Un pognon de dingue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emmanuel Macron en 2018.

« Un pognon de dingue » est une expression extraite d'une petite phrase prononcée par le président de la République française Emmanuel Macron au palais de l'Élysée le soir du , à l'occasion d'un entretien informel avec ses conseillers et publiée sur le réseau social Twitter le même jour.

Cette expression a souvent été mise en exergue par la presse écrite pour évoquer une série de phrases prononcée le même jour au cours de cet enregistrement.

Citation complète[modifier | modifier le code]

La citation est publiée dans son intégralité sur le site du journal Libération le  :

« La politique sociale, regardez : on met un pognon de dingue dans des minima sociaux, les gens ils sont quand même pauvres. On n’en sort pas. Les gens qui naissent pauvres, ils restent pauvres. Ceux qui tombent pauvres, ils restent pauvres. On doit avoir un truc qui permette aux gens de s’en sortir. »

Le journal précise, en outre, qu'elle est extraite d'une courte vidéo d'environ deux minutes, réalisée par un cadreur de l’Élysée et publiée sur Twitter par sa directrice de la communication, Sibeth Ndiaye[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Emmanuel Macron est président de la République française depuis un an. Il doit prononcer un discours qualifié de « stratégique » par la presse sur la politique sociale, le en ouverture du congrès de la mutualité française à Montpellier[2] et où il doit notamment détailler sa politique sociale et confirmer le reste à charge zéro pour l'optique, les soins dentaires et les prothèses auditives[3].

La veille au soir, les services de l’Élysée ont posté sur Twitter une vidéo des préparatifs du président en vue de son discours et entouré par ses conseillers. Selon le site du quotidien Le Monde, plusieurs journalistes ont été prévenus par le service communication de l'Élysée de la publication de cette vidéo, afin de la faire connaître du grand public[4]. Le conseiller spécial Ismaël Emelien est à l'origine de la diffusion de la vidéo[5].

La citation est publiée dans son intégralité sur le site du journal Libération le  : « La politique sociale, regardez : on met un pognon de dingue dans des minima sociaux, les gens ils sont quand même pauvres. On n’en sort pas. Les gens qui naissent pauvres, ils restent pauvres. Ceux qui tombent pauvres, ils restent pauvres. On doit avoir un truc qui permette aux gens de s’en sortir », précisant qu'elle est extraite d'une courte vidéo d'environ deux minutes, réalisée par un cadreur de l’Élysée et publiée sur Twitter par sa directrice de la communication, Sibeth Ndiaye[6].

Les journaux télévisés du (du midi et du soir) consacrent un sujet à cette vidéo, autant sur TF1 que sur France 2.

Réception[modifier | modifier le code]

Malgré de nombreuses protestations émises sur différents réseaux sociaux sur le web, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a pris la défense du chef de l’État, à qui il a donné raison. Il précise au cours d'une interview donnée sur RTL que « si on met beaucoup d'argent dans notre politique sociale [...] il faut que cet argent soit bien employé, c'est-à-dire qu'il permette à tous ceux qui en bénéficient de sortir de la pauvreté, de sortir du chômage, de sortir de l'inactivité et c'est là que le bât blesse... »[7].

François Hollande a, pour sa part, critiqué cette phrase, l'estimant « grossière à tous points de vue, par les mots utilisés et par le procédé lui-même ». Lors d'une interview accordée le sur la station de radio Europe 1, l'ancien président de la République considère également que l'action de son successeur ne doit pas accentuer les inégalités, ni stigmatiser les gens concernés par cette petite phrase estimée comme de la pure communication de forme[8].

Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, et Jean-Luc Mélenchon, dirigeant de La France insoumise, ont également vivement critiqué les propos du président, se référant, particulièrement pour ce dernier, au terme « pognon de dingue ». Pour François Bayrou, allié de la majorité présidentielle, « il y a nécessité d’expliquer la politique menée »[9].

Texte avec la citation « pognon de dingue » sur un gilet porté par un manifestant lillois en 2019.

La citation, dans sa totalité, est évoquée dans le livre du journaliste Roland Cayrol, dénommé Le président sur la corde raide et édité chez Calmann-Lévy en . Il y explique notamment qu'il considère cette expression comme « triviale », reprochant ainsi au président d'avoir usé d'un langage qui ne correspond pas à sa fonction, mais que cependant, la controverse qui l'a suivie se base sur un contresens car Emmanuel Macron ne dénigre pas forcément les minimas sociaux mais il considère simplement qu'ils ne permettent pas aux bénéficiaires de sortir de la pauvreté[10].

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2020, soit deux ans après sa diffusion, cette petite phrase[11], devenue une expression, est encore souvent utilisée comme référence ou repère dans un titre d'article, notamment quand il s'agit de textes concernant la situation ou le statut des personnes les plus pauvres en France[12], voire également sur la politique sociale de la France et des réformes conduites par Emmanuel Macron[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro.fr avec AFP, « Macron sur les minima sociaux: «Un pognon de dingue et les gens restent pauvres» », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  2. France 2, « Emmanuel Macron : "On met un pognon de dingue dans des minima sociaux" », sur francetvinfo.fr, Franceinfo, (consulté le ).
  3. Cyril Brioulet, « Pour Emmanuel Macron, les aides sociales coûtent «un pognon de dingue» », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Le Monde avec AFP, « Pour Macron, les aides sociales coûtent un « pognon de dingue » sans résoudre la pauvreté », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  5. « Affaire Benalla, "pognon de dingue"... Les raisons du départ d'Ismaël Emelien posent question », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  6. Le Figaro.fr avec AFP, « Macron sur les minima sociaux: «Un pognon de dingue et les gens restent pauvres» », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  7. « Journal économique et financier », sur La Tribune (consulté le ).
  8. Romain David, « "Pognon de dingue" : "La forme, convenons-en, était grossière à tous points de vue", estime François... », sur europe1.fr, (consulté le ).
  9. Reuters Editorial, « Les propos de Macron sur le "pognon" des aides sociales critiqués à gauche », sur reuters.com, (consulté le ).
  10. Roland Cayrol, Le président sur la corde raide : Les enjeux du macronisme, Calmann-Lévy, , 247 p. (ISBN 978-2-7021-6568-3, présentation en ligne).
  11. « Les 10 phrases qui ont marqué les 2 ans de présidence d'Emmanuel Macron », sur CNEWS (consulté le ).
  12. France Inter, « La Carte blanche d'Alice Zeniter : réflexions sur la définition de la pauvreté » Accès libre, sur franceinter.fr, (consulté le ).
  13. « Macron  : « Du pognon de dingue » au « quoi qu’il en coûte » », sur Public Senat, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Petites phrases, grandes conséquences : la gauche contre le peuple, de LCP (prod.) et de Thomas Raguet (réal.), 2021 [voir en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]