismes extraparlementaires (lire en ligne)
  7. Laurent Mauduit, « Indemnités: de nombreux parlementaires sont dans l’illégalité », sur Mediapart, (consulté le 27 juillet 2017).
  8. « La lettre de la DAJ, n°242 du 21 décembre 2017, Publication de l’avis du Conseil d’État sur l’interprétation de dispositions relatives aux indemnités des membres du Parlement », sur bercy.gouv.fr, .
  9. Christian Lecomte, « Loïc Hervé, sénateur de Haute-Savoie: «Ce que l’on fait chez nous ne sert à rien si la Suisse ne suit pas» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  10. « La réponse d'Antonio Hodgers au sénateur qui accuse la Suisse de menacer la santé des Français », sur www.heidi.news,
  11. Décret du 20 décembre 2004 portant nomination dans la réserve opérationnelle (lire en ligne)
  12. Décret du 24 mars 2006 portant promotion et nomination dans la réserve opérationnelle (lire en ligne)
  13. Décision du 30 décembre 2008 portant inscription sur un tableau d'avancement pour l'année 2008 (réserve) (lire en ligne)
  14. Arrêté du 13 juin 2014 portant désignation des auditeurs diplômés de la 25e session nationale « sécurité et justice » (2013-2014) de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]