LCP (chaîne de télévision)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec La Chaîne parlementaire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir LCP.
LCP Assemblée nationale
image illustrative de l’article LCP (chaîne de télévision)

Création
Propriétaire Assemblée nationale
Slogan « Donner du sens »
Format d'image 576i (SDTV) et 1080i (HDTV) sur ADSL/Fibre
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Chaîne publique d'information parlementaire et politique
Siège social 106, Rue de l'Université
75007 Paris
Chaîne sœur Public Sénat
Site web lcp.fr
Diffusion
Diffusion Numérique terrestre, satellite, câble, xDSL et Web

LCP, officiellement LCP – Assemblée nationale ou LCP-AN, dont l'acronyme signifie littéralement « La Chaîne Parlementaire – Assemblée nationale », est la chaîne de télévision de l'Assemblée nationale française. Fondée le , LCP - AN émet ses programmes 24 heures sur 24 par satellite, le câble, sur Internet et sur les réseaux IPTV ou DSL mais émet en alternance avec Public Sénat, la chaîne de télévision du Sénat, sur le canal numéro 13 de la TNT, avec qui elle forme La Chaîne parlementaire. Son audience reste relativement confidentielle avec moins de 0,4 % de part de marché.

La Chaîne Parlementaire regroupe deux sociétés de programmes distinctes et indépendantes

Historique[modifier | modifier le code]

Article principal : La Chaîne parlementaire.
Article connexe : Public Sénat.

Conçue pour constituer à parité le canal de La Chaîne parlementaire créée le 30 décembre 1999[1], LCP, fondée le , émet en alternance avec Public Sénat.

Le 13 décembre 2007, LCP lance une diffusion de ses programmes 24 heures sur 24 sur Internet, notamment en xDSL où elle dispose de canaux non partagés avec la chaîne du Sénat. Depuis cette date, elle propose sur son site Internet un nombre croissant de programmes en intégralité.

2017 – 2018 : entre polémique et craintes[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, une journaliste de LCP porte plainte pour agression sexuelle contre son présentateur vedette Frédéric Haziza. La direction décide alors de suspendre le journaliste et de mener une enquête en interne. Cependant la directrice de la chaine Marie-Ève Malouines et Éric Moniot prennent la décision de réintégrer Frédéric Haziza au sein de la rédaction.

Cette décision va valoir une motion de censure contre les deux dirigeants. En effet le 8 janvier les journalistes de la chaîne LCP AN votent à l’unanimité non à la question « faites-vous encore confiance à Marie-Ève Malouines et Éric Moniot pour gérer La Chaîne parlementaire ? ».

Hasard du calendrier, cette motion arrive au moment où un nouveau directeur doit être nommé (tous les trois ans). Marie-Ève Malouines annonce tout de même qu’elle est candidate à sa succession à la tête de LCP.

C’est le président de l’Assemblée nationale qui va décider et nommer qui sera le prochain directeur de LCP. Estimant que l’actuel président de l’Assemblée, François de Rugy, est « aux ordres de l’Élysée », les journalistes font part de leur inquiétude sur le fait que le pouvoir exécutif choisisse le futur directeur de la chaîne et porte atteinte à leur liberté d’expression.

Les cinq candidats pour la direction de LCP, retenus en février 2018 sont Bertrand Delais, Thierry Guerrier, Christine Kelly, Geneviève Goëtzinger et Marie-Ève Malouines[2],[3],[4],[5]. Le 14 mars 2018, Bertrand Delais est désigné président de LCP[6].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Politique éditoriale[modifier | modifier le code]

LCP remplit une mission de service public, d'information et de formation des citoyens à la vie publique, par des programmes parlementaires, éducatifs et civiques. Elle anime et fait connaître à travers principalement la vie parlementaire mais également la vie politique et culturelle, tant au niveau local, national, qu'international, les grands débats de notre société. Dans le cadre de son indépendance éditoriale, la chaîne veille en permanence à ce que l'impartialité et l'objectivité de ses programmes soient respectées[réf. nécessaire].

LCP se présente comme la chaîne de la politique, misant sur la qualité des programmes grâce à son affranchissement de tout impératif quantitatif (les revenus de LCP ne sont par exemple pas tirés de revenus publicitaires, la chaîne n'en diffusant pas).

Les programmes sont déclinés autour de la vocation d'information politique de la chaîne, qui se veut être la source crédible de l'information politique. Ainsi sont proposés des magazines, des débats, des documentaires exclusifs, la retransmission en direct des événements importants (avec sa consœur du Sénat), mais aussi du cinéma, et des programmes interactifs.

Audience[modifier | modifier le code]

Début 2014, et depuis la rentrée 2013, LCP détient une part d'audience moyenne de 0,36 %[7]. Les pics d'audience atteignent 0,9 %[8].

En octobre 2017, la chaîne obtient l’exclusivité de la retransmission des questions au gouvernement le mardi et le mercredi (auparavant partagées avec France 3), lui permettant d'augmenter sa part d'audience sur le créneau 15-16h. Selon les résultats d'audience de Médiamétrie, LCP rassemble ainsi en moyenne 1,4% des téléspectateurs sur cette plage horaire au cours du mois d'octobre 2017. Le 18 octobre 2017, elle arrive à attirer près de 340.000 téléspectateurs (soit 2% de part d’audience), ce qui la place en tête des audiences des chaines d'infos sur le créneau 15-16h[9],[10].

Organisation[modifier | modifier le code]

Capital[modifier | modifier le code]

LCP est une Société anonyme au capital de 40 000 euros. Instituée par la loi no 99-1174 du 30 décembre 1999[11], elle est détenue à 100 % par l'Assemblée nationale française.

Budget[modifier | modifier le code]

Voté chaque année par le Bureau de l'Assemblée nationale, le budget de LCP est investi pour 65 % dans la production et l’achat de programmes. Une part chaque année croissante est attribuée aux frais de diffusion de la Télévision numérique terrestre (25 %). Enfin, 10 % du budget global de la chaîne sont consacrés aux frais généraux.[réf. souhaitée]


Budget de Public Sénat
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Total 5,91 millions [réf. souhaitée] 6,1 millions [réf. souhaitée] 6,86 millions [réf. souhaitée] 6,96 millions [réf. souhaitée] 9,41 millions [réf. souhaitée] 11 millions [réf. souhaitée] 12,75 millions [réf. souhaitée] 14 millions [réf. souhaitée] 15,1 millions [réf. souhaitée] 15,3 millions [réf. souhaitée] 15,9 millions[12] 16,6 millions[13]
Dont TNT

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le Président de l'Assemblée nationale est membre de droit du Conseil d'administration. Tous les groupes politiques de l'Assemblée nationale disposent également d'un représentant au Conseil d'administration, indépendamment du nombre de leurs membres.

Présidents-directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Locaux[modifier | modifier le code]

Le siège social de la chaîne parlementaire se trouve au 106 rue de l'Université dans le 7e arrondissement de Paris, à proximité immédiate de l'Assemblée nationale où est situé son studio principal, au sous-sol du Palais Bourbon.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Outre la diffusion sur La Chaîne parlementaire, LCP est diffusé 24 heures sur 24 sur Alicebox TV, Neufbox TV de SFR, Freebox TV, Bbox TV et Orange TV.

Émissions[modifier | modifier le code]

  • Politique Matin : matinale de débat et d'information diffusée entre h 30 et h 30, animée de 2010 à 2015 par Patrick Chêne
  • Journal de la défense : magazine mensuel consacré aux questions de défense et au monde militaire
  • Questions d'info : émission politique confrontant un homme politique à deux journalistes, Marie-Eve Malouines de France Info, Patrick Roger du quotidien Le Monde et à Frédéric Haziza de LCP, diffusée chaque mercredi à 20 h 30.
  • Parlez-moi d'ailleurs : magazine mensuel d'actualité internationale présenté par Franz-Olivier Giesbert.
  • Ça vous regarde : émission interactive et quotidienne présentée par Arnaud Ardoin parfois remplacée par Myriam Encaoua
  • Toques et politique : la cuisine revisitée par les politiques présenté par Benjamin Vincent
  • Tout dépend 2 : émission de débat itinérant entre une personnalité politique et des jeunes animée par Benjamin Vincent
  • Top Questions : retransmission de trois questions au Gouvernement posées lors des séances à l'Assemblée Nationale, le mardi et mercredi.
  • Europe Hebdo : magazine d'information sur l'actualité de l'Union Européenne
  • La séance continue : à l'issue des séances de Questions au Gouvernement, Thomas Soulié anime un magazine permettant de mieux comprendre les implications des questions posées par les parlementaires.
  • Entre les lignes : émission hebdomadaire d'actualité
  • Bondy Blog Café : club de presse en banlieue, en partenariat avec Bondy Blog
  • Politiques : Serge Moati reçoit chaque semaine une personnalité politique, en partenariat avec Europe 1 et Dailymotion
  • La cité du livre : magazine hebdomadaire décryptant le monde du livre
  • Ca va, ça vient : magazine revenant sur les grandes lois qui ont marqué la Ve République
  • L'écho des lois : programme court expliquant l'impact sur les quotidiens des Français, des lois votées
  • Égaux mais pas trop : magazine mensuel mettant en avant les applications concrètes de la notion d'égalité dans la France d'aujourd'hui, que ce soit les entreprises, les institutions publiques ou autres.
  • État de santé : magazine mensuel sur les questions de santé publique
  • Transportez-moi : magazine mensuel sur le thème de la mobilité
  • J'aimerais vous y voir ! : magazine suivant un élu dans sa circonscription et le mettant dans des situations du quotidien de ses administrés.
  • Mediapol : magazine consacré à la communication
  • Grand écran : émission avec un film ou un documentaire suivi d'un débat
  • Questions au Gouvernement : émission de retransmission en direct de la session parlementaire, tous les mardis ou mercredis après-midi de 15h à 16h[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Public Sénat, « Public Sénat : dates clés », sur publicsenat.fr (consulté le 3 juillet 2012)
  2. « LCP suspend le journaliste Frédéric Haziza, visé par une plainte pour agression sexuelle », sur Le Monde.fr (consulté le 11 février 2018)
  3. « LCP : accusé d’agression sexuelle, Frédéric Haziza fait son retour à l’antenne jeudi soir », sur www.europe1.fr (consulté le 11 février 2018)
  4. « Motion de défiance à LCP contre la réintégration de Frédéric Haziza, accusé d’agression sexuelle », sur Le Monde.fr (consulté le 11 février 2018)
  5. Le JDD, « LCP : les journalistes inquiets avant le choix du nouveau président », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  6. Bastien Hugues, « Les éditos très pro-Macron du nouveau président de LCP, Bertrand Delais », francetvinfo.fr, 14 mars 2018.
  7. LCP : Quelle audience pour la chaîne de la TNT ? - Toutelatele.com, 9 février 2014
  8. Audiences record pour les débats sur le «mariage pour tous» à l’Assemblée - 20 minutes, 12 février 2013
  9. « Les "Questions au gouvernement" dopent les audiences de LCP », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  10. « Un moment historique pour LCP, la chaîne parlementaire », France Inter, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  11. Loi no 99-1174 du 30 décembre 1999 portant création de La Chaîne parlementaire - Légifrance
  12. « Dossier de presse 2010-2011 », LCP, , p. 76 [PDF]
  13. « Dossier de presse 2013-2014 », LCP, , p. 69 [PDF]
  14. « Gérard Leclerc nommé président de LCP », sur Le Figaro,
  15. François Bougon, Un pro-Macron à la tête de la Chaîne parlementaire dans Le Monde du 16 mars 2018 - suppl. Éco et Entreprise
  16. « Les "Questions au gouvernement" dopent les audiences de LCP », sur LCP Assemblée nationale (consulté le 11 février 2018)

Lien externe[modifier | modifier le code]