Amnesty International France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Amnesty International France
upright=Article à illustrer Organisation
Serge Atlaoui 25-04-2015 A.jpg
Manifestation de soutien à Serge Atlaoui, le 25 avril 2015 à Paris.
Histoire
Fondation
Cadre
Sigles
AISF, AIFVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Objectif
Travailler à l'avènement d'un monde dans lequel toute personne jouira de l'ensemble des droits proclamés par la Déclaration universelle des droits de l'homme et des autres normes internationales de défense de ces droits
Siège social
Pays
Coordonnées
Organisation
Membres
111 634 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
88 équivalent temps plein ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Cécile Coudriou (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
Sylvie Brigot-Vilain (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Budget
26 079 000 euro ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Identifiants
SIREN

Amnesty International France (parfois abrégé AIF ou AISF) est la section française de l'organisation non gouvernementale non-partisane Amnesty International. Depuis sa création en 1971[1], cette organisation de défense des droits humains milite pour le droit à la liberté d'expression, l'arrêt de la torture et des autres violations des droits de l'homme dans le monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , l'avocat britannique Peter Benenson lit un article concernant deux étudiants portugais condamnés à sept ans de prison pour avoir porté un toast à la liberté. Il pense aussitôt à une pression internationale qui mobiliserait l'opinion publique en faveur des prisonniers d'opinion : Amnesty International est née[2],[3]. L'appel que publie Benenson, intitulé The Forgotten Prisoners[4],[5], est diffusé dans la presse le [6],[7], et l'idée d'une campagne internationale pour la défense des droits de la personne suscite immédiatement plus de 1 000 offres de soutien[8].

Dix ans la création du mouvement Amnesty International, le mouvement compte dix-huit sections[9]. Amnesty International France prend la suite des groupes d'adoption à Paris, Strasbourg, Rennes[10]. L'association loi 1901 est créée en septembre 1971[11] et déclarée en préfecture le 19 janvier 1972[12].

En 1973, un événement amnestien devant se tenir à l'UNESCO à l'occasion du 25e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme est annulé sous la pression de certains états membres mis en cause dans le Rapport annuel d'Amnesty International. Cette censure provoque une importante mobilisation en faveur de l'association. Le nombre d'adhérents va fortement augmenter à la fin des années 1970 suite à cela ainsi qu'à l'aide d'une campagne publicitaire et de l'attribution du prix Nobel de la Paix[10].

Quinze ans après sa création, en 1987, l'association est reconnue d'utilité publique[13].

Principes et objectifs[modifier | modifier le code]

Action pour l'abolition universelle de la peine de mort en 2013.

Amnesty International France est spécialisée dans la défense des droits humains[14],[15]. Elle mène des recherches et des actions visant à faire pression sur le gouvernement et à faire cesser les graves atteintes à l'égard des droits humains.

L'organisation lance des campagnes qui cible les principales discriminations en Europe à l’encontre des minorités (migrants, personnes LGBT, communautés musulmanes[16], etc.). Depuis 2012, elle dénonce l'inaction des autorités françaises envers les populations Roms[17] et demande l'arrêt des expulsions forcées[18] ainsi que de garantir l’accès au droit à l’éducation, à la santé et au logement.

En 2008, la cour des comptes rappelait la typologie des actions[12] :

  • Appels mondiaux si une forte mobilisation peut contribuer à améliorer le sort des personnes sélectionnées.
  • Actions urgentes pour des personnes ou des groupes de personnes dont la vie ou la sécurité physique ou mentale sont en danger.
  • Requêtes auprès des Nations Unies.
  • Lettres aux gouvernements.
  • Aides financières destinées à l'accueil de demandeurs d'asile.
  • Actions de sensibilisation et d'éducation.
  • Actions pour faire évoluer le droit international et les droits nationaux.

Actions[modifier | modifier le code]

Marche des fiertés 2014 à Lille.

Les principales actions d'Amnesty International France[19] :

  • Protection des civils dans les conflits : respect du droit international humanitaire, protection des réfugiés[20], contrôle de la vente d'armes[21]
  • Garantir l'accès à la justice : abolition de la peine de mort, faire reculer la torture, responsabilité des entreprises
  • Défense des libertés : défense des droits et libertés dans la lutte antiterroriste[22], soutien et protection des défenseurs des droits humains[23], lutte contre la surveillance illégale, liberté d'expression et droit de manifester[24].
  • Lutte contre les discriminations : discriminations de genre, à l'encontre des Roms[25].

Organisation[modifier | modifier le code]

Bénévoles d'Amnesty International France.

Association[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration (CA) d'Amnesty International France compte entre douze et quinze membres. Le mandat du CA est de deux ans renouvelable deux fois. Il élit le président qui est est statutairement bénévole et nomme le directeur général.

Le conseil des finances et des risques financiers (CFRF) veille à une gestion financière saine et rigoureuse de l'association, en cohérence avec son objet social et le respect de ses principes et valeurs.

Depuis 2018, un comité des candidatures est en place afin de susciter des candidatures dans les organes de gouvernance (CA et CFRF) en informant, sensibilisant, conseillant et accompagnant les candidats.

Amnesty International France est agréée par le ministère de l'éducation nationale[26] et labellisée par le comité de la Charte[27].

Afin de toucher un public jeune, l'association s'est dotée d'antennes jeunes[28],[29],[30] et de représentants des jeunes au conseil national.

Le secrétariat national se trouve à Paris[15].

Fondation[modifier | modifier le code]

Créée en 2016, la Fondation Amnesty International France (FAIF) est une fondation abritée placée sous l'égide de la Fondation Université de Paris. Elle a pour mission de « développer des projets innovants en matière d'éducation aux droits humains selon les priorités d'Amnesty International. » La fondation est administrée par un comité exécutif composé de sept membres[31],[32].

Membres[modifier | modifier le code]

Amnesty International France compte deux statuts de membres : membres individuels et membres de groupe[12].

Le nombre de membres a connu une croissance rapide , pour culminer à 25 000 personnes au début des années 1990, puis un plan de développement à permis de très fortement accroitre le nombre de membres à partir de 2014 pour franchir le seuil des 100 000 membres en 2018.

Année 1976 1977 1978 1979 1981 1989 1993 2005 2006 2008
Adhésions 4 000[33] 10 000[33] 11 000[34] 20 000[35] 20 000 25 000[36] 25 000[37] 21 513[38] 22 800[12] 23 200[39]
Année 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Adhésions 18 000[40] 14 600[41] 15 943[42] 34 000[43] 57 000[40] 74 700[41] 90 000[44] 107 147[45] 117 000[42]


Président[modifier | modifier le code]

Nom Mandat Notes
Hubert Thierry 1971-1976 [46]
Marie-José Protais 1977-1977 journaliste, rédactrice en chef du magazine Actuel-Développement édité par le Ministère de la Coopération[47]
Aimé Léaud 1977-1979 [48]
Jean-François Lambert 1979-1982 [49]
?
Marc de Montalembert 1984-1989 [50]
?
Michel Fournier ~1995
Xavier Dhonte ?-1998 avocat au barreau de Lille[51]
Denys Robiliard 1998-2002 [52]
Francis Perrin 2002-2004 docteur en économie, rédacteur pour un journal d’information pétrolière[53]
Geneviève Sevrin 2004-2008 dirige le service des relations et coopérations internationales de la région Nord-Pas-de-Calais
Geneviève Garrigos 2008-2016 directrice communication Europe Santen, groupe japonais spécialisé en ophtalmologie[54]
Camille Blanc 2016-2018 consultante en systèmes d'information[55]
Cécile Coudriou 2018- enseignante dans le domaine des « Sciences de l’Information et de la Communication » à l'Université Paris 13[56]

Directeur général[modifier | modifier le code]

Budget[modifier | modifier le code]

En 2016, la section française est la cinquième contributrice au budget Amnesty International Limited, après les sections des Pays-Bas, Grande-Bretagne, États-Unis et Suisse.[57].

Depuis 2011, l'exercice comptable est aligné sur l'année civile[58]. Les ressources financières s'élèvent à 26 millions d'euros en 2019. 67% provient de la générosité du public (essentiellement des dons manuels des 250 000 donateurs). Les cotisations et abonnements des membres représentent 25 %[59]. L'association n'accepte aucune subvention d'États ou de partis politiques[60],[61].

Interview de Cécile Coudriou par Jean Massiet lors de Z Event.

Du au , l'événement caritatif Z Event rassemblant 54 streamers rapporte 5 724 377  à l'association[62].

Amnesty International France finance un dixième des dépenses du secrétariat international situé à Londres. Cela représente 4 691 933  en 2016[19].

En 2017, Amnesty International France déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 200 000 euros[63].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 2008, Amnesty est accusée par Bakchich d'avoir des relations avec la société Total, expliquant la non dénonciation de cette société dans son rapport annuel détaillé sur la Birmanie[64]. Cette relation a été confirmée par Jane Birkin à Londres selon le site Bakchich. La critique vise particulièrement le conflit d'intérêt de Francis Perrin, ancien président d’Amnesty International France[65], et rédacteur en chef de la revue spécialisée Pétrole et gaz arabes (PGA), lequel a répondu à Backchich « je ne vois aucun conflit d’aucune sorte dans mes relations avec Total, nous entretenons un dialogue constructif… ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Poinsot, « Vers une lecture économique et sociale des droits humains : l'évolution d'Amnesty International », Revue française de science politique, vol. 54, no 3,‎ , p. 399 (ISSN 0035-2950 et 1950-6686, DOI 10.3917/rfsp.543.0399, lire en ligne)
  2. Teresa Campos, « 1960 – La belle légende d’Amnesty », sur Courrier International,
  3. Agnès Jésupret, « Naissance d'une nouvelle ONG : Amnesty International », sur Live 2 Times,
  4. (en) « The Forgotten Prisoners », sur Amnesty
  5. Marc-Olivier Alliot, « The Observer publie "l'appel pour l'amnistie" », sur Live 2 Times,
  6. « Amnesty International fête ses 50 ans », sur Le Figaro,
  7. (en)Tracy McVeigh, « Amnesty International marks 50 years of fighting for free speech », sur The Guardian,
  8. Geneviève Garrigos, « Amnesty International, cinquante ans de combat contre la tyrannie et l'injustice », sur Le Monde,
  9. Historique d'Amnesty International, (lire en ligne)
  10. a et b https://web.archive.org/web/20111203083102/http://www.amnesty.fr/Qui-sommes-nous/Amnesty-International-France/Histoire-et-portraits/Amnesty-International-France
  11. Anne Simonin, « L'Aventure des idées : éléments d'une chronologie, 1953-1987 », Le Débat, no 50,‎ , p. 5-170 (DOI 10.3917/deba.050.0005, lire en ligne)
  12. a b c et d Cour des comptes, « Rapport d’observations définitives de la Cour des comptes sur les comptes d’emploi 2001-2002 à 2005-2006 des ressources collectées auprès du public par Amnesty International section française (AISF) »,
  13. Décret du 12 novembre 1987 portant reconnaissance d'une association comme établissement d'utilité publique
  14. Samy Cohen, « ONG et altermondialistes : un même combat ? », L'Économie politique, vol. 25,‎ , p. 91-101 (DOI 10.3917/leco.025.0091, lire en ligne)
  15. a et b Amaia Errecart, « De la sociabilité associative : formes et enjeux de la construction d’un ethos collectif », Mots. Les langages du politique, vol. 3, no 121,‎ , p. 89-105 (lire en ligne)
  16. Laurent Grzybowski, « Amnesty International dénonce la montée de l'islamophobie », sur La Vie,
  17. « Amnesty accuse la police française de «harceler» les Roms », sur Libération,
  18. Fabrice Tassel, « Amnesty presse la France de ne plus expulser les Roms », sur Libération,
  19. a et b Amnesty International France, Rapport d'activités,
  20. Romain David, « Pour Amnesty, le coronavirus a poussé certains pays à "s’asseoir sur les droits" des réfugiés », sur Europe 1,
  21. « Ventes d’armes de la France : vous avez dit transparence ? », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  22. « Amnesty International dénonce l'abus des autorités françaises dans la lutte antiterroriste », sur www.franceinter.fr,
  23. « Paris. Un ballon à l'effigie d'Edward Snowden pour réclamer sa grâce », sur Ouest-France.fr,
  24. « Amnesty International dénonce l’usage de la loi comme « arme de répression des manifestants pacifiques en France » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  25. H. H., « La situation des Roms expulsés préoccupe Amnesty », sur leparisien.fr,
  26. « Les associations agréées par l'Éducation nationale », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 1er décembre 2020)
  27. Don en Confiance, « Moteur de recherche - Don en Confiance », sur www.donenconfiance.org (consulté le 1er décembre 2020)
  28. Jérôme Le Boursicot, « Amnesty International mise sur les jeunes », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  29. « Deux jeunes filles ont créé une antenne jeunes de l’association », sur www.leberry.fr,
  30. « Les lycéens de Jean-Moulin, aux Andelys, ont fait signer 10 pétitions à leurs camarades », sur www.paris-normandie.fr,
  31. Rapport d'activité, Fondation Amnesty International France, (lire en ligne)
  32. Sabrina Belkhiter, « Fondation Amnesty International France : Former et sensibiliser aux droits humains », sur Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast,
  33. a et b Patrick Lecomte, « Militants des droits de l'homme : aux frontières de la politique », Esprit, no 90 (6),‎ , p. 61–76 (ISSN 0014-0759, lire en ligne)
  34. https://web.archive.org/web/20071025043154/http://www.amnesty.fr/index.php?/amnesty/qui_sommes_nous/amnesty_france/notre_histoire
  35. « Les militants obscurs d'Amnesty International », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  36. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00842224/document
  37. Aimé Léaud (préf. Robert Badinter), Amnesty International : Le parti des droits de l'homme, Éditions du Seuil, , 245 p. (ISBN 978-2020206952, lire en ligne), p. 19
  38. Amnesty International France, Rapport financier, 2003-2004
  39. Cour des comptes, « Amnesty International France »,
  40. a et b Amnesty International France, Rapport financier, (lire en ligne)
  41. a et b Amnesty International France, Rapport financier, (lire en ligne)
  42. a et b Amnesty International France, Rapport financier, (lire en ligne)
  43. Amnesty International France, Rapport financier,
  44. Amnesty International France, Rapport financier, (lire en ligne)
  45. Amnesty International France, Rapport financier, (lire en ligne)
  46. (en) Mohammed Bedjaoui, International Law: Achievements and Prospects, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 978-92-3-102716-1, lire en ligne)
  47. Mohamed Aït-Aarab, Engagement littéraire et création romanesque dans l’œuvre de Mongo Beti, (lire en ligne), p. 260
  48. « De nouvelles précisions sont apportées sur la répression en Afrique du Sud, en Argentine et en U.R.S.S. », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  49. Guadeloupe 2000, (lire en ligne), p. 22
  50. Le Point, (lire en ligne), p. 82
  51. « Une force morale à l'échelon international », sur ladepeche.fr (consulté le 1er décembre 2020)
  52. « DENYS ROBILLIARD », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2020)
  53. Éric Poinsot, « Vers une lecture économique et sociale des droits humains : l'évolution d'Amnesty International », Revue française de science politique, vol. 54,‎ , p. 399-420 (DOI 10.3917/rfsp.543.0399, lire en ligne)
  54. Jean-Michel Fabre, « Cahors. "Amnesty ne juge pas, mais révèle des faits" », sur ladepeche.fr,
  55. « Strasbourg - Congrès national d'Amnesty international. Camille Blanc, nouvelle présidente d'Amnesty international France », sur www.dna.fr (consulté le 29 novembre 2020)
  56. « « La crise sanitaire ne fait qu’aggraver les inégalités et les violations des droits des plus vulnérables » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2020)
  57. https://www.amnesty.org/download/Documents/FIN4076912017ENGLISH.PDF
  58. Amnesty International France, Rapport d'activités,
  59. Rapport financier, Amnesty International France, (lire en ligne)
  60. « Valérie Trierweiler, blonde : L'ex-première dame au bras d'un bel inconnu », sur www.purepeople.com,
  61. « Proposition de résolution tendant à la création d'une commission d'enquête sur l'immigration clandestine : Rapport de la commission d'enquête sur l'immigration clandestine - tome II : Audition de M. Patrick Delouvin, responsable des questions relatives aux réfugiés au sein d'Amnesty International », sur www.senat.fr,
  62. Corentin Lamy, « Z Event 2020 : le marathon de jeux vidéo récolte 5,7 millions d’euros pour Amnesty International », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2020)
  63. « Amnesty International Section Française », sur Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (consulté le 3 juin 2018)
  64. Francis Christophe, « Total travaille son Amnesty », sur Bakchich.info,
  65. Clotilde Costes, « L'ONG Amnesty encourage les réformateurs arabes », sur Le Figaro,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cour des comptes, Rapport d'observations définitives de la Cour des comptes sur « les comptes d'emploi 2001-2002 à 2005-2006 des ressources collectées auprès du public par Amnesty International section française (AISF) », (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]